Le blog de François Velen

  • Prier dans une église me manque ?

    Imprimer

    priere_article.jpgBien le bonjour,

    J'ai besoin d'entrer dans une église, de respirer l'encens, d'allumer une petite bougie, de m'agenouiller devant l'autel, de prier, de parler au Seigneur, à la Vierge Marie, aux Saints, de les écouter, D'adorer le Saint-Sacrement. Il faut que je prie, prie, prie, pour les autres, pour les démunis, les pauvres, les malades, les gens affectés par les soucis familiaux, professionnels, financiers, j'en passe et des meilleurs.

    Le Seigneur ne déçoit jamais, et là ce n'est pas lui qui est mis en cause, c'est la situation sanitaire qui nous oblige à prier seul dans un champs de belles fleurs, d'une herbe bien verte, le jardin d'Eden.

    L'Opus Dei est or murs.

    Evidemment, vous me direz que nous pouvons prier là où nous sommes positionnés, pas besoin de se retrancher dans une église, toutefois, les brebis ont besoin de se recueillir là où le Sain-Sacrement est roi.

    Depuis le 16 mars, les églises sont fermées, portes closes, je ne peux pas répondre à l'appelle de Jésus à participer à sa relation avec le Père, car les clergés n'ont pas oser imposer le bénéfice de leur pouvoir séparé. Or dans d'autres situations bien plus complexe les clefs n'ont pas tourné double tour.  

    C'est dire que cette fermeture  spontanée m'a surpris car je croyais fermement au pouvoir des grands de l'église notamment catholique.

    Certes, depuis deux semaines environ le Conseil fédéral assouplit tout azimut les restrictions sauf celles liées à l'ouverture des lieux Saints, car l'idée évoquée ici concerne tous les centres de recueillement quelque soit l'esprit de la pensée religieuse du fidèle.

    Plus fort, le confinement voulu en les églises,  imposé par les politiques je le rappelle, alors que cette démarche lourde psychologiquement appartient au pouvoir des églises, a mis à mal le propos de Victor Hugo qui à écrit « Vous qui pleurez, venez à ce Dieu, car il pleure. Vous qui souffrez, venez à lui, car il guérit. Vous qui tremblez, venez à lui, car il sourit. Vous qui passez, venez à lui, car il demeure ». Venir oui mais où si les églises sont fermées ?

    Nous sommes toutes et tous invités à un bouleversement dont la confiance en Dieu est une preuve de courage et là je me demande où est le courage des églises.

    En conclusion, si conclusion il doit y avoir, la question de la séparation des pouvoirs demeure sur la fermeture des lieux Saints, je reste dubitatif quant à la génuflexion au pied du pouvoir politique qui n'est autre le Conseil fédéral.

    S'asseoir dans le silence auprès du Seigneur, le sentir, le glorifier, l'écouter, lui laisser progressivement sa place, toute sa place.

    L'ascension, la Pentecôte, au quotidien ?

    Messieurs les Evêques faites valoir vos droits constitutionnels.

    Dieu s'est fait muselé, mais je sais pertinemment que le Seigneur me conduis sur la bonne route, et par là-même, je lui fais confiance pour ne jamais nous laisser seul devant le péril des portes closes. Or, la question de fond que je repose encore une fois, car la réponse me fait vraiment défaut,  consiste à se demander pourquoi les Evêchés se sont mis à « genou » devant le Conseil fédéral et n'a pas invoqué la séparation des pouvoirs en disant NON nos églises ne fermeront pas et mettront tout en oeuvre pour mettre en place un système de sécurité sanitaire afin que les fidèles puissent venir par cinq, chacun à deux voire trois mètres de distance, prier dix minutes, les fidèles en avaient, ils en ont besoin.

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Ne craignons pas de nous jeter dans les bras de la foi.

    Imprimer

    Crainde la foi.jpgBien le bonjour,

    Cette foi qui nous anime a-t-elle été transformée par le virus.

    Non bien au contraire, elle s'est renforcée au plus profond de notre humble coeur.

    Depuis le début 2020 le virus mondial a saisi tous les esprits du plus pauvre au plus riche. Nous pourrions presque dire qu'il est devenu le "vilain petit canard" de la science, de la médecine, des êtres humain.

    En effet, ne partage-t-il pas notre chemin en nous tendant sa main sale de petit diable, car c'est bien le « diable » qui se manifeste par nos bouches afin de faire basculer nos vies, nos qualités de vie ; c'est un méchant.

    Si le virus est entré dans l'histoire et s'est fait destructeur, s'il a chargé dans nos corps ses faiblesses, il n'a pas contre pas créé la fin du monde, il n'a pas eu gain de cause, et il ne l'aura pas, sur nos peurs, car ceux et celles qui ont la foi n'ont pas peur de l'avenir, ils ont confiance dans les futurs vaccins. L'histoire nous a laissé un héritage lié aussi à des pandémies, des épidémies, qui malgré un enrayement a malheureusement tué ; c'est le cas aujourd'hui et demain avec la croyance en l'avenir nous n'en parleront plus, c'est certain.

    Que ne nous ont pas dit les médias et diront encore pour porter à notre connaissance tout ce qui peut être lié au Covid-19 ? La communication a passé grâce aux médias d'où la grande importance du « canard » au quotidien, au journal télévisé.

    Appelés au destin du monde, le virus n'a pas et n'aura pas impliqué plus que de changements de vie, avec ses lots de morts, de malades, d'hospitalisations, d'hygiène, de distanciation, sans pour autant avoir gain de cause, car les êtres humains ont confiance en leur pouvoir de vaincre, sans cohabitation avec le diable.

    Croyons en la sagesse de nos gouvernements, de nos médecines et surtout de la science qui à moyen terme trouvera le remède qui contredira le virus. Ayons confiance.

    Perso, je ne crois pas dans une sombre histoire qui a été transpercée par ce satané virus, je ne crois pas en la douleur éternelle, je ne crois pas en la mesquinerie du virus, car je crois que grâce à la foi je dois la vie est bonne, et que je dois aimer sans peur, sans jamais baisser les bras, sans trahir celui que j'aime, Dieu, je crois en la sécurité de l'avenir, je crois en la vie.

    Bien que je crois en la mort quotidienne, en la maladie tous genres, je fuis le fardeau de ce virus et je souris en m'invitant à l'accepter.

    Humblement, je me permets de dire que la foi est indéniablement un don qui va au devant avec les femmes et les hommes sur le chemin de la vie.

    Ce n'est pas le virus qui va éveiller en moi les hauts et les bas de la minute que je vais vivre.

    Ayant la fascination du bonheur de vivre, et je sais de quoi je parle, je crois en la foi qui est source du bien être, de la vérité, du continuel, des mouvements de libérations.

    La vie n'est pas un désert, et nous avons le droit d'avoir des doutes, mais aussi des certitudes projetant des jours meilleurs, car nous allons très certainement vivre des jours emplis de soleil.

    Nous sommes tous appelés à un destin d'amour, même si ce n'est pas toujours rose, et ceci avec la foi, quelque soit la foi, car la foi c'est en Dieu, ou en une personne, un objet, que sais-je.

    Alors avec la foi du meilleur, ayons une espérance bien plus élevée que la bassesse du virus de la famille du diable.

    La foi c'est une réponse à l'amour.

    Ne nous laissons pas décourager par la «méchante bêbête » en laquelle les peureux de la vie ont décidé d'ôter nos rêves en veulant laisser voler la lumière de l'espérance. Non, ce virus ne nous laissera pas tomber dans la médiocrité, car la vie n'est pas grise.

    Etre négatif est contagieux comme le virus, alors écartons-nous des personnes contagieuses qui répandent la négativité et allons vers le rayonnement autour de la lumière de l'espérance.

    Volontairement, je na parle pas des dégâts économiques et financiers car dans ces deux facteurs de la vie pour vivre, la foi a toute une autre idéologie.

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Celui qui brillera demain, c'est le Soleil !

    Imprimer

    soleil-1.pngBien le bonjour,

    Il y a 4 semaines la vie était active, je voyais du monde, je parlais avec des personnes, j'échangeais de la monnaie dans les magasins, je partageais des moments avec des amis au coin d'une table de bistrot.

    Le bon Carougeois Michel était vivant, il empruntait les rues de la cité Sarde sur son vélo avec 78 ans, super actif.

    Et boum, une bombe nous tombe sur la tête, le Coronavirus.

    Les nuages de particules radio-négatives se déversent partout.

    La vie trépidante se calme radicalement.

    Selon d'aucuns nous sommes en guerre.

    Des Conseillers fédéraux changent notre vie, notre qualité de vie. Tout bascule.

    Il faut changer les habitudes, vivre autrement. Le changement n'est pas facile à digérer toutefois en temps de guerre la société doit s'adapter à des mesures autres que le train train quotidien, dodo, boulot, métro.

    Le trafic routier devient presque inexistant par rapport aux douloureuses heures de pointe, les autochtones vivent à l'image des couvents, les « vieux » sont cloués sur leur bon fauteuil les yeux drivés à la télévision. Les gens sont priés de rester chez eux et de ne sortir que pour le stricte nécessaire. Les animaux de compagnie sont heureux.

    Le travail à domicile s'organise, le paiement avec une carte bancaire se fait presque obligatoire, les distances avec le pharmacien est indubitable, les gens doivent respecter 2 mètres, etc. Circulez il n'y a rien à voir.

    L'économie est stoppée dans ses fastidieux élans, c'est le crash boursier, rien ne va plus faites vos jeux.

    Je suis à la montagne en Valais depuis plus 15 jours, je peux me balader dans la forêt, sur les sentiers, faire connaissance avec les bisses, je suis presque seul, j'apprends à vivre avec la nature, je vois très peu de monde, je suis aussi en quarantaine naturelle.

    Qu'est-ce que ça fait du bien.

    Et voilà, la mauvaise nouvelle, la très mauvaise nouvelle, la perte d'un copain exemplaire, un homme aux nombreuses facettes associatives chères à Carouge.

    Michel le bon Carougeois, ancien Conseiller municipal, ancien Président du Cartel des sociétés carougeoises, ancien ci, ancien ça, un homme merveilleux, gentil, toujours souriant, calme, ouvert d'esprit, un pilier de la vie Sarde, est mort, je crois savoir à cause du Coronavirus.

    Le choc, une perte, une ...... je ne trouve pas les bons mots tellement il en mérite.

    Ce virus aura boulversé bien des pays, le corollaire étant que la société marchera sur d'autres horizons. Nous aurons été toutes et tous concernés directement ou indirectement, touchés au coeur de notre existence, de notre système de vie, de nos habitudes.

    Ce qui se passe, qui vient de se passer est moche, totalement moche, toutefois, le bénéfice que nous laissera ce Coronavirus sera le réflexe de vouloir vivre, de vouloir vivre autrement certes, mais d'être là.

    Et pour conclure si conclusion il doit y avoir, le seul qui n'aura pas été affecté et infecté, celui qui nous permet, celui qui a toujours permis de continuer d'avancer quoiqu'il arrive, et celui qui fera vivre nos enfants, nos petits-enfants.... c'est qui ?

    LE SOLEIL.

    Allez courage et bonne continuation.

    Toutes et tous nous sommes 1.

    Lien permanent 0 commentaire
  • A mauvaise crise, bonnes résolutions ?

    Imprimer

    Greta.jpgBien le bonjour,

    Devrons-nous en effet changer nos habitudes à moyen et long termes, modifier notre façon de vivre, de consommer, de dépenser, j'en passe et des meilleurs. Qui plus est, grâce au Coronavirus, notre terre et son univers ne devrait-il pas carrément tout chambouler et faire face au fléau de ces deux dernières décennies, celui du réchauffement climatique.

    De nos jours, les nations mettent en danger notre bonne vieille terre; la pollution s'est installée, les dirigeants ne mesurent pas vraiment, ou ne veulent pas mesurer au risque d'égratigner l'économie, les authentiques conséquences qu'auront le réchauffement climatique nullement naturel mais créé de toute part par, Nous. La respiration des airs nous joue des tours et ceci devient très dangereux pour notre univers, il n'y a qu'à voir ce qu'il se passe des années. Force est de constater également que plein d'autres virus existent bien moins dangereux que la pollution elle-même provoquant bien des morts, très vite leur propagation prend le dessus sur la contagion et dès lors tue + et plus vite.

    La pollution ? Voitures, avions, les gaz nauséabondes :

    • l'ozone (O3)
    • le dioxyde d'azote (NO2)
    • le dioxyde de soufre (SO2)
    • le monoxyde de carbone (CO)
    et tous autres agents provoquant la population se répondent à petit régime dans notre ciel, dans nos sociétés.
    Presque tous les polluants de notre monde se sont mis au ralentis à cause du virus. Nous sommes moins pollués, ceci se remarque sans conteste presque partout. Le monde au ralentis est plus sain. Sans avion, moins de pollution atmosphérique, sans voiture villes moins étouffées respirant mieux, arbres aux anges, certes, la vie des airs vit mieux. Même la lagune de Venise est propre, les eaux des rivières dans lesquels se déversent des produits illicites sont de plus en plus limpides. Sans la grande farandole publique humaine, la pollution perd de loin son activité, et ceci pour le bonheur des preuves à apporter par les scientifiques qui n'ont de cesse d'alarmer le monde avec le réchauffement climatique.
     
    La vie freinée, l'air, la terre, les humains respirent mieux,  une nouvelle autoroute de la qualité de vie se construit. Est-ce génial ? Personne ne demande la persistance du virus, toutefois, il est presque la "bienvenue" puisqu'elle prouve que les scientifiques ont raison en affirmant qu'en diminuant ci et  ça la pollution diminue dragtisquement. 
     
    A cette suite toute naturelle, comment les grands de ce monde vont à l'avenir réagir et gérer la vie de tous les jours, les années, les décennies. Vont-ils eb tirer les conséquences existentielles, vont-ils établir un nouvel ordre mondial, vont-ils changer les habitudes ? Sur la base de preuves inéluctables, vont-ils surtout prendre conscience que "Greta" et toute sa suite ont raison en prônant depuis des mois, des années, des modifications pressantes de notre mode de vie pour faire face au réchauffement climatique. A tout ceci, je vois dans un proche avenir une grande foire d'empoigne en les scientifiques, les "Greta", les dirigeants, et surtout les milliardaires et millionnaires qui ne veulent pas voir fondre leur "fric" comme neige au soleil.
     
    Si la crise actuelle est bien gérée, je n'ose pas imaginer l'épidémie d'avis, les prises de propositions qui au demeurant resteront très souvent lettre morte face à une économie qui ne voudra se détendre car l'économie n'acceptera aucune concession au profit d'un nouvel ordre mondial développant pour les générations futures une meilleure qualité de vie, une qualité de vie sauvant la planète du réchauffement climatique.
     
    A mauvaise crise, bonnes résolutions ?
    This is the question !
     
    Allez bonne journée !
     
     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Embellie, les milliards pleuvent !

    Imprimer

    Milliards.jpgBien le bonjour,

    Au soleil dans un coin tranquille dans le Valais, je lis les articles, j'écoute les news, les émissions liées au Coronavirus. C'est une avalanche de mots alignés derrière les autres, en bien, en mal, en faux, en vrai. Parfois, ceci peut être presque irritable et demande de s'isoler, c'est le cas de dire, dans son terrier, sans aucun bruit, sans une ombre de paroles. De là, réfléchir, se remettre en question, refaire le monde, sa vie, voir l'avenir, penser aux siens malades, d'autres ayant quitter cette bonne vieille terre. Tout ceci est humain et fait partie de l'humanité depuis sa création.

