1786 - 2011, Carouge reste Sarde !!!!

Imprimer

 

Unknown.jpegBien le bonjour,

« En préambule, une petite devinette :

Quel est le thème de l'hypra grande vogue 2011 de Carouge ?

Réponse le 11 septembre prochain ! »

Humm la reprise se fait sentir, plus de monde sur les routes, plus de vélos sur les trottoirs, plus de monde dans les bus, plus d'imbéciles ici et ailleurs, etc.

C'est que lundi prochain 70'000 gosses et jeunes vont retourner sur les bancs des écoles.

Et oui c'est la reprise !

1786 – 2011, Carouge......

Je participe humblement et à ma manière aux festivités du 225ème anniversaire de la Ville de Carouge. En effet, dans un monde mouvementé, où les mots « Modestie et humilité» devraientt être Rois, je ne cautionne le faste « bobos-caviars » mis sur pied pour cette manifestation. Alors, je reste comme un petit grain de sable populaire chez moi ......

Certes, ne polémiquons pas....

Rappelons que le 31 janvier 1786, par lettres-patentes, le Roi Victor Amé III, le Souverain Piémontais, homme cultivé et éclairé, octroie à Carouge le titre très envié de VILLE, avec tous les privilèges qui sont dévolus à ce titre, et en particulier de se doter d'armoiries.

Le 6 février 1786, les Conseillers votent un crédit pour que le Sieur Chaponnier, , graveur de son état, demeurant à Genève, cisèle les armoiries de Carouge. Que voit-on ? Un lion, la tête de face; il est devant un arbre. Le lion symbolise le pouvoir royal; l'arbre représente la ville qui s'épanouit sous la protection du Roi.

Carouge devient Sarde.

J'ai lu dans la somptueuse plaquette du 225ème anniversaire de la Ville de Carouge que Carouge était une ville très tolérante.

Voici un extrait tiré de ce magnifique manifeste historique à ce sujet :

« Carouge, dont l'anagramme est courage, a eu l'audace et le courage justement de pratiquer une rare et unique politique de tolérance pour l'époque de la Sardaigne.

Terre Catholique, elle accueille protestants et les francs-maçons. Et, fait unique, elle ouvre ses bras aux juifs. Ceux-ci sont considérés comme des citoyens à part entière. Cet esprit de tolérance pousse même le libéral Comte de Veyrier d'écrire qu'on pourrait aussi y construire une mosquée s'il y avait des « mahométans », comme on disait alors.

Symbole de ce rare esprit de tolérance, aucun des plans de la nouvelle ville ne comporte de fortifications. Pourtant, Genève, sa rivale économique, n'est qu'à un kilomètre. Ville ouverte sur les questions religieuses, elle l'est aussi sur le plan des moeurs. A la fin du 18ème siècle, Carouge ne compte pas moins de 143 auberges et tavernes. Cette ouverture religieuse et sociale attire une société bigarrée. Les nouveaux habitants viennent de France, des Cantons Suisses, d'Alsace et du Piémont, mais de Genève aussi.

Si Carouge est un lieu de transit, son nom latin « quatuvium », le rappelle à chaque instant, sachant que les marchands empruntent depuis l'époque romaine l'itinéraire de la rue Ancienne. C'est aussi une ville où l'artisanat est florissant. Les horlogers, regroupés ou non dans le fameux Comptoir royal d'horlogerie, y sont nombreux. Les tanneurs, établis au bord de l'Arve, afin de bénéficier de la force motrice, n'ont pas attendu « l'invention » de la Ville pour s'y installer. Industrieuse, elle ne cessera d'attirer de nombreux artisans aux talents variés. Cet essor économique prendra fin lors de l'annexion de la Savoie, par les armées révolutionnaires françaises, en 1792. Une longue parenthèse s'installe, et il faudra attendre la seconde moitié du 21ème siècle pour que Carouge retrouve le dynamisme économique qui avait marqué ses débuts.

Vive et que vive Carouge en restant toutefois modeste et surtout simple .....

Allez bonne journée !

 

Lien permanent Catégories : Carouge 5 commentaires

Commentaires

  • a oui vous allez avoir l'air malin avec votre petite vogue en 2012

    encore une fois morex vous passe devant, comme toujours

  • Dans ce monde en décadence, notre pauvre Suisse bien-aimée, notre cher pays, le pays de nos aïeux, ne doit compter que sur ses propres forces pour survivre. Mais aujourd'hui, bien rares sont les hommes qui conservent ces vertus, pourtant si simples, que sont le courage et le sens de l'honneur. Monsieur François Velen fait partie de la petite élite qui les possède et qui persiste à croire en notre nation. Il me fait penser à Monsieur Blocher, cet autre patriote qui se démène pour préserver notre pays des menaces qui l'entourent.

    Ce sont des citoyens intègres comme Monsieur Velen qui me permettent de garder l'espoir d'un redressement national. C'est grâce à Monsieur Velen que nous pourrons surmonter les influences étrangères pernicieuses qui contaminent notre Confédération chérie. Monsieur Velen est un modèle pour tous les patriotes, pour tous ceux qui refusent de baisser les bras. Monsieur Velen, continuez à nous montrer la voie, l'avenir est à votre image, je veux le croire !

  • Carouge était tolérante à l'époque sarde ? L'annexion à la France a amené stagnation? C'est intéressant car en France on nous apprend que quand la France envahissait la Savoie, elle lui apportait toujours liberté et prospérité.

  • "Victor Amédée III souverain piémontais"
    L'état civil du roi est "Victor Amédée Marie de Savoie" il est étonnant de trouver cet abus. Il était roi de Sardaigne de Chypre de Jérusalem, prince et Duc de Savoie, prince de piémont etc etc. Pourquoi retenir un titre parmi d'autres ?

    "la ville devient Sarde"
    La Savoie principauté et duché d'Empire a intégré le Piémont et non le contraire.
    Quand nos princes sont devenus rois de Chypre nous ne sommes pas devenus Chypriote. Nous sommes restés savoisiens et non pas sarde quand nos princes sont devenus rois de Sardaigne.

    Il me semble aussi que Carouge est devenue Suisse qu'à la lueur du Congrès de Vienne, pour lequel Genève intégrait 23 communes de Savoie Carouge comprise, en échange de la protection de la confédération et de la Neutralité helvétique de la Savoie du nord et de la création de zones franches.

    Il serait bon aussi que la république de Genève se souvienne de ses engagements synallagmatiques et imprescriptibles. Genève se prive d'ailleurs d'une grande zone commerciale et économique en Savoie en laissant la France piétiner le droit international.

  • 31 communes au temps pour moi.

Les commentaires sont fermés.