Développement durable - Page 2

  • Et la Suisse à Copenhague

    Imprimer

    Tombe la neige ! Ca ne vous rappelle pas une chanson.

     

    Neige-t-il aussi à Copenhague. Une chose est certaine les idées n’auront cessé de tomber de la tête de tous les scientifiques, politiciens, associations, etc. Un manteau de discussions, de propositions. Un fruit pour la terre va-t-il émerger de tous ces échanges aussi intéressants les uns que les autres.

     

    Va-t-on voir les pays industrialisés, de surcroît pollueurs, prendre de sages décisions. Aboutirons-nous à un accord unilatéral rempli de bonnes volontés.

    Logo_CitoyensdelaTerre_1.jpg

     

    Les Chefs d’Etat vont se voir, vont discuter et décidèront. Que va faire Obama et son homologue Chinois. Ces notables vont-ils mettre en avant l’avenir de l’être humain ou celui économique.

     

    Et la Suisse là au milieu, qu’elle est la portée de ses actes, de ses émotions, de ses décisions, de son pouvoir dans cette grande fourmilière mondiale.

     

    Au fait, comment sera la terre dans 50 ans, si peu ou rien ne se passe.

     

    Copenhague pour l'instant n'est pas gagné, à tout le moins le nirvana

     

    Allez bonne journée.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Obama détient une solution pour Copenhague

    Imprimer

    L'espoir d'un accord à Copenhague est sur le bon chemin. Enfin, les pays les plus responsables de la pollution réagissent.

     

    Les Amécains qui n’avaient à l’époque pas signé les accords de kyoto pourraient à Copenhague avoir une solution pour limiter les émissions à effet de serre jugées responsables de la dégradation climatique de la terre.

     

    Obama, a mandaté l’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) pour étudier des pistes entraînant l’Amérique vers des accords pour la limitation à + 2 o.

     

    Cette agence s’est penchée sur un programme qui a donné naissance à une idée que je trouve géniale, idée capable de convaincre le congrès américain, quoiqu’il est possible que l’accord ne passe pas devant lui.

     

    Il s’agit de « mettre » sur le dos du réchauffement une menace pour la santé publique ouvrant la voie, pour la première fois vers une régulation de ces émissions. Obama contourne ainsi les procédures usuelles en évoquant la santé des siens.

     

    Cette piste représente une avancée historique dans un pays qui n’a jamais ratifié, je me répète, le protocole de Kyoto.

     

    Ainsi, le décret proposé par l’agence EPA pousse les autorités américaines à édicter des règles sans passer par le Congrès américain, très vite divisé sur le sujet. Ces règles aboutiront sur des effets positifs pour lutter contre le réchauffement de la planète.

     

    Cette manière d’agir, cette méthode de contourner les opposants, donne au Président Obama un levier supplémentaire pour respecter sa promesse de réduire les émissions CO2 aux USA de 17 % d’ici 2020 par rapport à 2005.

     

    Obama détient peut être la clef d’un aboutissement concret et satisfaisant pour venir discuter à Copenhague. C’est un grand pas, que les Etat-Unis récalcitrants à la diminution du réchauffement de la planète, mettent en avant. Une prise de conscience qui permettra peut être au Chinois de commencer à se poser les bonnes questions et d’y apporter de bonnes réponses.

     

    Je subodore que tout le monde s’accorde à dire qu’il y a urgence à agir, faut-il avoir la volonté politique d’avancer dans le bon sens.

     

    Restant dans un esprit positif, les analystes pensent que les pays présents au congrès de Copenhague arriveront le 18 décembre à des conclusions favorables, constructives, à long terme. Car chacun s’accord à penser tout bas qu’il faut réagir, mais agir non pas qu’avec des paroles mais aussi avec des actes.

     

    Il était temps que l'USA, grand responsable du réchauffement de la planète, trouve une solution dont l'EPA pourrait contourner le Congrès et le Sénat américain. Enfin, un sens des responsabilités, des actes !

     

     

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • ZONES PIETONNES !

    Imprimer

    Je suis à tout fait enclin aux zones piétonnes en ville notamment à Genève. La grand Rue ne suffit pas et  je n’ai de cesse de penser qu’il faut rendre au piétons des zones, soit entièrement fermées à la circulation soit de rencontre.

     

    ZonePietonneLille07_05.jpg

     

    L’idée du Conseil administratif de la Ville de Genève est excellente. En remplacement des places de parkings, l’option d’enterrer les voitures est bonne. Une autorisation devrait par contre être offerte aux dessertes le matin jusqu’à, allez, disons 10 heures. A Paris, combien de parkings souterrains ont été développés aux Champs Elysées ?

     

    Toute la vieille ville, la rue de la Confédération, la rue du Rhône, toutes les rues transversales fermées à la circulation. Faire passer les véhicules doit pouvoir se jouer ailleurs, charge aux experts de procéder à des études idoines.

     

    Etant à Carouge, je verrais bien les places de Sardaigne, du Temple, du Marché, ainsi que toutes les rues avoisinantes fermées ou transformées en zones de rencontre. Il en sortirait du bonheur, du bien être tant pour les Carougeois, que les Commerçants, les visiteurs.  Les parkings de l’Octroi, de Sardaigne, du Centre de fête et pourquoi pas un 4ème, 5ème parkings pour se garer et venir flâner dans le Vieux Carouge. Pour les commerçants je ne vois pas vraiment de problème économique, au contraire je suis quasi certain que le chiffre d’affaire augmenterait, les gens se baladant, s’arrêtant plus fréquemment devant les vitrines donnant l’envie d’entrer dans le magasin et acheter. Faut-il avoir le courage de faire briller le soleil dans ces zones.

     

    Piétiner sur des zones aménagées pour le calme, la sensibilité du bien être, serait un plus évident et indéniablement porteur pour une meilleure santé des personnes. Je pense que psychiquement, poser son véhicule dans un parking proche des magasins, flâner dans les rues, ravir son ouïe de vitrines alléchantes, manger une glace sur un coin de rue, seraient  un médicament faisant partie de la famille des calmants, des antidépresseurs.

     

    Selon beaucoup d’études les zones piétonnes ont toujours été profitables. Tous les acteurs étant satisfaits de leur situation.

     

    Au diable la varice la peur politique du politiquement correct !

     

    Il faut oser, foncer, avoir la volonté, vendre son produit, le crier sur les toits, un OUI à l’américaine.

     

    Il faut la volonté politique. Je serais tenté par une expression, mais ne peux l’exprimer ici, censure oblige !

     

    Les élections municipales approchent, les partis politiques devraient réfléchir à Genève, aux Communes. Un programme politique audacieux, visionnaire, voire même culotté. Un bon Candidat au Conseil administratif, un bon Chef de campagne, pour un point précis d’avenir pour l’ici et l’ailleurs.

     

    Je pourrais développer encore bien plus loin cette idée, toutefois, il n’est pas bon de prolonger des blogs, ils ne sont plus lus car trop long.

     

    J’en arrive à la conclusion vitale qu’il devient nécessaire et indubitable de bien réfléchir à se problème récurrent de véhicules dans les centres villes.

     

    A bon entendeur pour celui ou celle qui veut bien l’entendre !

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Genève au grand coeur !

    Imprimer
    Sculpture_onu_geneve.jpg

    Il y a 10'000 ans, des familles de chasseurs vivaient dans les grottes de la région genevoise. Aujourd’hui, Genève est une ville où se rencontrent tous les courants qui portent l’aventure humaine et où se discutent les problèmes de la planète. Ce destin exceptionnel de Genève, ville Suisse et cité internationale, a une seule explication : le rayonnement de la pensée.

     

    Ville Suisse, Genève a su donner à la Confédération des hommes qui ont marqués son histoire en défendant des idées : c’est un Genevois, Pictet de Rochemont, qui obtient à la renaissance et la garantie de la neutralité helvétique. C’est un Genevois, Guillaume-Henri Dunant, qui fonde la Croix-Route et assure la tradition humanitaire de notre pays et bien au-delà.

     

    Cité internationale, Genève est héritière de la pensée et de l’action d’hommes qui ont proclamé à la face du monde la primauté des valeurs spirituelles ; Jean Calvin, le réformateur qui a fait de la vile Rome protestante ; Jean-Jacques Rousseau, le Citoyen de Genève, qui influence la Constitution des Etats-Unis et la Révolution française ; Jean-Jacques de Sellon le fondateur de la Société universelle de la Paix.

     

    Siège de la Société des Nations et de la Conférence du Désarmement après la première guerre mondiale, Genève est, après la seconde guerre mondiale, la capitale économique et sociale du système des Nations-Unies. Plus de soixante ans après la fondation de l’ONU, environ 30'000 diplomates et fonctionnaires internationaux travaillent à Genève et dans plus de 300 organisations internationales, gouvernementales ou ONG.

     

    C’est dire que l’on peut faire confiance dans l’avenir de la Genève internationale. Vous le savez tous : les organisations internationales qui ont leur siège à Genève joue un rôle fondamental dans les domaines des Droits de l’Homme, de l’action humanitaire, de la santé, du travail, des télécommunications, de la propriété intellectuelle, de l’environnement ou du développement durable… Et l’on trouve au fil des conférences, de leurs travaux et de leurs publications, des informations t des décisions qui sont indispensables à la compréhension de l’avenir de notre monde.

     

    La tradition séculaire de l’esprit de Genève, ville des idées et de la paix, s’exprime hier, aujourd’hui, demain, par l’accueil des organisations internationales. Souvent critiquées, mais uniques dans l’histoire du monde, celles-ci témoignent des efforts que l’homme fait sur lui-même pour rechercher un avenir meilleur. Elles sont donc autant de signes d’espérance pour les hommes et les femmes les plus déshéritées de notre planète. C’est pourquoi – au-delà de leur importance politique et économique- Genève doit avoir avec elles les excellents rapports que commandent le cœur, l’intelligence et les lois de l’hospitalité.

    Lien permanent Catégories : Développement durable 1 commentaire
  • Demain, j'évoque Genève !

    Imprimer

    Pour demain, j'ai écrit un blog sur la genève internationale. Je vous invite d'ores et déjà à venir le lire. Bonne soirée à toutes et à tous.

    20050916_MICR_CICR_Faustino2_gd.jpg

     

    Lien permanent Catégories : Développement durable 1 commentaire
  • La bonne humeur doit résister.