    Ceci authentiquement dit, je suis ébahi par les annonces liées à l'économie. Que de milliards débloqués pour sauver l'économie, de la plus petite à la plus grande entreprise quelque soit son but. C'est une constellation de milliards qui vient assécher les risques de faillites, les manques de liquidités, que sais-je. Je ne sais où cela va conduire les budgets, les comptes-rendu des nations touchées par le virus.

    Cette embellie, louable soit-elle, me laisse pensif, je pense que vous aussi, je subodore que le monde aussi. Lorsqu'il y a péril en la demeure dans les pays pauvres, sous-développés, en manque de tout, là où la mort se fait sentir au coin de rues, on ne met pas le monde économique en émois. Mis à part des chansons interprétées par les vedettes du monde artistique aux fins de récolter le maximum d'argent, que font vraiment les pays qui ne sont pas touchés, où la vie est presque parfaite. Les restos du coeur, la chaîne du bonheur, la loterie romande, la ligue de ceci, la ligue de cela, les ONG très actives, j'en passe et des meilleurs, ne réussissent pas à déferler les milliards alors que le Coronavirus en fait des pluies diluviennes. 

    Je connaissais le dicton, "ne touche pas à mon pot", maintenant, "ne touche pas à notre économie".

    Enfin de compte, il est très facile de mettre en marche la planche à billets pour sauver ses petites fesses, il l'est moins lorsque les terres sont sèches, les gens sont touchés par les aléas de la nature, par les inepties humaines.

    Une dernière petite constatation vécue en France, en combien de minutes après le départ du feu, la Cathédrale Notre Dame de Paris a réuni les millions.

    Je ne cautionne pas les dogmes de la politique de gauche, toutefois, sur ce coup là je suis d'avis que cette farandole de milliards mérite et pose des questions.

    En conclusion, je ne crache pas sur cette pluie de milliards pour le bon sens, pour nous sauver économiquement, non, ce qui me choque se sont les mêmes bonnes intentions et attentions ne puissant être vécues pour les autres en détresse naturelle qui tombent comme des mouches. Notre planète aux deux sphères, oui cela existe.

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Coronavirus où le désir d'être ?

    Imprimer

    Coronavirus.jpgBien le bonjour,

    Ce virus irrite plus que tout, certes, un de ces prochains jours il ne jouera plus du piano !

    Il est mon problème, il est ton problème, il est le problème de toutes les sociétés et je trouve cela normal puisqu'il est là; le problème c'est de ne pas le laisser se coller à la peau, pénétrer et faire son cirque, celui de la maladie à risque.

    A partir du moment où nous sommes conscients de tous les risques, nous nous préoccupons de tout. Nous ne pouvons pas ne pas réagir; nous ne pouvons pas rester indifférents à ce que nous rencontrons tous les jours, à ce que nous constatons, à ce que nous entendons. Un paysage nous émeut, un arbre nous émeut, un homme une femme nous émeut, un enfant, une situation, un bruit attire notre attention. Alors avec le Coronavirus, nous ne pouvons canaliser le flot de notre émotivité, les effets de celle-ci sur notre comportement se multiplie par 10, c'est un peu comme une CRP, marqueur précoce, sensible et spécifique de la réaction inflammatoire augmentant proportionnellement à son intensité. Elle apparaît dans les six heures suivant l'inflammation aiguë. Son taux augmente et est maximal après deux jours, alors avec ce virus en quelques semaines elle est (la CRP) passée de 5 à plus de 800, affolant la planète, et par là-même s'ouvrant à l'affectivité, à l'émotivité, à l'activité, au retentissement, au plaisir sensoriel, au plaisir intellectuel, à l'ouverture du champ de conscience, à l'élan vers autrui, au désir d'être du Coronavirus. 

    Le Coronavirus ne se contente pas de cantonner à un espace précis, non il à le désir d'être partout, il est devenu sociable, il s'ouvre à autrui, il est le signe par excellence de vouloir exister, de vouloir être le compagnon des hommes et des femmes. Double est sa présence : sensibiliser et faire du mal. 

    Désir d'être, le Coronavirus  est bien dans le piano jouant que de fausses notes, le corollaire étant qu'il pourrait tous nous faire couler, Sans aucun vaccin, il va tuer, il va être cercueil, c'est le piano empli de bémol. Mais ? Mais, le piano-Coronavirus sera un jour jeter hors de l'orchestre, ne menacera plus les musiciens et les instruments, il deviendra silencieux, il laissera l'orchestre jouer la partition de l'éradication.

    Fort de notre combat, son désir d'être ne multipliera par les fenêtres des hôpitaux, des morgues, car l'homme sait recevoir comme il le fait aujourd'hui, mais il sait aussi donner, un vaccin, un arrêt fatal, un opus de fin de faire du mal.

    De là, son agression style escargot ne doit pas nous traumatiser, nous ne devons pas nous recroqueviller dans la coquille de la peur, ne nous ne replions pas dans des réactions extravagantes, nous devons au contraire protéger notre chair vulnérable dans une enveloppe plus dure et faire naître la résistance pour vaincre.

    N'ayons pas peur, son désir d'être n'est pas une tristesse, une crainte, une angoisse, une colère démesurée, une culpabilité, il ne divisera pas, car la vie nous appartient.

    OPTIMISME OU PESSIMISME ? OPTIMISME BIEN EVIDEMMENT !

    Allez bonne journée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pire que le Coronavirus ? Lisez et vous comprendrez !

    Imprimer

    Municipales 2020.jpgBien le bonjour,

    Dans 18 jours, le résultat des urnes éteindra le feu qui brûlent dans les chaumières des partis politiques genevois !

    Le quorum, le nombre de sièges, la répartition géo-politique des 45 communes du canton de Genève seront connus, les un rigoleront, les autres auront les yeux fontaine. 

    Les dès seront également jetés sur le tapis du premier tour des exécutifs communaux. Qui se retirera, qui s'alliera, qui ira au deuxième tour ? Les blablabla politiques garniront les bouches des hautes instances alimenteront pendant quelques heures les esprits calculateurs, aveuglés par la réussite.

    Toute cette grande farandole est captivante tant les communiqués de presse pleuvent, les actions médiatiques se multiplient, le Grand Pascal Décaillet se donne à 200 % pour animer ses émissions, les candidats sont animés d'une grande motivation, d'une grande ferveur, d'une grande agitation physique et psychologique. Ça courre dans tous les sens pour une voix. 

    Genève est en ébullition, pire que le "Grand chaud" lié au Coronavirus. L'épidémie politique est carrément devenu une pandémie politique genevoise !

    Attaché à l'UDC tous les jours que Dieu fait je reçois une kyrielle de communiqués de presse, au demeurant très bien rédigés, avec du sens, des idées, de la réalité. Tous les candidats, mais plus encore celui au Conseil administratif de Genève, "Christ Eau" piaffe d'impatience d'occuper un siège au Palais Eynard, il a des chances c'est vrai, comme les 15 autres candidats, mais bon laissons sortir de la bouche du Chancelier les résultats qui permettront de savoir qui ira au deuxième tour. Et si de hasard, Eric Bertinat sortait premier, devant le Sauveur "Christ Eau", que se passera-t-il, Sieur Ivano s'effacera-t-il pour laisser place au vrai politicien authentique, intelligent, ayant un grand sens de la politique ? Dimanche soir 15 prochain, qui va éteindre le feu qui brûlera dans les chaumières, la raison ou le coeur ?

