MMC Ambassadrice à Rome en 2008 !

Imprimer
Musique Municipale de Carouge

 

2008 Ambassadrice de Carouge à Rome

 

 

Le 24 juin dernier 2006, la Musique Municipale de Carouge (MMC) en grande tenue joua au Château de Penthes pour le vernissage de l’exposition « Les Suisses du Pape, 500 ans au Vatican ».

 

Nombreux furent les invités notamment les Autorités fédérales, cantonales, onusiennes et ecclésiastiques. Carouge était représentée par Monsieur Marc Nobs, vice-Président du Conseil administratif et par Madame Jeannine de Haller, Conseillère administrative.

 

Après un défilé officiel du restaurant au château, la MMC fut accueillie par un détachement de Garde Suisse comme on les voit au Vatican.

 

Puis, sous la direction de Jean-Marie Paraire, la MMC, avec l’exceptionnelle participation de musiciens de l’Association des anciens Garde Suisse, offrit devant le château de Penthes un concert à la hauteur de la manifestation. Egalement sous la baguette de son chef Pascal Gaud, la batterie de tambours et son major Fernand Dessibourg fut appréciée par les convives.
Les morceaux de choix furent l’objet d’ovations. Ceci pour la petite histoire !

 

D’aucuns se poseront la question du pourquoi et du comment de la présence de la MMC à ce vernissage.

 

Echange de bons procédés !

 

En 2008 la MMC fêtera son 125ème anniversaire. Pour cette occasion, plusieurs événements auront lieu. Un concert dans la « basilique » de Carouge avec très certainement la musique officielle des anciens Gardes Suisses, une soirée dînatoire et un déplacement à Rome les 31 juillet, 1er, 2 et 3 août. Le 1er août, la MMC célébrera la fête nationale Suisse dans les quartiers de la Garde Suisse et sous toute vraisemblance (des discussions sont en cours)  à l’Ambassade Suisse.

 

Alors, compte tenu de sa présence en 2008 notamment à la Garde Pontificale Suisse, le plus petit corps armé du monde, la MMC fut invitée pour ce vernissage. Au titre d’échange de bons procédés !

 

La Musique Municipale avec sa « superbe » prestation joua ainsi sa carte de visite de manière exemplaire. Le résultat fut excellent puisque les organisateurs de cette manifestation du 24 juin 2006 furent convaincus de la notoriété de la MMC. En avant pour Rome !

 

Le Musée des Suisses dans le Monde commémore le 500ème anniversaire de la Garde Suisse pontificale (1505 – 2006)

 

Repris de la plaquette officielle :

 

Les Suisses du Pape, les Signatures des Papes, un voyage à travers un demi-millénaire d’histoire.

 

De Jules II à Benoît XVI, cinquante papes se sont succédés entre 1506 et 2006. Le Musée des Suisses dans le Monde expose leurs signatures et autographes. Cette collection privée de documents rares est ouverte pour la première fois au public. Cinq cents ans d’histoire défilent sous les yeux des visiteurs.

 

Incarnant la devise Acriter et Fideliter (courage et fidélité), voici les gardes, leurs uniformes, leurs armements, leurs règlements et leur savoir-faire, autant de symboles de leur mission et de leur sens du devoir.
La spiritualité de la Garde s’exprime dans le biuramento (serment) du 6 mai, jour anniversaire du Sac de Rome en 1527. Les moments forts de cette commémoration sont représentés dans un film réalisé et produit par le musée à l’occasion du jubilé 2006 à Rome.

 

Des objets touristiques à ceux du quotidien, de l’insolite au précieux, les souvenirs et objets ramenés de Rome par les gardes nous rapprochent de ces soldats du Pape.

 

Le Musée des Suisses dans le Monde se situe au Château de Penthes, 18 chemin de l’Impératrice à Pregny Chambésy (accès direct par bus V ou Z) internet : www.penthes.ch.