    Imprimer

    Bonjour,

     

    La bonne humeur !

    images.jpg

     

    Hans Rudolf Merz, notre bon Président de la Suisse, a raison de dire, voir son discours du 1er août, que « Tout le monde n’est pas d’humeur à faire à la fête »

     

    Cette année n’a pas bien démarré. Notre société a changé de visage. Le sourire est ce que la confiture est à l’aigre doux !

     

    Regardez, l’économie s’est cassée la figure, le corollaire, le chômage a encore plus plongé dans les chiffres rouges.

     

    L’UBS qui s’encanaille aux USA. Cette même banque qu’il a fallu sortir des soins intensifs, avec nos impôts.

     

    Les bourses qui se cassent la figure.

     

    On nous annonce une pandémie. La A (H1NH), celle qui devrait toucher un million de Suisses le mois prochain. L’OMS n’a vraiment pas le sourire.

     

    Etc. etc.

     

    J’ai remarqué que depuis fin 2008, des gens ont perdu leur beau sourire. Fins de mois difficiles ? Dépression face à la santé mondiale ?

     

    Donc c’est avec appoint que notre bon Président l’a remarqué aussi.

     

    Mais rien n’est fichu. Ces mouvances sont passagères. Une remise à l’heure des pendules.

     

    On nous promet pour l’an prochain des jours meilleurs. Alors cette année 2009 serait-elle celle de la vraie transition entre le 20ème et le 21ème siècles.

     

    Malgré ceci et cela, nécessité est de garder la bonne humeur, faire la fête, sourire, être joyeux et ce dire qu’à chaque jour suffit sa peine. Demain sera un autre jour, meilleur.

     

    Bonne journée.

    images.jpg

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Arrêter de fumer avec la testa

    Imprimer

    Bonjour,

     

    Il faut vouloir arrêter de fumer avec la tête.

     

    images.jpg

     

    C'est vrai, les chewing-goms, les patchs ne servent à rien. Ils peuvent aider, toutefois la seule méthode c’est le vouloir dans sa tête, avoir le déclic.

     

    Je suis un ancien fumeur. Nombreuses fois sont les tentations de vouloir arrêter de fumer, en vain.

     

    J’ai passé par les chewing-goms à la nicotine, les patchs, les bonbons et autres succédanés.

    Rien, sinon des périodes minimales de 3 mois d’arrêt. La dépendance était maître de ma personne. Je me suis vraiment battu pour arrêté. La période la plus longue fut 2 ans. J’y suis allé avec la force du caractère.

    Dans une soirée, on m’offre une cigarette. Aïe aïe aïe, je l’ai prise cette cigarette, je l’ai consumée en me disant une petite et c’est tout. Mon œil c’était reparti, le lendemain j’achetai le paquet de sèches. Merde et merde c’était reparti. Oh toi faiblesse de caractère je t’aurai « baffée ».

     

    J’ai donc craqué. Et hop, les bronchites reparties de plus belles. A chaque fois, je prédisais un arrêt immédiat. Que de la gnognote !

     

    Il y a 3 ans, ma fille me dit « mon papa » tu files du mauvais coton. Tu devrais arrêter de fumer. Là, miracle, en fin le déclic, le bon, le vrai, l’authentique. Je mis des patches pendant 15 jours. Ensuite à la force de caractère je ne fumai plus. Aujourd’hui, je tiens le coup. De temps en temps j’en fumerai bien une petite. Non et non, plus de cigarette. Il y a 3 ans j’ai arrêté conjointement et solidairement l’alcool et la cigarette. Depuis, ni l’un ni l’autre ne me demande vraiment.

     

    Je n’étais pas alcoolique, toutefois j’aimais bien boire mon verre en société à la maison. Cela dit, la consommation devenait excessive.

     

    C’est dire qu’il faut le vouloir dans sa tête. Ce n’est pas facile, toutefois on peut y arriver.

     

    Je ne peux conseiller à celles et ceux qui on envie d’arrêter de fumer, de le faire si un déclic se fait dans le cerveau. Tac, là il faut en profiter et arrêter avec l’aide des patches. Courage, courage, la demande de cigarette diminue de jour en jour. Avec la force du caractère c’est un défi.

     

    Et vous savez quoi ? Je suis très fier d’avoir stoppé la clope. Espérons que ça dure. Je vous donnerai des nouvelles dans dix ans.

     

    Bien à vous toutes et vous tous.

     

    Bonne journée.

    Lien permanent Catégories : Développement durable 2 commentaires
  • Le préservatif et ses défaillances

    Imprimer

    images.jpg

    En surfant sur Wikipedia, je me suis arrêté sur le préservatif. Pourquoi ?

    Tout d’abord son histoire forte intéressante.

    On dit que l’étui en plastique n’est pas toujours fiable. A lire les propos ci-dessous émanant du site de Wikipedia, il est vrai que des anomalies peuvent surgir. Par expérience, j’y crois volontiers. Donc, il peut arriver des accidents dont on ne s’attend pas.

    Ne voulant pas faire trop long, je vous livre ci-après, les propos sur ce sujet, tirés de chez Wikipedia.

    Histoire [modifier]

    Le préservatif est né 3 000 ans avant JC. Les soldats égyptiens souhaitant se protéger des maladies vénériennes à l'aide de boyaux de mouton ou de vessie de porc[réf. nécessaire]. Par la suite, le préservatif deviendra aussi un moyen de contraception, qu'il soit en papier de soie huilé, en soie ou en velours.

    Il sera ainsi interdit à plusieurs reprises car accusé de favoriser la débauche.

    Gabriele Falloppio, médecin italien, en propose l'utilisation pour se protéger de la syphilis dans un écrit datant de 1564 qui fait l'éloge de son efficacité[1].

    Le premier préservatif en caoutchouc est inventé en 1880 par la compagnie de pneumatiques Goodyear Tire & Rubber, soit 40 ans après la découverte de la vulcanisation du caoutchouc. Il est lavable après usage et garanti cinq ans.[réf. nécessaire]

    Une page extraite de De Morbo Gallico (La maladie française, traité de Gabriele Falloppio sur la syphilis. Publié en 1564, il décrit, peut être pour la première fois, l'usage du condom

    Efficacité [modifier]

    Efficacité dans la prévention des IST [modifier]

    L'efficacité du préservatif dans la prévention des IST n'est connue qu'approximativement, et varie, selon les études disponibles, entre 60 et 96 % environ (par exemple, une méta-étude de 1993 conclut à une réduction du risque de 69 %[2] ; une autre étude de 1994 donne 87% moyenné (entre 60% et 96%)[3] même si ces études concluent au peu de fiabilité de leurs propres mesures).

    Efficacité dans le contrôle des naissances [modifier]

    Son efficacité en tant que contraceptif est mieux connue. Son indice de Pearl va de 2 à 15 % d'échec pour le préservatif masculin et de 5 à 25 % d'échec pour le préservatif féminin.

    Article détaillé : efficacité des méthodes de contrôle des naissances.

    Raisons [modifier]

    Les études ont montré aussi qu'une part non négligeable de ce manque de fiabilité provient souvent d'une mauvaise éducation quant au port du préservatif. La principale problématique mise en avant reste essentiellement celle d'une mauvaise pose du préservatif et d'une mauvaise connaissance du dispositif.

    Exemples :

    • problématiques mécaniques (déchirures, fissures même microscopiques laissent passer les sécrétions) ;
    • utilisation de préservatifs ayant dépassé leur date limite d'utilisation ;
    • utilisation de corps gras rendant le matériel poreux donc caduque (concerne uniquement les préservatifs en latex) ;
    • manque de lubrifiant, y compris lors de rapports vaginaux mais surtout en ce qui concerne les rapports anaux.

    Voici d'autres exemples de mauvaise utilisation et la conséquence lors des rapports génitaux ou anaux (plus risqués concernant la transmission du VIH) :

    • trop large, un préservatif ne tient pas en place ;
    • trop petit ou trop fin (rapport anaux, surtout), un préservatif se fissure voire craquèle ;
    • des bulles d'air entre la verge et le préservatif mal déroulé provoquent des craquements ;
    • le non respect de la poche de réserve peut aussi être à l'origine d'éclatements locaux et minuscules mais dangereux ;
    • l'utilisation de deux préservatifs en même temps est à l'origine de déchirure.

    Les études sur la perméabilité réelle du matériel [souvent mise en avant par des groupes opposés à l'utilisation du préservatif] n'ont pas encore été réalisées.

    Chers Amies et Amis, lors d’un prochain blog, je reviendrai sur le préservatif. Il est important d’être bien informé !

    Bonne journée.

    Lien permanent Catégories : Développement durable 2 commentaires
  • Le passeport biométrique ?

    Imprimer

    Bonjour à toutes et à tous !

     

    Toujours dans le « 24 heures » j’ai lu un « truc » dont nous sommes toutes et tous être concernés.

     

    Liberté au citoyen de solliciter le passeport biométrique ?

     

    Hier Eveline Widmer-Schlumpf, Conseillère fédérale, défendait l’adoption du nouveau passeport.

     

    Elle a employé 3 mots pour motiver « sécurité et liberté de voyager ».

     

    On le sait, une votation fédérale interviendra sur ce sujet le 17 mai prochain. S’il est refusé, la confédération aura alors 9 mois pour trouver une solution. La Conseillère a mis en garde contre un « non ». Si la Suisse ne se dote pas de tels documents « les accords d’association de Shengen et de Dublin pourraient cesser d’être en vigueur ».

     

    Le prix du document délivré ne devrait coûter que Frs 140,--. Le prix normal est de Frs 250,--.

     

    Il y a le pour et le contre le nouveau passeport biométrique. Il est clair que la loi doit être revue aux yeux des exigences étrangères, notamment les States.

     

    Paraît-il qu’il n’y aurait pas d’enquête délibérée de police.

     

    Ne faudrait-il pas confier au législatif la gestion de ce dossier.

     

    Politiquement, il n’y a pas de lézard. Tous s’accordent à dire qu’il faut mettre au goût du jour les nouvelles exigences reçues. Evidemment, dans les couloirs du Palais fédéral les avis divergent, je suis pour, moi non, c’est un atteinte à la liberté……..

     

    Pour ma part, on doit pouvoir en effet, si le non à la votation future l'emportait « refiler le bébé » aux chambres fédérales, en insistant sur le fait que la liberté du choix du citoyen entre l’ancienne version et la nouvelle doit lui appartenir. Le p’tit Suisse qui n’ira jamais aux USA, par exemple, n’a pas besoin de ce passeport biométrique. S’en détachera également des économies pour la Confédération.

     

    Réfléchissez bien à cette votation.

     

    Pour ma part, je voterai  en ayant réfléchi intelligemment, en tout état de cause en pensant à l'avenir de nos enfants "oui". Car un dossier en moins pour nos politiciens !!!!!

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Le bonheur est dans le pré....

    Imprimer

     

     

     

     

    Et oui dans la situation suivante on peut dire que le bonheur est dans le pré !

     

    Les Autorités Autrichienne offre un terrain contre l’engagement de procréer.

     

    Non, non ce n’est pas une blague, j’ai lu ces propos sur Internet.

     

    Pour se repeupler, donner des ailes à un village, l’administration de ce dernier va offrir des terrains à bâtir à qui s’engagera à un y fonder une famille dans les dix ans.

     

    Evidemment, il y a des conditions. Pour obtenir un lot de 800 à 900 m2 à Rappottenstein, une localité située près de la frontière thèque, les candidats célibataires ou non doivent s’engager à vivre maritalement et à avoir au moins un enfant 10 ans plus tard.

     

    Et oui dans la situation suivante on peut dire que le bonheur est dans le pré !

     

    Les Autorités Autrichienne offre un terrain contre l’engagement de procréer.

     

    Non, non ce n’est pas une blague, j’ai lu ces propos sur Internet.

     

    Pour se repeupler, donner des ailes à un village, l’administration de ce dernier va offrir des terrains à bâtir à qui s’engagera à un y fonder une famille dans les dix ans.

     

    Evidemment, il y a des conditions. Pour obtenir un lot de 800 à 900 m2 à Rappottenstein, une localité située près de la frontière thèque, les candidats célibataires ou non doivent s’engager à vivre maritalement et à avoir au moins un enfant 10 ans plus tard.

     

    La maison qui deviendra la résidence principale, devra en outre être mise en chantier dans les trois ans, L’offre est destinée à lutter contre la baisse constante de la population de la Commune qui capitalise à ce jour 1760 habitants, à arguer la mairie.

     

    Les bénéficiaires devront rendre 12'000 Euros correspondant à la valeur du terrain.

     

    Pour finir est ce vraiment la bonne solution pour repeuplé un village ?

     

    L’idée est bonne, elle est séduisante. Elle demanderait une étude de faisabilité chez nous.

    Serait-ce possible ?

     

    Une maison gratuite contre un bébé gratuitement conçu ! Pas belle la vie !

     

    La maison qui deviendra la résidence principale, devra en outre être mise en chantier dans les trois ans, L’offre est destinée à lutter contre la baisse constante de la population de la Commune qui capitalise à ce jour 1760 habitants, à arguer la mairie.

     

    Les bénéficiaires devront rendre 12'000 Euros correspondant à la valeur du terrain.

     

    Pour finir est ce vraiment la bonne solution pour repeuplé un village ?

     

    L’idée est bonne, elle est séduisante. Elle demanderait une étude de faisabilité chez nous.

    Serait-ce possible ?

     

    Une maison gratuite contre un bébé conçu dans les 10 ans ! Pas belle la vie !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Les taxis trop chers

    Imprimer
    images.jpg

    Les taxis sont onéreux, voire très coûteux.

     

    C’est exagéré. Là le Conseil d’Etat pourrait intervenir pour rendre les prix abordables. 

     

    Je l’affirme pour l’avoir vécu à plusieurs reprises ces derniers temps étant contraint de prendre de la taxi, ce mode transport est trop cher.

     

    Je monte dans le taxi place du Marché à Carouge. Prise en charge Frs 6,70,--. Arrivé chez moi vers le bureau des automobiles, Frs 6,40 le trajet. Moins cher que la prise en charge. Un autre exemple : Je prend le taxi près du bureau des autos, direction rue de la Maladière à Plainpalais, 5 minutes de trajet, coût Frs 16,20. C'est du "vol".

     

    Si je prends un taxi à Carouge, via l’aéroport j’en ai facilement pour Frs 50,--.

     

    Je suis d’accord, les chauffeurs doivent gagner leur vie. Cela dit, les compteurs afficheraient un prix raisonnable, les clients seraient plus nombreux.

     

    Pas de prix pour les AVS, les AI, ce n’est pas commercial. Je suis l’AI, je voudrais bien bénéficier d’un prix. Non, il n’y a pas de petit profit.

     

    C’est beaucoup trop cher. C’est à limite d’être de l'exagération.

     

    Et pour conclure, que les chauffeurs soient un peu plus accueillants, moins bourrus.

     

    Genève est cher, trop cher.

     

    Les taxis sont chers, les cafés sont chers, les cigarettes sont chères. Tout est cher à Genève.

     

    Je viens de lire dans la TdG de ce jour que les taxis rechignent à prendre en charge des passagers pour de courtes distances. Mais ils se prennent pour qui ces chauffeurs. Ils font régner la loi de la jungle.

