Politique - Page 5

  • Demain, je parle l'UDC xénophobe...

    Imprimer

    Demain, mon blog portera sur les affiches de l'UDC au sujet des minarets.

    Bonne  soirée !

    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • Silvio Berlusconi sera jugé !

    Imprimer

    Que dame JUSTICE soit remplie de ses droits ! Les procédures judiciaires peuvent être relancées contre le Cavaliere !

    Je suis content que la Cour constitutionnelle invalide la loi sur l’immunité qui protégeait Silvio Berlusconi. Car, lorsqu’il a été élu, nombre de plaintes, selon les médias, étaient dirigées contre lui au moment de son élection à la tête de l’Italie. Il n’est pas arrivé, plus tôt revenu, au pouvoir sans « plan » de campagne électorale.

    Il n’y a pas de raison que le simple citoyen soit inquiété pour des faits judiciairement inquiétants. Si le Chef de l’Etat a commis des fautes devant être jugées et bien qu’elles soient jugées.

    Les 15 magistrats ont donc rendu justice, ce qui en fait appartient à César, revient à César ! La loi de juillet 2008 était violée par le principe constitutionnel d’égalité des citoyens devant la loi.

    Justice sera donc rendue contre les agissements douteux du Cavalière.

    En France, il devrait en être ainsi. Souvenez-vous des affaires juridiques dirigées à l’encontre de l’ancien Président Jacques Chirac. Une foi rendu « son tablier » de Chef de l’Etat, la Justice a pu enfin l’inquiéter.

    Clin d’œil à Genève : J-4 et le tout Genève connaîtra la composition du nouveau Grand-Conseil. Vive et que vive Genève !

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Chaque voix compte. J-5

    Imprimer

    J-5 le tout politique genevois s’excite, s’affole, calcule, se donne à fond dans cette dernière ligne droite. Vont et viennent, paraissent une dernière fois, ne se font plus de cadeaux. A mon humble avis, les jeux sont déjà pipés !

     

    Les blogs retenus et publier concernent essentiellement ceux liés à la politique. C’est normal de donner la parole aux candidats. Tous les moyens sont bons pour drainer une voix, des voix, un suffrage, des suffrages.

     

    Les 390 candidats-tes pensent, réfléchissent où aller motiver les voix. Au bout du compte, ils seront 100 femmes et hommes à se répartir les sièges de l’hémicycle, de l’oracle de la politique des 4 futures années. J’en connais qui seraient prêt à payer les électeurs ! A ce propos, je me suis toujours demandé, notamment, ce que les EMS faisaient du matériel électorale des personnes trop âgées et n’ayant malheureusement plus leur faculté de pensée pour voter. Toujours sur ce sujet, je me souviens lorsque j’étais candidat malheureux au Grand Conseil, il y avait eu une histoire avec des candidats qui piochaient dans la poubelle des boîtes aux lettres…….

     

    Pascal Décaillet a reçu les meilleurs candidats ? A tout le moins, il a porté un jugement sur les personnes qui lui ont laissé un souvenir. Ils sont nommés dans un blog ; et les autres ? Un journaliste doit rester partial…..

     

    Du côté de l’UNI Mail on met sur pied toutes les salles, on prépare les staffs de chaque parti, les informaticiens se hâtent sur le programme permettant le décompte, les locaux pour les dépouillements se focalisent sur l’efficacité, tout, tout, tout doit être prêt pour le fameux dimanche des élections genevoises.

     

    Léman bleu met au point les derniers détails pour la transmission des résultats, des réactions, des commentaires. Là aussi, il y a réjouissance de bons moments.

     

    Dimanche revêtira son costume des grandes soirées électorales ; à ne rien manquer au monde, c’est des plus croustillants. Ecouter les commentaires, voir la tête des perdants, les grands sourires des gagnants.

     

    J-5 j’avoue me réjouir !

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • J-7, les extrêmes se "bouffent" le nez !!!

    Imprimer

    J-7 les extrêmes dans le pétrin !

     

    Vendredi, j’ai lu avec attention l’article paru sur le boulanger MCG de Bernex. Celui qui engage 83 % de frontaliers. Le député est-il conforme avec les dogmes de son parti ?

    C’est trop marrant de constater qu’un Député MCG  prônant l’idéologie d’un parti qui se dit contre les frontaliers et qui en emploie. Bonnet blanc politiquement, blanc bonnet professionnellement !

     

    Plus des 4/5ème du contingent c’est beaucoup pour un député qui n’a de cesse de s’associer à la politique anti-frontalière du MCG. Est-ce que ces employés sont moins bien payés, le corollaire pas aux normes du travail en vigueur en Suisse ? En tant que député MCG, toutes les excuses citées par cet employeur ne tiennent pas la route.

     

    Le leitmotiv à chaque élection, à chaque parade politique, à chaque discours, les frontaliers sont visés, ils reviennent sur le tapis du « trop » à Genève. Aïe, aïe, aïe, nos biens aimés voisins font couler de l’ancre, font parler les membres du MCG. C’est une lutte fratricide que s’est fixée le MCG, certes qui a payé il y a 4 ans pour les élections au Grand conseil.

     

    Evidemment, les Communistes n’ont pas loupé cette occasion rêvée pour sortir électoralement de ses gongs. Un cadeau servi sur un plateau d’argent ! Ils ont donc manifesté, à juste titre, devant la boulangerie du député MCG. Ils ont eu parfaitement raison, l’occasion fut trop belle pour aller à l’encontre de l’extrême droite. Bien à mal le boulanger de Bernex !

     

    A l’’Office cantonal de l’emploi, ce ne sont pas les candidats boulangers qui manquent. Il y a des chômeurs Suisses qui ne demanderaient pas de travailler. Alors pourquoi, le boulanger  MCG de Bernex est allé chercher ses employés en France voisine. Contraire au MCG ?

     

    Evidemment, le tribun du MCG a réagi en disant que les Genevois, le Suisses ne voulaient pas travailler la nuit, le dimanche, qu’il n’y avait pas de genevois voulant exercer cette profession. S’efforçant de vouloir sauver la face, il est allé jusqu’à faire la différence entre résident genevois et frontaliers ; je ne vois pas de disparate entre les deux. Le pauvre M. Stauffer a dû trouver des excuses valables ou non. S’attendait-il à un tel revers de médaille à J-7 jours des élections. L’un des siens ne l’a pas suivi dans son chemin politique tant défendu devant les électeurs. A propos quelle punition politique pour le boulanger de Bernex ?!!!

     

    Le MCG utilise comme argument politique depuis des années des propos, parfois désagréables, à l’encontre des frontaliers venant travailler à Genève. Se sont eux qui prennent nos places de travail, se sont eux qui sont trop nombreux à Genève. Dernièrement, à propos des dernières votations, les protestations contre les frontaliers faisaient la une des affiches notamment sur l’augmentation de la TVA.

     

    Les deux extrêmes aux prochaines élections se bouffent donc le nez. Laissons-les, Genevoises et Genevois jugeront et voteront selon…..

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Votez, votez, votez....

    Imprimer

    Si vous ne savez pour qui voter, permettez moi de vous suggérer quelques noms bien Carougeois :

    Anne Etienne-Nagy

    Bertrand Buchs

    Jean-Philippe Terrier

    Serge Hiltpold.

    Michael Paparou

    Ce sont des personnes qui ont l'intelligence, le sens politique et les qualités requises pour siéger au Grand Conseil.

    Votez Carougeois pour sa grande soeur Genève !

    Bon week enc.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • J-14 Genève bouge !

    Imprimer

    Bonjour à toutes à tous,

    Alors que la Suisse à dit oui à une augmentation de l'AI, que Genève à dit non à la cigarette, les genevoises et les genevois se préparent à voter à nouveau. Tout le monde le sait c'est le renouvellement du parlement. Seront élus 100 personnes, 290 feront la "mou".

    Ce matin, je me demandais ce que je pourrais écrire. Les votations, une majorité des blogeurs vont en parler, ils en parlent donc ! Pas facile de se faire lire dans la mesure où un grand nombre de politiciens candidats au Grand Conseil écrivent. Nous nous partageons donc votre bon vouloir à nous looker. Bon alors, j'ai pensé à la grande saga du Canton de Genève. J-14 et le hall d'Uni Mail se transformera en un grand lieu de rencontre où le tout un chacun se cotoyera. Si vous n'êtes jamais allé dans ce lieu sacro-saint de la grande soirée électorale, dérangez-vous ça en vaut l'oeil et l'oreille.

    En attendant ce J-14, tous les partis s'activent pour la dernière ligne droite. La pub est distribuée, les traditionnels stands s'hâtent, ça vote, ça vote, ça vote fort, enfin je le pense. L'enjeu est tout de même de taille puisqu'il permettra à la Genève internationale d'être guidée pendant 4 ans soit par la droite, soit par la gauche. Et si c'était le centre : Radicaux - PDC - Vert - Socialiste ?! Quel drâme pour les extrèmes. Là je crois que je rêve et vous auriez raison de me le souligner. La question demeure donc dans les esprit à savoir comment votent les genevois.

    J-14 BONNE CHANCE aux 390 candidats-tes.

    N'oublions pas qu'après les 100 dépiutés, se suivront les 7 sages du Canton.

    Votons nous serons considérés !

    Petit sondage : NE TROUVEZ-VOUS PAS QUE L'ON VOTE TROP ? C'est ça la démocratie directe !

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Non actif - actif - pourqui, pourquoi

    Imprimer

    Une pensée de Pascal Ide pouvant s’appliquer aux candidates et candidats au Grand Conseil genevois :

     

    vers-a-voir-non-actif.gif

     

    L’activité

     

    Le philosophe René Descartes écrit à la reine Elisabeth qu’il a toujours observé la règle suivante dans ses études : « je n’ai jamais employé que fort peu d’heures, par jour, aux pensées qui occupent l’imagination , et fort peu d’heures, par an, à celles qui occupent l’entendement seul ». Ainsi, continue-t-il « j’ai donné tout le reste de mon temps au relâche des sens et au repos de l’esprit ».

     

    Descartes est non-actif. Si l’émotivité touche plus la réactivité à une situation donnée, l’activité met en œuvre notre capacité d’initiative.

     

    L’activité n’est pas le sens pratique et encore moins le sens manuel. L’hyper agité  n’est pas forcément non plus un actif ; l’agitation est un trait de personnalité et non de caractère. Aussi, pour contr(ari)er son caractère, parfois par défi, le non-actif est (et pas seulement apparaît) souvent très occupé. Dernier mirage : le non-actif peut déployer une intense énergie dans la détente ; seul l’actif se dépense autant pour la distraction que pour son travail.

     

    Les tendances actives se révèlent au mieux par le goût, par l’inclination spontanée : l’actif aime agir ; incapable de ne rien faire, il est entreprenant. Or, on n’agit qu’en fonction d’un projet qui nous apparaît comme un bien désirable et la liberté est la capacité qui fait agir l’homme. Voilà pourquoi l’activité ou aptitude à l’action, caractérise l’ouverture au bien et la plus ou moins grande puissance de la liberté à s’engager dans cette poursuite du bien.

     

    L’actif se reconnaît à trois traits, estime Louis Millet : il veut surmonter les obstacles au lieu de renoncer ; il se livre aux travaux imposés, même s’il n’y ressent pas de plaisir ; il réalise tout de suite le travail obligatoire au lieu de l’ajourner. Il suffit de retourner ces trois signes pour trouver le non-actif,

     

    Une nouvelle fois, ne moralisons pas. Chaque trait de caractère a ses inconvénients et ses avantages. Souvent, le non-actif se culpabilise (car, en premier, son entourage a moralisé sa non-activité) : « je me vis paresseuse, disait la philosophe Janine à faire les choses. » Le non-actif préfère la parole à l’action, car le « langage est notre première ligne de repli » ; il se livre avec une demi naïveté à sa magie. Face à une situation demandant un effort, l’inactif préfère la déformer, afin de contourner l’obstacle, d’où une tendance au découragement et à  la falsification, voire au mensonge. Mais le non-actif a cet immense avantage sur l’actif de savoir s’arrêter pour jouir de la vie.

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Voter, c'est être responsable ! Ca devrait être obligatoire

    Imprimer

    Voter pour qui ? Telle est la question !

     

    index-election-dp.jpg

     

     

     

    390 candidats répartis sur 9 listes + une neutre. L'0rganisation de Genève, dépendra à l'arrivée des 100 premiers élus-es.

     

    9 partis aux idées bonnes pour les uns, aléatoires pour d’autres. Des enjeux de taille.

     

    Le "jeu" n'est pas facile surtout que la plus part des candidats-tes sont inconnus. Alors faut-il se fier à la plus belle bobine ! Faut-il se dire que celui-ci est avocat, médecin est meilleur que les autres. Quel QI pour être député. Je connais des candidats qui sont excellents dans leur profession, intègre, mais nullement politicien. Il y en a qui se présente pour leur égo; tiens je connais une femme ainsi. D'autres par intérêt professionnel. Chacune, chacun a sa bonne raison. Sur le bulletin de vote savons nous qui ils-elles sont.

     

    Mesdames et Messieur taillez vos crayons le moment est venu de vous prononcer; la parole est au bon peuple.

     

    Si nous rajoutons des noms et que nous en traçons c’est que nous connaissons les personnes et que nous avons ou n’avons pas d’affinités. Mais utiliser le crayon pour le plaisir n’est pas la bonne solution et surtout sans intérêt pour le parti aux idéaux communs.

     

    Modifier un bulletin de vote ôte des chances au parti que l’on a choisi. Le calcul est savant.

     

    Choisir un parti. Pas simple, il y a à boire et à manger. Faut-il savoir ce que l’on veut pour Genève.

     

    Ce qui me frappe dans ces élections, c’est le fait que nous recevions le matériel électoral alors que les programmes des idées, des propositions et de la présentation des candidats ne sont pas tous arrivés dans les boîtes aux lettres. Bizarre cette précipitation de la part du Service des votations. Il aurait pu patienter l'après de ce week end.

     

    Que se passe-t-il dans la tête des électrices et des électeurs de prendre tel ou tel bulletin de vote. Seule la force qui nous surplombe pourrait le dire. Laissons le secret aux urnes.

     

    Nous élisons pour 4 ans. C’est long et court. La première année ils font connaissance, la seconde ils proposent, la 3ème, ils disposent, la 4ème, ils ne décident de ne plus rien décider de peur de ne pas être réélu.

     

    Ces élections sont très importantes, elles permettent selon la majorité de donner une nouvelle orientation à Genève. Veut-on une Genève économique, défendant les familles, offrant encore plus de social, taillant dans les frontaliers, créant un plus grand environnement durable, prôner le développement durable, préconiser une fiscalité alléchante, etc.

     

    La politique est une science à ne pas négliger ; il est important de donner son avis dès lors qu’il est sollicité. Ce n’est pas de la gnognote, l’enjeu est de taille, il doit montrer que Genève est viable et a le sens de la responsabilité pour son avenir. Jusqu’à présent, quelque soit la majorité, Genève à toujours été visionnaire, sue surmonter les aléas de la société en mouvance constante. La ville internationale peut encore mieux en débloquant d’important projet. Je dirais à ce sujet que la démocratie directe est parfois dangereuse, destructrice.