 

Depuis quarante ans, le Musée des Suisses dans le Monde s’attache à étudier et à faire connaître l’histoire des Suisses dans le monde. Une part importante dédiée au service étranger et à l’histoire militaire. A Garde Suisse Pontificale y est donc à l’honneur et, depuis 1979, une salle lui est entièrement consacrée. En 1981, une exposition temporaire, intitulée La Garde Suisse Pontificale au XVIème siècle a permis de resserrer les liens entre la Garde et le Musée.

 

La Garde Suisse Pontificale est l’un des anciens corps du service étranger. Il est le seul encore actif à ce jour. Il conjugue ainsi passé, présent et futur.

 

Brève Histoire de la Garde Suisse Pontificale
Du site officiel :
La garde suisse pontificale, l'une des Gardes suisses, est responsable de la sécurité du pape et de sa résidence. Elle fut fondée en 1506 par Jules II, quand les Confédérés se trouvaient au sommet de leur célébrité guerrière après avoir mené des batailles défensives contre les Habsbourg d'Autriche et le duc de Milan (Service étranger). Depuis 1970, c'est la seule formation militaire du Saint-Siège.
Son premier commandant fut le Lucernois Kaspar von Silenen, tombé à la bataille de Rimini en 1517. En 1527, Rome fut dévastée par les troupes de l'empereur Charles Quint. Durant ce qu'on a appelé le sac de Rome, les gardes suisses se barricadèrent dans la cour d'entrée de Saint-Pierre et se défendirent des heures durant contre des milliers de lansquenets; 147 soldats suisses tombèrent, 42 survécurent à cette bataille après avoir entraîné le pape dans une fuite dramatique jusqu'au château Saint-Ange. Cet événement est célébré chaque 6 mai, jour de la prestation de serment des recrues. En 1548, la garde pontificale fut refondée et, depuis lors, Lucerne fournit régulièrement le commandant, dont onze représentants de la seule famille Pfyffer von Altishofen. L'année 1798 contraignit le pape et sa garde à quitter temporairement Rome. Après une première reconstitution en 1800 et une nouvelle dissolution en 1809, la garde pontificale put rentrer définitivement à Rome en 1814. La dernière convention entre le Saint-Siège et le canton de Lucerne date de 1825. Comme la Constitution fédérale de 1848 interdisait toute nouvelle capitulation militaire, Pie IX se décida à conclure un accord directement avec la garde. Depuis lors, le recrutement se fait par relations personnelles.
Aux devoirs déjà mentionnés, la garde est responsable aussi d'accompagner le pape dans ses voyages, s'occupe du contrôle des entrées dans l'Etat du Vatican, des services d'ordre et d'honneur. Elle dépend directement du pape, son chef suprême. Elle est organisée en compagnie, mais a le rang d'un régiment. Le commandant porte le grade de colonel, quatre autres officiers et un chapelain lui sont adjoints. Appartiennent aussi aux cadres un sergent-major, cinq sergents, dix caporaux et dix sous-caporaux. Le nombre de gardes connut au cours des siècles un maximum de 300 soldats (1512) et un minimum de 90 (1976). L'effectif règlementaire compte depuis 1998 110 hommes, soit six officiers, vingt-six sous-officiers et septante-huit hallebardiers. Actuellement, ce sont les cantons du Valais, de Lucerne et de Saint-Gall qui fournissent le plus de recrues; quelques-unes proviennent de Suisse romande ou du Tessin. Les gardes, obligatoirement catholiques-romains et agés de moins de 30 ans lors de leur recrutement, doivent être de nationalité suisse et célibataires, jouir d'une excellente réputation et avoir accompli leur service militaire en Suisse. En 1914, l'uniforme de la garde a retrouvé son aspect originel, celui de la Renaissance, après des études menées par le colonel Jules Maxime Repond. Lors de la prestation de serment, la semi-cuirasse est de rigueur. La hallebarde de plus de deux mètres, la dague, et l'espadon (épée à deux mains) porté par les deux porte-drapeaux, servent dans les occasions solennelles. En cas de nécessité, des armes modernes peuvent être utilisées.
Pour en savoir plus, nécessité de voir cette exposition !!!

 

François Velen

 

 

Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.