    Félicitations à l'Etat pour ses contrôles, car il n'est pas normal que les taxis édictent leur loi.

     

    Ils sont vraiment gonflé ces taximan. Nécessité rapide que la Cour des comptes mettent son nez dans cette corporation.

     

    Lisez l'article dans la TdG, il est un peu long mais il vaut la peine d'être lu. Vous serez tous sur l'honnêteté des taxis.

    Lien permanent Catégories : Développement durable 1 commentaire
  • Le Grand Bouleversement

    Imprimer

    Un livre intéressant.

    Frank_pub_11-05.jpg

     

     

     

    « Francis Fukuyama – Le grand bouleversement – La nature humaine et la reconstruction de l’ordre social – Vers la fin de la société occidentale ?

     

    « Après le retentissement mondial et de la « fin de l’Histoire » et de la « fin de l’Homme » le nouveau livre de Francis Fukuyma.

     

    La société occidentale, avec ses modèles, ses valeurs, son histoire, est-elle appelée à la disparaître ? Criminalité, drogue, suicide, mais aussi travail, justice associativité, ou encore civisme, famille fécondité : depuis plus de trente ans, en Europe comme aux Etats-Unis, tous les indicateurs de la confiance chutent. Or, comme le montre Francis Fukuyama, sous le  présent désordre perce une donne nouvelle. L’apparent chaos cache une transition. E la grande fracture annonce une grande reconstruction.

    Que deviendra notre « vivre-ensemble » ? Seront-nous acore des animaux politiques « ?

    Dressant un tableau complaisance de la rupture, dépassant l’opposition couverte entre biologie et sciences humaines renouant avec l’idée de la nature humaine et théorisantkw le capital du Grand Bulverseent.

     

    « Plus fort encore que la « Fin de l’Histoire » Fukuayma renouvelle complètement le débat. » Washingron post.

     

    « Critique sur aujourd’hui prophétie pour demainun grand essai. Inspensable. « «  NewYVork Tmes.

     

    C’est un livre pas récent. Toutefois il donne des repères avec ce qui se passe dans le monde en ce moment.

     

    Je vous ai livré à l’état brut l’introduction.

     

    Bonne journée.

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Genève-synergie-Lausanne

    Imprimer

    Le chômage augmente. Moche ! C’est vraiment moche.Inquietant. En décembre il a passé de 2,7 % à 3 %. C’est une forte progression. On en est maintenant à 118'762 sans emploi. 11'110 de plus en 1 mois."C'est vraiment alarmant si cette chutte ne cesse pas. Vous rêndez-vous le nombre de personne qui vont pouvoir sirez les chaussures comme à Istanbuhl. C'est horrible d'entendre parler aiinsi. Et éet pourtant je l'ai entendu par de nobles gens. 

    La demande d’emploi se fait de plus en plus fréquente.

    Fin 2008, 3 %,le taux de chômage en moyenne annuelle de plus.2007 il avait atteint 2,7 %.

    Le Valais est le canton qui a connu la plus forte hausse du chômage en décembre.

    On peut parler de %, de chiffre négatif toute la soirée, ce qui importe est de savoir quelles sont les recettes pour faire baisser ce chômage

    Je me demande dans les grandes institutions tel que le CHUV quelles sont les économies peuvant être entreprises.

    Que de matériel utilisé à Lausanne. Je suis là, au CHUV, depuis 1 mois c’est époustouflant le personnel au service des malades. Je suis certain que des hospitalisations, les médicaments et des soins sont inutiles.

    Il en va la même chose à Genève.

    Surtout que des synergies pourraient s’organiser entre ces deux mastodontes et sortir des économies.

    Un patient souffre d’un mal de ventre. Il va consulter son médecin de famille. Celui-il lui prescrit des examens. Résultats, le patient souffre d’une hernie ; il doit se faire opérer. Il y le choix entre le médecin privé, faut-il avoir une assurance privée, où le chois des hôpitaux de Genève ou Lausanne. Le cursus programmé par le médecin est plus performant et honorable question de prix.  

    Revenons au chômage. Combien on une touffe de poile dans la main. Du travail il y en a si on cherche un peu. Mais voilà combien sont ceux qui ne sont pas satisfait par le choix offert, j’en passe et des meilleurs. Combien le salaire trop bas par rapport auparavant.

    Nombre de séances des mouettes blanches se réunissent pour trouver les meilleures solutions.

    La médecine coûte cher.

    Le jour où il y aura du chômages dans les grands hôpitaux la raison reposera sur le fait qu’il n’existera plus qu’un hôpital entre Genève et Lausanne. Où pour limiter le chômage chaque hôpital aura sa spécialité. Le gosse qui ce casse une jambe ira à Lausanne, celui qui souffrira d’une crise cardiaque ira après les premiers soins à Genève.
    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Non au gd barrage turque....

    Imprimer
    la_mort_du_tigre.jpg

    Un barrage à l’eau ! La décision a été prise de retirer ses billes du barrage géant de Turquie. Tous les ouvrages sont donc bloqués pendant 180 jours. Le soutien du consortium européen se monte à 530 millions.

    En Suisse les firmes Asltorm, Colenco, Maggia et Stucky sont concernées pour 225 millions.

