Décousu

Imprimer

Bonjour

 

Ah ce ne sont plus les belles années, nous sommes en récession ! Je connais pas mal d’amis qui vont soit en Valais, soit dans le midi de la France faute d’argent pour aller plus loin.

 

Mon voisin qui roulait en Porsche l’a vendue. Bon il s’est racheté une mini cooper. Au point de vue de la consommation, des primes d’assurances c’est meilleur marché.

 

Si beaucoup sont en villégiatures en Suisse ou France,  et bien moi je reste les deux mois à venir à la maison. Au mois de septembre, la dernière semaine et les deux premières d’octobre hop loin en Sardaigne. Avant tout il faut que mon genou aie mieux et me permette de sortir un peu plus. J’ai eu une méchante infection qui m’a conduit à subir il y a trois semaines une arthrodèse.

 

Il va y avoir du monde dans les aéroports, des attentes. Je remarque que les gens partent plus tôt en avion, c’est bien plus pratique.

 

La vie facile semble être terminée. Est-ce que celle-ci allait trop loin. Est-ce que les gens dépensaient trop facilement leur argent. Bon dépenser fait marcher

C’est triste de voir sur une arcade, tout à liquider, fermeture. C’est la faillite ! Ce n’est pas jojo de se retrouver en faillite. L’Office saisit tout et paie les créances.

 

Changement de décor :L’UBS SA, n’est dans le calme. La plainte contre cette banque se maintient. Il est réclamé la divulgation de 52 000 noms. Il est vrai qu c’est un manque a gagné de plusieurs centaines de millions qui échappent au fisc américain. La porte de l’évasion fiscale s’est refermée. Sous la Présidence d’Obama, la chasse à la fraude fiscale est déclarée.

Assumer ses actes

« Quand UBS parle de sa 'bonne foi', il ne s'agit pas de la bonne foi de celui qui fait ce qu'il faut juste parce que c'est ce qui est bien, mais c'est la 'bonne foi' d'une multinationale géante qui a aidé des milliers de clients américains à enfreindre la loi, et s'est fait prendre», argumente le ministère.
»Il est temps qu'UBS accepte les conséquences de ses actes. Cela veut dire qu'UBS doit révéler l'identité de tout client américain disposant d'un compte secret chez UBS», ajoute le ministère, avant de conclure que «si UBS ne se soumet pas totalement (à ses obligations, ndlr), le tribunal doit lui ordonner de le faire».

Un tribunal fédéral à Miami, en Floride, doit examiner le 13 juillet le contentieux opposant le fisc américain à la banque suisse.

Si la Suisse veut rester devra renseigner la justice américaine, cela me paraît indéniable. C’est une sale histoire qui touche la Suisse. Mais peut-on appeler ce qu’il se passe de fraude fiscale. Nécessité est de clore se dossier épineux. Le relations entre la Suisse et les states ne doivent pas être entachées.

Bonne journée

Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.