POLICE ET LEGITIME DEFENSE : Céline Amaudruz a raison !

Imprimer

Céline Amaudruz.jpgBien le bonjour,

La Conseillère nationale UDC genevoise défend publiquement la présomption légale de légitime défense et de l'état de nécessité des fonctionnaires de police et par là-même mieux protéger les actions policières. Elle déposera prochainement devant le bureau du Conseil nationale une initiative parlementaire dans ce sens.

Pas faux ! Il faut avouer qu'elle est bien conseillée sur les affaires de police par le Secrétaire générale de l'UDC Genève, Yvan Perrin, ancien Conseiller d'état Neuchâtelois en charge de la police ; c'est dire qu'il connaît bien le sujet. C'est en tout les cas ce qu'il se dit dans les rangs politiques de tous genres. En définitive, pourquoi ne pas bénéficier du savoir d'un tel mentor !

Certes, l'idée se justifie dans la mesure où nous remarquons de plus en plus que les interventions des Gardiens de la paix sont souvent remises en question et finissent devant la Justice.

Notamment, la plus forte des opérations de légitime défense comme celle de Morges où un policier mis en danger a usé de son pistolet en abattant le malfrat.

D'aucuns y ont vu une bavure policière et surtout ont mis en avant le fait qu'il était de couleur donc plus d'incitation à tirer. De là, le Procureur général en charge du dossier déclencha une enquête et mis sous pression le gendarme qui a défendu l'humanité. Imaginez s'il n'avait pas tiré et que le « rigolo » aurait tué d'un coup de couteau un passant. Le commun des mortel aurait dit haut et fort que l'homme au képis n'aurait pas fait son boulot, alors que dans qu'il a légitimement défendu sa peau; lui ou le policier ? Réfléchissez et revenez avec la bonne réponse sécuritaire.

De sources sûre les gendarmes sont formés pour se défendre d'une part, et d'autre part, protéger la population. Entre le coeur et la raison, le « flic » choisira la raison de vivre, cela est tout à fait justifié.

Cela dit, il faut comprendre en droit pénal Suisse que l`on parle de  légitime défense lorsque quelqu'un commet un acte de défense interdit par la loi en cas d'agression. Cette notion est prévue à l'article 122-5 du Code Pénal. Lorsqu'elle est reconnue par la justice, la légitime défense permet d'éviter la condamnation pour la riposte qui est initialement punie par la loi. A Morges se fut donc de la légitime défense pénalement acceptable. Ensuite, il appartient de définir où commence et où s'arrête la légitime défense ; une kyrielle de jurisprudences garnissent les bibliothèques des facultés de droit et permettent diverses interprétations c'est certain, il y le choix !

L'idée de Céline Amaudruz est donc juste de renforcer la légitime défense des policiers et de là ouvrir un large débat helvétique.

Cela également souhaité vivement par l'humble auteur de ce blog. Il n'en demeure pas moins que l' aspect non négligeable de l'information et de la désinformation tue les faits.En effet, émotionnellement, les médias prennent un malin plaisir à informer la population en faisant d'une tête d'épingle une botte de foins, ce pour vendre. Trop d'informations tuent l'aspect réel des faits et braquent indéniablement la population contre notamment la Police.

Toujours de sources sûres, de plus en plus d'affaires finissent sur les réseaux sociaux avant même que la Police arrive sur le lieu du « crime ».

Imaginez un accident de la route dont la famille apprend que l'un des siens est impliqué par des photos publiées sur Facebook.

De plus, combien d'opérations menées sur le terrain par les Gendarmes finissent sur les réseaux sociaux incitant la plupart du temps des remarques, des critiques, des jugements, j'en passe et des meilleurs.

Combien de fois la Police est en situation de légitime défense ?

Combien de fois la Police est humiliée ?

Combien de fois la Police n'est plus respectée ?

Combien de fois la Police est sous le feu des gyrophares rouges de la population?

Combien de fois la Police n'est pas soutenue par les politiques ?

A mon humble avis, il convient de renforcer à tout prix la crédibilité de la Police, en lui donnant les moyens humains, logistiques et techniques, et surtout de punir celles et ceux qui publient sur les réseau sociaux, dans les médias, etc, toutes informations contraire à la réalité des faits.

Sans devenir un état policier, il conviendrait que l'impunité des citoyens à côté e la plaque soient supprimées et que la Justice rende aux Gardiens de la paix ce qui leur appartient en premier lieu, le RESPECT DU GENDRAME.

Il est indécent que tous citoyens et résidents ne respectent pas la considération, la pudeur, la réserve, les authentiques civilités, de la Police. Ces mêmes personnes sont les premières à « gueuler » si la Police n'est pas là dans les 30 secondes. A cela, une étude juridique de faisabilité pour que tout être humain menant une action discréditant la Police, publiant de fausses informations, portant des jugements contraire aux RESPECT soit punie.

Visionnaires mettez tout en oeuvre pour que la Police intervienne en toute quiétude, en toute confiance en leur mission sans systématiquement faire l'objet de plainte, d'enquête à charge, sans mauvais jugement sur les réseau sociaux, etc.

LA POLICE DOIT POUVOIR AVANCER SANS SE FAIRE TIRER DESSUS !

En conclusion si conclusion il doit y avoir, je soutiens pleinement Céline Amaudruz dans sa démarche.

Allez bon dimanche.

 

 

 

 

 

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.