Télécom 2009 dans la tourmente ?!!!

Imprimer

 

images.jpg

Le prochain Télécom 2009 a été envisagé d’être supprimé.

 

Pourquoi ?

 

Manque de participants.

 

Il semblerait que le lancement de cet important rassemblement de techniciens et de maison spécialisées ait tardé à se promouvoir.

 

J’ai lu l’article paru vendredi matin sur ce sujet.

 

Genève voulait un grand salon. 5000 chambres avaient été bloquées. Vu que des exposants, par exemple Nokia et avec Microsoft c’est une baisse importante de fréquentation. En définitive 2000 lits sont réservés.

 

Il faut dire que Télécom n’a plus la même côte qu’avant. Il s’agit maintenant plus d’un congrès que d’une exposition.

 

Cela dit Palexpo n’est pas menacé.

 

Voici une bride de l’article parue dans la TdG :

 

L’absence de Nokia

«Ce n’est pas une question de personnes, proteste le vice-secrétaire général de l’UIT, Houlin Zhao. Telecom était autrefois sans concurrence, le contexte a changé, et avec la crise, tous les salons de ce type souffrent. Or, les technologies que nous représentons sont une clé pour résoudre cette crise.» En l’absence de géants comme Nokia, et avec Microsoft qui a revu ses plans à la baisse, l’ancienne vache à lait maigrit.

L’UIT reste malgré tout optimiste et focalise sa prospection sur les Etats. Son but: faire de Telecom un forum informel de haut vol, rassemblant leaders politiques et industriels, comme à Davos. Un coup de pouce: le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon annonce sa venue.


Pas de menace pour Palexpo

Si Telecom est appelé à devenir un congrès plus qu’un salon, Palexpo sera-t-il encore adapté? La question est d’autant plus sensible que le pharaonique salon de 1999 avait motivé l’onéreuse extension du complexe du Grand-Saconnex, par-dessus l’autoroute (halle 6). Palexpo achève justement la réfection de son espace de congrès et doit se doter à terme de nouvelles salles de réunion, à bâtir en mezzanine au-dessus des halles. «Cela permettra de louer Palexpo par tranches qui disposeront toutes d’espaces de conférence, explique Robert Hensler.

Et ce chantier pourrait jouer un rôle anticyclique.» L’édifice corrigera ainsi l’une de ses faiblesses: un manque d’espace arrière, réclamé par les exposants. «Ce n’est pas directement lié à Telecom, enchaîne François Longchamp, ministre de tutelle de Palexpo. Il faut le souligner: ce n’est pas un salon annuel, et c’est sans lui que Palexpo a connu une année record en 2008. Record que nous battrons encore cette année.»

Le radical rappelle que c’est bien davantage le Salon de l’automobile qui constitue l’épine dorsale de Palexpo: «Il en est même l’origine et justifie à lui seul l’infrastructure, même si des salons comme celui de la haute horlogerie ou de l’aviation d’affaires sont d’autres importants clients.» Palexpo devra ainsi veiller davantage aux turbulences du secteur automobile ou du luxe qu’aux déboires de la téléphonie. (mm

Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.