Chômage-emploi

Imprimer

Rebonjour,

 

Bien mangé ?!

 

Les effets de la crise se font sentir en Suisse. Le marché du travail s’est encore aggravé. Il semblerait que le chômage n’a jamais été aussi haut depuis 3 ans.

 

Fin avril 194'726 personnes pointaient au chômage. Cela représente 2734 (+ 25,7 %) de plus qu’en mars. Et cela ne va pas aller en diminuant. Un moment donner les Départements de l’économie devront trouver des solutions adéquates pour sauver l’emploi.

 

Naturellement Genève reste le meilleur élève du chômage. Avons-nous trop de frontaliers prenant des places aux Suisses ? Je ne suis pas UDC, encore moins MCG, mais je pose la question.

 

Les machines ne tournent plus rond. Il y a un authentique problème économique.

 

Pourquoi, ne pas engager ces chômeurs à des tâches d’utilité publique. Il y a un tas d’occupations qui pourraient faire l’objet d’un chômage-emploi. Le chômeur toucherait sa rente et il travaillerait dans des missions telles que nettoyage d’une école, rangement, économat. Il travaillerait 4 jours sur 5, le 5ème restant pour chercher du boulot. Il serait payé par le chômage. 

 

C’est ce que va mettre sur pied Barack Obama aux States. Il va créer 2'000'000 d’emplois d’utilité publique pour les chômeurs.

Ils seraient moins touchés psychiquement,

 

Cela dit, je pleins de tout mon cœur les personnes qui ont perdu leur emploi au détriment de la mauvaise économie. Et le pouvoir d’achat et bien il diminue.

 

Bon après midi.

 

 

Lien permanent Catégories : Economie 6 commentaires

Commentaires

  • Utiliser les chomeurs, ou en tous cas ceux en fin de droit, dans des occupations d'utilités publique ?
    Ca parait evident mais vous vous heurterez a l'opposition categorique de deux bloques:

    - La gauche qui va vous accuser d'esclavagisme.

    - La droite qui va vous accuser de dumping economique.

    CE

  • Certainement, mais au moins les chômeurs seraient occupés. Loisiveté forcée n'est pas bonne pour le moral. Et ne nous voiloons pas la face certains chomeurs se complaisent dans ce système.
    FVN

  • Bonjour M. Velen,

    J'adore votre phrase ;o(
    "Il y a un tas d’occupations qui pourraient faire l’objet d’un chômage-emploi", mais vous croyez pas, que si il y a un tas d'occupation, il pourrait faire l'objet d'un emploi fixe et rémunéré à sa juste valeur !! Les "cadeaux" aux entreprises, désolée mais il faut les arrêter !! S'ils ont besoin de travailleurs, bin ils les engagent et les payent au lieu d'employer des personnes qui sont payées, en partie, par le chômage et donc par nous !!
    Surtout que cette pratique dure depuis trop longtemps et est entrain de se développer car c'est la crise !!

  • D'accord avec Loredana.

    De plus, c'est incompatible avec la loi. En effet, lorsque vous êtes au chômage, vous n'avez pas le droit d'avoir un travail en tant que bénévole, vous devez être 100% disponible à la recherche d'emploi. Ce qui est quelque part logique, puisque toute l'énergie est mise ainsi au replacement.

    On vient de supprimer les ETC, et votre proposition y ressemble étrangement, ah non c'est vrai, les ETC n'étaient que pour les personnes en fin de droit.

    Je cours le risque de me retrouver au chômage dans les mois qui viennent, croyez-vous que si je viens nettoyer vos chiottes, cela va me remonter le moral?

    "certains chomeurs se complaisent dans ce système."

    Avez-vous déjà été au chômage pour proférer ce genre de propos?
    D'abord il y a la perte de l'emploi. Parfois c'est une rupture avec notre environnement depuis de nombreuses années.
    Ensuite c'est les démarches administratives, un vieux goût de poussière kafkayenne. Des abrutis qui vous toisent du haut de leur emploi (allez voir sur le blog de Kurt Deroy les tribulations entre chômage et RMI http://artistechomisteriiste.blog.24heures.ch/).
    Vous faites partie d'un coup d'un autre monde. Vous êtes immanquablement soupçonné, de sabotage d'entretien, de ne pas faire votre quota de demande, de vous occuper de vos enfants plutôt que de rechercher du travail, et j'en passe.
    Les deux premiers mois, vous n'êtes pas trop angoissé, c'est récent, c'est sûr que vous allez retrouver quelque chose rapidement.
    Les mois passent, et vous commencez à ratisser de plus en plus large, vos prétentions diminuent d'autant.
    Plus vous ratissez large, plus les réponses sont négatives: trop qualifié.
    Les mois continuent à passer, la fin de droit devient possible et on commence à la craindre.
    Mais sans doute allez-vous nous dire que être à l'hospice, les personnes en fin de droit s'y complaisent. Moi je dirais s'y résignent.

    Vous avez d'autres propositions pour le moral des chômeurs?

  • D'accord avec Loredana et Pascale.

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour François,

    vous touchez du doigt une question sensible. Aurions nous fait une belle gaffe en reconduisant des accords qui nous lient les mains en matière de contingent de main d'oeuvre étrangère ?

    Venant de moi, un UDC, je vais être taxé de xénophobie et autres joyeusetés. Venant de vous, les gens seront, je vous le souhaite, moins en proie à l'interprétation facile d'arguments qui ont tout leur sens.

    Particulièrement en période de crise.

    D'autant plus à un moment où les pays européens sont bien heureux de pouvoir trouver en nous une oasis où tout ne va pas si mal et que des milliers de leurs ressortissants trouvent ici de l'emploi.

    Imaginons que nous soyons lassés d'êter pris à parti par les quelques ministres européens qui s'en donnent à coeur joie et que dans un sursaut de d'amour propre, nous renvoyons ne serait ce que la moitié des pendulaires qui passent les frontières pour travailler ?

    Ce serait un signe fort d'une part et de l'autre cela libérerait des dizaines de milliers de places sur le territoire. De quoi éponger une partie de cetet hausse du chômage. Tous nos chômeurs ne sont pas des incompétents et l'argument d'avoir des gens qualifiés ne tient pas la route dans tous les domaines.

    Les US ne se gênent pas de faire du protectionnisme, mais bon quand c'est Obama... tout va... et nous... nous nous regardons le nombril en se demandant ce que nous pouvons faire. Peut être nous faudrait il un élu du genre d'Obama, pour faire passer un protectionnisme à l'Américaine ?

    Bien à vous François,

    Stéphane

Les commentaires sont fermés.