Bilan du Conseil d'Etat genevois

Imprimer

Conseil d’Etat : UN BILAN PLUS TÔT POSITIF !

 

Suisse-Geneve-Conseil-Etat-1-8.jpg

 

A chaque élection de l’exécutif cantonal, c'est-à-dire tous les 4 ans, généralement le baromètre va en fonction du vent du moment, c'est à dire selon comment se porte la société, aujourd'hui en crise. Les médias se mettent sous la dent les points négatifs et positifs. Ces 4 dernières années l'exécutif a bossé, bien ou mal ? Il n’y a qu’à faire voler un drome en dessus de Genève pour constater que le canton ne va pas si mal que ça. Une chose est certaine à savoir que le Conseil d'Etat n'a pas mener Genève à la faillite, au contraire il lui a donné des ailes dans certains domaines, notamment celui de la bonne gestion des comptes.

 

Si nous faisons une fixette sur l’article paru hier dans la TDG « Retour sur la législature 2005-2009 » l’aiguille désignant la météo serait plus tôt positionnée sur le beau temps. Ce n’est pas mentir puisque que le programme dévoilé à Saint-Pierre en 2005 est respecté sur bien des points. Il reste certes encore des dossiers qui méritent plus d’attention et d’action, le logement, le CEVA, le PAVE…..

 

Si les finances ont été redressées, s’il se dégage un mieux pour les communes, si la fonction publique a été modernisée, si l’administration est plus contrôlée, si le chômage est en dents de scie, si c’est la fin des querelles à l’école, il n’en demeure pas moins une économie à l’image de celle mondiale, un logement en panne de logements, un CEVA bloqué, un PAVE au rang des lenteurs, une sécurité moyennement sécurisée……

 

Mais sur quoi se base le-la genevois-e pour élire les 7 sages. Sur le bilan de chacun, sur la bonne bouille des candidats, sur quoi ? J’ai posé la question à dix personnes de différentes couches sociales. De ma petite enquête, il ressort que la conjoncture joue un grand rôle. En résumé, si la société va bien on vote à droite, à contrario si l’économie et le reste vont mal, on votre à gauche. Enfin, si c’est un vote sanction, ils prendront un bulletin MCG ou UDC.

 

Ce Conseil d’Etat n’aura pas eu la tâche facile. En effet, il a dû en marge du ménage de la fonction publique gérer le chômage, prévenir une meilleure économie dans un monde économiquement en constante mouvance, pas évident, réorganiser suite à des initiatives les écoles, renforcer la sécurité, forcer les assurances à ne pas faire exploser les primes d’assurances, créer encore plus d’emploi, etc. etc. Sur beaucoup de dossier le Conseil d’Etat a jeté les dès et a récolté souvent des 12 ! Il n’est pas resté les bras croisés, il a travaillé sans relâche. Ceux qui remplaceront Cramer et Moutinot devront eux aussi mettre la main à la pâte, car le Conseil d’Etat est un grand bosseur, une étagère de dossiers se dresse devant lui, il doit être partout à la fois. On ne veut pas de Chef à la traîne, sans idées, laxiste, il faut des locomotives qui sachent traverser les montagnes, les tunnels, les ponts, les belles périodes mais aussi les orages, les tempêtes.

 

Pour connaître les détails sur ce bilan lisé l’article paru hier dans la TDG « Retour sur la législature 2005-2009 »

Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.