Le G20 déterminé au sauvetage

Imprimer
images.jpg

 

Le G20 déterminé au sauvetage !

Après l'environnement durable nous voici face à l'économie-finances durable !!!

Les grands de ce monde se sont mis d’accord sur un certain nombre de paramètres financiers pour parer à la présente crise et pour l’avenir. A propos pourquoi la Suisse n’a-t-elle pas été invitée ? Même pas un strapontin ! Je trouve ce manquement incongru.

Ce sommet devrait donc permettre une relance économique dans les plus brefs délais. Ils ont travaillé notamment dans ce sens.

C’est historique que les plus puissantes économies se mettent d’accord. Si le paquet de mesures est bien ficelé, ça devrait fonctionner. En dépendra alors un sauvetage global.

Je reprends quelques termes de l’article vu sur internet :

Cinq domaines

«En consultation avec d'autres économies et organisations et utilisant les recommandations d'experts, nous demandons à nos ministres des Finances de formuler» des propositions dans cinq domaines», a souligné le G20.

Il s'agira d'abord «d'atténuer le caractère procyclique (accentuant une expansion ou une contraction économique) dans les politiques de régulation». Les ministres devront aussi faire des propositions en matière de normes comptables, de marchés de produits dérivés et de rémunération des dirigeants bancaires accusés d'avoir exacerbé la crise financière en prenant trop de risque.

Enfin, ils devront étudier une «révision du mandat, de la gouvernance et des besoins en ressources des institutions financières internationales. Les dirigeants du G20 ont décidé samedi d'accroître la représentation des pays en développement au sein du FMI et de la Banque mondiale.

La déclaration finale devrait accroître la pression sur les paradis fiscaux, comme le souhaitait la France, et promeut l'échange d'informations pour lutter contre l'évasion fiscale.

Dans cet article, ce qui me fait un peu peur réside dans le fait que le G20 veut plus de transparence de la part des pays où les soi-disant paradis fiscaux existent. Est-ce que la Suisse en fait partie ? Si tel est le cas, le Conseil fédéral devra se battre à fond pour préserver les intérêts de la Suisse dans ce domaine.

La Suisse doit garder ses prérogatives de pays neutre, ne faisant pas partie de l’UE, bien que je le regrette.

Certes, nous allons vers un nouvel ordre économique et financier afin d’éviter une nouvelle crise. La réponse politique est bonne, les responsabilités prises. Seront-elles appliquées pleinement ?

Reste le fait que les personnes qui ont mené le monde à une telle débâcle, depuis 1929, doivent être recherchées est punies. On ne peut fermer les yeux, croiser les bras et ne rien dire. Il y a des responsabilités, elles doivent être établies, question d’honneur.

Attendons l'arrivée de Barack Obama pour voir l'authentique idée du changement.

P.S. A cette heure-ci les bourses sont en baisses.

Lien permanent Catégories : Economie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.