     

    En conclusion, que l’on soit ci ou ça, que l’on aime ou que l’on aime pas, la parole nous est donnée, c’est de nous que dépend Genève en élisant en donnant une authentique majorité pour gouverner. Soyez enthousiasme en ouvrant votre enveloppe contenant le matériel électoral et :

     

    Votez et faite voter !

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Plus de sport et de loisirs pour les jeunes

    Imprimer
    sport_ecole.jpg

    Bien que je sois Démocrate Chrétien, ce n’est pas dans mes intentions de vendre mon parti à tout prix. Toutefois, je trouve sa motion réclamant une meilleure politique en matière de sport à l’école, intéressante. Il y a de l’idée constructive pour notre jeunesse.

     

    Il est évident qu’avec toutes les heures de cours dispensées aux élèves, un intellectuel grandissant d’année en année, il n’est pas illusoire de donner une heure de plus par semaine de gym ou autres sports. Bien au contraire, ça ne peut être que bénéfique pour le psy et phy.

     

    C’est très bien d’associer dans ce projet les associations sportives. Je prends Carouge ; figurez-vous que le Cycle de Pinchat a mis sur pied étude-sport. Tout en suivant les cours, les jeunes suivent en parallèle avec l’étroite collaboration d’Etoile Carouge un mixte de foot.

    Ils ont un certain nombre d’heures de leçons et un panel sportif. Les jeunes vivent un développement intellectuelle et physique sans que l’enseignement des deux branches soit perturbé.

    EtoileCarougeFC.png

     

    Le développement intellectuel et physique, le corollaire psychique ne peut être qu’enrichissant pour les étudiants. C’est une authentique ouverture vers le sport et les loisirs. Je dirais dans un sens que les jeunes « zoneraient » moins dans les rues et autres lieux publics.

     

    Souhaitons que cette motion soit reçue comme une bonne chose pour la jeunesse genevoise.

    PDC_Vitamine.jpg

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Le PDC, vindicatif?!

    Imprimer

    Voici Dame Helvétie ravie de l’élection au Conseil fédéral. Monsieur Couchepin peut prendre une retraite en toute quiétude.

     

    images.jpg

     

    Et le PDC ?

     

    Le DC Jacques Neyrinck a déclaré que son parti attaquerait tous les sièges vacants. Seraient-ce là des paroles vindicatives. Il devrait rester plus modeste et ne pas arguer au nom du PDC ce genre d’affirmation. Est-ce que la formule magique devait voler en éclat ?

     

    Je dirais ceci, que le siège libre au Conseil fédéral devait revenir au parti radical. A écouter les gens de la rue cela paraissait normal.

     

    images.jpg

     

    Certes, il est vrai de constater que le PLR a fait un pas en avant vers l’UDC.

     

    La nuit des Longs Couteaux a bien fonctionné !

     

    Aujourd’hui le PLR doit une fière chandelle à l’UDC.

     

    Dans deux ans ce dernier prétendra à deux sièges pour autant que son électorat lui soit fidèle et qu’il conserve, voit augmenter, ses sièges.

     

    En outre, Monsieur Christophe Darbellay a mal calculé les voix escomptées en faveur de Urs Schwaller. Le parti Socialiste n’a pas joué à fond la carte PDC. Aurait-il dû retirer son poulain et être l’homme fort en 2011 ? Maintenant, le PDC sort affaibli par cette élection. A moins de solides cousins, comme le parti Socialiste, il sera difficile de retrouver un deuxième siège au Conseil fédéral. A moins que le PDC se voit assis sur un ou deux ou trois sièges supplémentaires.

     

    La droite est assise sur l’UDC et le parti Radi-Libéral.

     

    Et le Tessin ? Il serait normal de siéger au Conseil fédéral. Chaque région linguistique devrait être représentée à l’exécutif.

     

    Espérons que les conséquences négatives pour le PDC ne se refléterons pas sur les prochaines élections genevoises.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 8 commentaires
  • Le "cirque" des parlementaires fédéraux

    Imprimer

    Le célèbre bar de l’hôtel Bellevue à Berne va faire ce soir une bonne caisse. Les parlementaires vont dicutailler tard dans la nuit. Boire des verres, refaire le monde, concocter des compromis, créer des lézards, se disputer, rire……. C’est la nuit des Longs Couteaux ; à ce sujet, j’ai fait un  blog sur une des explications sur l’origine de cette désignation.

     

    Les femmes et les hommes qui décident du bon fonctionnement de la Suisse, qui à travers la création  politique voient, prévoient l’avenir vont être chauds-es.

     

    Ce matin, j’étais chez mon médecin, évidemment en hommes avertis, nous avons parlé des candidats. Est ressorti de notre pt’ite analyse que Urs Schwaller serait le successeur de sa Seigneurie Couchepin. A moins, que les parlementaires nous réservent une surprise en élisant un tessinois.

     

    En ce qui concerne le séducteur Christian Luscher, il pourrait également créer la surprise. A défaut des deux autres candidats officiels, le dernier élu, le petit jeune pourrait bien être le number one. A son sujet, il a l’handicap d’être trop à la droite de la droite. Bonjour les étrangers…… Il va grainer les voix à l’UDC !

     

    Je me réjouis demain matin pour suivre cette élection. J’espère qu’il y aura du piment. Une cerise sur le gâteau.

     

    Une nuit bien noir, humide, ayant le secret des Longs Couteaux.

     

    Allez fidèle lectrices et lecteur bonne soirée.

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • La nuit les Longs Couteaux ?

    Imprimer

    Demain, l'élection du Conseiller fédéral en remplacement de sa royal Couchepin

    Depuis lundi, les médias évoquent la nuit des Longs Couteaux. Ne connaissant pas l'origine, je suis allé à la pèche aux renseignements. Un peu de curiosité intellectuelle n’a jamais fait de mal à personne.

    images.jpg

    J’ai trouvé ceci sur internet :

    La nuit des Longs Couteaux est le nom familièrement donné en Suisse, par dérision, à la nuit précédant l'élection des conseillers fédéraux par l'Assemblée fédérale[1].

    En Suisse, le Conseil fédéral (gouvernement) est élu par l'Assemblée fédérale (parlement). Ses 7 membres sont issus de divers partis (selon une répartition essentiellement proportionnelle et en principe guidée par un consensus entre les principaux partis). Cette fusion des tendances antagonistes dans un même collège gouvernemental porte le nom de « formule magique ».

    La veille de cette élection, qui a lieu tous les 4 ans (en décembre) ou après la démission d'un conseiller fédéral, est l'occasion de toutes sortes de combinaisons, d'alliances et de trahisons de dernière minute entre les différents partis. Pendant longtemps, les élections ne portaient que sur le choix des personnes mais, avec l'affirmation du clivage politique gauche-droite et les changements de l'équilibre politique - affaiblissement du centre-droit, montée de l'Union démocratique du centre (droite) et du parti socialiste suisse (gauche) -, ces manœuvres tactiques, réelles ou supposées, portent aussi sur la présence des partis politiques au gouvernement.

    Les coups de théâtre électoraux (par ex. non-élection du favori) sont souvent présentés comme le fruit de ces conspirations de dernière minute. Ainsi, le renouvellement intégral du Conseil Fédéral de 2003 a vu l'élimination de la conseillère fédérale Ruth Metzler-Arnold (Parti démocrate-chrétien) et la non-élection de la candidate radicale Christine Beerli au profit de Hans-Rudolf Merz. Certains opposants y ont vu la preuve d'un complot anti-féminin. De même, le renouvellement intégral de 2007 a vu l'élimination du candidat UDC Christoph Blocher[2] au profit de la Grisonne UDC Eveline Widmer-Schlumpf, à la suite de nombreuses alliances tactiques d'une nuit.

    images.jpg

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Les femmes ont la cote !

    Imprimer

    Mais alors les premières Dames de notre vielle Helvétie sont les bien aimées. S’agirait-il d’un trio de choix ?! Les Suisses préfèrent les femmes ; y aurait-il un film à tourner !

     

    HX06Y1CAK735EACAG6PZBACAGBDMQ1CA8KSYF8CAPM1W7UCAW3VE4YCAXN25VLCA7A85Y8CA0IK4N3CAKL0JT2CAM5VC0ECAQZJIG7CAB4BPOGCA3RV1K5CAK2XC63CA3R3FYQCAK4PC0ACANMLP1J.jpgimages.jpgHX06Y1CAK735EACAG6PZBACAGBDMQ1CA8KSYF8CAPM1W7UCAW3VE4YCAXN25VLCA7A85Y8CA0IK4N3CAKL0JT2CAM5VC0ECAQZJIG7CAB4BPOGCA3RV1K5CAK2XC63CA3R3FYQCAK4PC0ACANMLP1J.jpg

     

    Mais pourquoi sont-elles sur le podium des jeux politiques. Dirais-je elles font de la bonne politique. Elles sont responsables, ouvertes et dégagent la volonté d’y arriver. Pour la première Dame Doris Leuthard serait-ce son magnifique sourire et ses yeux de femme avertie. C’est rassurant de voire que la gente féminine est mise en avant. Cela prouve qu’elles ont autant de bagage intellectuel et psy. Pour gouverner. Nana aux hommes !

     

    Pauvre Hans-Rudolf Merz, il est au planché. Bon, il est vrai qu’il faut un petit dernier. Paierait-il son investissement de bon élan dans l’affaire Libyenne ; sans doute. Son action peut judicieuse aux yeux des Suisses n’a pas payé. Si les otages ou comme dirait Kadhafi les hommes d’affaire, étaient rentrés au pays, et bien notre bon Président serait certainement sorti devant les dames. Pas facile d’être le grand Chef surtout si celui-ci est confronté à une crise diplomatique sans précédent. Le meneur mené par Kadhafi le paie cher.

     

    Pascal Couchepin, les Suisses ont raison, il faut qu’il parte par la petite porte. Encore deux jours et nous connaîtrons son successeur. En attendant, le Roi, car dans ses faits et gestes il se prend un peu pour un royaliste, il n’aura pas réglé les problèmes liés à la santé. Aura-t-il donné un nouveau visage à la santé ; j’en appelle aux médecins pour me répondre, notamment notre collègue blogueur le Docteur Bertrand Buchs, candidat au Grand Conseil. Mais oui, le futur ex Conseiller fédéral que laissera-t-il après lui.

     

    En définitive, ce n’est pas facile d’être Conseiller fédéral. Les qualités requises se comptent bien au-delà des dix doigts. Pour l’instant, il n’y a que nos trois ministres femmes qui ont compris les enjeux. Je propose que le successeur de Couchepin, avec son sang neuf, décerne les médailles aux trois dames élues par le peuple ( !).

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Campagnes électorales : mitigées ou bien cuites !

    Imprimer

    Bonjour à toutes et à tous,

     

    Les campagnes électorales sont ouvertes, un peu comme la chasse. C’est vrai, chaque parti, chaque candidat part aux rassemblements des voix.

     

    images.jpg

     

    Chaque voix compte.

    Se donner pleinement, aller ici et là tous les jours peut jouer un rôle important dans le résultat définitif. Le fruit peut être mitigé ou bien cuit.

     

    images.jpg

     

     

     

    Au prime abord, nécessité consiste à réveiller les membres du parti. Ensuite, le bouche à bouche prend le chemin des mots et parcours les chaumières.

     

    Les secrétariats généraux s’activent,  préparant les courriers publicitaires, multiplient les contacts. La base, cotisants – militants – délégués sont bousculer par les propagandes. Le moindre détail est scruté et travaillé. C’est un authentique marketing.

     

    Les séances, les stands, les « farandoles » sur les places deviennent de plus en plus actives.

    Les soirées électorales se multiplient, les interventions orales et écrites prolifères.

     

    Mais aussi les coups bas, les passes passe ne font pas dans la dentelle.

     

    Il y a une trentaine d’années, j’étais candidat PDC au Grand-Conseil. S’était l’époque de Guy Fontanet. Je me souviens qu’en marge des affiches avec un copain candidat posées un peu partout au centre ville, notamment sur le quai de l’Ile, une grande banderole avec photos tapissait l’échafaudage de l’Uniprix, ce dernier étant en rénovation. Cela avait fait un tabac médiatique. Je ne sais si c’était une cause à effet, nous étions bien sortis. Nous faisions aussi du porte à porte. Ah on peut dire que la campagne était active, vivante ; nous multiplions notre participation à toutes les réunions dans les Communes. Le vrai parcours du combattant politique. J’étais sorti 24ème sur 50, j’avais 20 ans !

     

    images.jpg

     

    Aujourd’hui, à part les stands et les farandoles sur les places du Marché, les campagnes sont moles.  Je subodore qu'elles vont battre le plein d'ici quinze jours. Ce ne serait pas un mal !

     

    Le blog est un bon tremplin. Je trouve, sans s’arrêter sur ses idées, le blog du MCG assez intéressant. Ca propagande est intéressante. C’est un tapage gratuit simple, proche de la population. Ca remue !

     

    Mais oui, il faut être percutant. Ce n’est pas facile d’être percutant.

     

    Au moment d’écrire le présent propos, je dirais que les campagnes sont moles. Il n’y a rien de vraiment de transcendant. Pourtant, il ne reste qu’un mois, sans oublier que le matériel électoral arrive dans les boîtes aux lettres dans 3 semaines.

     

    J’ai toujours été convaincu que celui qui fait du bruit, n’a pas peur de gêner, a des chances.

     

    A la croisée des chemins des campagnes électorales, ça ne donne pas très envie de voter.

     

    Sur ce sujet, encore un, Genève est trop Calviniste.

     

    Clin d'oeil : s'ils ne sont pas élus, ne pas baisser les bras. Souvent, la première fois on ne passe pas à moins d'être connu et soutenu par des cooporations.

     

    Bonne journée.

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • M. Merz pas encore gagant. Une démission ?

    Imprimer

    Ca devient comique et triste cette affaire des otages en Libye.

     

    Comique, en raison du non retour des promesses de Hans-Rudolf Merz.

     

    Triste, car des étincelles par ci, par là. Un avion décolle, les journalistes sont avertis, les politiques se réjouissent de pouvoir accueillir les deux personnes, et rien, que nenni. C’est une affaire qui tourne au vinaigre, pour l’instant.

     

    Politiquement ce n'est pas bon pour notre démocratie, pour notre image dans le monde.

     

    C’est un dossier à mouvances quotidiennes ; il est à prendre avec des pincettes. C’est à la Ministre des affaires étrangères de reprendre se dossier, de le peaufiner afin qu’un dénouement digne de notre démocratie ait lieu.

     

    Mais tout de même, si l’avion s’est posé à Tripoli ce n’est pas pour venir chercher des vacanciers, mais des otages retenus depuis 1 année en raison de caprices d’enfant de la part du Colonel, car son petit s’est fait arrêter !

     

    Si chaque fois qu’il y a un problème diplomatique il doit y avoir une vengeance où va-t-on ?

     

    Que fait donc aujourd’hui Monsieur Merz, le sauveur de la Suisse auprès de Tripoli.

     

    Ce n’est pas bien de mener en bateau les gens et surtout les otages.

     

    Il est vrai que la date butoir est fixée au 1er septembre. Cela, dit vu l’agitation nous aurions pu penser qu’ils rentraient cette nuit.