    Bloquer le projet pour 180 jours car c’est la durée contractuelle prévue. En suite le projet est rayé des projets.

    En soi la construction de cet œuvre pharaonique de 135 mètres de haut sur deux kilomètres de large sommairement devisée à 2 milliards de francs créera un lac artificiel de 10'000 milliards de mètres cubes d’eau.  Ce dernier fera disparaître 199 villages et contraindre à l’éxil quelques 70'000 personnes. Il est clair que de fortes contestations sont déposées. Les gens n’ont eu aucune information, rien, que nenni. Vous rendez-vous compte une région où des gens ont marché, oncultivé, des  produits de grandes cultures. La perte également de monuments perdus tels que concernent la nombre des turques, sans parler de la perte de Hasankeyf, un joyau du patrimoine historique de cet endroit. Destruction totale d’une région me paraissant au jour d’aujourd’hui pharaonique. Il existe bien d’autres chemins pour arriver à produire de l’électricité. Que la Turquie construise des centrales nucléaires. De  nature je ne suis pas écologiste, quoique je sois entrain de me le demander, me sentant parfois mal à l’aise au PDC Parti de mon enfance, avec l’âge on évolue, on regarde la vie avec d’autres yeux, si ce barrage gigantesque est vraiment utile, encore utile, dépassé. Ne serait-ce pas détruire toute une région, procéder à une mutation de populations. Personne ne viendra dire le contraire que là-dessous se trame de gros contrats financiers. En effets, de grosses sociétés à la petite entreprise chacun y trouverai son « grain » Et si je pouvais contester les destructeurs de la nature, je n’hésiterai pas à faire partie d’une ONG ou toutes autres associations pouvant mettre à sac ce barrage.

    Rappelez-vous le barage de Nasser !

    (Les renseignements proviennent d'un article paru mercredi dernier dans le 24 heures
    La question fondamentale est de savoir si un tel barrage se justifie.
    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Lausanne 1ère ville avec son métro !

    Imprimer
    350px-Mtl-metro-map_svg.png

     

    J’ai dû me rendre au CHUV à Lausanne.

    J’ai pris le train. Puis arrivé à Lausanne, j’ai traversé la gare et sa place pour descendre dans l’antre du métro tout neuf.

    Un métro avec ces gares d’arrêts flambants neuves.

    Un réel plaisir.

    En même pas 7 minutes j’étais au CHUV.

    Félicitations les Lausannois.

    La question sans réponse !

    Je me suis posé une question. Dans le fond Genève au lieu de vanter ses mérites avec le futur CEVA, pourquoi ne pourrait-elle pas construire un métro nord-sud, est-ouest. Avec la traversée de la rade et le PAVE, qu’elle belle relance économique de la construction.

    Car, il faut bien le dire, les trams sont bien gentils, mais ils n’ont pas la même vitesse que le métro. Et pis, le métro étant enterré, nous pourrions créer des zones de rencontre en lieu et place des voies de trams.

    Enfin bref, j’ai bien apprécié ce métro futuriste de Lausanne.

    Genève a loupé la coche !

    A propos en 2009 le premier coup de pioche ?!

     

    images.jpg
    Lien permanent Catégories : Développement durable 3 commentaires
  • Synergies entre Genève et Vaud

    Imprimer

     

    365773574_dfb6eb275a.jpg
    Les Autorités genevoises et vaudoises évoquaient la possibilité de mettre sur pied des synergies entres les deux cantons.

    Par exemple les deux hôpitaux universitaires. Je crois savoir que c’est en bonne marche. Je me fais soigner au CHUV et on parle de cette fusion.

    Il y a bien d’autres discussions, notamment liées aux polices.

    Les deux corps collaborent déjà bien. C’est une bonne chose, appréciable.

    La Cheffe de la police genevoise, Monica Bonfanti ferait de l’œil à Alain Bergonzoli (47 ans), Chef de la gendarmerie vaudoise. Oulalalalalala attention ce dernier est marié, il n’a pas le droit de faire des galipettes.

    Prend-il tout simplement des renseignements pour gérer la crise au sein de la police vaudoise ou flirte-t-il ?

    En définitive, on ne demande pas des « relations » extra-conjugales mais des actes de rapprochements politiques.

    On dira qu’ils se font des sourires par sympathie, par esprit d’ouverture, par esprit de synergie à travers le regard !

    MonicaBonfanti.jpg

     

     
    Lien permanent Catégories : Développement durable 3 commentaires
  • N'ayons pas peur !

    Imprimer
    N’ayons pas peur !

    Bonjour à toutes et à tous.

    Le petit cochon ne va pas se casser si facilement !

    images.jpg

    Vos économies ne vont pas fondre comme neige au soleil.

    Il est vrai que nous traversons une période de surprises, de mouvances. Si aux Etats-Unis, si en Europe l’économie et la finance toussent, ce n’est pas vraiment le cas en Suisse. A ce sujet le Crédit Suisse prédit aucune récession pour 2009. Bonne nouvelle !

    Le monde de la finance connaît des secousses, mais pas de séisme.

    En Suisse, il y a des réserves, des garanties. Je ne m’avancerais pas trop vite en disant que les garanties, les couvertures sont épaisses pour intervenir en cas de coup dur.

