Prendre les choses du bon côté......

Imprimer

 

images.jpgBien le bonjour,

Bon dimanche !

Les bourses se cassent la « gueule » !

Rien ne va plus faites vos jeux.....

D'ici vers ailleurs, les vicissitudes mondiales se répètent depuis des lustres. Un jour ça passe, le lendemain ça casse, parce que nous sommes peut être trop idiots, sans comprendre vraiment le sens de la vie.

Pourquoi vit-on, parce que Louis !!!!!!!

Bref, j'ai lu un « truc » super réaliste dans le manuscrit « comment maintenir la bonne humeur ? » de Gaston Courtois.

Empli de courtoisies dominicales, voici un extrait :

« Prendre toutes les choses du bon côté.

Qu'il s'agisse des êtres, des choses ou des événements, si l'in s'hypnotise sur les défauts et les inconvénients, on est certain d'être battu d'avance.

Si, au contraire, on veut garder son calme, sa sérénité, sa bonne humeur :

Si on veut être en mesure de faire face aux difficultés de la vie, il faut être résolu à mettre délibérément l'accent sur les qualités de ceux qui nous entourent, ou sur les avantages, parfois cachés, des circonstances dans lesquelles nous nous trouvons. Même une erreur, un échec peuvent avoir un bon côté et être pour nous, si nous avons bien les prendre, l'occasion d'un avertissement précieux ou un stimulant à un progrès que nous n'aurions pas fait sans cela.

Le fait même, d'ailleurs, de chercher en tout et en tous les éléments positifs,permet de mieux se faire valoir et facilité la neutralisation des éléments négatifs.

Un jour, un professeur de collège va trouver son Supérieur et lui demande le renvoi d'un élève.

Pour quelle raison ? Demande le Supérieure.

  • Ah ! Monsieur le Supérieur, je ne puis rien en faire; c'est une cruche !

  • Eh bien ! Cherchez l'anse ! Répond avec autant d'à-propos que de finesse le supérieure.

En face d'une rose, il y a deux attitudes possibles :

. s'attrister de ce que les roses aient des épines;

. se réjouir de ce que, sur des épines, puissent pousser des roses.

Devant une bouteille entamée, on peut avoir l'attitude négative : Que dommage ! Elle est à moitié vide.

......

En critiquant les choses et les événements, on et soi-même la première victime de sa critique; on se trouve comme engagé par elle dans un sens négatif. En murmurant, on s'enlève le courage dont on aurait besoin pour vaincre la difficulté. En se plaignant de soi, des autres ou des événements, on renforce l'impression que les choses vont mal : l'on se crée une ambiance défavorable pour réagir utilement.

Les grands éducateurs, comme les grands bâtisseurs, on été des réalistes optimistes qui ont su découvrir les pierres d'attente, parfois cachées, pour édifier leur oeuvre.

.......

Et voici, voilà un petit extrait ce petit bouquin sympa et intéressant.

Bonne lecture et profonde réflexion.

Allez bonne journée !

 

Lien permanent Catégories : Société 1 commentaire

Commentaires

  • @F.Velen,en vous lisant j'ai l'impression d'entendre un membre de ma famille décédé y'a fort longtemps et qui en lieu et place de réconfort disait exactement la même chose que vous en ajoutant mais la vie est belle!et le soleil brille et y'en a qui ont rien a manger ,et qui sitot une sottise d'enfant faite disait ayant abandonné son livre de chevet pour une fois,je ne citerai pas lequel,va dans ta chambre et restes'y une heure et sans manger !oh je ne critique pas votre texte très joli mais y'a comme réminiscences d'un passé auquel j'aimerais encore maintenant après bien des décennies tordre le coup!
    sans rancune et bonne soirée à vous

Les commentaires sont fermés.