Genève au grand coeur !

Imprimer
Sculpture_onu_geneve.jpg

Il y a 10'000 ans, des familles de chasseurs vivaient dans les grottes de la région genevoise. Aujourd’hui, Genève est une ville où se rencontrent tous les courants qui portent l’aventure humaine et où se discutent les problèmes de la planète. Ce destin exceptionnel de Genève, ville Suisse et cité internationale, a une seule explication : le rayonnement de la pensée.

 

Ville Suisse, Genève a su donner à la Confédération des hommes qui ont marqués son histoire en défendant des idées : c’est un Genevois, Pictet de Rochemont, qui obtient à la renaissance et la garantie de la neutralité helvétique. C’est un Genevois, Guillaume-Henri Dunant, qui fonde la Croix-Route et assure la tradition humanitaire de notre pays et bien au-delà.

 

Cité internationale, Genève est héritière de la pensée et de l’action d’hommes qui ont proclamé à la face du monde la primauté des valeurs spirituelles ; Jean Calvin, le réformateur qui a fait de la vile Rome protestante ; Jean-Jacques Rousseau, le Citoyen de Genève, qui influence la Constitution des Etats-Unis et la Révolution française ; Jean-Jacques de Sellon le fondateur de la Société universelle de la Paix.

 

Siège de la Société des Nations et de la Conférence du Désarmement après la première guerre mondiale, Genève est, après la seconde guerre mondiale, la capitale économique et sociale du système des Nations-Unies. Plus de soixante ans après la fondation de l’ONU, environ 30'000 diplomates et fonctionnaires internationaux travaillent à Genève et dans plus de 300 organisations internationales, gouvernementales ou ONG.

 

C’est dire que l’on peut faire confiance dans l’avenir de la Genève internationale. Vous le savez tous : les organisations internationales qui ont leur siège à Genève joue un rôle fondamental dans les domaines des Droits de l’Homme, de l’action humanitaire, de la santé, du travail, des télécommunications, de la propriété intellectuelle, de l’environnement ou du développement durable… Et l’on trouve au fil des conférences, de leurs travaux et de leurs publications, des informations t des décisions qui sont indispensables à la compréhension de l’avenir de notre monde.

 

La tradition séculaire de l’esprit de Genève, ville des idées et de la paix, s’exprime hier, aujourd’hui, demain, par l’accueil des organisations internationales. Souvent critiquées, mais uniques dans l’histoire du monde, celles-ci témoignent des efforts que l’homme fait sur lui-même pour rechercher un avenir meilleur. Elles sont donc autant de signes d’espérance pour les hommes et les femmes les plus déshéritées de notre planète. C’est pourquoi – au-delà de leur importance politique et économique- Genève doit avoir avec elles les excellents rapports que commandent le cœur, l’intelligence et les lois de l’hospitalité.

Lien permanent Catégories : Développement durable 1 commentaire

Commentaires

  • Je trouve, moi, que les organisations internationales font beaucoup appel à l'intellect, à l'intelligence, mais que le coeur y est dominé par l'égoïsme des nations. La pensée peut rayonner de manière froide. Comme au sein de l'hiver. C'est bien, d'avoir des qualités, et Genève en a beaucoup. Mais on évolue en prenant conscience de celles qu'on n'a pas, et en cherchant à les acquérir. Tenez, regardez Joseph de Maistre: il a mauvaise réputation, mais dans les faits, il avait un coeur ardent, et c'est sans doute ce qui lui faisait dire que toutes les religions avaient conservé un élément de vérité. Il était aussi universaliste, à sa manière. Les belles pensées altruistes, si elles ne sont pas animées par un amour profond de son prochain, ne sont que des ornements: il faut l'admettre.

Les commentaires sont fermés.