Politique - Page 4

  • L'UDC veut "virer" H.-R. MERZ !

    Imprimer

    Comme ça, l’UDC veut le siège du Conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz, soit Radical-Libéral.

     

    sendobject.jpg

     

    Toni Brunner, président de l’UDC a vraiment de l’audace et les dents longues.

     

    De quel droit, peut-il s’arroger aussi légèrement ce siège. Gratuit non, il faudra le gagner et je ne suis pas si certain que les autres partis aux Chambres suivent l’appétit de l’UDC.

     

    J’avais un « brin » de sympathie pour certaines idées de l’UDC, à part l’initiative sur les minarets ; là ils me déplaisent, je n’aime pas le jeu de l’imposition forcée.

     

    Hans-Rudolf Merz, on peut dire ce que l’on veut, il a été démocratiquement élu, il partira lorsqu’il en ressentira la nécessité. Cela dit, il est vrai qu’il est plein d’initiatives qui parfois ne mènent à rien, l’exemple type, le dossier des otages retenus, encore et encore, en Libye.

    Ce fut parti d’un bon sentiment, mais voilà le résultat escompté n’a rien donné.

     

    Les relations avec la France et bien dans cette situation le Conseiller fédéral a bien agi.

     

    Pour dire que ce n’est pas un mauvais Conseiller fédéral, il y a eu peut être pire. Prenons Christophe Blocher, un éléphant dans un magasin de porcelaine !

     

    Avant que Monsieur Merz donne sa démission l’eau peut continuer à couler sous l’Aar.

     

    Et pour l’instant mettons le couvercle sur la casserole de l’UDC afin de freiner son appétit gourmand.

     

    Le moment venu, il appartiendra aux Chambres de faire le bon choix.

     

    Allez bonne journée.

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Bravo Barack OBAMA

    Imprimer

    En votant le principe sur la base d’un texte de l’assurance maladie, Barack OBAMA a gagné la première manche de sa Présidence.

     

    Quel beau cadeau le Président offre aux Etats-Unis, aux américains.

    Ainsi 35 millions d'américains vont avoir une couverture d'assurance maladie.

     

    Il est arrivé là où bien des Présidents se sont heurtés, le corollaire réduit le projet dans le tiroir.

     

    Bravo Monsieur le Président.

     

    Et que vont réaliser nos Conseillers fédéraux et plus spécifiquement notre nouvelle Présidente Doris Leuthard.

     

    Joyeux Noël à toutes et tous.

    cartejoyeuxnoel2009.jpg

     

    François Velen

    Lien permanent Catégories : Politique 4 commentaires
  • Flirt Calmy-Rey/Stauffer !!!

    Imprimer

    Marché du TRAVAIL, un flirt CF-MCG

    portr_-ContentPar-0002-Image_ContentPartextimage_0_1.jpg

     

    Quand les déclarations du Conseil fédéral croisent les idées du MCG !

    stauffer_eric.jpg

     

    Mais alors Eric Stauffer est un précurseur, un visionnaire, réveillez-vous les gars !

     

    Qui aurait dit qu’Eric Stauffer deviendrait en si peu de temps le héro national. Ca y est le Tribun du MCG et une grande partie des genevois sont hollywoodiens helvétiques. C’est cet homme qui a eu il y a 5 ans le pif de créer le MCG et qui se révèle aujourd’hui comme la vérité, le bon sens. A l’époque, il a fait trembler la politique jusqu’à Berne. En effet, ses idées sur les l’engagements des travailleurs suisses avaient pris le trains pour la Ville Fédérale, aux fins de défendre les emplois pour les Suisses. Si les votations cantonales du 11 octobre dernier auraient lieu ce week end, le MCG ferait un tabac bien au-delà de ses 9 nouveaux sièges et voire placer un Conseiller d’Etat.

     

    Micheline Calmy Rey et Doris Leuthard parlent le même langage qu’Eric Stauffer, à savoir en clair favoriser les emplois aux Suisses.

     

    En période de crise dit Micheline Calmy Rey les entreprises « doivent engager des personnes biens intégrées sur le marché en Suisse ». En vérité ça veut dire engager des Suisses d’abord. Ce n’est pas en faux en vérité.

     

    Mais, avec tout le respect que je dois à Madame la Conseillère fédérale, cette dernière déraille où alors elle a pris connaissance avec intérêt de la politique phare d’Eric Stauffer et y porte intérêt.

     

    En définitive le Conseil fédéral fait la part bel au MCG. Pourtant, pour la petite histoire, il n’y a pas de Gouverneur de ce parti au CF.

     

    Elle entre dans le tableau des idées du MCG, mais elle adhère du coup également à l’UDC, le parti agrairien qui prône le NON à l’ouverture vers l’europe. En effet l’UDC tourne le dos à la libre circulation des gens en Suisse. N’y a –t-il pas eu vote sur ce sujet ? Alors UDC-MCG même combat ?

     

    Je vous le dis, vous verrez, tous les partis vont prendre au vol les déclarations de Micheline Calmy Rey et en faire un cheval de bataille pour ou contre, mais vont en parler.

     

    Entre Nous sois dit, qui a raison sur cette question du marché de l’emploi ?

     

    Pour ma part, je défends les emplois aux Suisses d’abord, les étrangers ensuite.

     

    Pour conclure, va-t-on vers un mariage Micheline Calmy-Rey/Eric Stauffer !!!!

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Un homme de droite à la POLICE

    Imprimer
    Brassard_police_reglable.gif

    Je n’ai rien contre les femmes d’actions, les femmes de pouvoirs, les femmes emplies d’intelligence et d’intellectualité, les femmes en général, toutefois, je pense que le Département de Justice et Police, intitulé aujourd’hui « Institutions », devrait être dirigé par un homme fort. Pour Genève en l’occurrence un homme de droite. Cette dernière n’a-t-elle pas eu de cesse de parler de sécurité à Genève. Charge à elle, la droite, de prendre ses responsabilités et de reprendre ce dicastère mastodonte et stratégique pour l’avenir de Genève.

     

    D’autant plus que la Police est dirigée par une femme aux aspects excellents. Femme de poigne, ayant des facettes de toutes parts positives. Deux femmes à la tête de la Police, une politique, l’autre sur le terrain ça me paraît incompatible.

    Ne vont-elles pas se crêper le chignon !

     

    Conclusion, c’est un Département qui doit revenir indubitablement à la droite et diriger par un homme. La droite ne pas se « débobiner » et prendre ses responsabilités!

     

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Hop les municipales 2011 c'est parti !!!

    Imprimer

    Les cantonales sont terminées. Attention, je n’ai pas dit les « automnales » organisées par l’Etat de Genève. A ce sujet, bravo le Chancelier Hensler et son staff.

     

    Je veux évidemment àvoquer les élections du Grand Conseil et du Conseil d’Etat.

     

    Attention ce n’est pas pour autant que la vie politique s’arrête là. Pendant ces 4 prochaines années vont se dérouler d’autres élections, d’autres votations.

     

    Ce qui me laisse pensif suite aux derniers résultats, c’est l’avancée spectaculaire du MCG. Serait ce le parti des ronchonneurs genevois, la lignée des mécontents ou peut être des personnes qui ne voient pas Genève comme le centre du région.

     

    Toujours est-il que mathématiquement, ce parti d’extrême droite n’a peut être pas encore touché le plafond. J’en viens aux prochaines grandes échéances. Celles des Municipales et du Conseil national en 2011. En effet, actuellement il est en terme de points majoritaire dans le canton de Genève, à tout le moins le week-end dernier. Est-ce inquiétant ? A vous de peser !

     

    Ce qui m’importe en tant que Démocrate Chrétien à Carouge, ancien Conseiller municipal et 2 x Président du Conseil, actuellement Sénateur, c’est l’avenir. Je me fais du souci pour Carouge. Il ne serait pas impossible qu’en 2011 le MCG fasse une entrée presque « triomphale » dans la salle du Conseil municipal. Au détriment de qui ? Alors là je ne suis pas Madame Soleil. Cela dit, le MCG pourrait gagner 2 à 3 sièges.

     

    Il est donc important, très important que les partis traditionnels des Communes telle que Carouge bougent et sorte déjà du bois pour partir en campagne électorale. Trouver les candidats, travailler sur un programme, intervenir le plus souvent possible au Conseil municipal, à ce sujet proposer des motions, des propositions individuelles, poser des questions. Chaque parti devrait avoir sa/ses locomotives, chef de campagne, et soyons fous déjà la majorité de ses candidats-es.

     

    Ce n’est pas en restant les mains dans les poches sur la place pour faire des « farandoles » mais bien se profiler comme des visionnaires des leaderships. Celles et ceux qui veulent gagner, à tout le moins se stabiliser, dans deux ans doivent être déjà au fitness pour se muscler l’esprit, les idées, l’avenir.

     

    Le MCG ne va pas se gêner sur la forme.  Apostropheur des maux de la vie communale, donnant ainsi la possibilité aux autres partis de réfléchir sur le fond pour que ceux-ci soient plus crédibles, le corollaire donner un souffle renouveau aux autochtones. « Gueuler » sur tout ce qui ne va pas n’est pas constructif, c’est anti loyal, c’est bas.  

     

    Je n’ai de cesse de dire qu’il faut gagner la confiance des électeurs-trices. La population a besoin de femmes et d’hommes politiques armés, sensés, se démarquant, avoir des « tronches » bien trempées.  Si un parti se muni d’une bonne liste, avec des anciens, des nouveaux, un programme intelligent, porteur de bon sens et de promesses réalisables, c’est déjà bien des pas en avant.

     

    Si le MCG réfléchi à l’emporte pièce, les autres partis, sans perdre de temps, doivent donner de la matière pour que les hommes et les femmes de la Commune puissent mieux s’aimer, puissent vivre en toute quiétude, sans être sous pression justement d’un MCG excité, voulant tout remuer, voulant abattre des murs sans se poser les bonnes questions du pourquoi du comment.

     

    Ca comment par se regarder dans un miroir et se dire « Mais qui suis-je, que puis-je apporter, que puis-je donner sans qu’automatiquement je reçoive ». Il faut se la jouer intelligemment, subtilement, pour être récompensé par des votes de confiances.

     

    Je pourrais continuer à développer le sujet, tel n’en sera pas le cas, je m’arrête là en disant « L’enthousiasme est une des plus importantes sources du succès » - « Le secret du succès ne consiste pas à vouloir éviter les difficultés mais les surmonter ».

     

    Bonne journée et merci de m’avoir lu.

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Genève, enfin gouvernable !

    Imprimer

    Enfin, Genève possède tous les feux verts pour gouverner !

     

    Enfin Genève sera gouvernable. Un parlement de droite, un exécutif de la même famille. C’est royal. Mais attention de gérer les affaires de l’Etat avec intelligence, car attention à la démocratie, tel que les référendums.

     

    La gauche a pris une claque, le MCG et l’UDC se sont noyés. Pourtant avec leur campagne, parfois mensongère mais au combien musclée de ces deux partis, ils étaient voués à une réussite. Que nenni, les blocs les ont écrasé. Ils se sont faits broyer. A force de parler d’eux, la population a pris peur.

     

    La droite rigole, la gauche pleur, le MCG a pris une claque, le tribun peut mettre sa veste, son parti a les joues écarlates. En définitive, la razzia MCG au Grand Conseil fut qu’un vote de mauvaise humeur dont la nouvelle droite à l’exécutif devra avoir à l’esprit. Il y a des gens mécontents à Genève. Je pense à la sécurité, gros chantier a entreprendre rapidement, un authentique enseignement, la traversée du petit lac, etc. Genève a besoin d'être reprise en mains sans délai.

     

    Enfin Genève retrouve d’authentiques majorités permettant le développement et l’avancement de gros dossiers sans les éternels clivages droite-gauche-droite. Il ne reste plus qu’un moyen à la gauche en cas de mécontentement d’un vote au Grand Conseil : le référendum. Est-il opportun de vouloir toujours tout remettre en question ?

     

    Les grands chantiers, tels que le PAVE, la traversée de la rade, le redressement des finances vont pouvoir enfin aller de l’avant. Les projets vont voir le jour dans des délais beaucoup plus raisonnables et partant constructif pour Genève.

     

    Tant le législatif que l’exécutif de Genève a désormais un jeu de cartes avec les atouts les plus forts. La ville internationale du bout du lac peut faire match dans bien des domaines !

     

    BRAVO l’ENTENTE !

    VIVE GENEVE.

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • J-2

    Imprimer

    J-2

     

    Tout est possible. Tous les scénarios sont jouables. Toutes surprises sont attendues !

     

    Aïe aïe aïe les douze coups de minuit vont sonnez et hop c’est le résultat des élections du Conseil d’Etat. Des, auront le sourire, des auront des larmes plein les yeux.

     

    Le monde politique genevois est en effervescence. Les calculs vont bon train. Les taux de probabilité font tourner les machines à calculer.

     

    Si on en croit le sondage de la TdG, 53 % de  des voies iraient au MCG ou à l’UDC . Et si c’était la réalité à la sortie des urnes ! Genève serait gouvernée avec un pas, deux, trois pas en arrière. Catastrophique ? Non. Des changements dans la façon de gouverner, certainement oui. Un jour viendra où ces changements interviendront, c’est indubitable. Tout naturellement eu égard aux mouvances  mondiales de la société.

     

    Soyons fous ! Ou plus tôt je vais être fou un instant.

     

    3 droites

    1 MCG                                  ou 2 MCG ( !)

    1 UDC

    2 gauches

     

    Qu’en pensez-vous ?  Un tsunami politique à Genève pourrait arriver, nous ne sommes pas à l’abri d e ce genre de manifestation de mauvaise humeur du peuple.

     

    Je m’intéresse aux élections depuis l’âge de 18 ans, j’en ai 51. Pourquoi cet intérêt ? Je crois en la chose publique, elle m'inspire le bien communal, cantonal, fédéral et international. Genè

    ve.

     

    Dans quel état psychique sont en ce moment les 14 candidats. Allez on dira qu’ils boivent des verres à la place du Marché.  Et la sérénité est de rigueur, raison pour laquelle je m’arrête là, surtout de vous ennuyer avec mes états d’âmes politiques. Dimanche 15 heures nous en serons plus.

     

    Vives Genève, vive les candidats, vive vous et moi.

    Lien permanent Catégories : Politique 6 commentaires
  • Super ! Victoire de Barack OBAMA

    Imprimer

    Je viens de prendre connaissance sur le « Monde » d’une victoire de Barack OBAMA. Je vous la livre pour que vous aussi vous en preniez les détails :

    obama_1201801546.jpg

    « C'est le succès dont Barack Obama avait besoin, l'une des priorités de son mandat. La Chambre des représentants américaine a adopté samedi soir un plan de réforme de la couverture santé aux Etats-Unis, offrant au président Barack Obama une première victoire au Congrès.

    Le président s'était déplacé en personne en milieu de journée pour exhorter les démocrates, dans un discours d'environ 30 minutes, à voter pour sa réforme, l'une de ses promesses de campagne. "Grâce au travail acharné de la Chambre, nous ne sommes plus qu'à deux doigts de parvenir à la réforme de la couverture santé en Amérique", a affirmé le président. "Maintenant, le Sénat doit suivre l'exemple et passer sa version du projet de loi", a poursuivi M. Obama qui s'est déclaré "absolument confiant" sur le fait que la chambre haute puisse approuver le plan.
    M. Obama espère promulguer le projet de loi
    "d'ici la fin de l'année".

    Exceptionnellement réunis au Capitole un samedi, les élus de la Chambre des représentants ont approuvé le texte visant à fournir une couverture maladie à des millions d'Américains qui en sont dépourvus. Les élus de la chambre basse ont approuvé le texte d'environ  2 000 pages, par 220 voix contre 215, à l'issue de 12 heures de débats. Un seul républicain Anh "Joseph" Cao a voté pour le projet de loi à la Chambre. La Chambre a également rejeté une contre-proposition de loi présentée par l'opposition républicaine.

    Les Etats-Unis comptent actuellement 46 millions de personnes qui en sont privées, chiffre auquel de nombreux analystes ajoutent 25 millions de personnes mal assurées. Les dépenses de santé représentent chaque année quelque 2 500 milliards de dollars, plus de 7 470 dollars par habitant. Rapporté au PIB, cela fait 16 % avec des projections à 25 % d'ici 2025. Au total, 96 % d'Américains seraient couverts dans le cadre du plan démocrate, qui cherche à faire baisser les coûts de la santé. Par ailleurs, le plan prévoit la création d'un système d'assurance maladie géré par le gouvernement qui doit être mis en concurrence avec les compagnies privées. Ce plan, d'un coût net de près de 900 milliards de dollars sur 10 ans (2010-2019), ferait économiser 129 milliards sur la même période, selon le Bureau du budget du Congrès (CBO).

    En revanche, elle a adopté par 240 voix contre 194 un amendement proposé par un groupe de démocrates anti-avortement, visant à renforcer l'interdiction de l'utilisation de fonds publics pour les avortements, une mesure appréciée côté républicain.
    La querelle sur l'IVG, a failli coûter cher à la majorité qui jusque très tard dans la journée de samedi n'avait pas la certitude d'avoir les 218 voix sur 435 nécessaires à l'adoption du texte.

    Devant les parlementaires, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi a déclaré en s'adressant aux Américains: "Ce projet de loi vous donne, à vous et à votre docteur, le contrôle de votre santé, les compagnies d'assurances ne se trouveront plus en travers du chemin". Cette réforme est attendue depuis une centaine d'années, a souligné Mme Pelosi qui a cité les premières initiatives du président Theodore Roosevelt.

    Jusqu'au bout, l'opposition républicaine n'a pas désarmé. Samedi, des militants anti-réforme se sont rassemblés devant le Capitole aux cris de "Tuez le projet de loi" ("Kill Bill"). Pour le chef de la minorité républicaine, John Boehner, le projet de loi "va coûter plus de 1 300 millions de dollars et il va tuer des millions d'emplois (...), il va augmenter les impôts, il va faire grimper les primes d'assurances". Le texte devrait rencontrer davantage de résistance au Sénat où le chef de la majorité Harry Reid a laissé entendre que le vote final pourrait attendre 2010 »

     

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Les chiffres en détail des chômeurs

    Imprimer

    J’ai trouvé sur un site non officiel, une réponse du Conseil d’Etat à une interpellation du MCG sur le nombre de chômeurs à Genève et leurs affectations. Depuis fin septembre 2008, soit il y a une année, évidemment que ces chiffres ont bougé. Cela dit, nous pouvons prendre conscience du nombre en détails de chômeurs à Genève.

     

    Ne sont pas compris dans ces chiffres les travailleurs étrangers habitant à l’étranger.

     

    Ca peut vous intéresser de savoir !

     

    Quel est le nombre de chômeurs genevois par catégorie

    professionnelle ? Réponse du Conseil d'Etat.

     

    Le nombre de chômeurs genevois par catégorie professionnelle est le suivant à la fin septembre 2008 :

     

    -      Agriculture, écon. forestière, élevage/soins aux animaux 113

    -      Prod. de denrées alimentaires, de boissons, de tabacs 51

    -      Industrie textile et industrie du cuir 62

    -      Travail de la céramique et du verre 4

    -      Usinage de métaux et construction de machines 84

    -      Electrotech., électronique, ind. horlogère, const. véhicules et outillage 251

    -      Industrie du bois et du papier 55

    -      Arts graphiques 34

    -      Industrie chimique et matières plastiques 57

    -      Autres professions du façonnage et de la manufacture 186

    -      Ingénieurs 111

    -      Techniciens 83

    -      Dessin technique 96

    -      Machinistes 56

    -      Informatique 224

    -      Construction 607

    -      Exploit. minière, trav. de la pierre et fab. de mat. de construction 4

    -      Professions commerciales et de la vente 1 226

    -      Publicité et marketing, tourisme et admin. fiduciaire 384

    -      Transports et circulation 420

    -      Professions des postes et télécommunications 122

    -      Hôtellerie et restauration, économie domestique 1 519

    -      Nettoyage, hygiène et soins corporels 928

    -      Entrepreneurs, directeurs et fonctionnaires supérieurs 593

    -      Professions commerciales et administratives 1 513

    -      Professionnels de la banque et employés d'assurance 299

    -      Professions afférentes au maintien de l'ordre et à la sécurité 227

    -      Professions juridiques 79

    -      Professions des médias et apparentées 281

    -      Professions artistiques 331

    -      Assistance sociale et spirituelle, éducation 605

    -      Sciences sociales, humaines, naturelles, physiques et exactes 132

    -      Professions de la santé 379

    -      Profession du sport et du divertissement 9

    -      Professions du secteur tertiaire spa 63

    -      Profession dont l'activité professionnelle ne peut être définie 299

    -      Non spécifié 628

    -      Total 12 115

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Nicolas Sarkozy reste petit !!!

    Imprimer

    Nicolas Sarkozy est à mi chemin de son quinquennat. Dans une crise mondiale difficile de dire s’il a fait bien. Le pays n’est pas d’humeur à la fête et la majorité est mise à mal par ce fait. Il est également difficile de tirer un bilan comme si c’était les 100 premiers jours, tant les programmes n’ont pu être développés en si peu de temps.

     

    Le Président de dire qu’il se sent rassuré en se comparant à Barack OBAMA, ou de prendre soin de distinguer de ses prédécesseurs – De Gaulle, Mitterand, Chirac, tous enlisés à la même époque dans de graves difficultés, est enfantin. Doit-il vraiment se comparer aux autres, à tout le moins simuler son action au passé ? Il est unique, le corollaire, je pense qu’il est « petit », rien à voir avec sa taille ( !) de se rapporter aux prédécesseurs ou encore au Président des Etats-Unis. Chaque époque a eu son épopée, chaque Chef d’état a eu son lot de difficultés. Sarkozy a les siennes qui sont les siennes, charge à lui de continuer son action sans regarder le passé, à tout le moins de pas se vouer au jeu des comparaisons. C’est petit !

     

    Cela dit, il reconnaît ses erreurs, notamment celle de nommer son fils, le jeune étudiant Jean, à la tête de l’EPAD. Je suis touché de cette sincérité, de cette reconnaissance de « fautes ». C’est une marque de loyauté, d’intelligence, car il sait avouer ses erreurs.

     

    Sarkozy a son style qui est le sien, il plaît ou déplaît, laissons le travailler, à la fin de son quinquennat, il sera assez tôt pour faire le bilan.

     

    Une chose est certaine, la France est et a toujours été ingouvernable. Elle est souvent au bord du gouffre mais, heureusement, n’y tombe jamais. Tant que la royauté malgré la démocratie traîne dans les couloirs

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • La soif du pouvoir....

    Imprimer

    Se donner de l’importance. Nous sommes ici bas tous importants. Nous sommes tous uniques.

    Nous sommes tous nantis de qualités comme de défauts. Il est forcément vrai que les qualités sont plus appréciées que l’opposé.

     

    Je parle de cela car j’ai eu l’occasion de discuter avec des personnes qui ne rêvent que d’une chose, le pouvoir. Que le pouvoir existe est normal pour faire fonctionner une société, cela dit il n’y a pas besoin de se prendre la tête.

     

    En période électorale, je serais intéressé de savoir ce que pensent les 16 candidats sur ce qu’est le pouvoir. Ils sont bien présentés dans les médias, mais au fond d’eux que pensent-ils vraiment.

    1968-mai-Nous-sommes-le-pouvoir.jpg

     

    La soif de pouvoir

    Docteur en psychologie, Jean-Pierre Friedman est psychanalyste, auteur de “Du pouvoir et des hommes”, Ed. Michalon (2002) :

    Les gens de pouvoir ont-ils un profil psychologique commun ?

    Il existe deux cas de figure : ceux qui aspirent dès l'enfance à diriger, et ceux qui ne sont pas conscients de cette aspiration.

    Cette distinction peut s'opérer très tôt. Le nourrisson est naturellement narcissique et mégalomane. Il se sent le centre du monde. Ses seuls moyens d'affronter la vie et de se faire entendre sont les pleurs et les cris, il se rend très vite compte de leur pouvoir et qu'il détient là un moyen de se faire obéir. En grandissant, ce petit être va peu à peu, sous la pression de la réalité, apprendre à refouler ses désirs de toute-puissance, et accepter d'obéir et de composer.

    Mais certains individus n'arrivent pas à ce principe de réalité. Ils ne grandissent pas. J'ai d'ailleurs retrouvé chez eux un certain nombre de points communs dans leur petite enfance, avec très souvent une figure maternelle protectrice, adorante, et une figure paternelle beaucoup plus distante, voire absente, que l'on s'efforce de satisfaire sans jamais y arriver. Ces enfants, devenus adolescents puis adultes, la plupart du temps brillants, vont ainsi canaliser toute leur intelligence et toute leur énergie dans un seul dessein : dominer, détenir une parcelle de pouvoir, si ce n'est le pouvoir tout court.

    Cette soif de pouvoir peut donc animer toute une vie ?

    Oui, et certains vont même sacrifier beaucoup pour approcher ou arriver à ce but. C'est d'ailleurs mettre le doigt dans une forme d'engrenage, dans lequel le pouvoir agit comme une drogue : plus on y goûte, plus on en redemande. Jusqu'au point où l'on ne peut plus se passer du pouvoir.

    C'est par exemple le cas de bon nombre d'hommes politiques, qui bien qu'accumulant les défaites ou les traversées du désert, persistent dans leur course au fauteuil, et ne prennent jamais leur retraite. Car pour eux, le pouvoir symbolise la longévité et la vie, il brille comme un gage d'éternité. Ils finissent par confondre leur existence avec leur fonction.

    Mais il ne faut pas penser pour autant que cela “n'arrive” qu'aux autres ! Certaines personnes, qui n'ont pas développé leur aspiration à diriger, peuvent, par les hasards de la vie, se voir investies un jour ou l'autre d'un pouvoir et s'en retrouvent fort aises ! Car les désirs archaïques que nous avions nourrissons sont refoulés certes, mais n'ont pas totalement disparu et peuvent donc se réveiller. Personne n'est donc à l'abri des possibles dérives émanant de l'exercice du pouvoir.

    Et pourquoi obéit-on ?

    Obéir à une loi, à une autorité, à un pouvoir, c'est adhérer à un groupe et trouver une sécurité, une identité et une valorisation. On a donc le plus souvent besoin d'un groupe solide, qui ne peut exister que par son leader et son autorité.

    Mais comme la dérive caractérielle de celui qui incarne le pouvoir est toujours possible, il faut donc des structures qui le contiennent. Le pouvoir est donc affaire d'équilibre, de répartition des forces et des tensions, de contrôles et de contre-pouvoirs. C'est une dynamique constante, que l'on retrouve dans tous les groupes, qu'ils s'appellent société, partis, associations, cellule familiale, entreprise...En savoir plus avec notre Dossier Psy “Le pouvoir”.

    Le livre dont les passages précédent est très intéressant, je ne peux que vous le recommander.

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • OBAMA l'homme de paix !

    Imprimer
    obama_1201801546.jpg

    Une année que Barack OBAMA a été élu Président des Etats-Unis. Attention, il n’est entré en fonction officiellement début janvier 2009, donc 11 mois de gouvernement. Que dire après cette courte période ?

     

    Dans une période de crise, comme précédente celle de 1929, le Président noir laisse déjà une image imprégnée de bon sens, de bonnes directions, d’une politique clairvoyante.

     

    Pourtant hier, les démocrates ont connu un revers. Leur première défaite politique d’envergure en perdant les élections pour le poste de gouverneur des Etats de Virginie et du New Jersey. Cette double victoire Républicaine peut-elle infléchir le cours des ambitions réformatrices de la Maison Blanche. Pour les médias qui n’ont rien d’autre à ce mettre sous la dent, alors oui. Pour les politiciens avertis, les simples électeurs alors non. C’est trop tôt pour porter un jugement.

     

    Je pense que la presse va vite en parlant de défaite. En effet, 10 mois où la Présidence des Etats-Unis est encore privilégiée par les électeurs malgré cette première défaite.

     

    D’aucuns préconisent un vote sanction. Sanction contre quoi, pourrions nous dire. Dans deux ans le bilan pourra être écrit, pour l’instant le canevas se tisse. Se tisse dans une période de crise, une période de restructuration de certains fondements de la société américaine, notamment celui de l’assurance maladie.

     

    Dans deux ans Barack OBAMA pourra dire on l’a fait, les Républicains argueront, il ne l’a pas fait. Seulement à ce moment les comptes seront rendus et jugés. En attendant, laissons travailler le Président des Etats-Unis dans son bureau ovale.

     

    Ce n’est pas une authentique victoire pour les Républicains qui restent sur leur défaite du 4 novembre 2008.

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • M. Stauffer ne dit pas les chiffres justes. Démagogie ?

    Imprimer

    Normalement j’ai promis la suite de l’historique sur Carouge, à tout le moins ses biographies.

     

    Cela dit la perche tendue hier par la Tribune de Genève au sujet des allégations de Monsieur Stauffer est trop tentante pour manquer une réaction.

     

    Est ce que Monsieur Pierre Weiss dit vrai, car il a fait la lumière sur les chiffres liés aux frontaliers dans les différentes institutions genevoises dictés par le tribun du MCG. En fait, M. Weiss aurait-il ramené à juste titre l’église au milieu du village. En tant que bon PDC cette dernière déclaration ne pouvait être évitée !!!

     

    Alors ainsi, Monsieur Stauffer ému par les caméras des courts instants d’interviewes aurait soi-disant "menti" sur les statistiques. Ah le pouvoir, il pourrait faire tout dire et rien dire. Il pourrait être totalement démagogique. Ce que Monsieur Stauffer dit, c’est semble-t-il donc tout du toc ? Que les genevoises et les genevois s’en souviennent. Nous n’allons tout de même pas placer un homme qui dit faux au Conseil d’Etat.

     

    Monsieur Stauffer se trompe donc ; aux SIG, aux TPG, à l’Hôpital, bref partout où il a essayé de placer ses billes électorales. A-t-il usurpé les déclarations ?

     

    Mais alors, c’est trompé les électeurs, c’est dire n’importe quoi pour obtenir des voix. Est-ce loyal vis-à-vis des genevois-ses

     

    Je crois très volontiers Monsieur Weiss qui lui détient les preuves des fausses allégations de Monsieur Sauffer.

     

    Si le tribun raconte des balivernes en tant que candidat, qu’elle image imposera-t-il en cas d’élection ?

     

    Petite question qui se pose sur bien des bouches, comment en 45 jours va-t-il faire pour nettoyer les dealers j’en passe et des meilleurs à Genève ? Démagogie encore ? Bon il est vrai que se fourvoyer une fois est pardonnable, mais 4 fois au mois d’octobre est trop pour accorder la confiance à un homme qui se dit « blanc comme neige ».

     

     

    Ne reste à Monsieur Stauffer qu'à corriger ces déclarations et revenir devant les médias avec des chiffres justes, précis, réels. Je ne pense que  Monsieur Pierre Weiss se soit fourvoyé.

     

    Electrices et électeurs, réfléchissez bien avant de voter, l'avenir de Genève est en jeu.

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • L'ENTENTE AU CONSEIL D'ETAT, OUI !

    Imprimer
    rsrinfo20090903_11165663_4.jpg

     

    Son collège de parti s’est pourvu d’un programme également médiatique. Il y a à boire et à manger. Ce document émane d’un homme intelligent cultivé. Il peut plaire aux jeunes et aux aînés.

     

    Pensent-ils être des vrais genevois pouvant apporter un avenir à Genève.

     

    Ils sont populaires, ils sont authentiques, auront-ils des chances. Mathématiquement non, mais !

     

    Toutefois ! Je discutais avec un analyste politique qui me disait qu’un siège au Conseil d’Etat pourrait bien revenir au MCG. A qui le prendrait-il ? Les deux candidats arguent ouvertement ce que les autres candidats penseraient tout bas. Est-ce vrai ?

     

    Logiquement, au regard de la constitution du Grand Conseil, 4 sièges à « Osez Genève », l’entente paraissent normales, 3 sièges à la gauche aussi. Maintenant, imaginons que le MCG place 1 de ses leaders, à qui prendra-t-il le siège.

     

    Rien n’est joué, tout reste suspendu à un fil.

     

    Ca fait peur cette montée de l’extrême droite.

     

    Genève sous la baguette d’un MCG. Imaginez…….

     

    L’entente doit placer ses quatre candidats, c’est indubitable. Il n’y a pas à réfléchir dans une Genève internationale, ouverte vers le future, stable économiquement, ne souffrant que peu de la crise. La candidate et ses trois collègues ne peuvent que conforter la confiance en Genève. Faisons confiance à ces quatre personnalités du monde politique.

     

    Le Grand Conseil étant majoritaire à droite 4 Conseillers d’Etat de droite me paraît logique, pas vous ? D'autre part, la gauche aurait droit à 3 sièges. Juste équilibre correspondant aux foces politiques du centre politique de Genève.

     

    Ne laissons pas s’installer à la tour Baudet l’extrême droite. Dangereux pour Genève.

     

    Pas de MCG au Conseil d'Etat !

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Conseil d'Etat : ma soeur Anne ne vois-tu rien venir ?!

    Imprimer

    J’ai lu dans la Tribune que la campagne électorale était molle. Et c’est vrai, il n’y a rien d’excitant. Pourtant nous sommes au cœur d’une crise dont il faut remonter aux années 29 pour trouver une aussi grave.

     

    Geneve-92981.jpg

     

    Genève n’est pas épargnée, égratignée par les mouvances néfastes de la planète. Rien n’est facile, quoique…..

     

    Il y a crise du logement.

     

    Il y a toujours plus de chômeurs.

     

    Il y a un problème de sécurité.

     

    Il y a l’environnement durable.

     

    Il y a, il y a et tout et tout et rien de transcendant.

     

    Les slogans attirent juste l’œil « Osons ensemble «  bof, « Osez l’UDC » bof, « la force de conviction », bof, bof et bof.

     

    L’excellent Pascal Décaillet tente vainement d’apporter du piment à ses « Genève à chaud », et voici que les candidats-es sont d’une mollesse exemplaire. Le pauvre Décaillet doit ramer pour rendre vivant son plateau. Souvent, il fait les questions-réponses, faute d’interventions claires et nettes des candidats-es.

     

    Rien de rien pour chauffer les esprits, la salle.

    "Stauffer" la salle ?!!! Pour l'instant, il n'y en a qu'un qui fait la tribune des médias. On en entrain de lui offrir un tapis, que dis-je une moquette, rouge.

     

    En effet, le seul qui fait la « une » c’est Eric Stauffer. Il n’y a pas un jour sans que son nom soit cité ici, ailleurs. Force est de constater qu’Eric Stauffer joue sur l’émotion des gens, les événements de la rue, des familles, de l’économie. En fin de compte, il a le secret de se faire remarquer. C’est un tribun qui marque l’opinion, ça c’est sûr. Il va finir par l’emporter !

     

    Hier soir, un débat « Tribune ». Bravo pour l’organisation. Mais toujours rien de brûlant sous le soleil.

     

    Il n’y a pas vraiment de débat nourri, d’échanges verbaux, d’interventions musclées. Nous pourrions penser que tout va bien à Genève, dans la Suisse, au sein du monde.

     

    La pertinence des programmes n’est pas pertinente ! Là aussi c’est mou.

     

    Posez la question au tout un chacun de la rue. Il ne sait même pas que des élections vont avoir lieu. Plus fort, il ne connaît peu ou prou les candidats-es.

     

    Bref, nos voisins directs et indirects doivent penser que tout va bien à Genève. Qu’il ne se passe jamais rien, et pourtant. Il manque publiquement des idées pour le futur de Genève.

     

    Le rideau va se fermer sur cette pièce qu’est celle des élections du Conseil d’Etat sans que les genevois se sentent plus rassurer.

     

    geneve.png

     

    Alors, déduction de tout ceci et tout cela, tout va bien à Genève ! Vive Genève

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Conseil d'Etat : Eric Stauffer, le leader ?

    Imprimer

    Bonjour chères Lectrices, chers Lecteurs,

    Demain, un blog sur la mollesse des élections au Conseil d'Etat genevois.

    geneve.png
    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Bilan du Conseil d'Etat genevois

    Imprimer

    Conseil d’Etat : UN BILAN PLUS TÔT POSITIF !

     

    Suisse-Geneve-Conseil-Etat-1-8.jpg

     

    A chaque élection de l’exécutif cantonal, c'est-à-dire tous les 4 ans, généralement le baromètre va en fonction du vent du moment, c'est à dire selon comment se porte la société, aujourd'hui en crise. Les médias se mettent sous la dent les points négatifs et positifs. Ces 4 dernières années l'exécutif a bossé, bien ou mal ? Il n’y a qu’à faire voler un drome en dessus de Genève pour constater que le canton ne va pas si mal que ça. Une chose est certaine à savoir que le Conseil d'Etat n'a pas mener Genève à la faillite, au contraire il lui a donné des ailes dans certains domaines, notamment celui de la bonne gestion des comptes.

     

    Si nous faisons une fixette sur l’article paru hier dans la TDG « Retour sur la législature 2005-2009 » l’aiguille désignant la météo serait plus tôt positionnée sur le beau temps. Ce n’est pas mentir puisque que le programme dévoilé à Saint-Pierre en 2005 est respecté sur bien des points. Il reste certes encore des dossiers qui méritent plus d’attention et d’action, le logement, le CEVA, le PAVE…..

     

    Si les finances ont été redressées, s’il se dégage un mieux pour les communes, si la fonction publique a été modernisée, si l’administration est plus contrôlée, si le chômage est en dents de scie, si c’est la fin des querelles à l’école, il n’en demeure pas moins une économie à l’image de celle mondiale, un logement en panne de logements, un CEVA bloqué, un PAVE au rang des lenteurs, une sécurité moyennement sécurisée……

     

    Mais sur quoi se base le-la genevois-e pour élire les 7 sages. Sur le bilan de chacun, sur la bonne bouille des candidats, sur quoi ? J’ai posé la question à dix personnes de différentes couches sociales. De ma petite enquête, il ressort que la conjoncture joue un grand rôle. En résumé, si la société va bien on vote à droite, à contrario si l’économie et le reste vont mal, on votre à gauche. Enfin, si c’est un vote sanction, ils prendront un bulletin MCG ou UDC.

     

    Ce Conseil d’Etat n’aura pas eu la tâche facile. En effet, il a dû en marge du ménage de la fonction publique gérer le chômage, prévenir une meilleure économie dans un monde économiquement en constante mouvance, pas évident, réorganiser suite à des initiatives les écoles, renforcer la sécurité, forcer les assurances à ne pas faire exploser les primes d’assurances, créer encore plus d’emploi, etc. etc. Sur beaucoup de dossier le Conseil d’Etat a jeté les dès et a récolté souvent des 12 ! Il n’est pas resté les bras croisés, il a travaillé sans relâche. Ceux qui remplaceront Cramer et Moutinot devront eux aussi mettre la main à la pâte, car le Conseil d’Etat est un grand bosseur, une étagère de dossiers se dresse devant lui, il doit être partout à la fois. On ne veut pas de Chef à la traîne, sans idées, laxiste, il faut des locomotives qui sachent traverser les montagnes, les tunnels, les ponts, les belles périodes mais aussi les orages, les tempêtes.

     

    Pour connaître les détails sur ce bilan lisé l’article paru hier dans la TDG « Retour sur la législature 2005-2009 »

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Qui au Conseil d'Etat genevois, PAS DE MCG ?

    Imprimer
    MINAREt1.jpg

     

    Je n’aime pas l’affiche de l’UDC sur les minarets. Elle est abjecte. Elle suscite du mépris, de la « néonazie ».

     

    Tout le monde en parle et à tous les niveaux.

     

    Elle devrait être bannie sur des panneaux d’affichages de la Suisse.

     

    Certes, ne jaspinons pas sur cette méprise cela fait du bien, de la pub à l’UDC.

     

    Frank Bodin, publiciste zürichois, a dessiné une affiche magnifique allant au contraire de celle de l’UDC. L’espace religieux appartient à toutes et à tous.

     

     

    Bablablabla, changeons de sujet et venons en à une projection du futur Conseil d’Etat.

     

    Allô le soleil comment vois-tu les choses ?! Déjà 16 candidats-es inscrits-tes. Mais cela vat-t-être du grand théâtre, pour certain l'Arlésienne de Bizet !

     

    D’abord combien de candidat, à droite, au centre, à gauche, aux extrêmes.

     

    Pierre-François UNGER, François LONGCHAMP, Mark MULLER, David HILLER et Charles BEER ne risquent rien. Ils ont « pignon » sur rue !

     

    A la vue des résultats du Grand Conseil, le nombre de sièges donnerait une majorité de l’exécutif à droite.

     

    Reste deux sièges. Pour qui ? Un MCG, un UDC, un deuxième pour l’une des fractions déjà existante. C’est une véritable inconnue. Primo faut-il attendre le dépôt des listes pour se faire une idée; je le pense. Secondo, examiner les apparentements.

     

    Si le MCG ou l’UDC partent seul, la chance d'être élu s'envole dans les ténèbres.. S’apparenter, je ne le pense pas. Alors, je ne suis pas certain que le tribun Eric STAUFFER face le plein des voix.

     

    Le vote MCG du peuple, soit un vote de mauvaise humeur, peut, et doit, se corriger au Conseil d’Etat. Le MCG au Conseil d’Etat, à beaucoup il semblerai que c’est de la « foutaise ». Est-ce que cela se conjugue avec la réalité ?

     

    Alors Dames voyantes à travers vos boules de cristal que voyez-vous ?! Genève va-t-elle garder la formule magique, 4 à droite, 2 libéraux, 1 PDC, 1 Radical, et 3 à gauche.

     

    Je sens que la bataille va être dure, pas de cadeau, des couteaux dans le dos, des petites phrases assassinent, du tointoin tout azimut pour essayer de drainer le maximum de voix.

     

    Il va y avoir aussi les petites guéguerres fratricides.

    Les seuls partis qui peuvent dormir tranquille sont ceux déjà au gouvernement. A moins d’une tempête sur Uni Mail, rien de transcendant ne doit arriver.

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • L'AVS à 68 ans ?!!!

    Imprimer

    L’AI grande déficitaire de ce début de 21ème siècles devrait être sauvée grâce à l’augmentation de la TVA, d’une part,  et d’autre part à la découverte des « faux » bénéficiaires de rentes. Y a-t-il vraiment eu de l’abus ? Selon les résultats des premières enquêtes il en serait vraisemblable. Des cas abusifs ont été décelés, le tir corrigé. En demeure alors une question à savoir est-ce que qu’auparavant l’AI était trop facilement attribuée.

     

    A écouter certains, notamment des médecins, il n’est pas justifiable, car pas décelables, que les maladies psychiques ou les maux de dos, tout ce qui ne se voit pas à l’œil nu, si j’ose parler ainsi, jouissent de rentes AI. Les enquêtes sont longues et s’avèrent parfois sans résultat.

     

    Certes, le peuple a choisi une des bonnes solutions. Il a été politiquement responsable par son « OUI » significatif. Il va s’en dire qu’à l’avenir les nouveaux cas seront mieux étudiés, mieux ciblés, mieux orientés vers des réinsertions sociales. Mais attention, nécessité consiste à ne pas négliger les cas déjà existants et qui justifie l’AI.

     

    Est-ce suffisant où faudra-t-il trouver encore d’autres bases financières. Aujourd’hui l’AI, dont le déficit ne sera peut-être pas résorbé dans 5 ans, devra ausculter et prescrire d’autres remèdes. Demain l’AVS ? C’est même certain.

    images.jpg

     

    Et l’AVS ? Il semblerait qu’en 2025 il manquera dans les caisses 14 milliards. Avenir Suisse ne veut pas que l’AVS devienne un second gouffre à l’image de l’AI. Alors, il est temps d’agir rapidement devant le vieillissement de la population, la baisse des naissances. Avenir Suisse a prévenu Berne et a proposé d’adapter graduellement l’âge de la retraite à l’espérance de vie, calculée selon l’année de naissance. Selon Avenir Suisse, le seuil serait repoussé d’un à deux mois.

     

    En 2011, l’âge de la retraite serait de 65 ans et 1,5 mois, en 2012, il augmenterait de 1,5 mois supplémentaire et en 2018, il serait fixé à 66 ans. Un jeune né en 1980 devrait dont attendre 69 ans et 4 mois et demi pour toucher sa première rente AVS.

     

    Je vois ce modèle assez concrètement. Les plus durs fixeraient toujours au regard de la longévité de la vie et le recul des naissances l’âge de la retraite à 68 ans pour les hommes et 67 ans pour les femmes. Une entrée en matière aussi significative n’est pas acceptable. Je soutiens donc l’idée d’Avenir Suisse. Augmenter l’âge de la retraite graduellement.

     

    Deux choses l’une ou nous passerons à la caisse par une augmentation de la TVA ou d’un impôt quelconque, ou augmenter l’âge de la retraite. Ce dernier chemin est loin d’être emprunté, le corollaire, il reste bien des pierriers à gravir avant d’arriver au sommet de la montagne.

     

    Comment le Conseil fédéral voit-il l’avenir, a-t-il un tour de passe-passe dans son sac, va-t-il agiter une baguette magique, ou prévoit-il que les Suisses passent à la caisse !

     

    Indubitablement, il faut réfléchir à la pérennité de l’AVS, notre jeunesse et les suivants devront être assurés de rentes.

    Lien permanent Catégories : Politique 7 commentaires
  • Minaret, le PDC Carouge a raison !

    Imprimer

    Hier soir le Conseil Municipal de Carouge,

    Le groupe PDC a fait une proposition par laquelle elle demandait au Conseil administratif d'interdire sur la Commune de Carouge les affiches du UDC au sujet de la votation sur les Minarets.

    Le PDC a raison car en effet, cette affiche est xénophobe, elle rappelle comme le disait Stéphane Barthassat les placards Nazis contre les juifs.

    Laissez la liberté à ce genre d'actions est loin d'être bonne pour un pays comme la Suisse où sont nés les droits de l'homme, où l'ONU siège, ou la démocratie est la pièce maîtresse de l'image de la nation.

    L'UDC est xénophobe avec ce genre d'affiche anti minaret, et celles contre les frontaliers et bien d'autres. Les Français ont eu raison de déposer plainte contre ce genre de manifestation anti frontaliers.

    Malheureusement, aux propos de la gauche Carougeoise qui veut la liberté d'expression, l'initiative PDC n'a pas passé.

    Bravo le PDC, il a eu le courage de ses opinions.

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires