Economie - Page 3

  • Le sourire de Postifinance !!!

    Imprimer

    Que dire de nouveau ?

     

    Sur qui, pourquoi ?

     

    Que le soleil brille, que la température est clémente. Que les fontaines coulent sans souci.

     

    Les établissements financiers aussi. Qu’est-ce ?

     

    Postfinance connaît 65000 clients de plus pour 136 mille comptes, respectivement au 1er semestre 2009, et en 2008.

     

    Toutes ces augmentations font dire que l’institution se porte bien et que l’argent coule à flot !!! Je ne vais pas entrer dans le processus des données en chiffres des bénéfices, ils vous fendraient l’esprit tellement ils sont hauts.

     

    C’est une forte augmentation dans le cadre de la croissance économique.

     

    Postinance n’attend plus qu’une licence bancaire pour une interpellation bancaire, une banque comme une autre.

     

    Dernièrement, on apprenait que la Banque Raiffeisen enregistrait aussi une masse énorme de clients.

     

    Je crois que les déboires de l’UBS portent chance aux autres établissements bancaires. UBS paie ses erreurs. Elle coute ne l’oublions pas aux contribuables, suite aux injections de la Confédération Suisse et la Banque Nationale Suisse.

     

    Tant mieux si l’économie se porte mieux, que le vent de tempête ait fini de souffler sur les institutions économiques.

     

    Voilà c’est fait. Mon petit message de 16 heures 30 !!! Le saviez-vous déjà ?!!!!!

     

    Bonne soirée estivale.

    Lien permanent Catégories : Economie 1 commentaire
  • Exaspéré que je suis !!!

    Imprimer

    Oui, je suis exaspéré.

     

    Par quoi ?

     

    Fin 2008, le monde économique était entrain de s’écrouler lentement mais sûrement. Des américains perdaient leur maison, des boursicotiers tout comme des boursiers perdaient, voir beaucoup, à la bourse. Le monde vivait était aux soins intensifs.

     

    Entre temps, il y a eu l’élection de Barack Obama, ce qui fut et ce qui est un bien pour les States.

     

    Les états du monde entier ont injecté des milliards dans l’économie pour la sauver, pour qu’elle se redresse.

     

    Des milliards sur le dos de qui ? Allez dans le mille !

     

    Sur le dos des Contribuables. Je mets un C majuscule car sans eux le monde aurait été sous les éclaires d’une tempête.

     

    Et c’est la que je suis en colère.

     

    Hier soir, aux nouvelles, ils évoquaient la santé des banques.

     

    Figurez qu’elles ont retrouvé une santé ayant son pesant d’or. Oui, elles font du bénéfice. Une banque a bondi de 33 %. C’est inadmissible. Car les revenus moyens n’ont peu ou prou bougé.

     

    Que l’économie soit sauvée des eaux, c’est un bien pour la « planète », mais qu’elles essuient des bénéf.  Je dis non. Pourquoi ?

     

    Car ceux-ci se réalisent sur le dos des Contribuables.

     

    Cet argent devrait servir à rembourser l’état. Est-ce le cas ?

     

    C’est une chance que ces banques à la déroute soient sauvées. Elles ont pu sauver des emplois. Les familles peuvent ainsi survivre. Evidemment que c’est un bien pour la société. Toutefois, je ne suis pas sûr que ces banques doivent crier victoire. Elles devraient au contraire faire preuve d’humilité vis-à-vis des Contribuables de toutes celles et tous ceux qui ont tout perdu. Bref…….

     

    C’est animé de sentiments de « dégoûts » que je vais prendre un café.

     

    Amitiés et bonne journée « ensoleillée !!! »

    Lien permanent Catégories : Economie 2 commentaires
  • Combien de licenciements ?

    Imprimer

    Re

     

    Incroyable mais malheureusement vrai !

     

    Le nombre de faillites a pris l’ascenseur pour élever de 32 % l’augmentation de faillites.

     

    J’ai lu ça sur une publication de la « TdG » et entendu à la radio « Option musique ».

     

    La crise fait donc des ravages. Jusqu’à présent, je croyais que cette crise n’était que bancaire.

    Pourquoi ? A voir comme vivent les gens, restaurant, vacances, bateau, villa, gâteries, enfin pas tout le monde ! je pensais que l’on en disait et en faisait trop de cette crise. Et bien non, autant pour moi.

     

    Il y a bel et bien un recul de la consommation. Les gens et moi-même faisons attention à notre porte-monnaie.

     

    La statistique qui a été menée par le bureau « Dun & Bradstreet (D&B) », est catégorique ; pour l’ensemble de l’année, la société table sur un record de 5100 faillites en Suisses. Un record. L’an dernier, elles se chiffraient à 4000.

     

    Il semblerait que ces chiffres s’alourdiront cet automne et cet hiver.

     

    2455 entreprises se sont vu contraintes de déposer leur bilan. Là aussi c’est un record absolu.

