Gay-pride 2011 à Genève ? Oui mais....

Imprimer

gay-israel.jpgGenève pourrait accueillir une gay-pride en 2011 ?

 

Un grand défilé avec des chars. Oui très bien, je ne suis pas contre. Où je trouve défavorisant pour le bien fondé de la communauté des gays-lesbiennes, ce sont ces personnes qui n’ont plus de limite lors du défilé. Habillements trop légers, trop de déhanchement, trop exposés, trop libertins, etc. etc, etc…. Cette frivolité gratuite ne donne pas une bonne image des Communautés très respectable.

 

Alors est-ce un moyen de se faire entendre et reconnaître. Etre connu pour être reconnu.

 

Etre gay ou lesbienne se n’est pas joué les divas, les dégantés, les vieilles folles, les fashion-victimes, les excités de service……

 

Oui à un défilé mais dans le respect des valeurs de la société et des gens.

 

Cela dit, qu’elles sont les origines des Gay-Pride, devenues marches de la fierté :

 

Les émeutes de Christopher Street (New York)

Dans la nuit du 27 au 28 juin 1969, la police new-yorkaise opère des descentes musclées dans les bars gays de Greenwich Village. Quand elle investit le Stonewall Inn, établissement installé sur Christopher Street, les clients se rebellent. Des passants se joignent à eux, la foule grossit et les forces de l’Ordre sont obligées de se barricader dans le Stonewall Inn pour attendre les renforts. Les altercations dureront trois jours.

Un an plus tard, les militants gays de New York organisent une marche pour commémorer l’événement. Cette manifestation sera la première GayPride.

……….

« Dès 1971, on assiste aux premières Gay Pride en Europe, à Londres et à Paris. En Suisse, la première Gay Pride rassemble 300 homos à Berne en 1979. Après Zürich il y a quelques années, le phénomène gagne la Suisse Romande: près de 2'000 personnes défilent dans les rues de Genève en 1997, puis le double l'année suivante à Lausanne. Puis c'est au tour de Fribourg d'accueillir la grande messe homo, qui rassemble plus de 15'000 personnes. Enfin Berne, la capitale, avant que le mouvement ne gagne le Valais en 2001 en suscitant une grande controverse, puis les rives du Lac de Neuchâtel en 2002, pour aller en 2003 investir la capitale jurassienne Delémont.

Oui, les moeurs changent. Le message de fierté fait des adeptes. Trente ans après les émeutes de Stonewall, on célèbre la Gay Pride dans plus de cent cinquante villes dans le monde. Les pays scandinaves ont déjà adopté le partenariat enregistré depuis une dizaine d'années. Récemment, la France a voté le PACS et l'Allemagne a fait pareil. Même la Suisse semble disposée à octroyer l'égalité des droits aux couples homosexuels. Mais si une relative acceptation se profile sur le papier, il n'en va pas de même dans la vie quotidienne, une fois sorti de certains milieux urbains. La problématique de fond n'a pas changé: l'homophobie a de solides racines, et la majorité des gays et des lesbiennes continue de vivre recluse dans le placard de la honte et de la peur, au travail, en famille, à l'école, et dans la rue. Puisse la Gay Pride, avec un message politiquement fort, accroître encore la visibilité et la fierté, en proposant le respect des diverses formes de l'amour.

Stéphane Riethauser »

Celles et ceux qui sont vraiment contre sont celles et ceux qui se disent notamment en Suisse, de bons Chrétiens, incarnant la famille modèle, faisant partie de sociétés très cato, ayant les yeux bandés sur les vérités de la société, les divorcés, les étrangers, les blacks, les antis ci et ça. Mais ces gens qui se donnent de l’importance à travers la Religion doivent être des refoulés, des gens biens malheureux. Ils croient faire un grand bien, peut-être, mais avant tout ils soignent leur « égo », et gargarisent leur petit nombril. Ils m’énervent ces piliers d’Eglises !

Bigots, soyez lucides, et ouvert à l’image de Barack Obama et maintenant Benoît XIII, laissez vivre les gens pour autant que ceux-ci respectent évidemment les valeurs qui sont celles de la société.

Amen !!!

Allez bonne journée, pas de folie !

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Société 2 commentaires

Commentaires

  • Monsieur,

    Ne vous fiez pas aux apparences, "les divas, les dégantés, les vieilles folles, les fashion-victimes et les excités de service" que vous citez font partie de la communauté, qu'ils/elles le soient pour un jour ou pour toute l'année. C'est précisément l'essence de la Gay Pride que de pouvoir être libre de son corps et de son image. Au risque de choqué la Genève bien pensante, le mouvement gay s'est toujours inscrit dans la contre-culture. La Gay Pride que vous souhaitez aseptiser et rendre politiquement correcte n'aurait pas de sens sans cet esprit de liberté et deviendrait une manifestation ennuyeuse de plus. A mon avis ce devrait être une invitation à tester sa tolérance personnelle et à vaincre ses préjugés qui trop souvent nous enferment. L'esprit de provocation vient de là et non d'une envie de remettre en cause les valeurs de la société dont nous faisons partie.

  • Eh ben moi je les trouve vulgaires ces manifestations car elles donnent l'image d'une communauté qui ne vit que pour et par le sexe. Je donne ma main au feu que s'ils pouvaient, ils défileraient avec leur appareil génital exposé à tous les vents! A vouloir trop faire on fini par se foutre le doigt dans le ...

Les commentaires sont fermés.