Les bonus indécents.

Imprimer

munchkin-bonus-large.jpgL’UBS dégage donc une amélioration au 4ème trimestre 2009. Dans l’ensemble elle reste dans les chiffres rouges.

 

Au prix d’emplois ; une diminution de 11'767 personnes. C’est énorme. Quelle morale sociale ? Est-ce normal de faire des économies sur les dos des salariés. Que sont devenus les licenciés ; puissent-ils vivre décemment. Est-ce normal de congédier des personnes pour regorger les bénéfices. Ce n’est pas pour autant que l’action UBS grimpe, au contraire elle descend.

 

En marge de l’emploi ce qui me gêne, se sont les bonus. La banque ne précise pas le montant exact. On sait qu’en 2009, elle a versé 12,8 milliards, bonus compris, à ses employés. Les bonus se chiffreraient aux environs de 2,9 milliards, rien n'est certain. Pourquoi l’UBS est laconique au sujet des bonus. A-t-elle de l’équité à se reprocher.

 

Toutes les grandes banques ont distribué des bonus, parfois surdimensionnés. Est-ce acceptable en pleine crise, où le chomâge prend l'ascenseur ?  

 

En retrouvant le sourire, les banques ont retrouvé de vieilles habitudes que certains espéraient, sinon définitivement écartées, tout au moins grandement limitées. Pour ceux là, la désillusion est grande, les bonus indécents effectuant en effet actuellement un retour en grâce tonitruant.

 

Ce sont des millions versés. Certes, cela rapporte au fisc, le pouvoir d’achat n’est pas pour autant recouvrer. D’une manière générale, je trouve ces bonus choquant compte tenu de la misère qui traîne dans le monde. Si 1/10ème était prélevé et versé à un fond d’entraide, ne serait-ce pas un pas pour lutter contre la pauvreté, la misère.

 

Barack OBAMA a raison en dimensionnant les banques. En pleine crise, les banques doivent limiter leur champ d’action. Le vaste champ d’opération pourrait amener les banques à avoir des difficultés par leur taille et c’est ainsi que le Président des Etats-Unis a décidé cette mesure. Je pense qu’il a raison dans la mesure où l’Etat a couru au secours des banques.

 

Certes, je reste convaincu que les bonus extravagants sont indécents.

 

Que l'on redistribue une partie de l'argent gagné vaut comme une récompense, mais attention dans la limite du raisonnable.

 

Ce n'est pas bien de charger les bonus ! Surtout qu'il semble que les bénéficiaires sont loin de la politique de l'arrosoir au sein du nid économique. Ils dépensent moins !

 

Allez bonne journée !

Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.