Les chomeurs aux besoins des EMS

Imprimer
Des chomeurs s’occuperont de personnes âgées en EMS

Selon un groupe d’étude sur la condition humaine en matière de chômage, il semblerait  que pendant les années 1945 – 1950 des chômeurs construisirent la route des jeunes à Genève. Un bel effort de solidarité, d’enthousiasme. J’irais jusqu’à parler de défi. N'étant pas très au courant de cette noble histoire, je serais très heureux si un blogueur pouvait m'en dire plus à ce sujet.

Les années du 21ème siècle sont approximatives, toutefois ils s'en sont passées des choses pour occuper les chômeurs.

Aujourd’hui, nous sommes face à l’initiative demandant une meilleure prise en charge des personnes âgées en EMS. Elle a été approuvée par les genevois en mars 2007 et partant 51 postes ont été créés dans 29 EMS.

Ces 51 postes permettront de compléter, dit la TdG, la densité de la prise en charge en EMS.

Tout en remettant en emploi des personnes actuellement au chômage, indique vendredi dernier le département de  solidarité et de l’emploi « DES", des chômeurs retrouvent une occupation.

Tous les EMS ayant formulé une demande, ils ont obtenu des  postes dans le cadre budgétaire équivalant à 5 millions de francs.

Pour Monsieur Yves Mugny, du comité d’initiative, cette mesure est un premier pas sur le long chemin,  mais elle reste insatisfaisante. Le syndicaliste souligne que les 5 millions budgétisés ne couvrent qu’un douzième  estimés à 60 millions par le Conseil d’Etat pendant la campagne.

Certes, le fait de donner du « boulot » à des chômeurs est satisfaisant. Les initiants se sont battus après l’approbation de leur initiative pour que le gouvernement l’applique. Ils se sont manifestés à maintes reprises devant l’Hôtel de Ville de Genève. Ils ont finalement été entendus plus d’une année après le vote.

Je soutiens les chômeurs qui vont s’occuper des personnes âgées. Bravo. Et bonne continuation.

François Velen

Lien permanent Catégories : Politique 4 commentaires

Commentaires

  • Monsieur Velen.
    En allant farfouiller dans le blog de Bardonnex, vous trouverez des réponses à vos questions. ( de 1915 à 1924 selon mes infos à ce jour...)
    D.P. Archiviste de ...Bardonnex
    http://bardonnex.blog.tdg.ch/

  • Monsieur Velen
    Il y a une dizaine d'années, j'ai travaillé en EMS (aide-soignant certifié).
    D'accord pour engager des chômeurs, MAIS, durant les premiers mois, ils doivent êtres sérieusement encadrés, s'ils sont en contact avec LES PATIENTS...
    PS: J'ai vu des comportements d'aides, difficilement supportable à mon niveau...
    D.P.

  • Monsieur Velen,

    Le chômage est un phénomène très complexe. Ne croyez pas que les chômeurs (tous) aient besoin d'une occupation (déjà trop occupés à rechercher un vrai emploi, avec toutes les vicissitudes prévisibles (entretiens bidon, offres non considérées à leur juste valeur, bêtise de certains préjugés tout faits, postes déjà repourvus mais mis en concours, illégitimité de certaines nominations alors que des candidatures adéquates sont écartées, magouilles en tous genres par des gens qui brandissent les meilleures intentions du monde, manque du piston nécessaire ou trahison par la connaissance qui veut placer un des siens sans correspondre au profil). Sans parler de l'incompétence de certains qui sont en place et jouissent du pouvoir décisionnel...

    Les emplois solidaires ne résolvent pas le problème. Des gens travailleront pour un salaire de misère. C'est le début de la logique des camps de concentration.

    Enfin, il est fait mention que des entreprises privées engagent en collaboration avec le département de l'emploi: la question est de savoir pourquoi certains en bénéficient alors que d'autres ne se voient rien proposer.

    Un état de droit qui se respecte devrait répondre à cette question et ne pas pratiquer un système préférentiel sinon la mafia tant décriée ailleurs deviendrait ici structurelle.

    Bien à vous !

  • Et pourtant.... j'ai une amie qui a décidé de bâcler le travail qu'on lui propose (elle est à l'essai) afin qu'on ne l'engage pas, car, dit-elle, elle gagnerait moins qu'en restant au chômage ! Dans ce cas, pourquoi ne pas faire comme en Angleterre, c'est-à-dire obliger les gens à accepter le 2ème emploi offert, sinon ils ne perçoivent plus rien ? Ce n'est pas possible d'accepter que les gens puissent gagner plus en restant au chômage !

Les commentaires sont fermés.