     

    Par contre, cette analyse ne chiffre pas le nombre d’emplois perdus. Soit la société n’a pas été mandatée pour publier les places soufflées, soit elle n’ose pas publier.

     

    En définitive, il n’y a pas à dire on vit actuellement une vie pas facile. Jusqu’à quant cette crise va durer. Est-ce que l’on en voit en Suisse que la pointe de l’iceberg.

     

    Où va-t-on ?

     

    Comme disait Jean-Paul II « N’ayez pas peur ». Dieu merci, cette phrase nous met en confiance.

     

    Bon après midi.

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • Retraite des femmes à 65 ans !

    Imprimer

    Bonjour,

     

    L’AVS des femmes à 65 ans, oui !

     

    L’  « enfant » de la 11ème révision de l’AVS peut accoucher à 65 ans. Je suis pour la surévaluation à 65 ans de l’âge de la retraite.

     

    Il est clair que ça arrange  l’économie. Les rentrées se feront au mieux, les dépenses moins expansives.

     

    Cette 11ème révision est vraiment un casse tête. Elle piétine. Est ce que les femmes sont aussi fatiguée en travaillant pour une majorité dans le tertiaire. Je suis certain que je vais me faire des copines !

     

    Avec la longévité de l’âge la femme peut travailler jusqu’à 65 ans. Si les discussions, les négociations se poursuivent encore des mois, des années, nous arriverons à une retraite de 66 ans pour les femmes et 68 ans pour les hommes.

     

    Nous sommes arrivés à un stade presque total entre femme et homme. Où sont les vraies disparités.

     

    Par contre, le camp rose vert a plaidé à Berne pour un modèle plus généreux. Les revenus seraient fixés à un montant oscillant entre 1,5 % en cas d’une année d’anticipation et 7,5 % en cas de cinq ans d’anticipation, contre respectivement 2,3 % et 9,2% dans la version de la commission.

     

    Ce qui m’inquiète le plus dans cette affaire consiste à dire que nos députés discutent d’une 11ème révision, alors que la douzième, voire la treizième se discute déjà.

     

    La démocratie directe tue la démocratie.

     

    Une fois de plus le dossier, parmi d’autres, traînent et s’enlisent.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Economie 3 commentaires
  • En entrant, je dois payer Frs 30,--

    Imprimer

    Bonjour,

     

    Avec une infection à un genou, je passe des visites médicales toutes les semaines, parfois 2. Si à chaque fois il faudra que je débourse une taxe de Frs 30,-- d’acception à la consultation, je ne vais jamais m’en sortir. C’est pire que le parking privé.

    Celui qui a inventé cette pensée n’a plus les idées en place. Faut-il se dire avant d’aller chez son toubib, ai-je pris les Frs 30,--.

    Et SOS médecin comment vont-ils procéder. A chaque visite Frs 30,--.

    15 jours après, nous recevrons la facture. L’assurance ne va pas rembourser les Frs 30,--. C’est une hérésie.

    Je vois mal à la fin de la journée, le toubib compter les billets de 20, de 10 et n’oublions pas la monnaie. Et cet argent où vont-ils le mettre, dans une boîte à chaussure, dans leur poche.

    Et comment se feront les contrôles. Un gars de Berne viendra constater à la fin de la journée que la somme correspond bien au nombre de patients reçus.

    C’est de la foutaise.

    Et aux HUG ou  CHUV aux urgences faudra avancer les Frs 30,-- sinon pas de premier soin. Paf le client rend l’âme, la facture tombera dans la succession.

    C’est du foutage de gueule.

    Et lorsque vous téléphonez au médecin pour une ordonnance, comment vont être payé les Frs 30,--.

    A propos, pourrons-nous payer avec une carte bancaire auquel cas tous les médecins devront procéder la "machina".

    Berne va trop loin en matière médicale. Son Ministre veut le beurre l’argent du beurre, la laitière et la louche !

    Nous sommes vraiment des vaches à traire  !

    Bientôt, je verrai bien un ministre à Berne sous tutelle !

    Mesdames et Messieurs les médecins désobéissez une fois pour tout à sa Seigneurie Couchepinesque !

     

    Lien permanent Catégories : Economie 1 commentaire
  • Le dernier gong de Couchepin

    Imprimer

     

     

     

    images.jpg

    Frère Couchepin au secours de l’AI !

     

     

     

     

    Cette TVA plus personne sait ce qu’il veut en faire de part une augmentation.

     

    Pour sa Majesté Couchepin il n’y a qu’un plan A, augmenter la TVA. En cas de refus pas de plan B, C ou D.

     

    Si le seul plan viable ne passe pas la rampe, il faudrait réduire les rentes de 40 %.

     

    Et voilà, nous en sommes arrivés au chantage.

     

    13 milliards de découvert. Ce n’est pas d’aujourd’hui. Le glas du déficit aurait dû sonné bien plus tôt.

     

    Bon, il est vrai que la hausse ne serait pas énorme, 40 centimes pour Frs 100,--, ce n’est pas la mer à boire. C’est sûr le principe de fond. Pourquoi, aujourd’hui faut-il s’agiter les neurones or que cette dette ne date pas du 20 mai 2009.

     

    Pour sa Seigneurie Couchepin tout semble tout simple. Comme à l’école des fans, tout le monde a gagné. Travailleurs, entreprises, rentiers, tous gagnants.

     

    Serait-ce le dernier remède, la 6me révision, du Docteur Couchepin avant son départ à la retraite. Une nouvelle révision qui portera notamment sur les révisions de rentes en cours et sur un nouveau mécanisme de financement fédéral de l’AI qui devrait rapporter 500 millions.

     

    Il faut l’avouer sans se voiler la face l’AI est déficitaire et il le restera pendant de longue année.

     

    Surtout ne pas toucher aux rentes. Ce qui est acquis est acquis.

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • L'aéroport tient le cap....

    Imprimer

    Bonjour,

     

    images.jpg

     

    François Longchamp est tout sourire, il le peut !

     

    Contrin c’est une mine d’or ! 61 millions de francs, c’est le bénéfice engendré à cointrin.

     

    Notre aéroport international rapporte des lingots, dont la moitié vient rejoindre ceux des coffres de l’Etat de Genève.

     

    Où se trouve la crise ?

     

    Je crois savoir, les gens ne font plus d’économie, ils vivent quoiqu’il arrive. C’est une façon respectable de voir les choses.

     

    Jusqu’à présent l’aéroport a su investir là où il fallait. Agrandissement des halls d’arrivée et de départ.

     

    700 personnes sont employées pour vous servir. Des améliorations doivent voir le jour.

     

    Une mise au goût de la Genève internationale n’a pas échappé à la Direction.

     

    Par contre cette année une baisse de la fréquentation à cointrin est de 6 %. Rien d’affolant. Avec les vacances d’été qui approchent ce manque à gagner se comblera.

     

    Monsieur François Longchamp doit jubiler. En période électorale ce genre de bonne nouvelle ne peut que confirmer la confiance que l’on peut accorder à un magistrat.

     

    Genève doit donner une image d’une cité, d’une région prospère.

     

    Clin d’œil : il y a une quarantaine d’années on parlait de créer une nouvelle piste engendrant Genthod et Versoix. Aujourd’hui, serait-elle utile ?

     

    Bonne journée

    Lien permanent Catégories : Economie 1 commentaire
  • L'UBS se fiche vraiment du peuple Suisse

    Imprimer
    images.jpg

     

    L’UBS veut augmenter les salaires de certains hauts dirigeants !

     

    On dit de moi que je suis une personne placide, sans histoire, aimant la vie et bien la je sort de mes gongs.

     

    Inadmissible !

     

    Je pense retirer mes comptes de l’UBS !

     

    Je n’apprécie pas du tout le fait d’augmenter les salaires de certains hauts collaborateurs. C’est inadmissible lorsque l’on connaît les difficultés rencontrées par le premier établissement bancaire suisse. C’est tout simplement du foutage de gueule.

     

    D’autant choquant que l’UBS va licencier 8'500 postes dont 2'500 en Suisse c’est complètement litigieux.

     

    C’est vrai ce que dit X, dénonçant le cynisme de la direction.

     

    Mais faudrait-il à nouveau changer le Président du Conseil d’administration Kaspar Villiger et la Direction générale. Ils graissent la patte des dirigeants de l’UBS.

     

    Je souhaite de tout cœur que le Conseil fédéral et les Chambres vont réagir avec véhémence contre ces augmentations.

     

    Vis-à-vis du peuple Suisse c’est vraiment se moquer d'elle et représente de la foutaise.

     

    Cette fois-ci, je serais pour une réaction massive à l'égard de l'UBS. Tous les pays font des efforts pour sauver leurs banques et ici l'UBS va jouer les gentils donateurs. Frondeuse qu'est l'UBS

     

    Dont Acte !

    Lien permanent Catégories : Economie 4 commentaires
  • 2ème pilier, coup de gueule !

    Imprimer

    Bonjour,

     

    C’est inadmissible, et je pèse le mot.

     

    Les caisses de pensions vont reculer en moyenne de 12,9 %. Pourquoi ? A cause de la crise. Les caisses de pension n’ont rien vue venir.

     

    C’est incroyable que la mauvaise conjoncture ait échappé aux caisses. A quoi servent les dirigeants de celles-ci.

     

    Est-ce que les institutions de prévoyance sont mal gérées ! Je lance un pavé dans la marre, il faut bien trouver un coupable. Ici on dira que c’est la crise et les dirigeants.

     

    Mais que diable, ils ont bien dû sentir arriver la crise. Car cette crise est dû à l’effondrement du marché des actions. Les caisses auraient dû sauver leurs réserves. Elles doivent bien être actionnaires.

     

    Conséquence, les rentes vont baisser, le corollaire le pouvoir d’achat également. Et nos enfants que vont-ils vivre lors de leur arrivée à la retraite.

     

    Cette gestion est à la limite de l’inadmissible. Les prévisions auraient dû être prévisible. Dans le cas présent c’est vider les caisses sans s’assurer de leur capacité à fournir aux retraités.

     

    50 % des assurés ne verront pas leurs rentes augmenter, voire même une diminution du capital.

     

    Ils disent que la crise n’y est pas pour grand-chose, que l’allongement de l’espérance de vie, qui, naturellement, prolonge la durée pendant laquelle la rente est perçue.

     

    Même les politiciens de Berne ont accepté une baisse de 6,8% à 6,4%. Selon la TdG une personne qui touche le salaire moyen de 82'000 francs verrait sa rente baisser de 211 francs par moi. Mais c’est inadmissible. Les aînés qui ont travaillé sans relâche pendant toute une vie vont voir leur rente baisser.

     

    Bref, les institutions n’ont pas vu venir la crise financière et ça c’est inadmissible. La moyenne globale des pertes s’établit à 12, 9 %.

     

    Coupé dans les rentes c’est amoindrir le pouvoir d’achat. C’est la boule de neige.

     

    Mais que font les politiciens fassent à une telle mauvaise nouvelle. Est-ce attaquable juridiquement ?

     

    Sans vouloir être maussade comme le temps on ne va pas vers de bons temps. On est dans de beau drap !

     

    Je pousse un coup de gueule contre les dirigeants du deuxième pilier. Je pense à nos aînés et aux futurs retraités. A quoi sommes-nous voués.

     

    Bonne journée.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • Chômage-emploi

    Imprimer

    Rebonjour,

     

    Bien mangé ?!

     

    Les effets de la crise se font sentir en Suisse. Le marché du travail s’est encore aggravé. Il semblerait que le chômage n’a jamais été aussi haut depuis 3 ans.

     

    Fin avril 194'726 personnes pointaient au chômage. Cela représente 2734 (+ 25,7 %) de plus qu’en mars. Et cela ne va pas aller en diminuant. Un moment donner les Départements de l’économie devront trouver des solutions adéquates pour sauver l’emploi.

     

    Naturellement Genève reste le meilleur élève du chômage. Avons-nous trop de frontaliers prenant des places aux Suisses ? Je ne suis pas UDC, encore moins MCG, mais je pose la question.

     

    Les machines ne tournent plus rond. Il y a un authentique problème économique.

     

    Pourquoi, ne pas engager ces chômeurs à des tâches d’utilité publique. Il y a un tas d’occupations qui pourraient faire l’objet d’un chômage-emploi. Le chômeur toucherait sa rente et il travaillerait dans des missions telles que nettoyage d’une école, rangement, économat. Il travaillerait 4 jours sur 5, le 5ème restant pour chercher du boulot. Il serait payé par le chômage. 

     

    C’est ce que va mettre sur pied Barack Obama aux States. Il va créer 2'000'000 d’emplois d’utilité publique pour les chômeurs.

    Ils seraient moins touchés psychiquement,

     

    Cela dit, je pleins de tout mon cœur les personnes qui ont perdu leur emploi au détriment de la mauvaise économie. Et le pouvoir d’achat et bien il diminue.

     

    Bon après midi.

     

     

    Lien permanent Catégories : Economie 6 commentaires
  • OBAMA veut 210 milliards de dollars

    Imprimer

    Bonjour,

     

    Obama serre la vis, il déclare la guerre aux capitaux américains placés dans des paradis fiscaux. A sa place je j’aurais fait la même chose.

     

    A mon avis il a raison. Imaginez un instant des fortunes Suisses investies dans des pays où la fiscalité n’existe que peu et c’est le cas. Nos Autorités ne déclareraient-elles pas la « guerre » aux fonds placés à l’étranger. C’est vrai soyons bons joueurs vous auriez une multitude de sociétés Suisses installées dans des paradis fiscaux, nous serions les premiers à grincer des dents. La réaction de Barack Obama est donc justifiée.

     

    C’est une véritable guerre qui va être menée avec 800 nouveaux employés, les Shérifs de la finance.

     

    C’est la moindre somme de 210 milliards de dollars qui échappent au fisc américain. J’avoue que ça pèse lourd dans la balance des finances américaines.

     

    Avec le dépôt de son projet de loi « Stop tax haven abuse act (fin des abus des paradis fiscaux) Barack Obama frappe un grand coup.

     

    En fait tout ce qui est imposable aux Etats-Unis sera recherché dans le monde entier.

     

    Je ne pense pas que la Suisse subisse les élans de Barack OBAMA. Les sociétés américaines ne vont pas pour autant quitter notre pays. Il y a des intérêts profitables à la gestion des sociétés américaines. Le paradis fiscal n’en demeure pas moins présent.

     

    Je ne crois pas que le secret bancaire soit lésé, s’agissant d’informations juridiques communiquées aux States.

     

    Cela dit, le bassin lémanique est fort exposé à ce regain de recherche de fonds « cachés ». Bénéfices, salaires tout va être passé au crible par les nouveau shérifs de la finance. Il est clair que certains doivent trembler dans leur culotte.

     

    La guerre d’Obama est donc déclarée. Il se donne 2 ans pour remettre de l’ordre dans la fiscalité. Ce n’est pas pour autant que les entreprises américaines quitteront la Suisse.

     

    Précisions que la Suisse n’est pas seule sur la liste des paradis fiscaux, 33 noms y figurent aussi.

     

    La bataille est lancée, laissons venir, d’ici quelques mois nous verrons le résultat des recherches américaines et surtout la position des banques Suisses à l’égard des Etats-Unis. N’oublions pas que nous bénéficions du secret bancaire.

     

    Face à tant d’animosité l’attrait Suisse pour les multinationaux yankees se trouve-t-il en danger ?

     

     Bonne journée

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • Je vais me faire trucider !

    Imprimer

    Le 1er mai faut-il accorder le congé.

     

    Si certains le veulent, ils auront alors l’obligation d’intégrer le cortège et travailler le reste de la journée. Une attestation du syndicat amenant la preuve ? Est-il nécessaire d'en arriver là.

     

    Les grandes surfaces travaillent, les banques aussi. Je dirais que tous les milieux de droite (!)sont au boulot.

     

    En disant cela, je vais me faire trucider !

     

    Je ne veux pas cracher dans la soupe des fonctionnaires et d’autres institutions, je veux dire que le 1er mai ne devrait pas être gratuit.

     

    Avec la crise touchant l’ensemble de notre planète, les cortèges vont être grossis. J’y vois une recrudescence de participants. Les gens on envie de manifester leur mécontentement. J’invite toutes les personnes qui participeront à tel ou tel rassemblement a garder son calme.

     

    Chacun a son programme de relance et c’est très bien à quelle soupe nous allons être invités.

    Cela dit, l’Etat de Genève, comme les autres cantons, ont mis la main au porte-monnaie. Le Conseil d’Etat y relatif ont prévu 31 mesures pour parer à l’urgence de la crise. La facture s’élèvera à 1 milliard. Dans ces propositions, il est a relevé le geste en faveur des familles : la Tdg a dit ceci : Cadeau fiscal aux familles

    Le projet est né d’une volonté d’équité fiscale entre couples concubins et mariés. Désormais, la baisse fiscale accordée aux familles constituera également un élément de relance en dopant la consommation des ménages. Elle sera appliquée dès 2010 et induira une perte de recettes de 315 millions.

    Ce n’est en revanche qu’en 2011 qu’un bouclier fiscal protégera les mieux nantis. L’objectif est cette fois de maintenir l’attractivité fiscale du canton. Cela, en limitant à 60% du revenu net imposable le total des impôts cantonaux et communaux sur le revenu et la fortune exigible par le fisc.

    Certes, est ce que le 1er mai doit être taxé ?

     

     

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • Fiat est mal notée !

    Imprimer
    images.jpg

     

    Fiat ressens les effets de la crise, Pourtant Fiat est une voiture qui se vend bien.

     

    411 millions de perte nette d’euros contre un bénéfice de 427 millions d’euros un an ans plus tôt.  etIncroyable ce renversement de situation.

     

    Au premier trimestre Fiat a accusé une chute de 25,3 % don chiffre d’affaire à 11,268 milliards d’euros.

     

    On dit que si l’automobile tout comme bâtiment va mal, alors tout va mal.

     

    Là, les chiffres le prouvent, nous sommes en pleine crise.

     

    Ce n’est pas mieux au Etats-Unis. Et en Allemagne, avec son taux de chômage où en est-on côté véhicule.

     

    Les gens hésitent  d’investir dans une voiture et pensent plus tôt aux vacances.

     

    Les indicateurs le disent, la reprisent se dessinent pour fin 2010.

     

    En outre, je voudrais bien connaître ce qu’a injecté la planche à billets pour sauver l’économie. Certains parlent de plus de 6 milliards d’euros. Est-ce plus ou moins ?

     

    La production de la nouvelle Fiat 500 fait fureur en Italie, ce qui ne permet au demeurant de rester dans les chiffres rouges.

     

    Autour de quel constructeur d’avouer souffrir de la crise.

    Lien permanent Catégories : Economie 2 commentaires
  • Qui veut gagner des millions ?!

    Imprimer

    Jeux virtuels.

     

     La Suisse pourrait lever l'interdiction d'exploiter des jeux de hasard sur Internet. Le Conseil fédéral a décidé mercredi d'assouplir la loi sur les maisons de jeu. Jusqu'à dix casinos virtuels munis d'une concession pourraient voir le jour.

     

    Je ne savais pas qu’il existait des jeux de hasards sur internet. Heureusement, je me serais ruiné. Non, non rassurez-vous, je ne suis pas un joueur.

     

    174 millions de francs d’ici 2012, c’est la coquette estimations des spécialistes que pourraient atteindre ces pronostics.

     

    Evidemment, que si l’interdiction de hasard sur des réseaux de communication électriques est contournable, pourquoi s’en privé. Il n’y a pas de petit profit.

     

    Suffit à l’avenir de revoir la loi, soit l’assoupir en donnant les mêmes droits aux joueurs en Suisse.

     

    10 salons de jeux autorisés pour l’avenir. J’ignorais également que ces jeux concernent le globe entier. J’ai cherché sur internet, je n’ai pas trouvé de « casino virtuel ».

     

    Avant de conclure, j’y pense, les jeunes peuvent aussi s’abandonner aux jeux. Un vice que les parents devraient surveller.

     

    Allez Mesdames et Messieurs faites vos jeux rien ne va plus.

     

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • L'UBS dans la tourmante !

    Imprimer

    C'est la consternation !

    C’est incroyable, il y a encore quelques années l’UBS, la number one de Suisse, avait une réputation irréprochable. Aujourd’hui, je dirais que son visage se renferme et est gris.

     

    8700 emplois, 8700 familles vont voir leur vie basculer.

     

    2500 personnes remerciées en Suisse.

     

    La banque a déjà commencé à faire le ménage. En effet, elle a déjà réduit de 1500 les postes de travail. En tout ça fera 4000 postes. Ce n’est pas un  centime !

     

    La banque tremble, le personnel aussi, car qui va être pris comme cible.

     

    Je pensais avec l’apport de fonds de la Confédération Suisse, la banque ne licencierait pas, que nenni.

     

    Et ce n’est pas tout depuis le début de la crise, ce sont 20'000 personnes qui ont quitté la banque.

     

    Mais ça frise le « carnage ». C’est inadmissible !

     

    En définitive, cette situation laisse penser que la banque a mal été gérée. Je ne comprends pas comment les dirigeants qui non pas vu venir la bise.

     

    Pourquoi n’avoir pas vendu son département d’affaires et sa division au moment où la crise devenait intarissable.

     

    Je n’en reviens pas, 8700 licenciements. Le corollaire est des chômeurs en plus.

     

    Autant sortir son argent de l’UBS et de la placer à la Banque Raiffeisen.

     

    Je ne suis pas syndicat, cela dit j’espère que les syndicats vont monter au créneau et que les employés vont se soutenir est manifesté leur mécontement.

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • 2 milliards d'Euros.....

    Imprimer

    Envie de réagir succinctement, c’est dimanche de Pâques, aux propos paru sur le site de la TdG

     

    Ca y est le ministre des finances allemand c’est fait à nouveau piquer par une mouche !

     

    Il est tenace le Peer Steinbrück. Croyez-vous qu’il présente des signes de tension excessive  !!!

     

    Donc si la Suisse faisait partie de l’UE nous devrions verser à l’Allemagne à titre de redevances fiscales 2 milliards d’Euro. Dieu sait combien aux Etats-Unis.

     

    L’homme ne rigole pas, il est vraiment sérieux, trop sérieux pour moi.

     

    Mais non d’une pipe il s’acharne à l’emporte pièce sur la Suisse. Le fait-il dans les autres pays inscrit sur la fameuse liste grise.

     

    Est-ce que l’Allemagne présente d’authentiques problèmes financiers pour qu’il s’en prenne à notre Pays.

     

    Est-ce que l’Allemagne réviserait son système fiscal afin que les grosses fortunes ne quittent pas le pays. En définitive, c’est comme dans d’autres pays, les impôts font jouer les riches.

     

    Que fait l’Allemagne pour offrir du boulot. Le chômage pèse lourd dans la balance. Celles et ceux qui travaillent en Suisse ont de la chance.

     

    Selon le ministre, ce ne sont pas moins de 200 milliards qui seraient déposés dans nos banques.

     

    La force de la Suisse est son secret bancaire. Y toucher, nous perdrions notre prestige en la matière.

     

    Pour en revenir au ministre, le Conseil fédéral devrait réagir avec diplomatie en remettant à l’ordre Peer Steinbrück qui narre notamment « les pratique commerciales des banques allemandes dans les paradis fiscaux (TdG) ».

     

    Le ministre se contentera des 80 millions d’Euros versés à l’Allemagne.

     

    Ah l’argent, l’argent crée l’ambiance, bonne ou néfaste.

     

    Bon, nous n’allons pas prendre le chou ( !), nous sommes à Pâques, alors vivons bien. Au fait, mangez-vous de l’agneau ?!

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • Liste grise de Sarkozy

    Imprimer

    Hans-Rudolf Merz a raison !

     

    La Suisse aurait due être consultée par l’OCDE avant de faire circuler des listes de paradis fiscaux. Selon l'OCDE une lettre aurait été envoyée le 2 avril dernier pour avertir le Conseil fédéral de la non inscription de la Suisse sur une liste noire. Certes.

     

    Ne rien dire n’est pas bénéfique et au demeurant constructif dans les relations. La Suisse ne cesse de débattre sur son secret bancaire, le corollaire elle ne reste pas sans effort.

     

    Il n’y a pas que les Suisses qui râlent. Le Luxembourg, la Belgique en font tout autant.

     

    Bon, il est vrai que nous ne sommes pas sur la liste noire. Non mais, il n’aurait manqué plus que cela ! En marge de notre Pays, inscrit sur la liste grise de Nicolas Sarkozy, devrait aussi y figurer l’Angleterre et les States. Evidemment, étant partie prenante pour son établissement, pas question d’y être intégrés.

     

    Mais enfin, ils, les millionnaires,  planquent leur argent chez nous. Si leur pays ponctionnait moins d’impôt sur la fortune, l’argent ne serait pas déposé dans nos banques.

     

    Et si une décision d’importance devrait être prise à l’égard de notre secret bancaire, le peuple devrait se prononcer.

     

    Quant à l’échange d’information, nos Autorités sont assez intelligentes pour savoir ce qui doit être mis en œuvre.

     

    Dont acte.

     

    Bon samedi et à tout soudains !

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • La poigne d'Obama

    Imprimer
    images.jpg

     

    J’aime le style d’Obama. Direct, sûr de lui, avec ses convictions. Il sait ce qu’il se veut. Il ne cache pas la vérité « Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas et nous ne laisserons pas disparaître notre industrie automobile ».

    Je le pense suite à son intervention sur les constructeurs automobiles les grands constructeurs vont soit présenter un plan de restructuration viable soit se laisser aller sous contrôle judiciaire.

    Il met en doute le gouvernement américain que les directions des grands constructeurs automobiles.

    Obama a raison sur le principe de bonnes bases liées à la à saine gestion de General Motors et de Chrysler.

    Il a imposé des délais pour présenter des plans de restructurations.

    Alors, si on interprète ses propos, ces géants de la voiture ont fait de la mauvaise gestion. C’est incroyable que le Président des Etats-Unis remette de l’ordre. Cela démontre qu’en effet ces directions ne sont soit pas capable soit plus dans le vent.

    Résultat de ce fiasco, des licenciements en vue, la fermeture de sites.

    Et pourtant le fleuron du nouveau continent fut l’un des appareils financiers les plus précieux des Etats-Unis.

    Ce que je retiens en fait des propos d’Obama, oui, "nous pourrons intervenir dans un délai déterminé seulement si vous venez avec du concret, du viable. Mettez-vous en rapport avec d’autres constructeurs, soyer inventif moderne".

    Evidemment, que lundi les déclarations du Président des Etats-Unis n’ont pas favorisé la bourse et surtout créer des incertitudes chez les employés. Il va y avoir du chômage, des familles vont voir leur consommation diminuer.

    Fait-il encore bon vivre sur le nouveau continent. Sommes-nous pas mieux lotis en Europe. Pour ma part, je préfère ma place ici.

    Obama sait ce qu’il se veut, le dit, le corollaire, sait où il va.

     

    Bon séjour en Europe Monsieur le Président !

    Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire
  • L'économie ?

    Imprimer

    Je se suis utéressé à la crise économiqe, et me consulter Wikipedia. Ci dessous, des explications de ce site. Au lieu de faire un résulmé, je me suis contenté de vouv transcrire l'essentiel de la crise dans quelle nous sommes entré.

    "ne crise économique est une dégradation brutale de la situation économique et des perspectives économiques. Elle amène à une période de ralentissement économique ou, plus grave, à une récession économique.

    Une telle crise comporte souvent (mais pas systématiquement) une chute soutenue des valeurs boursières. Elle a des répercussions sur le niveau des salaires, provoque des faillites, accroît les tensions sociales

    Causes [modifier]

    Une crise économique peut être provoquée par :

    La théorie des cycles économiques considère que les crises économiques sont des évènements récurrents de l'histoire économique. Ce point de vue n'est pas consensuel.

    Effets et développements [modifier]

    La notion de crise économique revêt des caractéristiques multiformes.

    Elle peut concerner un ou plusieurs secteurs de l’économie ou, par extension, son intégralité qu’elle peut gagner par « effet de contagion ».

    Pour un secteur donné [modifier]

    Le marasme touchant un secteur peut résulter d'un surinvestissement dans ce secteur et d’une bulle spéculative reposant sur de mauvaises règlementations ou des anticipations de hausse des prix. Par exemple, périodiquement, peut se développer une bulle immobilière. Une crise peut aussi toucher le secteur des matières premières (pétrole, métaux et minerais, produits alimentaires).

    Répercussions sur l'activité économique globale [modifier]

    Les crises immobilières ont des conséquences assez importantes car plusieurs canaux facilitent les répercussions sur l'activité économique totale : effet richesse des ménages, secteur de la construction intensif en main-d'œuvre.

    Du fait de la financiarisation des pays développés, une crise du secteur financier peut avoir des répercussions fortes sur le reste de l'économie, via les canaux du crédit.

    Crises précédant le XXe siècle [modifier]

    Tableau comparé des crises des économies agricoles et des économies développées [modifier]

    Crises pré-industrielles et crises industrielles
    Économie agricole peu ouverte : crise de subsistance Économie développée
    Origines Incident météorologico-climatiques entraînant des récoltes insuffisantes surinvestissement, crise financière
    Circonstances aggravantes
    • Marché peu développé
    • Transports insuffisants
    • Importations limitées
    Dette extérieure élevée
    Évolution des prix Augmentation des prix des produits agricoles variable
    Périodicité Très irrégulière irrégulière, théorie controversée de cycles économiques avec
    • Cycle court : 8 à 11 ans
    • Cycle long : 30 – 40 ans
    Extension géographique Locale, régionale, parfois nationale voire continentale Continentale, voire mondiale au sein des pays industrialisés
    Conséquences directes
    • Disettes, voire famines et crise de surmortalité
    • Chômage en ville, misère
    Hausse du chômage, baisse du PIB, baisse des revenus et de la consommation, hausse du nombre de faillites
    Conséquences indirectes Émeutes rurales et urbaines Crispation des relations internationales

    Théorie économique [modifier]

    Partant de l’observation des dépressions économiques qui avaient périodiquement affecté l’économie européenne depuis 1825, Karl Marx décrivit la crise comme un dispositif historiquement inévitable. Selon Marx, ces crises étaient des « crise de surproduction ».

    Pour l’école autrichienne d’économie, les crises sont essentiellement dues à l’accumulation de défauts d'ajustement de l'appareil de production à la demande réelle. En tentant d'empêcher ou de retarder ces ajustements par la réglementation ou la création monétaire, l'État ne fait qu'accumuler les problèmes qui devront tôt ou tard se résoudre en une crise, qui aurait pu être évitée, ou être moins grave, en laissant les ajustements se produire progressivement. Le mot crise fait directement référence au concept de cycle. La théorie du cycle la plus connue de cette école est surement celle de Hayek (Cycle de Hayek), liée au taux d'intérêt.

    La théorie marxiste a vu dans le libéralisme un système générateur de crise en lui-même, essentiellement à cause des conflits d’intérêts entre patrons et ouvriers. C’est ce que l’on a appelé, en termes politiques, la « lutte des classes », conception portée encore par les partis de gauche jusque dans les années quatre vingt).[réf. nécessaire]

    À l’inverse, les économistes libéraux voyaient dans le système, la possibilité de s’auto réguler. Adam Smith au dix huitième siècle s’en est fait l’ardent défenseur et partisan (il a parlé de l’intervention de la « main invisible du marché ») La majorité des économistes contemporains estiment qu'il est nécessaire de réguler certains marchés. Ce rôle est alors dévolu à l’État, par la mise en œuvre de mesures gouvernementales, notamment d’incitation (subventions ou dégrèvements fiscaux) et de taxation supplémentaire (par exemple une taxe sur le carbone ou l’émission de CO2 dans l’atmosphère)

    Le keynésianisme estime que l’État doit intervenir pour « relancer » l'économie pendant les périodes de crise.

    La notion de crise économique a aussi permis de mettre en évidence le fait suivant : l’économie dépend pour beaucoup de phénomènes d’anticipation, c’est-à-dire, pour une grande part, de la confiance que les individus peuvent avoir dans l’économie et dans leur avenir. À l’inverse, la perspective de périodes troublées ou d’anticipations négatives peut déclencher une crise économique ou bien en accélérer les effets

    Lien permanent Catégories : Economie 1 commentaire
  • De l'indécence chez les PTT !

    Imprimer
    ptt-button.jpg

    La poste voulait donc augmenter ses prix.

    Les augmentations se discutaient depuis février pour être mis en valeur le 1er avril prochain. 7 % pour tous les envois à l’étranger pour tous les envois à l’étranger et Frs 1,-- pour les colis légers  en Suisse. Les bénéfices devraient ramener 16 millions de francs.

    Quand on sait que les PTT sortent un bénéfice d’un milliard de bénéfice, je trouve très indécent de procéder à des augmentations.

    Monsieur le Surveillant des prix n’est pas d’accord avec ces hausses. Un compromis a été trouvé. Les majorations seront majorées à plus tard.

    Elles sont agendées au 1er juillet.

    Cette augmentation est indigeste.

    En espérant que le gérant jaune ne licencie pas. Pas de dégel SVP.

    Tout augmente à n’importe quel moment.

    Aujourd’hui les PTT, demain Swisscom…. Mais nous ne sommes que des vaches à traire !!!

    Lien permanent Catégories : Economie 2 commentaires