Ai-je droit de me suicider....

Imprimer

47282.jpgL'assistance au suicide étant autorisée en Suisse, des associations se sont créées pour aider les personnes dont la vie est devenue un enfer de douleur. Les personnes sont suivies un certain temps par un accompagnateur avant d'accomplir l'acte fatal en absorbant une boisson anesthésiante.

Depuis le 18 décembre 2005, l'hôpital universitaire de Lausanne, en Suisse, autorise les suicides assistés. Cet acte médical est encadré par des conditions strictes pour permettre aux malades en phase terminale de mettre fin eux-mêmes à leur vie, tout en étant accompagnés par des médecins.

C’est pour ça qu’il existe l’association EXIT. Le droit de mourir.

Je suis pour l’assistance à la mort en cas de peine perdue. Regardez autour de vous tous ces gens qui souffrent, qui sont au bout du rouleau et qui ne demandent qu’à gagner le Paradis.

Ne sommes-nous pas égoïstes au nom de l’église de laisser vivre des « légumes ». Si la personne veut mourir en ingurgitant un produit « mortel » et bien pourquoi pas. Pourquoi la loi des hommes et des femmes doit être supérieur à la libre pensée de l’esprit. Où se situe la libre pensée et la liberté individuelle ?

Un être humain atteint d’une grave maladie, en phase finale, devrait pouvoir choisir de sa vie, pour ce qu’il reste, ou de sa mort.

L'article 115 du Code pénal suisse punit cet acte uniquement pour « mobile égoïste »

Pour incitation et assistance au suicide :

« Celui qui, poussé par un mobile égoïste, aura incité une personne au suicide, ou lui aura prêté assistance en vue du suicide, sera, si le suicide a été consommé ou tenté, puni de la réclusion pour cinq ans au plus ou de l'emprisonnement. »

 

Trop restreignant ?

 

Cette loi est Judéo-Chrétienne.

La TdG fait part qu’ EXIT lance une campagne pas courante. Elle veut sensibiliser les Parlementaires sur le besoin des gens de choisir leur droit de mourir. Un sondage a été effectué à ce sujet et démontrant clairement que le la position de Suisses. Ils demeurent favorables sur leur fin de vie.

Malgré cela, le Département fédéral de justice et police (DFJP) "continue  à travailler " à une législation "restreignant le droit au libre choix", dénonce Exit.

Exit demande Au DJPF d’assouplir cette loi, qu’elle soit plus humaine et entrer dans le choix de vivre ou de mourir.

Un spot publicitaire animé notamment par Christa de Carouge passe sur les chaînes de TV. Il veut sensibiliser les Autorités et inciter les gens à être ouvert à Exit, via le choix.

Amener tranquillement un être humain vers sa dernière demeure devrait être autorisé et assisté.

Aller bonne soirée et bonne journée demain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Santé 1 commentaire

Commentaires

  • Seule solution pour lutter contre la recrudescence des suicides : La peine de mort
    !

Les commentaires sont fermés.