     

    Et si Tripoli séquestrait l’avion de la Confédération ?!!!

     

    Affaire a rebondissements, à surprises. Monsieur Merz se trouve de plus en plus isolé.

     

    Vivement le sage dénouement.

     

    La Suisse attend avec impatiente les otages, leurs deux compatriotes.

     

    Monsieur Merz est de plus en plus critiquer et isoler. Démission cet automne ?

    Espèrons que les 2 otages soient libérés aujourd'hui. Serait-ce grâce à Madame Calmy Rey ?

    Lien permanent Catégories : Politique 8 commentaires
  • 400 pour 100 !

    Imprimer
    images.jpg

     

    Reprenant le titre de l’article de la TdG « 400 candidats dans la course au Grand Conseil », je constate en fait qu’ils sont 387. C’est un nombre  plus important qu’en 2005, ils étaient 376. 9 listes cette année, contre 10 en 2005. Les places vont être très cher.

     

    Ce qui est intéressant c’est le nombre de femmes, proportionnellement il n’a pas augmenté. Elles ont toujours de la peine à s’engager. La fièvre politique ne les a pas gagnées.

     

    Les âges du tableau sont très diversifiés. Félicitations au plus jeune, 18 ans, et à la plus âgée 83 ans. Pour le surplus, il n’y rien de transcendant.

     

    9 listes. Tout naturellement la droite présente une palette de candidats de toutes couches sociales, multicurelles. Quant à la gauche de la gauche elle se divise, le corollaire répartissant les suffrages.

    Solidarités d’une part, et Défense des aînés…… (la troupe de Grobet !). Les socialistes et les verts restant les leaders de la gauche.

     

    J’imagine un scénario : l’Entente peut gagner des sièges sièges. Je pense au Radicaux et au PDC. Les libéraux stagneraient. L’UDC ne va pas cartonner. Par contre le MCG risque de gagner 2 ou 3 sièges. A entendre le tout un chacun, ce parti à le vent en poupe. Il risque, proportion gardée, de cartonner. Quant à la gauche avec le schisme de la gauche de la gauche, il va y avoir des dégâts. A tout le moins, comme en 2005, cette dernière ne risque de ne pas avoir le quorum ; c’est le risque de la division des voix.

     

    Les calculs vont aller bon train, les stratégies se mettrent en place, les campagnes, actuellement complètement molle, vont prendre le train et sillonner Genève en quête de suffrages. La bataille ne fait que commencer.

     

    Nous connaissons les candidats, maintenant attendons les programmes électoraux pour se faire une image des idées politiques des partis.

     

    Enfin, les places vont être mises aux enchères publiques. Les genevoises et les genevois auront un choix très diversifié. Faut-il qu’il vote.

     

    Clin d’œil : les trois quarts des places étant déjà prises par les sortants, il ne reste que 25 nouveaux à se faire élire. Chacune, chacun vibrent d’espoir. A eux de mener une campagne d’exception. Un design décoiffant. Au soir des résultats, 287 candidats vont pleurer ! Le jeu n’étant qu’un jeu, il faudra sortir d’Uni II la tête haute et l’air intelligent !

     

    Que la piste aux étoiles commence !

     

    images.jpg

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Un Conseil d'état fédérateur ?

    Imprimer
    images.jpg

     

     

    Genève va bientôt élire le Conseil d’Etat. Un exécutif bien représenté, capable d’être fédérateur,  imaginatif, ayant la capacité de donner à Genève une bonne image. Les candidats devront n’ont seulement assurer la sécurité à Genève, mais aussi être les Gardiens des valeurs qui sont celles de Genève.

     

    Genève place internationale doit se donner les moyens de se développer, le corollaire être attrayante. Ces Constructeurs de la Genève du XXIème devraient être des visionnaires.

     

    Genève doit garantir à ces citoyennes et à ces citoyens la liberté, la solidarité, la sécurité.  C’est grâce à un dialogue entre milieux privés et pouvoirs publics que la garantie d’une saine économie et une bonne gestion de l’Etat pourront sortir de la crise sans trop de dégâts. L'internationale et l'intérieure auront les mérites d’être à la pointe du développement durable.

     

    Genève doit être en mesure d’être pérenne vis-à-vis de la jeunesse, celle qui fait ces pas dans la vie quotidienne. Assurer les moyens de droit administrés à nos aînés. Se battre contre une augmentation des primes d'assurance.

     

    Conserver et développer l’économie, les emplois, venir en aide aux entreprises en difficulté. Garantir une fiscalité attrayante, surtout pour les familles.  Faisant partie des priorités, également traverser avec sérénité la crise, se préoccuper plus des problèmes de la population.  

     

    La construction du CEVA, examiner à nouveau les possibilités de régler les problèmes de la traversée de la rade, donner un visage authentique au PAVE.

     

    S’occuper de près de la sécurité, mais aussi de la propreté.

     

    Je me réjouis à la fin de cette législature de constater ce que le présent Conseil d’Etat a fait ces quatre dernières années. Je pense que celui-ci ressortira bien des points positifs. Notamment le développement de l’économie, la bonne gestion de la santé, le réseau des TPG, etc.  Par contre au tableau noir, des impôts trop chers, un certain laxisme lié à certains sujets, par exemple, le logement, la sécurité, le manque de solidarité fiscal vis-à-vis des familles, etc. etc.

