Des quotas pour lutter contre le chômage ???

Imprimer
librecircul.png

Je rebondis sur le blog de Pascal Décaillet « Tiens revoici la Frontière…. ». Il est excellent !

 

En préambule du présent blog, voici un extrait des propos du journaliste :

 

… « Le Conseil fédéral a mal analysé la situation. Il a commis une erreur en renonçant à réintroduire des quotas dans la libre circulation des personnes avec l'Union européenne ». Livrés ce matin au SonntagsBlick et à la NZZ am Sonntag, ces propos vont faire couler de l’encre. De qui émanent-ils ? Blocher ? Mörgeli ? Stauffer ? Non. Il s’agit de la parole ministérielle de la responsable fédérale de l’économie, et aussi des questions d’emploi, la démocrate-chrétienne Doris Leuthard.

 

On aura beau me faire toutes les démonstrations du monde, j’ai peine à entrevoir en quoi l’aspiration protectionniste de ces propos diffère (sur le fond) du discours d’Eric Stauffer, à Genève. Ou de celui de Christoph Blocher, au niveau fédéral. Le chômage montant (4% en moyenne suisse, 7% à Genève), voilà qu’on commence à redécouvrir ce que la notion de frontière, qu’on croyait gisant aux orties, peut avoir comme avantages pour une communauté humaine. Évidemment pas pour l’enfermer, mais juste pour un minimum de régulation et de protection du marché intérieur de l’emploi.

J’entends encore François Longchamp, dans un débat, comparer les mouvements transfrontaliers venant de l’Ain et de la Haute-Savoie avec ceux des pendulaires vaudois ! Est-ce manquer d’amitié pour la France, ce pays que nous aimons et qui a nourri notre culture, que rappeler, très poliment, que le canton de Vaud se trouve être un compatriote, un Confédéré, que deux siècles de communauté de destin lie Genève ? C’est si vulgaire, Monsieur Longchamp, de rappeler l’appartenance de Genève à la Suisse ?

 

Partant de ces déclarations, les Autorités vont dans le sens contraire des traités signés avec la Communauté Européenne. Il en demeure la question de l’ouverture de nos frontières, à tout le moins de celles avec le canton de Vaud, ce qui est un gag puisque Canton Helvétique !

 

Le peuple a voté ces dogmes liés à la libre circulation. On ne va remettre en question le OUI des Suisses.

 

Il me semble que Genève ne peut au demeurant des décisions prises précédemment revenir en arrière et fixer des quotas.

 

Je trouve les propos de certains Conseillers fédéraux ainsi que d’autres Autorités graves et non respectueux de la volonté du peuple.

 

Ainsi, c’est donner sur le plan genevois du pain béni (ça tombe bien c’est dimanche !!!) à Eric Stauffer et son parti le MCG.

 

Que va-t-on inventer demain pour lutter contre le chômage ?

Conclusion : ce n'est pas que la locomotive qui déraille, c'est tout le train.....

Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.