    Ceci dit, avec un peu d'humour, il en faut dans ce bas monde où respirent nombrilismes, égocentriques, "barons" du blablabla; de cette fourmilière qui est vraiment l'homme ou la femme authentique se battant et n'aura de cesse de se battre d'abord pour sa commune, pour les communiers, pour la qualité de vie, pour donner un sens, une ligne politique visionnaire pour les 5 prochaines années. A lire les intentions et les attentions de la palette de bons et gentils candidats, difficile de voir lequel se détache du lot, sera reconnu, et aura la qualité pour insuffler à sa commune de la verdure politique, du soleil, du bien être là où il fait bon vivre. QU'IL SE DENONCE DE SUITE !

    Que le meilleur gagne ! Facile de dire cela, faut-il que celui-ci puisse être vrai.

    Allez bonne journée !

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Genève votera sur une fausse économie de l'UDC Genève

    Imprimer

    impôts.jpgBien le bonjour,

    Bravo, l'UDC Genève a atteint le nombre requis pour déposer une initiative populaire; ce n'est pas facile de vendre son produit, quoique lorsqu'il s'agit d'avantager le porte monnaie ou de ne pas toucher à celui-ci les gens signent facilement.

    Cette initiative demandera le moment venu de laisser se prononcer les urnes en disant OUI ou NON "pour stopper enfin l'escalade des primes d'assurance" ou plus singulièrement "Bouclier LAMal, en permettant aux contribuables dans leur déclaration d'impôt de déduire le double de la prime moyenne cantonale de l'assurance maladie, et ce indépendamment du montant effectivement payé; exemple : je paie Frs 400,--, ne dépassant pas la moyenne cantonale, je pourrai déduire Frs 800,--, soit Frs 9'600,-- au lieu de Frs 4'800,--, ce qui représente indéniablement une petite réduction d'impôts. Ça c'est bien, cela me fait plaisir ! Au fait, est-ce que l'UDC a fait le calcul de l'économie réelle ?

    Cette idée bien qu'elle soit louable, sympa, solidaire, gentille, ne diminuera pas les primes d'assurances, celles-ci n'auront au contraire de cesse d'augmenter au fil des années. Ceci est vrai, ça devient indécent. 

    D'une part, je vois ici une belle déduction des charges dédudictibles, toutefois, je vais passer deux fois à la caisse. La première fois, avec la compensation qui aura peut être pour conséquence une augmentation d'impôts ce par dû au trou de liquidité par le manque à gagner des revenus provenant des impôts, et d'autre part, par les gens qui ne paient pas leurs primes d'assurance et qui malheureusement sont des cas sociaux à la charge de l'Etat. Cocorico, premièrement je paierai pour compenser le manque à gagner, deuxièmement je paierai pour les gens qui n'ont pas les moyens de payer leurs primes d'assurance. Où est la réelle économie d'impôts ?

    Animés de ces authenticités, je voterai NON car je ne veux pas voir la manne fiscale diminuer et se compenser par je ne sais quels autres taxes indirectes, par exemple la taxe au sac poubelle, et par ailleurs, payer pour les cas "soc" qui n'ont pas les moyens de payer leurs primes d'assurance, dès lors prises en charge par l'Etat.

    Enfin, je ne veux pas voir les bons genevois faire des économies de bouts de chandelle et les brûler en France voisine.

    Heureusement, à l'UDC, parti super démocratique, ses membres ont le droit de s'exprimer et faire part de leur sentiments, enfin je l'espère, je le crois, ce qui me permets de dire ouvertement que je vois dans la démarche de la section genevoise le chemin de la démagogie. Ces deux représentants auraient plus d'efficacité à Berne, sous la coupole, en se battant corps et ongles pour stopper ces "putins" d'augmentations de prime d'assurance et laisser de côté un instant soit-il l'augmentation d'étrangers en Suisse.

    Allez bonne journée !

    François Velen, ancien Secrétaire de l'UDC Genève

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Partageons le monde en deux monde ? Je suis devenu fou face à la neige !

    Imprimer

    2 mondes.jpgBien le bonjour,

    Où je suis, il neige, les centimètres n'ont de cesse de se superposer, et ce n'est pas fini.

    Un temps où l'on n'a pas vraiment envie de sortir ce qui permet de réfléchir à la société actuelle.

    De la réalité enneigée à l'utopie, il est permis de se porter dans un monde pouvant être meilleur pour autant que les êtres humains qui garnissent notre bonne vieille terre opèrent un changement à 360 degrés, au prix de nouvelles fondations, d'une nouvelle construction de la société, de l'audace, du culot, de la volonté, et du bon sens.

    La révolution de 1789 serait une tête d'épingle dans une énorme botte de foin !

    De fait, actuellement, le travail occupe plus de temps qu'une vie, le chômage n'a de cesse de s'inscrire dans les statistiques, les enfants sont les souffles douleur des deux parents qui bossent, l'économie chancelle, la mondialisation est en quête des meilleurs atouts pour que la société se modernise, se transforme, plaise, soit bénéfique, ne divise pas, ne détruise pas des vies, ne joue avec les hommes et les femmes comme un jeu d'échec.

    Partant du peu mieux faire, la qualité de vie devrait déployer que des effets positifs, sauf que la vie est souvent couverte de nuages gris, le corollaire étant une société ou l'humain n'est pas la meilleure préservation de la part des grands dirigeants de la planète.

    Ceci est la triste réalité.

    Qui conteste un bilan sociétal dégageant un large déficit de la qualité de vie pour toutes et pour tous ? Personne ne peut venir affirmer haut et fort que nous baignons dans une eau de rose.

    « Je me lève le matin, je me couche le soir en ayant travailler à donf, en faisant travailler la mère de mes enfants, en payant toutes sortes de charges compressives ou si ce n'est pour se nourrir correctement, et au bout du compte le petit épanouissement d'une vie pour beaucoup merdique tant psy que phy.

    La plus grande puissance du monde, c'est de sourire bêtement sans rien faire, sans se poser les bonnes questions, sans vouloir imaginer un monde meilleur, sans marcher vers les hommes et les femmes, sans tendre la main à celui qui peine, sans se retourner pour voir s'il suit. Toute l'humanité marche en essayant de prendre sa place, sa petite place.

    L'idéal ?

    C'est au stade de ce blog que l'utopie se montre généreuse, car à ce moment, je suis fou quoique ......

    Cessons d'exiger et d'arracher à la vie et aux autres ce que nous voulons, entrons dans le rythme du réel, désarmons, n'ayons pas peur de manquer ni de donner pour un monde meilleur ou le partage de la vie serait la plus grande Mère de la vraie vie.

    Une idée ?

    Oui mais dès plus utopique de chez utopique car ce serait le plus grand chambardement de l'humanité.

    En effet,la plus grande révolution de tous les temps se voudrait pair et impair. Je m'explique :

    PARTAGEONS LA SOCIETE EN DEUX POLES DE TRAVAIL !

    Femmes et hommes de toutes les nations se diviseraient le temps de travail ; celles et ceux nés dans les années pairs oeuvreraient pour le bien de la société le MATIN, et celles et ceux des années impairs, l'APRES MIDI.

    La terre divisée en deux !

    Le matin, papa travaille, maman s'occupe du développement de la famille, vice et versa.

    Inutile de développer ici la faisabilité, ceci incomberait aux grands de ce monde, les constructeurs de sociétés.

    En redistribuant les cartes, le grand boum de ce changement développerait indéniablement une authentique qualité de vie : du boulot pour tous et toutes, plus de chômage, un salaire approprié pour les besoins et les loisirs, moins de soucis, moins de stresse, j'en passe et des meilleurs.

    Woua le plus grand chambardement de l'humanité sollicitant des années, des décennies pour mettre à mieux tout ce qui a été fait jusqu'à présent, et par là-même le bénéfice d'une société nouvelle, une société partageant l'ensemble du système.

    Au profit de l'humanité une qualité de vie baignée dans l'éclat merveilleux, dans la joie de vivre comme une étoile divine intérieure et invisible.

    De ma fenêtre, je regarde la neige tomber, je rêve, j'imagine, je continue à penser que la vie n'est pas toujours drôle avec son fardeau de soucis quotidiens, parfois très périphériques.

    Certains suivent leur étoile ou savent prendre une main opportunément, d'autres sont vachement égratignés par le manque de rayons de soleil positifs.

    François Cheng disait « Nous sommes toujours dans le commencement des choses, dans l'instant frqu'un monde meilleur peut exister avec de grands changements.

    « Tout oublier jusqu'à l'abandon du moi pour un temps. Oublier ce que l'on veut être, car c'est un frein au festin. Oublier ce que l'on croit être, car c'est une prison qui ne nous laisse que peu de chance de découvrir nos territoires inconnus » Fabienne Verdier.

    Et de conclure par un passage lu dans une petite anthologie spirituelle pour réenchanter le quotidien : La vie de donne pas d'ordres, elle n'invite pas à des chemins déjà tracés, à des vies photocopiées. Non ; elle est rythme et nous propose de chahuter avec elle, de chanter et de danser notre liberté.

    Souvenons-nous de notre futur.

    Il neige toujours, et je suis devenu fou en osant prendre la liberté de rêver à un monde meilleur où il ferait bon vivre.

    Amen !

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Mon Dossier médical est un patchwork !

    Imprimer

    Mon dossier médical.jpgBien le bonjour,

    Mon dossier médical en ligne HUG, j’y ai accès à tout moment !

    Le but est de pouvoir suivre, de consulter, les actions se déroulant aux

    HUG.

    Ceci est intéressant et bénéfique pour le médecin traitant où dans le cas d’une consultation hors canton, le médecin peut ou pourrait en tout temps visualiser les examens, le traitement, les lettres liées aux consultations, à la sortie du séjour des HUG

    Splendide, j’y crois, enfin j’y croyais.

    Quoi se passe-t-il ?

    Avec ma meilleure Amie ma jambe et ses 52 interventions chirurgicales , corollaire d’infections nosocomiales récurrentes, j’ai une certaine expérience pour parler de ce site qui se veut interactif et généreux en informations médicales.

    L’histoire :

    La semaine dernière, j’ai vécu pour la unième fois à ma résidence secondaire, les HUG, «because » une infection épidermique offerte par mon Amie ; 4 jours d’antibiotiques intenses par voie veineuse.

    Quelle chance d’être nourri, loger, blanchi, comme ont dit pour se réconforter le moral. Bof …..

    A ma sortie, le Professeur, au passage super efficient, me remet la traditionnelle lettre de sortie, en me précisant sur un ton sûr de lui que mon médecin traitant peut la consulter sur mon dossier médical, ainsi que le scanner, les radios, j’en passe et des meilleurs.

    Fort de ceci et de cela, hier à la consultation privée, mon « toubib de famille », s’acharne, se déchire l’esprit, se torture les neurones, sur ma page du site.

    Pourquoi ?

    Rien n’est à jour, les derniers rapports et résultats d’examens n’y figurent pas, c’est un vrai « patchwork » ! De quoi vouloir s’injecter une dose de canabis pour se tranquilliser !

    Comment avec les moyens techniques, les informations ne sont pas derechef sur le site, ça paraît si simple de communiquer en simultané,

    Comme mon médecin traitant, je pensais qu’au moment où par exemple le médecin cliquait sur « enregistrer », automatiquement son rapport filait droit dans le dossier médical, que nenni.

    Et bien non, il semblerait que ce n’est pas ainsi que cela fonctionne ; en fait, il serait indéniable d’attendre environ six semaines avant de pouvoir lire.

    Voilà, voilà, un grand pas a été fait avec l’arrivée du dossier médical en ligne toutefois ce n’est pas encore, loin de l’être selon mon enquête, le Graal de l’information médicale. Je subodore qu’avant la mise sur le marché public de cette centrale de renseignements médicaux il y a bien des examens à poursuivre.

    Wouai, je reste dubitatif quant  l'efficacité du grand panier médical, partant, maintenant, je sais pourquoi je suis un bon patient !

    Allez bonne journée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Utopie, utopie, utopie, lorsque tu me tiens.....

    Imprimer

    Utopie.jpgBien le bonjour,

    Dernièrement la TdG dévoilait les millionnaires et les milliardaires.

    S'ils ne sont qu'un petit lot dans l'ensemble de la population mondiale, il ressort néanmoins que 2,8 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale, vivent avec moins de 2 dollars par jour. 448 millions d'enfants souffrent d'insuffisance pondérale. 876 millions d'adultes sont analphabètes, dont deux-tiers sont des femmes. Plus d'un milliard de personnes n'ont pas accès à de l'eau salubre.

    Cherchez l'erreur ?

    Certes, ces riches font marcher l'économie n'en demeure pas moins que la moitié des êtres humains souffrent, et on ne parle pas des familles dites à moyens risques.

    Je ne suis pas gaucho à vouloir pratiquer la politique de l’arrosoir toutefois une meilleure distribution des biens matériels pourraient éviter des gens en souffrance constante, vivant parfois dans des lieux super précaires, par là-même mourant par manque de moyens, même Frs 1,--symbolique.

    Lorsque l'on lit que des millions de l'entreprise « veux-tu gagner des millions» tombent comme la chute des métaux, les médias devraient regarder derrière le miroir de ces « beaux et belles » et publier à contrario les chiffres de la détresse mondiale, ce qui mettrait le quidam au goût du jour dans un monde où la qualité de vie se noie dans la mer « morte », ici celle des pauvres.

    Nombre de personnes sont négligées, oubliées, sans vie active, sans famille, sans projet, sans vêtements, sans lieu de vie, que sais-je, il y a quoi bondir sur son siège et de penser que les archi riches pourraient être plus à l'écoute, plus présents, plus ouverts vers les besoins, ouvrir leur porte-monnaie, et surtout être conscient qu'ils créent la mort.

    Ces super riches sont indécents en se mettant à nu sur une page médiatique, ils feraient mieux de rester discrets, réaliser que des hommes et des femmes meurent de faim les menant à des fin de vies épouvantables, bref rester discrest.

    Oui, HUIT milliardaires détiennent autant de richesses que la moitié la plus pauvre du monde !

    Clairement, les riches ne connaissent pas la crise, sont garnis de caviar et de champagne, sont bien au delà des bidonvilles, des gens ayant une qualité de vie moyenne, des « vieux » qui tirent la langue à la fin de chaque mois, les enfants, les enfants, les enfants, les enfants dans la tristesse, face à un avenir empli de nuages gris voire noirs.

    Aux portes de Noël, je ne suis pas révolter par cette situation, je voudrais simplement que les ces gros bonnets, qui gagnent de l'argent à la pelle, pas toujours honnêtement, prostitution, argent blanchi, mafia, etc., au détriment des petits, des enfants qui travaillent petits, des exploités, des serviteurs de leur porte-monnaie, fassent un super cadeau en donnant un petit centième de leur énormes fortunes en guise de cadeau de Noël, des sapins emplis de belles boules de Noël, et surtout des cadeaux de la vraie vie à chacune et chacun.

    Une bouteille de champagne = Frs 10'000,-- pour les pauvres par le biais d'honnêtes associations.

    Utopie, utopie, utopie, lorsque tu me tiens......

    Laissez pour compte lorsque tu les tiens......

    Que Dieu nous bénisse tous pour cette future nuit de Noël, la plus nuit au monde où dans le coeur des hommes descend un peu d'amour du ciel. Enfin je l'espère.....

    Allez bonne journée

    Lien permanent 0 commentaire
  • Avoir du culot ?