     

    Ces propos sont mon point de vue. L’envie de sortir du bois et de dire ce que je pense en quelques mots.

     

    Bonne journée. 

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Le peuple devrait élire le CF.

    Imprimer

    Hello,

     

    Les électrices et les électeurs aux urnes ?

     

    L’intronisation sur le siège du Conseil fédéral libre ne devient pas simple.

     

    6 candidats  à la candidature. De quoi parlementer, de rentrer dans les discussions dans les coulisses du Palais fédéral,

     

    Les groupes politiques vont devoir désigner le(s) candidat(s)-te. Exercice pas facile. Celui-ci demande une audition, une discussion, un choix. La décision ne doit pas être facile à prendre, surtout avec des candidats qui sont riche dans les idées politiques. A ce propos, est-ce qu’un « élève » de la "Star" Conseil fédéral serait à même de défendre un programme politique d’actualité et d’avenir. Car ce qui est intéressant c'est d’être en mesure  de savoir quels sont les projets pour la Suisse des années 2020. Nous avons de la chance de bénéficier de 6 candidats de deux formations politiques proches. Le peuple serait comblé par le bon choix.

     

    Nous vivons tardivement une période charnière entre le 20ème siècle et le 21ème siècle.

     

    Et si le choix de l’heureux candidat passait par les urnes démocratiques. Au bon peuple de désigner le successeur de Pascal Couchepin. Chaque candidat passerait au crible des masses médias. Une campagne à l’américaine ou à la française. Du piment au cœur de notre bonne Suisse. Des débats télévisés, une tournée électorale dans toute la Suisse. Des conférences publiques. Je serais assez pour. Car en définitive un Conseiller fédéral est sensé être le gardien de la Constitution fédérale, le corollaire des femmes et des hommes garnissant les terres. C’est le gardien de la Paix sociale-économique-politique. Il serait normal de les auditionner. Démocratiquement ça me paraît plus près du respect de la pensée publique de la politique.

     

    Ce qui amènerait le peuple à se prononcer par le biais d’une élection. La vraie démocratie sortirai du bois. Je n’ai jamais compris pourquoi nous n’avions pas notre mot à dire. Je ne trouve pas satisfaisante l’actuelle manière d’agir. Elle est cartésienne, ne repose pas sur des fondements de la politique du 21ème siècle. Ce changement s’il venait viable serait un grand bouleversement, bénéfique ( ?) pour les Suisses. Une modification du système démocratique, le corollaire, une modification de la Constitution.

     

    Ce n’est pas impossible, c’est en fait une question de volonté de bousculer les us et coutumes de chez Nous.

     

    Captivons les Suissesses et les Suisses de sensations. Evidemment, le vote important soit-il devrait être obligatoire.

     

    Au demeurant la démocratie s’en verrait renforcée.

     

    Bonne journée.

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Etre conseillés ?

    Imprimer

    Mondialement……

     

    ……les Clinton sur le pont du paquebot de Barack Obama.

     

    Madame comme Secrétaire « générale », Monsieur en tant que Consultant et pour l’occasion une mission confiée, émissaire de la Paix. Pas beau la politique familiale !

     

    Le temps des grands hommes et des femmes et des hommes tout court demeure. Et c’est très bien. Barack Obama se repose sur une gestion certes du 21ème siècle, mais aussi sur l’expérience et le bagage des anciens.

     

    Bill Clinton sur le pont. N’est-il pas parti en Corée du Nord pour faire libérer deux journalistes condamnées à 12 ans de travaux forcés. Et il a réussi le vieux loup de la politique.

     

    Comme quoi, Barack Obama a joué la bonne carte. Il a envoyé l’ancien Président des USA, celui qui fut un excellent Président.

     

    Je constate ceci et fait un parallèle modeste avec Carouge.

     

    Les formations politiques, enfin certaines, devraient se reposer sur l’expérience des anciens loups de la politique et non foncer tête baissée, l’esprit de croire tout connaître. Ca ne peut être que bénéfique. Sans cette collaboration, sans la connaissance de la matière, mettant en marge les anciens, les jeunes loups de la politique passent à côté des petits « trucs », ceux qui permettent de donner des conseils.

     

    Les anciens ont vécu les aléas et les joies liés à la gestion d’une Commune. Ils ont le savoir, la matière à discuter, à conseiller. Ensuite, c’est au jeune loup d’écouter ou pas et de retenir ou non la leçon

     

    Les « vieux loups » sont à dispositions, ils doivent être sollicités.

     

    Je sens venir, des problèmes électoraux pour 2011, dans certaines formations si l’unité inter génération n’est pas renforcée. Rassembler, mélanger, écouter, ne pas jouer à celles et ceux qui croient tout savoir est de rigueur pour qu’un parti sauve pour partie à tout le moins le résultat des élections. Celles de 2011 approchent à grand pas. C’est aujourd’hui que les enjeux commencent. C’est très positivement que j’avance l’idée.

     

    Je dis non à la notion « les vieux au rancards ».

     

    Liberté, solidarité, subsidiarité. Tels est une certaine devise.

     

    Bon week end.

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire