Fiasco à l'UBS ?

Imprimer
YESSH8CAQJMSCJCANED3Q3CAF0P5KBCAMQH1TZCA9VFBCMCAF8OJ2ACAGU2GZICARH34QPCAF7IRY0CAKROFX1CA87318ICAFHBNVBCAMEBIQOCACVHVOBCAJYSVLHCAXH8S0LCAP1Z3HCCA61ON3T.jpg

Ne soyons pas pessimiste, au contraire il faut voir les choses d'un bon oeil. Au préalable, il faut le dire encore une fois. 

J'écris avec un jour de retard le présent blog. C'est voulu. Je ne voulais pas enfoncer le clou le jour même. En tant que citoyen, je ne suis pas là pour cracher dans la souple. Je constate c'est tout. Et il est bon de rappeler aux citoyens que l'on s'est un peu fichu de nous dans cette affaire qui touche également le Crédit Suisse.

 

Là ça devient inquiétant. Ca Craint ! L’UBS affirme une dette de 19,697 milliards en 2008, dont 8,1 milliards pour le dernier trimestre. C’est un  fiasco, un gouffre sans corde, une caverne vide. Fini Ali baba ! Selon la TdG, Les sorties nettes de capitaux dans la gestion de fortune et institutionnelle ont atteint respectivement 58,2 milliards et 27,6 milliards entre octobre et décembre.

 

Ce qui est encore plus grave, elle va supprimer encore 2000 emplois. L’article dit aussi que la division à l’origine de sa débâcle sera réduite à un effectif de 15'000 personnes, contre près de 22'000 à fin 2007. Toujours selon l’article de la TdG :

 

L'UBS, serait-elle au bord de la faillite. Est-ce que celle-ci reste secrète pour l’instant. Sous la coupole de la Confédération évidemment que non.

 

On dit qu’il ne faut pas paniquer sous le choc de ce constat financier. Il me semble que les dirigeants de SWISSAIR avaient déjà prononcé ces mots.

L’UBS pourrait être rachetée ?!

Les propos de l’article dans la TdG :

La banque va créer deux nouvelles divisions. L’une sera concentrée sur la Suisse t et l’autre comprendra la gestion de fortune aux Etat-Unis. La banque s’articule désormais autour de trois axes (Suisse, gestion de fortune internationale en Suisse et activités onshore internationales) :

La Banque nationale suisse (BNS) reprendra 39,1 milliards de dollars (45,9 milliards de francs) d'actifs toxiques de l'UBS, contre un maximum de 60 milliards de dollars initialement prévu, annonce la BNS. Des instruments adossés à des prêts aux étudiants et des papiers "monoline" en sont exclus.

L'UBS affiche la plus grande prudence en ce qui concerne l'exercice 2009. La banque n'émet aucune prévision mais relève un début d'année "encourageant" avec des afflux nets d'argent frais dans la gestion de fortune et d'actif en janvier.

On dit toujours qu’il ne faut pas avoir les œufs dans le même panier. En ce qui me concerne, je vais en laisser un peu à l’UBS et le reste à la Banque Raffeisen de Genève. Cette dernière est sûre, elle ne laisse pas apparaître de déficit ou que sais-je.

Une chose est certaine, je le dis tout haut et tout fort, j’ai déjà eu de la peine lorsque la SBS a été absorbée par l’UBS et maintenant qui connaît l’avenir de l’UBS mis à part d’aucuns.

En pensée avec les gens qui travaillent à l’UBS. Je comprends leurs frissons.

LSNSAACAI9QTBFCA46RWS0CAR4OUZBCAFHWBCJCABX0L0HCASPQ4ZFCA518DLYCAVQJQ1OCAS191UTCAGTT30GCAGTYG2UCAV6LK6PCAI62GR3CA8AQNJ7CAQQZMUZCA0NIOWWCA15HUT6CA8Y91JM.jpg

 

Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.