Encore du néonazi..... (13/02/2009)

 

 

Quelle honte !

 

Il y encore des "nazis salauds".

Au Brésil ça fait un tolé.

 

Mais c’est totalement horrible ce qui c’est passé lundi soir à la gare de Stettbach (ZH).

 

Une femme enceinte de jumelles c’est fait taillader le ventre. Le dos et les bras aussi. C’est une horreur.

 

Se faire attaquer par trois skinheads est inadmissible. C’est inhumain. J’oubliais de préciser qu’elle a été piétinée. Pauvre femme.

 

Ce sont trois néonazis habillés en noir. Ils ont le crâne rasé. Ils portent des objets abjects telle que la croix gammée.

 

Cette pauvre femme doit se faire avorter, les lésions étant trop dangereuses pour laisser continuer la grossesse.

 

Voici une partie du récit publié dans la TdG, au cas où vous l’auriez loupé dans la presse :

Croix gammée sur le crâne
On sait que le drame a eu lieu lundi aux alentours de 19 h à la gare de Stettbach, près de Dübendorf. Sa journée terminée, Paula prend le train régional pour rentrer chez elle. Elle va y retrouver son petit ami Marco*, un Suisse de 39 ans, avec qui elle doit se marier dans un mois. Le trajet ne dure que quelques minutes. Elle en profite pour appeler sa maman, qui vit à Recife, dans le nord-est du Brésil. Alors que les deux femmes s’entretiennent en portugais, trois hommes descendent à la gare, juste derrière la jeune femme. Les néonazis sont habillés en noir et ont le crâne rasé, rapporte le père de Paula sur la chaîne de télévision brésilienne Globo. L’un des trois skinheads porte une croix gammée tatouée sur le crâne. Ils emmènent la victime dans un coin sombre. Et là, durant plus de dix minutes, deux d’entre eux la maintiennent au sol, alors que le troisième la roue de coups et lacère son corps avec un objet tranchant, un cutter peut-être. Des sigles sont gravés sur son corps et trois lettres: SVP, traduction allemande d’UDC, interprète Globo.
Les hommes finissent par s’enfuir. Rassemblant son courage, la future maman parvient à se traîner jusqu’aux toilettes. Là, elle dit avoir fait une fausse couche. Elle appelle alors son ami, qui avertit lui-même la police. Cette dernière confirme avoir reçu un appel peu après 19 h 30.
Dépêchés sur place, les agents découvrent la jeune femme «avec des plaies superficielles et des lettres facilement identifiables», rapporte une porte-parole de la police zurichoise. Paula est emmenée à l’Hôpital de Zurich, où elle subit un avortement. Mis au courant, son père prend aussitôt l’avion et la rejoint à son chevet. N’estimant recevoir aucune information de la police, il décide d’avertir les médias brésiliens, qui, depuis hier, ne cessent d’évoquer l’affaire (lire ci-dessous). «J’attends de la police qu’elle trouve les coupables de ce crime, lance le père effondré durant le téléjournal de Globo. Mais la police est indifférente! Dès qu’elle ira mieux, je ramène ma fille au Brésil.» Aujourd’hui, Paula est toujours à l’hôpital, indique son petit ami sur le site Internet de 20 Minuten. «Son état de santé est stable, mais elle ne se sent pas bien du tout, dit-il. Elle ne se remet pas d’avoir perdu ses bébés.» Pour Marco, l’agression a un lien avec la votation de dimanche sur la libre circulation. «Ils ont fait ça de rage, car le oui a passé.»

J’espère que ces trois « imbéciles » seront punis avec sévérité.

 

10:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook