L'armée trop cher - Postfinance se porte bien

Imprimer

dyn004_original_512_341_pjpeg_2507134_876829dac16ed2ad99df44df1e793ec0.jpgL’armée ?

 

Loin de moi de supprimer l’armée. Elle crée de l’emploi et nous avons besoin de sécurité et de sécuriser le pays. Le budget est pharaonique, 529 millions + 24 millions pour l’équipement logistique d’hélicoptère + 31 millions pour de nouveaux avions d’entraînement PC-21.

 

Lorsque l’on sait que l’AVS et l’AI sont aux soins intensifs, je trouve ce budget colossal, à la limite de l’indécence. Etant une grosse machine étatisée le gaspillage doit certainement gangrener  comme toutes les administrations. Ici et ailleurs des économies peuvent être réfléchies et appliquées.

 

Je me souviens lorsque j’étais fonctionnaire, c’est incroyable les doublons, le formalisme et évidemment le gaspillage.

 

Je ne veux pas torpiller qui que se soit, toutefois si l’on gratte avec une petite spatule, ça suffit, on peut dégager des millions pour renflouer d’autres fonds.

 

Un tel budget devrait faire l’objet d’un vote populaire. A l’arrivée, pas sûr de maintenir cette énorme manne pour l’armée.

Et pourquoi pas lancer un référendum !!!

 

logo_postfinance_de.gifPostfinance ?

 

126'000 clients attirés par ce mastodonte.

 

Résultat net de 447,8 millions, en hausse de 89,8 %

 

3042 emplois, 153 de plus qu’en 2008.

 

Ce sont des bons résultats dans une période de crise. Alors que nos voisins sont dans la plupart des Services publics dans le rouge, ici nous dégageons des bénéfices.

 

C’est encourageant pour l’économie. Faisant partie du groupe de la Poste, Postfinance pourrait investir dans la poste afin de sauver des emplois, qu’en pensez-vous ?

 

Cela dit, j’ai trouvé sur le site de cette entreprise l’historique. Sachant que vous y êtes sensible, je vous le retranscris ici, je cite :

 

Du Service des chèques postaux à l’établissement financier

 

Au début du 20e siècle, le commerce fonctionnait en Suisse selon le principe "Marchandises contre espèces". L’approvisionnement de la population en argent liquide était assuré par des transports de fonds et des coursiers.

Les besoins d’argent liquide ne cessant de croître, l’approvisionnement de l’économie en espèces ne suffisait plus. Le conseiller national et banquier bâlois Carl Koechlin déposa par conséquent une motion qui demandait l’institution d’un service des paiements fonctionnant sur tout le territoire de la Suisse.

C’est ainsi qu’est né le 1er janvier 1906 le "Service des chèques et des virements postaux" qui faisait partie intégrante de La Poste Suisse.

 

Principaux événements depuis 1906

1906

Début du trafic des paiements à la Poste

1978

Mise en service des cinq premiers Postomat

1991

Lancement de la PostFinance Card

1997

Lancement des fonds de PostFinance

1998

Lancement d'e-finance
Lancement des assurances-vie

2001

Lancement d'e-trading

2003

Lancement des Hypothèques
et de compte prévoyance 3a

2004

Nouveau modèle de prix pour clients privés et clients commerciaux

2006

La PostFinance Card se transforme en billet d'entrée électronique. Les clients peuvent télécharger les billets d'entrée directement sur la PostFinance Card Ticket dans Internet. La prestation Giro International plus rend les paiements électroniques vers les pays de l'UE aussi simples que les paiements en Suisse.

 

L’essor de PostFinance s’est accéléré depuis 1997. Au cours de ces dernières années, nous avons lancé des produits pour l’épargne, les placements, la prévoyance et le financement et continué à investir dans le développement des services électroniques.

 

Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.