    Imprimer

    topelement.jpgBien le bonjour,

    Avoir du culot, c'est se montrer courageux, hardi.

    Démonstration :

     

    LE CULOT C'EST CA !

     

    Rendre une copie d'examen blanche, en plein milieu ce qui précède !!!

    Nos politiques n'ont vraiment pas ce culot en refusant l'augmentation de postes au SPAD, Service de la protection des adultes.

    La droite et le MCG sont la  droite la plus mauvaise des patrons car ils ne donnent pas les moyens humains notamment à ce service de fonctionner correctement. Je vous renvoie à l'article qui paraîtra certainement demain sur le vote du budget 2020 de l'Etat de Genève.......

    Allez bonne soirée.

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les TPG déraillent !

    Imprimer

    poggia_tpg_pub.jpgBien le bonjour,

    A quoi pense la régie publicitaire des TPG ?

    Les TPG, dont le Conseil d’administration est présidé par Céline Amaudruz, aussi Présidente de l’UDC Genève, Conseillère nationale, etc. etc., déraille avec sa publicité proposant de faire bénéficier le commerce d’à côté ; en cette période de fin d’année favoriser l’économie d’Annemasse dérange.

    Bien sûr qu’il faut créer des passerelles dans le poumon économique du grand Genève, cela peut sans nul doute accélérer l’innovation pour les générations futures, toutefois celle des TPG  n’est vraiment pas bénéfique pour le commerce genevois  surtout à l’aube des fêtes de fin d’année.

    Ce n’est pas ainsi que notre économie va se revitaliser.

    En fait, l’authentique compréhension des défis de demain auxquels nous sommes confrontés au quotidien et la vision d’avenir de Genève n’est pas gagnées avec ce genre d’action tant elle démotive et les commerçants, tant les consommateurs. Une publicité s’est de trop !

    Dès lors !

    Comment élever le commerce genevois avec cette publicité ?

    Comment préserver l’optimisme de nos commerçants avec cet appel

    Annemassien ?

    Comment offrir un soulagement économique urgent sans sécurité et perspectives économiques ?

    Comment, comment, comment ?

    Cette publicité discrédite les privilèges des commerçants de la cité de Calvin et donne l’envie de traverser la frontière commerciale, ceci n’est pas bien.

    La sécurité économique genevoise n’est donc pas garantie et ceci n’est pas bien de la part de la régie publicitaire des TPG.

    Comment le Conseil d’administration, présidé par une femme UDC, qui se dit défenderesse des valeurs Suisse, le corollaire étant celles de Genève, a pu permettre ce genre de publicité déloyale ?

    Bravo Mauro Poggia d’avoir réagi ainsi. Nous avons bien compris ce n’est pas dirigé en tant que tel contre les frontaliers, non, c’est savoir lutter avec une vraie conviction genevoise contre ce genre de placard.

    D’aucuns sont partant pour dire que ce genre dysfonctionnement de l’esprit des TPG va indéniablement faire le lit du MCG lors des élections municipales de printemps prochain, d’autant plus que le « leader » de ce parti « anti-frontaliers » n’est autre que Mauro Poggia le Conseiller d’Etat qui a réagi avec intelligence contre cette manière publicitaire.

    Venant surtout de régies publiques qui doivent défendre sans conteste les intérêts genevois. Imaginez, si les HUG, les SIG, l’Aéroport, font de même, où va le commerce de notre canton.

    Conclusion, si conclusion il doit y avoir, cette publicité doit être décrochée sans délai du tram.

    Bravo les TPG !

    Allez bonne journée.

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Olivier où est l' "éléphant" de Pierre ?!

    Imprimer

    Jornot-Maudet.jpgBien le bonjour,

    Alors quoi ?

    Si l’affaire Maudet contenait juridiquement un « éléphant » le mettant sur le carreau, il y a déjà bien longtemps que le Procureur général aurait envoyé le Conseiller d’état devant ses juges.

    Alors quoi ?

    A ce jour, rien de transcendant ne fait surgir un réel lot d’accusations si ce ne sont que des faits mineurs avérés ; sinon l’inculpation aurait sonné depuis longtemps le glas.

    Alors qu’attend le Procureur général pour rédiger son acte d’accusation.

    Pourquoi attendre, attendre, et attendre encore si ce n’est chercher des infractions mineures, des petites puces reniflant une fausse ampleur du sujet, des poux et pas un « éléphant ». Alors Pierre Maudet, n'a pas volé, ne s’est pas enrichi illégitimement, n'a pas fait de faux, n'a  pas fait de gestion déloyale.

    Certes il a menti ce qui n’est pas pénale au demeurant.

    Alors quoi ?

    Avec les mois qui passent sans nouvelles, nous pourrions croire que le Procureur général n’a en fait rien de transcendant dans son dossier.

    Et si tel est le cas il aura mis au tapis un jeune Conseiller d’état intelligent, visionnaire, empli d’une rare énergie, une « bête » politique sans conteste.

    A ce sujet, le Procureur général est bien connu pour son look à faire d’une tête d’épingle une botte de foins.

    Alors quoi ?

    Comprendre la raison de ce silence, est simple. En effet, réfléchissons un brin : au mois d’avril 2020 aura lieu l’élection du Procureur général, Olivier Jornoz est candidat sortant (il sera reconduit par son parti le PLR) et s’il rend une page blanche ou que des petites broutilles à l’instar d’un « éléphant », les Genevoises et Genevois risque de ne pas le reconduire dans sa lourde charge parce qu’il aura déclenché une fausse tempête à Genève, dans toute la Suisse. Par contre, s’il publie son « mince » acte d’accusation après sa réélection, no blême il est élu pour 6 ans.

    Alors quoi ?

    Le Procureur général nous laisse penser à ce stade qu’il n’y a pas d’éléphant dans son dossier et qu’il attendra bien gentiment dans son fauteuil jusqu’au mois de mai 2020 pour dire « Mesdames et Messieurs, il n’y a pas d’  « éléphant » juste des têtes d’épingles.

    Comme quoi l’affaire Maudet tient certainement à une élection d’un homme qui ne veut aucune embûche sur la route de son succès.

    C’est ce que pensent d’aucuns sur la place publique.

    Comme Christian Luscher qui a appelé Pierre Maudet à quitter le parti, je demande au Procureur général d’activité la procédure et d’avoir le courage de rendre sa copie avant sa pseudo élection.

    Pierre Maudet a le droit de savoir rapidement, si ce n’est pour sa paix intérieur et pour celle de sa famille.

    Monsieur le Procureur si tel le cas, ne voyez pas vos propres intérêts, mais celle de l’authentique justice.

    Allez bonne soirée.

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les Verts : une marée exceptionnelle ?

    Imprimer

    Les Verts.jpgBien le bonjour,

    Les marées hautes n’envahissent pas seulement la belle Venise, mais aussi des places telle que celle de la place fédérale à Berne.

    Ce n’est pas un scoop, l’eau envahit, noie, engloutit, puis se retire pour redonner l’aspect original.

    Ce qui c’est passé en Suisse ces dernières semaines sont bien une marée haute, non pas d’eau, mais de suffrages Verts.

    C’est vrai, les verts ont ratissé large dans la majorité de la Suisse, toutes nos félicitations, partant ceci mérite bien une place au Conseil fédéral, une sorte de chef-pompier pour diriger les opérations de pompage lié à leur succès.

    Bravo, Bravo, Bravo les Verts vous avez inondé la Suisse !

    A cette montée des voix, la plus retentissante depuis sa création, le 4ème parti de Suisse a bénéficié clairement du grand « bazar » lié au climat.

    A cela, en regardant l’histoire politique ce n’est pas nouveau qu’une tendance politique monte ses eaux et envahissent la Berne fédérale.

    Regardez, il y a une vingtaine d’année l’émigration provoquait une grande marée UDC, à Genève ce furent les frontaliers amenant un raz de marée au profit du MCG, à une autre période les voitures profitèrent au parti des Automobilistes, pour d’autres raisons du moment ce fut Vigilance, j’en passe et des meilleurs.

    Hier l’UDC, aujourd’hui les Verts, demain le parti de l’amicale Choucroute genevoise !

    Le constat ?

    En définitive, toutes ces marées exceptionnelles se retirent un jour pour laisser place à l’histoire, à la beauté, à l’inoubliable histoire des places telle que celle St-Marc à Venise.

    Les vicissitudes de la vie n’ont rien inventé, la vie est une éternelle ritournelle sans fin. Ainsi va la vie !

    Au dessus de tout ce « binz » il y a Nous, les gentils contribuables, qui au fil des années continuent à subir les aléas du pays en mains d’arènes politiques faisant la pluie et le beau temps.

    L’avenir nous dira si ce raz-de-marée aura été éphémère ou bénéficiera encore des effets climatiques chers au Vert.

    Une chose est certaine, Venise sur ces solides fondations résistent et résistera encore bien des décennies, tel sera le cas en Suisse avec sa démocratie, son histoire, ses fondements politiques.

    Sur ce, allez bonne journée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Saveur politique !

    Imprimer

    topelement.jpgBien le bonjour,

    Avez-vous pris connaissance du communiqué de presse des jeunes UDC et PLR dévoilant(!) le ticket  Céline-Hugues ?

    Avouons sans conteste que la droite est mal partie pour la Haute chambre à Berne.

    Béatrice et Hugues n’ont pas fait le plein des voix au sein d’une droite la plus bête du patrimoine politique genevois.

    Cette droite s’aime, ne s’aime plus, se comprend, ne se comprend plus, se sépare, se recompose, TOP MODELE !

    Hier, surprise les Jeunes UDC et PLR font campagne pour promouvoir la petite Céline et le Grand Hugues. Contre nature ?

    Alors que les « anciens » du centre et de droite mettent tout en œuvre pour faire passer leurs leader Béatrice et Hugues, voilà que les fers de lance PLR vont plus loin en soutenant le grand Hugues et la petite Céline ; avec le PDC et le MCG, nickel !

    Les jeunes  ont presque tout compris, ils veulent une droite unie, mais si prennent mal !

    Car, un ticket de l’un ou de l’autre des meilleurs à la sortie des urnes, sur une même affiche PDC, PLR, UDC et MCG, aurait bien plus de chance de s’asseoir sur les deux sièges et par là-même représenter une Genève plus forte économiquement, socialement, humainement, j’en passe et des meilleurs.

    Oui, Oui, Oui, une affiche PDC, PLR, UDC et MCG, là les jeunes seraient les champions de tous les jeux olympiques de la droite genevoise.

    Certes, Hugues et Béatrice tiennent l’os et ont raison de ne pas le lâcher.

    Ce n’est pas Hugues qui va lâcher son« nonos », et Béatrice, deuxième à la sortie des urnes est la candidate légitime.

    Alors quoi ?

    En définitive, c’est la petite Céline qui vient semer le trouble avec sa candidature. Elle a son os, le tient, elle ne s’en séparera pas et pourtant.

    Un os pour le bien de la population ou pour l’égo, la question peut être posée ? Car la petite Céline va diviser les voix de la droite, le corollaire étant de faire la voie royale pour le rose-vert.

    Le PDC aurait dû….. le PLR aurait dû……l’UDC aurait pu….

    Aujourd’hui, nous sommes confrontés à d’immenses défis, partant nous devons regarder l’avenir avec optimisme et l’espoir d’une Suisse ayant la volonté de vitaliser son avenir.

    A cela, les batteries ne doivent pas se vider de leur substance en raison de personne qui n’ont qu’une vision, la leur. Manque de clairvoyance, d’intelligence, de logique arithmétique, que sais-je.

    Ceci dit, les jeunes ont osé relever le niveau intellectuel pour mettre encore plus le désordre dans cette droite désunie.

    C’est bien pour cela que les gens ne vont pas voter, ils n’y comprennent plus rien devant  les grandes farandoles (des partis politiques) et surtout les égo nombrilistes des uns et des autres.

    Conclusion, la petite Céline aurait dû lâcher son os et soutenir avec son parti et le MCG les meilleurs sortis des urnes, Hugues et Béatrice.

    UNE DROITE FORTE UNIE PEUT GAGNER !

    Bravo les jeunes UDC et PLR, ce n’est pas facile de jouer dans la cour des Grands !

    Allez bonne journée.

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Concurrence « déloyale » entre MSC et Croisierenet ?

    Imprimer

    MSC.jpgBien le bonjour,

    Concurrence « déloyale » entre MSC et Croisierenet ?

    C’est certain et je peux le prouver.

    ITALIE, GRÈCE, ISRAËL, CHYPRE, CROATIE

    Voulant organiser une croisière de 13 jours, au départ de Venise, le 28 octobre prochain, sur le bâteau Lirica, j’ai sollicité un devis auprès de mon agence de voyage à Carouge ; celui-ci s’élève pour deux personnes à Frs 7'278,-- ; lui-même communiqué par le voyagiste spécialiste en la matière de croisière, MSC, groupe sis à Rieu à Genève.

    Or à mon grand étonnement je vois la même croisière, identique, sur internet « Croisierenet » groupe français, pour Euros 5'798,--, soit en Frs 6'378,--.

    Différence de Frs 900,-- « volé » au consommateur Suisse, le corollaire, étant les commerçants.

    Fort de ce constat dès plus surprenant, mon agence de voyage a pris langue avec MSC qui lui a expliqué que chaque pays a ses offres au cours économique du pays où l’agence de voyage se trouve.

    Et de rajouter aussi que Croisierenet, comme bien d’autres sites internet, achète des circuits à MSC Suisse à des prix d’achats vachement bas et les revend sur le net à des prix défiants toute concurrence.

    L’exemple ci-dessus est parlant :

    MSC Suisse                                                                                              Frs 7'278,--

    Crosierenet France                    Euros 5’798                      Frs 6'378,--

    Différence significative en défaveur du client                        Frs     900,--

    En conclusion, mieux vaut acheter sur un site français ou directement dans une agence étrangère.

    Après on se plaint  que les Suisses vont en France, hehehehehe il ne faut pas chercher le pourquoi du comment, il n’y a pas besoin d’avoir fait l’université pour comprendre une concurrence « déloyale » et au surplus « dégueulasse ».

    Ce n’est vraiment pas normal d’encourager les Suisses à ne pas consommer Suisse et de les envoyer sur le net et de surcroît sur un site Français.

    JE LANCE UN CRI, JE SONNE L’ALARME, J’APPUIE SUR LE BOUTON DE LA BOMBE, JE DEMONTE LA BARRAQUE, J’AGITE LE LANCE FLAMMES CONTRE LES AUTEURS DE CES INEGALITES.

    CECI EST INADMISSIBLE !

    Je suis carrément dégoûté.

    Allez bonne journée

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les vélos et les autres ?

    Imprimer

    velo.jpgBien le bonjour,

    Alors que le monde entier ventile des paroles pour sauver le climat, les vélos deviennent les rois ; à Genève ils se croient tout permis, des petits rois.

    Je n’ai rien contre le vélo, bien au contraire si je n’étais pas handicapé d’une jambe je serais avec sagesse sur mes deux roues.

    Sagesse ?

    Force est de constater que les rues sont sillonnées par des centaines de vélos qui pour la plus part ne respectent par les règles liées à la circulation et ceci peut être dangereux, très dangereux tant pour l’esprit que pour le physique.

