Conte à guérir, conte à grandir

Imprimer
Bonjour à toutes et à tous,

Je me suis acheté un livre de Jacques Salomé « Contes à guérir, contes à grandir ».

Il s’agit de contes qui sont en relation avec la vie de tous les jours.

« J’ai d’abord découvert combien il était nécessaire, dans toute relation, d’oser se dire, de nommer ses sentiments, son vécu, ses émotions ou ses désirs, d’aller au-delà du silence des mots pour dépasser la violence des maux ».

J’ai découvert et suis content.

Je vais donc évoquer ici un conte :

Une rumeur s’était répandue dans ce pays-là, d’abord silencieusement, puis de façon plus insistante. Il y a comme cela des paroles muettes qui circulent entre des êtres en recherche, Quelqu’un pétendait connaître l’existence d’un sage « ayant découvert tout seul le chemin de la liberté ».

Un adolescent, un jour, entreprit le voyage et se renseigna. On lui indiqua une direction, et sur le chemin q’il suivit il rencontra l’amour d’une qui ne cherchait pas la liberté mais qui avait besoin surtout d’être aimée, elle put le quitter. Il y a comme cela des amours de besoin, qui s’épuisent quand ils sont satisfaits.

Le jeune homme se retrouva seul. Il reprit sa route et rencontra une qui l’aima et se laissa aimer-

Il grandit dans cet amour-là  jusqu’au jour où il fut suffisamment grand pour quitter l’aimante. Il y a comme cela des amours pépinières, qui permettent de croître. Il reprit le chemin et durant plusieurs années parcourut la solitude.

Un matin, il s’éveilla avec un désir, celui de rencontrer un autre désir, il s’éveilla avec un désir, celui de rencontrer un autre désir. Il rencontra et ce fut la fête. La fête dura mille jours et mille nuits.

A l’aurore d’une nuit, il se quittèrent, comblés, rassasiés, chacun tellement émerveillé l’un par l’autre qu’ils imaginèrent que rien de plus beau ne pourrait leur arriver. Aussi chacun de leur côté multiplièrent-ils les rencontres. Lui en trouva beaucoup, beaucoup.

Un jour cependant, il reprit le chemin. Et sur ce chemin rencontra une femme qui lui demanda avec ferveur : - Agrandis-moi, prolonge-moi, donne-moi un enfant de toi.

Il lui en donna cinq. Il croyait à la générosité de la vie. Quelques années plus tard, un midi de plein soleil, il reprit le chemin.

Ce n’était plus un jeune homme, c’était maintenant un homme traversé de cicatrices, à la fois vulnérable et puissant, qui s’avançait sur le chemin de la liberté. Il lui fallut encore d’autres rencontres, d’autres étonnements pour découvrir et rencontrer enfin le sage qui avait trouvé le chemin de la liberté.

Quand ils furent face à face, l’homme interrogea le sage sur sont secret, sur le meilleur de son enseignement, sur la rigueur de sa recherche, sur le nom des maîtres qu’il avait eux, sur les souffrances et les thérapies engagées qu’il avait traversées.

Le sage ne répondit à aucune de ses questions. Il dit seulement – La seule connaissance intime que j’ai est liée à ma seule découverte. Je sais aujourd’hui dire non ou oui, sans me blesser.

Ainsi se termine le conte de l’homme qui rechercha longtemps le chemin de la liberté »

Nous sommes tous en quête de notre chemin, du meilleur chemin. L’avez-vous trouvé ?

Excellent sujet de réflexion pour le week end !

Bonne journée.

Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.