    Comme le disait hier la <TdG-Fédération romande des consommateurs> « Nous ne défendons par les spéculateurs qui ont pris volontairement des risques, mais des petits épargnants à qui certains conseillers bancaires ont assuré une totale sécurité de leurs investissements ». Je pense qu’il y a dans les banques assez de filtre avant qu’un mauvais investissement se dessine.

    Il est clair que l’UBS et le Crédit Suisse sont touchées par les Subprimes. Personnellement, je ne suis pas inquiet car elles ont les reins solides pour gérer au mieux ces situations douteuses.

    Si l’UBS a perdu 12 milliards de nos francs, les banques cantonales ont quant à elles enregistré un afflux de 30 milliards de francs en épargne et obligations et autres.

    En fait, les petits épargnants se sont empressés par peur de perdre des plumes de transférer leurs économies dans une banque cantonale peu ou pas du tout écrier par d’éventuelles pertes. A ce sujet, vu ma formation plusieurs personnes m’ont demandé conseil. Je leur ai répondu de ne pas paniquer, la Suisse est en marge des grandes manœuvres bancaires internationales. Je ne crois pas me tromper dans mon propos. Les Banques cantonales comme les Banques Raffeisen affichent le sourire.

    Les banques Suisses sont encore bien solides. Il n’y a que de peu à craindre.

    Ceux qui peuvent craintes, sont les investisseurs. Ceux qui ont investi dans les actions ou des obligations.

    Enfin, le Conseiller national PDC Pirmin Bishof a raison pour des fins de sécurité de proposer d’élever la garantie de l’Etat à Frs 100'000,--. Cette manœuvre se veut rassurante.

    Nous allons tous arrivé à Noël avec le sapin et les cadeaux !

    Nous sommes donc pour l’instant à l’abri.

    Ah encore un p'tit clin d'oeil à savoir n'oublié pas nourrir votre petit cochon "économies"

    Bonne journée

    Lien permanent Catégories : Développement durable 0 commentaire
  • Face à l'affichage sauvage, on se réveille ?

    Imprimer
    La tête au carré de Pierre Maudet et des autres.

    Y en a ras le bol de ses affichages sauvages. Ça dépareille, ça dégrade, souvent ça manque de goût artistique.

    Plus inopportun : lors d’élections nationales, cantonales et communales, à l’avenir l’affichage sauvage sera terminé. Plus de "têtes au carré" des candidats sauvagement posées notamment sur des troncs d’arbres ! Evidemment ces propos sont un clin d’œil amical. J’entre dans ce sujet avec l’humou; dans certains textes il faut parfois y mettre de la joie de vivre !

    L’amende pour des publications pourrait coûter aux contrevenants toutes parties confondues la somme de Frs 18'000.-- et plus.

    Selon Jérôme FAAS, TdG, la loi sur le durcissant de la répression de l’affichage sauvage ne restera pas lettre morte. Après un an de flottement, Pierre Maudet passe enfin à l’action.

    Sur le bureau du Conseil municipal vient d’être déposé une demande de crédit pour l’achat de nouveaux panneaux destinés à l’affichage culturel et associatif. Fini les arbres, les potaux, les candélabres les murs affichés, les trottoirs et immeubles couverts d'afficces  illégales.

    Une loi existe, elle doit déployer tout son bon sens. Les libertés coûtent chers si elles deviennent quotidiennement mal appliquées. On donne la main, on nous prend l’avant bras et souvent le bras. A cette suite de liberté les citoyennes et les citoyens «gueulent » d’un manque de règlement et de son application.

    Le Radical a parfaitement raison de lutter avec sévérité contre l’abus d’affiches sauvages. La plus part du temps elles ne sont plus lisibles, couvertes, voire recouvertes le jour même.

    Il met également dans le mille les publications liées illicitement à la nourriture. Je trouve complètement déplacé que l’on fasse de l’affichage sauvage avec des restaurants, des pizzas, voire ce que sais-je sur ce sujet brûlant.

    Il faut de la discipline, sinon on va droit dans le mur de la jungle.

    Pierre Maudet ne reste pas lettre morte puisqu’en contre partie le Conseil municipal va lui donner un crédit de Frs 210'000,-- à destination de l’acquisition des nouveaux panneaux. Les acteurs culturels et associatifs disposeront alors de 1441 cadres de format A 2 Et de 23 emplacements F 12 pour e faire connaître. Soit 1800 emplacements (en plus des 1000 actuels) voués à une disparition progressive) (Jérôme FAAS), Tout ce qui sera illcite sera amendable.

    Et pour faire régner, soit faire appliquer ce règlement, j’applaudis des deux mains le jeune Magistrat. Il raison de montrer les dents. On voit beaucoup trop de sauvagerie ; entre les non-tags et les non-affichages sauvages, Genève deviendra une ville propre. 

    Laissons travailler Pierre Maudet et son discatère, je crois qu’il marche sur le bon chemin.

    Bravo Maudet, vas s’y tu as le charisme de faire avances de bonnes choses ! Ce n’est parce que tu es devenu Conseiller administratif que je vais te vouvoyer !

    François Velen
    Lien permanent Catégories : Développement durable 1 commentaire