Le pouvoir et Nous ?

Imprimer
Le pouvoir est partout !

Bonjour à toutes et à tous. Surtout une bonne journée !

Suite aux balais politiques et diplomatiques de Paris, je viens à vous ce jour pour évoquer un texte de Monsieur Michel Foucault.

Pour la petite histoire ( !) Michel Foucault est né à Poitiers en 1926. Paris, 1984 Philosophe français. Son analyse des institutions répressives (l’asile, la prison) est étayée par une conception nouvelle de l’histoire, marquée selon lui par des « coupures épistémologiques », et une critique radicale des sciences humaines (Les mots et les choses 1966).

Le texte que je veux pour faire partager :

«Le pouvoir est partout ; ce n’est pas qu’il englobe tout, c’est qu’il vient de partout. Et « le » pouvoir dans ce qu’il a de permanent, de répétitif, d’inerte, d’autoreproducteur, n’est que l’effet d’ensemble qui se dessine à partir de toutes ces mobilités, l’enchaînement qui prend appui sur chacune d’elles et cherche en retour à les fixer. (…) le pouvoir, ce n’est une institution, ce n’est pas une structure, ce n’est pas une certaine puissance dont certains seraient dotés : c’est le nom qu’on prête à une situation stratégique complexe dans une société donnée. Faut-il alors retourner la formule, et dire que la politique, c’est la guerre poursuivie par d’autres moyens ? Peut-être, si on veut toujours maintenir un écart entre guerre et politique, devrait-on avancer plutôt que cette multiplicité des rapports de force peut être codée – en partie et jamais totalement – soit dans la forme de la « guerre » soit dans  la forme  de la « politique » ; ce seraient là deux stratégies différentes (mais prompte à basculer l’une dans l’autre) pour intégrer ces rapports de force déséquilibrés, hétérogènes, instables, tendus. Michel Foucault

Cet extrait me plaît. Le pourvoir n’est pas l’affaire que d’une personne. Le pouvoir, il est vrai de dire qu’il est partout, à tous les niveaux. Nous le partageons parfois mollement, parfois excessivement. Il y a eu de grands hommes sur cette terre qui ont dirigé des sociétés des pays, des nations.  Car l’homme exerce manifestement le pouvoir partout. Envers soi-même, dans le couple, dans un groupe. Certains se glosent de pouvoir. Certains ont besoin d’exercer le pourvoir. Pour d’autres le pouvoir est une sorte de calmant, un antidépresseur. Que leur chante le pouvoir, ils se sentiront mieux.

Il peut y avoir un pouvoir qui est dirigiste, qui est directoire, qui est de conseils. Il y en a qui s’y croient, qui se croient grâce au pouvoir.

Il est vrai que j’ai été deux fois Président du Conseil municipal de la Ville de Carouge. Vous avez raison de penser que ce titre « honorifique » est représentatif. Maintenant, je suis devenu « Sénateur » de Carouge. Tout ce « binz » ne m’est jamais monté au cerveau. Je sui resté simple, sans froufrou, moi-même. C'est dire que nous pouvons sans prise de tête avec le pouvoir.

Au sujet de pouvoir, je vais vous faire un grand aveu : Je suis mon propre pouvoir !!! Nous sommes tous propre de notre pouvoir. Faut-il le savoir !

Bonne journée.

Je suis inquiet, plus de nouvelle notamment de Monsieur Dimitrescu. Mais vous tous que devenez-vous ?!

Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.