Le PDG de l'UBS trop payé ???

Imprimer

 

images.jpg

Je suis sur les fesses !!! Mince 3 millions de salaire ! Bonne année Monsieur le PDG.

 

Le nouveau patron de l’UBS est assis confortablement dans son nouveau siège de PDG de l’UBS.

 

Il a déclaré qu’il resterait en poste jusqu’à ce que son travail à l’UBS soit terminé. Qu’entend-il par là. Le redressement de la banque ; ça va prendre des mois des années.

Où simplement de la gestion courante.

 

Admettons qu’il reste fictivement 5 ans. Cela  représente 15 millions. Un chiffre intéressant. Un chiffre surprenant. Avec les difficultés que connaît l’UBS, j’aurais vu un chiffre inférieur. Imaginez qu’il s’incruste et qu’il reste vissé à son siège de PDC 10 ans, Le résultat et 30 millions.

 

Bien du courage à Oswald Grübel, il reprend la gestion d’un établissement qui était le fleuron suisse pour passer à celui d’un paquebot dans le triangle des Bermudes.

 

Ci-dessous et en conclusion de la présente intervention, un extrait de l’article parue il y a une heure sur la TdG, à savoir :

Ces deux dernières années, l'UBS a ainsi cumulé des pertes gigantesques liées au « subprime », de multiples ennuis juridiques aux Etats-Unis et des retraits massifs de clients qui ont perdu confiance dans sa solidité et ses pratiques.
Au fil des mois, les dirigeants ont été obligés de faire davantage profil bas. Le président Marcel Ospel lui-même, qualifié de «Pinocchio de la finance», avait dû quitter le navire en avril 2008 sous les huées des actionnaires.

Le président actuel, Peter Kurer, n'a pas non plus été épargné par les critiques. Le Département fédéral des finances (DFF) a rappelé que son avenir dépendait des actionnaires.

Monsieur Oswald Grübel soyez généreux avec les associations de personnes en difficultés médicales.

Quant à moi, faites en sorte que mes comptes ne subissent pas de perte nécessitant une intervention de la Confédération Suisse.

 

 

 

Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.