Gare de Morges où l'hémorragie massive fatale !

Imprimer

L'homme connu par les forces de polices zurichoises n'était pas tout "blanc".

Drame de Morges.jpgBien le bonjour,

Au sujet de l’homme stoppé avec son arme blanche d’une longueur de 26 cm comportant une lame de 13 cm à la gare de Morges, avez-vous lu dans les médias  le communiqué de presse de la police cantonale vaudoise du 1er septembre dernier, expliquant l’authentique version sur la cause de la mort de la victime souffrant de blêmes psychologiques et connu par les forces de police zurichoise ; l’homme n’était pas tout « blanc » !

Au risque d’être plus émotionnelle en mettant l’accent sur le fait d’un africain abattu par la police, la presse n’aurait pas écrit clairement que l’homme est décédé suite à une balle ricochant un poteau puis se logeant dans la jambe de l’homme, sectionnant  l’artère fémorale et provoquant ainsi une hémorragie massive et rapidement fatale avec ou sans interventions médicales.

La suite on la connaît, l’homme a eu la force de se relever, de se diriger sa lame pointée vers les gendarmes d’où la légitime défense  de tirer deux autres balles, après les sommations d’usage.

L’homme de 37 ans, rappelons le souffrant de blêmes psychiatriques, connu par la justice zurichoise,  a été abattu puisque menaçant clairement et sans rire la police avec son couteau; n’est ce pas de la légitime défense. Laissons la justice rendre ses conclusions en espérant qu’elle ne punira pas le policier lequel a respecté les protocoles  idoines.

Ceci dit, les médias ont voulu faire monter la mayonnaise USA en mettant l’accent sur un africain abattu par les forces de police, déclenchant tout naturellement une vague anti-raciste, au lieu de dire que l’homme blanc ou de couleur a voulu mettre en danger non seulement la police mais aussi toute personne pouvant se trouver sur son chemin et qu’il est mort d’une hémorragie fatale.

C’est tout de même vachement polémique de profiter d’un noir pour mettre  en avant l’émotion à la sauce américaine !

Si cet homme avait poignardé un passant l’émotion se serait portée sur le manque d’efficience de la police et provoquer ainsi une déferlante contre les Gardiens de la Paix.

N’oublions pas que nous avons la chance d’avoir une police efficiente formée pour faire régner la paix, la sécurité, la joie de vivre, entraînée pour se préserver et éviter des quidams de se faire tuer.

Merci la Police !

Un dièse humain envers la famille de l’homme décédé ensuite de son comportement inadéquat.

Allez belle journée !

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.