Se prostituer à 16 ans ! (14/11/2008)

images.jpg

 

La prostitution à 16 ans, pauvres filles. Que faire pour arrêter ces libertés trop jeune ?

Je savais que la prostitution florissait à Genève. Il n’y a qu’à prendre la rubrique « rencontre-détente » dans la TdG. Le choix s’étale sur 4 voire 5 colonnes. C’est incroyable ce marché. Il est juteux. Ca en fait du monde au portillon !

Cela dit, je trouve indigeste, indécent que des adolescentes de 16 ans fassent le trottoir pour gagner de l’argent pour allez par exemple à St-Tropez, pour vivre le luxe òu tout simplement de l'argent de poche.  Peut-on mettre en doute la responsabilité des parents. Je pense que sur des valeurs morales très certainement, par contre dès 16 ans les enfants font ce qu'ils veulent sur le plan de la sexualité, puisque c'est autorisé.

Je trouve qu’à Genève l’âge de la sexualité à 16 ans est trop bas. Chez nos voisins c’est 18 ans.

Selon la TDG je cite : «C’est incroyable que des post-adolescentes en viennent à se prostituer. Et pas par nécessité! Mais pour s’offrir du luxe, voire des vacances à Saint-Tropez.» Linda*, responsable de l’agence Essentiel Escort Service sur Genève et Vaud, est révoltée. Et elle sait de quoi elle parle: chaque mois, elle reçoit des appels de jeunes filles prêtes à vendre leurs charmes. «Car, précise Linda, si l’escort implique un certain standing, ce n’est rien d’autre que de la prostitution.» Celle qui fut ­jadis du métier est à présent directrice de la seule entreprise romande proposant des femmes «occasionnelles». Egalement maman, elle dénonce «un vide juridique qui frôle l’incitation à la pédophilie».

Heureusement, une loi soit entrain d’être réfléchie, en voici les propos de la TDG :

Loi réclamée au plus vite

Face à cette zone grise, des associations réclament une loi fédérale. «Avec le développement d’Internet et des agences d’escort, il n’y a plus assez de contrôle, regrette Karolina Frischkopf, de l’Association suisse pour la protection de l’enfant. Pour un ado, la prostitution est comme un jeu qui rapporte de l’argent facile. Hélas, elle peut aussi laisser des séquelles psychologiques.»

Reste qu’un changement de législation est en vue. La Suisse doit en effet ratifier la Convention du Conseil de l’Europe sur la protection des enfants, qui fixe notamment l’âge de la prostitution à 18 ans minimum. Mais le projet n’en est qu’à ses débuts. Le Conseil fédéral, les cantons, puis le parlement doivent encore se prononcer. Autant dire que la procédure prendra du temps.

«Du temps perdu, estime Linda, qui souligne l’urgence. Je continuerai à refuser les adolescentes qui cherchent à vivre telles des Pretty Woman. Mais j’ignore si d’autres auront la même
conscience professionnelle.»

En effet, je dirais que la prostitution devrait être fixée à 18 ans. Comment ces jeunes filles développent leur adolescence en faisant le plus vieux métier du monde. Y a-t-il dans cette affaire la responsabilité des parents. A tout le moins le savent-ils ? Est ce que la société en générale est responsable ? Si tel est le cas, alors vous, moi sommes responsables. Une antenne sociale devrait voir le jour.

J’avoue être choqué par cette manière illicite de gagner si jeune de l’argent pour s’offrir le luxe.

Comment vivront ces jeunes filles plus tard, dans quel état d’esprit.

Allez ciao, bonne matinée.

images.jpg

07:00 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook