Aimer à en perdre la raison......

Imprimer

 

images.jpgBien le bonjour,

"Commençons pas une petite question histoire d'exciter des gens qui auraient une petite "dent" contre mon humble plume :

Ahahahahahahaha, à Carouge, qu'est ce qui va coûter aux gentils Contribuables Frs 170'000,-- par jour pendant 10 jours ?!!!!! Réponse le 11 septembre 2011."

Entrons dans le propos....

Profitons un max de cette journée idyllique, parait que la canicule va nous tirer sa révérence. Nous allons marcher vers l'automne et vers Noël car nous sommes le 24 août et que fait-on dans 4 mois ? Woua, il ne faudra pas que j'oublie les gentils « bobos » Lance, Fred, Carougeois et tous les autres !!!! Pour ces derniers, je cite le Pape Jean XXIII qui aimait à dire « Laissez piailler les moineaux ». Hihihihhihihhih je les laisse donc piailler.....

Humblement, je dis la tête haute et l'air intelligent que les petites attaques incessantes dont je fais l'objet me rendent encore plus sympathique à mes yeux !!!!!! Pour l'amour du risque.....

Aimer à en perdre la raison....

Ces derniers temps, il est vrai que ma plume s'est excitée.

Il y avait de quoi en regardant au delà de mon petit nez les inepties de nos sociétés.

Je dédie ce propos fidèle à ma petite philosophie à celles et ceux qui savent aimer.

A tout ceux parmi nous qui ont le courage de vivre dans nos sociétés bousculées.

Aux victimes de toutes sortes qui doivent reconstruire et se reconstruire.

A tous ceux qui sont emprisonnés phy et psy dans le monde.

Toutes celles et tous ceux qui ne peuvent fleurir dans la joie de vivre, qui ont peur.

A une Amie proche qui vient d'apprendre qu'elle était gravement atteinte dans sa santé........Je prie pour elle...

Pour tous les gens qui ont besoin d'aimer et d'être aimer, svp, un tonnerre d'applaudissements. Un grand merci.

Allez bonne journée !

Aimer à en perdre la raison.....

 

Chantons du Jean Ferrat :

 

Aimer à perdre la raison

Aimer à n'en savoir que dire

A n'avoir que toi d'horizon

Et ne connaître de saisons

Que par la douleur du partir

Aimer à perdre la raison

 

Ah c'est toujours toi que l'on blesse

C'est toujours ton miroir brisé

Mon pauvre bonheur, ma faiblesse

Toi qu'on insulte et qu'on délaisse

Dans toute chair martyrisée

 

Aimer à perdre la raison

Aimer à n'en savoir que dire

A n'avoir que toi d'horizon

Et ne connaître de saisons

Que par la douleur du partir

Aimer à perdre la raison

 

La faim, la fatigue et le froid

Toutes les misères du monde

C'est par mon amour que j'y crois

En elle je porte ma croix

Et de leurs nuits ma nuit se fonde

 

Aimer à perdre la raison

Aimer à n'en savoir que dire

A n'avoir que toi d'horizon

Et ne connaître de saisons

Que par la douleur du partir

Aimer à perdre la raison

 

 

Lien permanent Catégories : Général 1 commentaire

Commentaires

  • Pourquoi être humble quand on a raison ? Ces appels à l'humilité ne sont qu'une mascarade pour vous réduire au silence. On reconnaît tout de suite les manigances de ces gauchistes bobo-blingbling qui essayent de contrôler la liberté d'expression. Quand on pense que les commentateurs intelligents sont systématiquement poussés à bout sur ces blogs, on se dit que tout ce foutage de gueule ne peut être que le résultat d'une intention parfaitement planifiée. Tenez bon, François.

    Et puisque vous êtes un amateur de vraie poésie, je vous offre un poème de ma poétesse favorite, Marceline Desbordes-Valmore :

    Douce lune des fleurs, j’ai perdu ma couronne !
    Je ne sais quel orage a passé sur ces bords.
    Des chants de l’espérance il éteint les accords,
    Et dans la nuit qui m’environne,
    Douce lune des fleurs, j’ai perdu ma couronne.

    Jette-moi tes présents, lune mystérieuse,
    De mon front qui pâlit ranime les couleurs ;
    J’ai perdu ma couronne et j’ai trouvé des pleurs ;
    Loin de la foule curieuse,
    Jette-moi tes présents, lune mystérieuse.

    Entrouvre d’un rayon les noires violettes,
    Douces comme les yeux du séduisant amour.
    Tes humides baisers hâteront leur retour.
    Pour cacher mes larmes muettes,
    Entrouvre d’un rayon les noires violettes !

Les commentaires sont fermés.