Le peuple devrait élire le CF.

Imprimer

Hello,

 

Les électrices et les électeurs aux urnes ?

 

L’intronisation sur le siège du Conseil fédéral libre ne devient pas simple.

 

6 candidats  à la candidature. De quoi parlementer, de rentrer dans les discussions dans les coulisses du Palais fédéral,

 

Les groupes politiques vont devoir désigner le(s) candidat(s)-te. Exercice pas facile. Celui-ci demande une audition, une discussion, un choix. La décision ne doit pas être facile à prendre, surtout avec des candidats qui sont riche dans les idées politiques. A ce propos, est-ce qu’un « élève » de la "Star" Conseil fédéral serait à même de défendre un programme politique d’actualité et d’avenir. Car ce qui est intéressant c'est d’être en mesure  de savoir quels sont les projets pour la Suisse des années 2020. Nous avons de la chance de bénéficier de 6 candidats de deux formations politiques proches. Le peuple serait comblé par le bon choix.

 

Nous vivons tardivement une période charnière entre le 20ème siècle et le 21ème siècle.

 

Et si le choix de l’heureux candidat passait par les urnes démocratiques. Au bon peuple de désigner le successeur de Pascal Couchepin. Chaque candidat passerait au crible des masses médias. Une campagne à l’américaine ou à la française. Du piment au cœur de notre bonne Suisse. Des débats télévisés, une tournée électorale dans toute la Suisse. Des conférences publiques. Je serais assez pour. Car en définitive un Conseiller fédéral est sensé être le gardien de la Constitution fédérale, le corollaire des femmes et des hommes garnissant les terres. C’est le gardien de la Paix sociale-économique-politique. Il serait normal de les auditionner. Démocratiquement ça me paraît plus près du respect de la pensée publique de la politique.

 

Ce qui amènerait le peuple à se prononcer par le biais d’une élection. La vraie démocratie sortirai du bois. Je n’ai jamais compris pourquoi nous n’avions pas notre mot à dire. Je ne trouve pas satisfaisante l’actuelle manière d’agir. Elle est cartésienne, ne repose pas sur des fondements de la politique du 21ème siècle. Ce changement s’il venait viable serait un grand bouleversement, bénéfique ( ?) pour les Suisses. Une modification du système démocratique, le corollaire, une modification de la Constitution.

 

Ce n’est pas impossible, c’est en fait une question de volonté de bousculer les us et coutumes de chez Nous.

 

Captivons les Suissesses et les Suisses de sensations. Evidemment, le vote important soit-il devrait être obligatoire.

 

Au demeurant la démocratie s’en verrait renforcée.

 

Bonne journée.

 

 

Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.