    A Genève, la cité de Calvin avait commencé avec succès il y a quelques années le traçage des pistes cyclables, une politique devenue très jungle,  car souvent absente de la route où encore épousant très mal les autres. Avouons que le travail a été fait peu ou prou.

    Ils viennent de droite de gauche, traversent les feux rouges, les carrefours, montent sur les trottoirs, ne s’arrêtent pas au stop, j’en passe et des meilleurs.

    Les autres de la route et les vélos sont une grande famille, le corollaire étant que tous doivent se respecter, faire attention, se mettre à la place de l’autre qui se trouve en face.

    Alors que l’on s’occupe des composantes de notre atmosphère, bien évidemment, il conviendrait en 2020 de revoir aussi le concept des pistes cyclables afin de donner la possibilité aux cyclistes d’être encore mieux respectés, sauvegardés des aléas de la route, et surtout se marier au code de la route. A ce sujet, je ne vois jamais un Gardien de la « paix » amender une selle dans l’infraction. Je pense que les Polices ne savent pas comment s’y pendre tant les vélos sont splendides !

    Le canton et les communes ont certes cédé à la pression des Verts et des associations, on constate aujourd’hui un certain fiasco.

    Alors, invitons toutes et tous adeptes du bitume les Autorités à revoir le concept des pistes cyclables et se mettre au parfum d’Amsterdam reine des deux roues.

    Parler climat, c’est aussi parler de vélo.

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • 20 octobre, rendez-vous raté ?

    Imprimer

    topelement.jpgBien le bonjour,

    Ca y-est, la farandole des constats se multiplient en Suisse, les enveloppes ouvertes présentant des "vices de forme".

    Comment du matériel de vote peut-il comporter des feuilles mortes, comme celles de l’automne.

    Avec la pluie des moyens informatiques, c’est dingue !

    L’automne déjà chaud sur le plan des programmes politiques, surtout celui lié au climat, va prend un air d’hiver, refroidissant des Présidents de partis. C’est déjà fait à Genève !

    Normal de monter au créneau lorsque tant de personne piaffent d’impatiente de prendre le train à destination de la Ville fédérale ?

    Va-t-on d’ores et déjà vers une procédure d’annulation !

    Pour l’instant les confessionnaux remplis de fidèles de la politique ont tout intérêt à ne pas demander aux « Dieux » une pure et simple annulation, la facture serait super trop salée ; je ne pense pas que les Chancelleries soient assurées pour ce genre de danse à un temps.

    Toutefois, au soir du 20 octobre prochain, si l’un des concurrents aussi élevés que le jet d’eau de Genève se trouvait face à un refus d’entrée au Palais fédéral, la réparation serait très certainement sollicitée.

    L’idée de n’avoir pas été élu ou de perdre un siège : annulation, invalidation, taper des pieds, sortir l’artillerie, tirer à boulets rouges contre les urnes, que sais-je ?

    Certaines « tronches de cake », dont j’en connais une, seraient rouges de colère si de hasard le flambeau de la réussite s’éteignait brutalement et les plongeaient dans une colère noire.

    « Mort » aux Chancelleries je n’ai pas été élu(e), je ne peux pas le supporter, c’est de la faute du système super informatisé, « bande de salopards » !

    A cela, on connaît certaines méthodes parfois très radicales pour casser la baraque et parvenir au maintient de ses petites fesses sur son siège de velours.

    Mais en définitive, est-ce que 20, voire, 100 (Où sans)  vont vraiment changer la fasse de la Suisse. OK si tu n’es pas élu(e) pour 20 voix, que vas-tu faire, plonger dans des procédures d’annulation sans fin, coûtant très cher, et « emmerdant » le peuple à aller revoter. Tu n’as pas été élue, tient un petit bonbon !

    Le visage de la Suisse 2019 – 2024 sera aux couleurs printanières : VERTE !

    Alors que la cour des guignols de la politique s’attaque aux arbres des avenues

    Chance-lières de la réussite.

    A ce magistrale binz parviendront-ils à arracher une victoire, celle de sauter comme une petite puce qui renifle !

    Bref, je n’ai pas eu de peine à voter pour la liste réglo des Jeunes UDC Genève, car ces jeunes sont intègres, et sont l’avenir du pays. « Camembert » je vote pour qui je veux.

    En Suisse, nous avons une belle jeunesse, faut-il savoir l’écouter, la comprendre, et retenir ce qui peut être mis au profit de nos sociétés.

    Oui, oui et oui, les jeunes Suisses sont le chemin, la route, l’autoroute, de l’avenir de demain.

    Leurs savoir, connaissances, lucidité, sont le fondement des leaders de demain, faisons leur confiance.

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • 20 octobre, rendez-vous raté ?

    Imprimer

    topelement.jpgBien le bonjour,

    Ca y-est, la farandole des constats se multiplient en Suisse, les enveloppes ouvertes présentant des "vices de forme".

    Comment du matériel de vote peut-il comporter des feuilles mortes, comme celles de l’automne.

    Avec la pluie des moyens informatiques, c’est dingue !

    L’automne déjà chaud sur le plan des programmes politiques, surtout celui lié au climat, va prend un air d’hiver, refroidissant des Présidents de partis. C’est déjà fait à Genève !

    Normal de monter au créneau lorsque tant de personne piaffent d’impatiente de prendre le train à destination de la Ville fédérale ?

    Va-t-on d’ores et déjà vers une procédure d’annulation !

    Pour l’instant les confessionnaux remplis de fidèles de la politique ont tout intérêt à ne pas demander aux « Dieux » une pure et simple annulation, la facture serait super trop salée ; je ne pense pas que les Chancelleries soient assurées pour ce genre de danse à un temps.

    Toutefois, au soir du 20 octobre prochain, si l’un des concurrents aussi élevés que le jet d’eau de Genève se trouvait face à un refus d’entrée au Palais fédéral, la réparation serait très certainement sollicitée.

    L’idée de n’avoir pas été élu ou de perdre un siège : annulation, invalidation, taper des pieds, sortir l’artillerie, tirer à boulets rouges contre les urnes, que sais-je ?

    Certaines « tronches de cake », dont j’en connais une, seraient rouges de colère si de hasard le flambeau de la réussite s’éteignait brutalement et les plongeaient dans une colère noire.

    « Mort » aux Chancelleries je n’ai pas été élu(e), je ne peux pas le supporter, c’est de la faute du système super informatisé, « bande de salopards » !

    A cela, on connaît certaines méthodes parfois très radicales pour casser la baraque et parvenir au maintient de ses petites fesses sur son siège de velours.

    Mais en définitive, est-ce que 20, voire, 100 (Où sans)  vont vraiment changer la fasse de la Suisse. OK si tu n’es pas élu(e) pour 20 voix, que vas-tu faire, plonger dans des procédures d’annulation sans fin, coûtant très cher, et « emmerdant » le peuple à aller revoter. Tu n’as pas été élue, tient un petit bonbon !

    Le visage de la Suisse 2019 – 2024 sera aux couleurs printanières : VERTE !

    Alors que la cour des guignols de la politique s’attaque aux arbres des avenues

    Chance-lières de la réussite.

    A ce magistrale binz parviendront-ils à arracher une victoire, celle de sauter comme une petite puce qui renifle !

    Bref, je n’ai pas eu de peine à voter pour la liste réglo des Jeunes UDC Genève, car ces jeunes sont intègres, et sont l’avenir du pays. « Camembert » je vote pour qui je veux.

    En Suisse, nous avons une belle jeunesse, faut-il savoir l’écouter, la comprendre, et retenir ce qui peut être mis au profit de nos sociétés.

    Oui, oui et oui, les jeunes Suisses sont le chemin, la route, l’autoroute, de l’avenir de demain.

    Leurs savoir, connaissances, lucidité, sont le fondement des leaders de demain, faisons leur confiance.

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire