08/04/2012

Jésus, Mahomet, Moïse ou Boudha, bonnes fêtes de Pâques

 

images.jpgBien le bonjour,

Mince nous sommes déjà à Pâques.

C'est fou ce que le temps passe vite.

C'est vrai, mais là j'ai envie de m'arrêter un instant pour vous souhaiter de Joyeuses Pâques.

Petit poème pour vous souhaiter de Joyeuses Pâques.

Le jour de la fête de Pâques l'amour tendre ressuscite

Religion ou pas, peu importe, l'humanité est réussite

Les enfants ont des oeufs en chocolat plein leurs sacs.

Cette fête de Pâques nous rappelle qu'il faut s'aimer

Amis, Famille, étranger (ndrl : légaux), l'amitié il faut semer

Beaux Poèmes et belle poésie d'amitié pour effacer nos maux

Messages d'amour pour souhaiter de Joyeuses Pâques en mots.

Jésus, Mahomet, Moïse ou Boudha sont des frères d'amitié

Croyants Chrétiens, Musulmans, Juifs et partisans de la Laïcité

Humanistes, Hommes et Femmes libres sont aujourd'hui frères

En ce beau jour de Pâques s'unissent en une seule et même prière

Petit poème pour vous souhaiter de Joyeuses Pâques

Le jour de la fête de Pâques l'amour tendre ressuscite

Religion ou pas, peu importe, l'humanité est réussite

Les enfants ont des oeufs en chocolat plein leurs sacs....

Auteur : Hamo

Que l'on se le dise !

Allez bonnes fêtes de Pâques.

 

 

07:15 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

06/04/2012

Vendredi saint ?

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Etes-vous heureux d'être au monde et d'y voir clair ?!

Je le sens vous vous tâtez.

« Distinguer le présent,

Le dur, le magnifique,

Du regret du passé,

Des nuées du futur,

Voir, aimer ce qui est,

Ce qui est là, vivant,

Présent dans la présence » (Henry Bauchau)

Ce 6 avril, nous vivons donc le vendredi saint.

C'est quoi déjà ?

1. Origine de la fête du vendredi saint

L'origine de la fête du Vendredi saint est probablement à Jérusalem ou l'on voit la célébration du Vendredi saint à la fin du 4ème siècle, selon le récit de la pèlerine Ethérie. A Rome, la célébration du Vendredi saint n'apparaît qu'au VIIème siècle. On trouve deux types de cérémonie. Il y a d'une part la liturgie papale qui comprend seulement la lecture de la passion selon St Jean et une longue prière universelle. On voit d'autre part la célébration du Vendredi saint dans les paroisses. Elle comporte l'exposition de la croix sur l'autel, la lecture de la passion selon St Jean, la récitation du Pater, la vénération de la croix et la communion. C'est ce deuxième type de célébration qui se répand dans les pays francs.

2. Histoire de la fête du vendredi saint

L'histoire de la fête du vendredi saint a été dans des sens divers. Au XVIème, l'office fut reporté au matin et les fidèles participent au chemin de croix vers 15 h. - En 1955, la réforme liturgique de la Semaine sainte par le pape Pie XII a rétabli l'office le soir qui a été promulguée par le décret Maxima redemptionis nostrae mysteria de la sacrée congrégation des rites le 16 novembre 1955. Cet office est appelé parfois à tort "messe du vendredi saint".

3. Date du vendredi saint

La date du vendredi saint, la date de la fête du vendredi saint, dépend de la date de Pâques car elle est deux jours avant Pâques. La date du Vendredi saint, c'est le 2 avril 2010, le 22 avril 2011, le 6 avril 2012. La date du vendredi saint orthodoxe, le Grand vendredi, dépend de la date de la Pâque orthodoxe.

Allez bonne journée !

 

 

 

07:15 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/03/2012

"Parle-moi d'amour"

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Quel super week end.

Avec ce soleil très printanier au diable les soucis quotidiens et parfois super périphériques.

L'autre jour, à l'église j'ai écouté un super poème tiré de « Parle-moi d'amour » de Michel Quoist.

Qui est Michel Quoist ?

Il est né au Havre en 1921 et mort le 18 décembre 1997, est un prêtre écrivain français. A 14 ans, il travaille comme coursier. Il cherche un sens à sa vie, « une source pour naître et une mer pour se jeter ».

Après avoir milité à la Jeunesse ouvrière chrétienne, il de vient prêtre en 1947.

Après de hautes études à l'Institut des sciences sociales et politiques, chercheur et praticien, il met au point une méthode d'enquête urbaine devenue un classique. Il est écrit pas mal d'ouvrages. Après ses derniers édités à des millions il est un aumônier incontestable de l'Action catholique.qunt la réalité de la beauté d'aimer.

JE SAIS,

que si les hommes par milliers meurent de faim,

tandis que d'autres au même instant

meurent de trop manger,

c'est que nous n'avons pas su partager le blé,

et pétrir le pain pour nos frès humains.

JE SAIS,

que si tant et tant de jeunes éclatent de violence,

voulant prendre de force ce dont ils ont été privés,

c'est qu'ils sont nés par erreur,

au hasard d'une étreinte,

ou voulus comme poupée par des parents-enfants,

après l'automobile et le petit chien.

JE SAIS,

que si des hommes ne voient

que signes noirs et muets, sur les pages du livre,

c'est que certains gardent le savoir pour eux,

comme un don réservé.

JE SAIS,

que si la terre est propriété

et profit pour quelques-uns,

alors qu'elle n'est que chantier de travail et de peine pour la multitude,

c'est que les hommes ont oublié

que la terre est à tous, et non pas au plus fort.

JE SAIS,

que si certains hommes il est vrai,

sont plus riches

d'intelligence, de santé, de courage, que d'autres,

leurs richesses sont une dette envers les démunis,

mais je sais aussi que trop souvent

cette dette s'accroît, sans être remboursée.

JE SAIS,

que si des millions d'hommes vivent

sans qu'ils puissent, libres et responsables,

prendre leur place dans la construction du monde,

c'est quelques-uns

se croient nés pour être maîtres, et qu'il leur faut des

esclaves pour pouvoir le rester.

JE SAIS,

que si des milliers des prisonniers

agonisent dans des camps,

ou hurlent sous la torture,

c'est que des hommes se font propriétaires de vérités,

et qu'ils tuent lentement les corps

pour que meure la pensée.

JE SAIS,

aussi, et j'admire,

que des hommes partout se dressent courageux,

et debout,

jettent leur corps saignant dans les luttes

pour la justice et pour la paix,

mais je sais aussi que d'un corps qui combat,

sans un coeur qui bat, ne peut naître la victoire,

car les luttes sans amour,

sont des luttes sans amour,

sont des luttes en vain

le sang qu'elle font couler

appelle un autre sang.....

Et voilà ces belles paroles tellement vraies, pleines de sens.....

Allez bonne journée !

 

 

07:15 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/03/2012

Soyons un instant des chrétiens.....

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Cette semaine LA LARME A L'OEIL......

A chaque jour suffit sa peine.

C'est vraiment moche ce qui est arrivé dans ce car maudit.

Dédions à ces petits anges qui ont quitté dramatiquement l'épanouissement de leur vie, ces deux prières.

Allez bonne journée !

Prières au Père

Seigneur, nous avons du mal à comprendre

que l’on puisse mourir si jeune,

qu’une vie soit brisée

alors qu’elle commençait à s’éveiller.

Tu nous vois déchirés et abattus ;

la mort de …………………..

nous semble une injustice.

Alors, nous nous tournons vers toi

pour te dire notre peine.

Ne nous laisse pas seuls

au fond de notre tristesse ;

aide-nous à supporter le vide

qui s’est creusé parmi nous ;

fortifie notre espérance

au-delà de notre souffrance.

Accueille…………………..

comme un père accueille en sa maison ;

donne-lui le bonheur que tu promets

et l’éternelle jeunesse de Jésus-Christ.

Mon enfant, mon trésor,

toi, la chair de ma chair que j’ai porté, enfanté,

nourri, bercé, soigné, veillé, tenu par la main

au fil des heures sombres et des jours heureux…

mon enfant, mon amour,

transfiguré dans la lumière,

je crois que tu n’as rien perdu

de tout ce qui fait de toi un être unique.
Tu es irremplaçable pour Dieu, pour ton père et pour ta mère.

Mon enfant, mon chéri,

nous voulons garder l’image des jours heureux

quand ton sourire illuminait ton visage.

Mon enfant aujourd’hui de nouveau né,

ta présence nouvelle se lève dans notre cœur

comme un soleil de printemps qui nous illumine

et chasse les ténèbres du désespoir qui nous engloutissaient.

Mon enfant, mon ange, nous osons te prier !

N’es-tu pas, désormais, plus proche que nous

de l’amour brûlant du cœur de Dieu !

Nous te prions de nous aider à ne pas nous épuiser

à te retenir dans un passé qui n’est plus.

Mon enfant bien-aimé,

puisque tu es devenu notre ainé

dans cette longue ascension vers Dieu, prends-nous par la main

pour que nous ayons la force d’aller plus loin,
donne-nous le courage de nous dépasser

pour atteindre cette joie lumineuse où tu nous as précédés.

Mon enfant, ton sourire nous manque

mais nous croyons que ton amour pour nous est immortel.

Quoi qu’on en dise, un enfant qui part avant ses parents

est toujours une anomalie inacceptable,

un glaive de douleur qui vous transperce le cœur.

Que c’est dur, Seigneur, de remonter de ce puits sans fond,

que de larmes il faut verser

pour découvrir que l’espérance peut émerger

de quelques bribes d’Evangile

qui surnagent dans notre tête disloquée :

‘’Je suis la Résurrection et la Vie ?

Qui croit en moi ne mourra jamais’’

‘’Je suis venu pour que les hommes aient la vie en surabondance’’

‘’Il est vraiment ressuscité, nous en sommes témoins’’…

Seigneur, comme ces messages ont du mal à se frayer

Un chemin dans notre cœur accablé de chagrin.

Ô Seigneur, aide-nous,

ne laisse pas des parents s’enfermer dans le désespoir,

donne-nous de nous tourner vers ta lumière

pour que tu nous consoles et nous réchauffe de ton Amour.

Prière à la Sainte Vierge

Comme nous, tu as attendu ton fils

avec tout ton amour de mère et tu t’es donné tout à lui.

Comme nous, ton cœur s’est déchiré

lorsque tu as vu ton fils mourir.

Oh ! Marie, notre Mère du ciel

nous te confions …………….

Reçois-le dans tes bras de mère,

présente-le à ton fils.

Qu’il lui accorde la Vie Eternelle

jusqu’au jour où nous pourrons,

nous aussi, le serrer contre notre cœur.

Oh ! Marie, notre Mère du ciel

tu sais que notre cœur est déchiré

mais nous croyons que ………….,

nourri de l’amour de Dieu, est dans la Paix.

Notre amour pour lui né sur cette terre,

nous continuerons à le lui donner sans mesure.

L’amour qu’il nous aurait donné sur cette terre,

il nous le donnera tous les jours de notre vie.

Oh Marie, notre Mère du ciel

tu connais notre chagrin.

Viens sécher nos larmes, sois à nos côtés,

protège-nous et donne nous force et courage.

 

07:15 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

04/03/2012

Ne pas porter toute la misère sur ses épaules, mais.......

 

images.jpgBien le bonjour,

Papa........

Je suis un peu nostalgique en pensant aux anniversaires de mon père le 4 mars.

Nous étions tous réunis autour de lui et de ma mère laquelle cuisinait toujours des repas simples mais pleins de délices culinaires. Une joie de vivre nos fêtes de famille.

Des fêtes très familiales, toutes simples, pleine de joie de vivre, d'amour, où chacun y allait avec son coeur et un esprit ouvert aux valeurs de la vie.

Rire, conversations, prises de becs, échanges, partages, j'en passe et des meilleurs.

Les années passent et ne se ressemblent pas.

Hier, aujourd'hui, demain l'eau laisse sur son lit de bons souvenirs que d'aucuns ne peut ignorer.

Nous sommes tous humains.

Papa bon anniversaire.

Aujourd'hui, l'esprit transmis n'est pas égratigné, au contraire, nous sommes toujours autant unis, nous continuons à faire des fêtes, rire, évoquer nos bons vieux souvenirs à la Maladière..........

Au faites, encore un super merci pour tout l'amour et le bonheur que vous nous avez donnés.

Certes......

Ce dimanche mes prières vont vers une amie intime de ma famille atteinte d'un cancer.

Elle a encore sa mère de 90 ans en bonne santé. Cherchez l'erreur, la fille risque de voir plus loin que sa maman. N'est pas paradoxale ?

Dans une clinique, ils ne peuvent plus assurer la physiothérapie d'où son transfert la semaine prochaine au CESCO.

J'essaie d'être proche d'elle.

Si je peux, je lui rends visite tous les jours. Nous parlons, il y a des temps de silence, des petits sourires, des larmes, des inquiétudes, des questions, l'inconnu.......

Tous les trois jours, j'accompagne sa maman à la clinique.

Nous sommes tous appelés....

Tout le monde peut être appelé un jour ou l'autre à prendre soin d'un proche malade. Quoi dire ? Comment offrir son aide ? Comment réagir à sa colère ? Comment aider sans s'épuiser ?

Sachant ce qu'est la souffrance, j'ai subi 34 interventions sur un imbécile de genou, bientôt la 35ème, je pense que la maladie, surtout celles qui peuvent être fatales, ne sont vraiment pas un ciel bleu mais bien plus une grosse couverture nuageuse parfois très pluvieuse.

Sur le chemin de la maladie, d'abord le refus, puis la dénégation et enfin l'acceptation. Le schéma n'est pas facile à vivre et surtout à surmonter.

Ne pas porter toute la misère sur ses épaules.....

Evidemment , nous ne sommes pas des Dieux, toutefois il me paraît tout naturel q'une personne apporte son soutien à un proche qui a un problème de santé physique ou mentale ou dans la santé est précaire.

Rendre service, offrir un peu de son temps, aider dans des démarches administratives, me semble normal. Le contraire serait pur égoïsme.

Une présence, petite soit-elle, génère un moment du bon vivre.

La personne qui n'a jamais été malade ne peut ou ne veut pas vraiment comprendre.

N'oublions pas que le patient est considéré comme un être vivant, il mérite encore de l'attention.

Il faut respecter le silence, tout en laissant entendre que vous être présent, prêt à écouter, à comprendre, à accompagner.

Dans bien des situations d'aide chacun veut protéger l'autre, le silence peut devenir, bien souvent pesant et douloureux.

C'est alors le temps de reprendre le dialogue.

Le cas contraire, s'installera la situation de non-dit, fermant la porte à toute communication, chacun muré dans ses propres peurs.

Bref, en ce dimanche du 4 mars, je prie pour le repos de mon père et de ma mère, et évidemment pour mon Amie et tous les malades quelques soient leur atteintes.

Allez bon dimanche.

 

 

 

 

08:42 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

19/02/2012

Nos prières peuvent aussi passer par l'ordinateur....

Seigneur MERCI de laisser brûler dans nos coeurs cette petite flamme source de vie......

Lire la suite

07:40 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

08/01/2012

Le message du Pape pour les jeunes, la Justice et la Paix....

 

images.jpgBien le bonjour,

Profitez de ce dernier dimanche de fête fin 2011 début 2012.

Et que la fête quotidienne commence jusqu'au 21 décembre prochain !!!

Contrairement au Conseil d'Etat genevois, notamment par la bouche de son excellent Président le PDC Pierre-François Unger, le Pape a lui lu un message au monde. Des paroles pour les jeunes à la Justice et à la Paix.

Un message certes catholique-chrétien, mais au combien réel.

Dans un monde en mutation constante, dont les sociétés et les familles sont déstabilisées, il est temps de réfléchir au vrai sens de la vie.

Alors, je me permets de vous livrer humblement les paroles de Benoît 16 (ou très étroit dans certaines idées du 21ème siècle!!!) prononcées sur la place Saint-Pierre le 8 décembre dernier.

Je l'avoue que c'est un peu long, toutefois ça vaut la peine de prendre le temps de lire et de se livrer à une réflexion.

Allez bon dimanche.

"Eduquer les jeunes à la Justice et à la Paix", message du pape Benoît XVI pour la journée mondiale pour la paix en 2012

 

 

1. Le début d'une nouvelle année, don de Dieu à l'humanité, m'incite à adresser à tous, avec grande confiance et affection, un message spécial de vœux pour ce temps qui est devant nous, afin qu'il soit marqué concrètement par la justice et par la paix.

Avec quelle attitude allons-nous envisager la nouvelle année? Dans le Psaume 130, nous trouvons une très belle image. Le psalmiste dit que l'homme de foi attend le Seigneur « plus que les veilleurs l'aurore » (v. 6), il l'attend avec une ferme espérance, parce qu'il sait qu'elle apportera lumière, miséricorde, salut. Cette attente naît de l'expérience du peuple élu, qui reconnaît que Dieu l'éduque à regarder le monde tel qu'il est en vérité et à ne pas se laisser abattre par les tribulations. Je vous invite à considérer l'année 2012 avec cette attitude confiante. Il est vrai qu'au cours de l'année qui s'achève, le sentiment de frustration suscité par la crise qui frappe la société, le monde du travail et l'économie a augmenté; une crise dont les racines sont avant tout culturelles et anthropologiques. Il semble presque qu'une chape d'obscurité soit venue recouvrir notre temps et ne permette pas de voir avec clarté la lumière du jour.

Dans cette obscurité, le cœur de l'homme ne cesse toutefois d'attendre l'aurore dont parle le psalmiste. Cette attente est particulièrement vive et visible chez les jeunes, et c'est pourquoi ma pensée va vers eux en considérant la contribution qu'ils peuvent et doivent offrir à la société. Je voudrais donc présenter le Message pour la XLVe Journée Mondiale de la Paix dans une perspective éducative: « Éduquer les jeunes à la justice et à la paix », convaincu qu'ils peuvent par leur enthousiasme et leur ardeur en vue d'un idéal, offrir une nouvelle espérance au monde.

Mon Message s'adresse également aux parents, aux familles, à toutes les composantes éducatives, formatives, comme aussi aux responsables dans les différents milieux de la vie religieuse, sociale, politique, économique, culturelle et de la communication. Être attentifs au monde des jeunes, savoir l'accueillir et le valoriser, n'est pas seulement une opportunité, mais un devoir fondamental de toute la société, pour la construction d'un avenir de justice et de paix.

Il s'agit de communiquer aux jeunes une appréciation de la valeur positive de la vie, en suscitant en eux le désir de la dédier au service du Bien. C'est là une tâche qui nous engage tous personnellement.

Les préoccupations exprimées par de nombreux jeunes ces derniers temps, dans différentes régions du monde, manifestent le désir de pouvoir regarder l'avenir avec une espérance fondée. Actuellement, les aspects qu'ils vivent avec appréhension sont nombreux : le désir de recevoir une formation qui les prépare de manière plus profonde à affronter la réalité, la difficulté de former une famille et de trouver un emploi stable, la capacité effective de participer au monde de la politique, de la culture et de l'économie pour construire une société ayant un visage plus humain et solidaire.

Il est important que ces ferments, et l'élan vers un idéal qu'ils contiennent, trouvent l'attention qui leur est due de la part de tous les membres de la société. L'Église regarde les jeunes avec espérance ; elle a confiance en eux et elle les encourage à rechercher la vérité, à défendre le bien commun, à avoir des perspectives ouvertes sur le monde et des yeux capables de voir des « choses nouvelles » (Is 42, 9; 48, 6)!

Les responsables de l'éducation

2. L'éducation est l'aventure la plus fascinante et difficile de la vie. Éduquer - du latin educere - signifie conduire hors de soi pour introduire à la réalité, vers une plénitude qui fait grandir la personne. Ce processus se nourrit de la rencontre de deux libertés, celle de l'adulte, et celle du jeune. Ceci demande la responsabilité du disciple qui doit être ouvert pour se laisser guider vers la connaissance de la réalité, et celle de l'éducateur qui doit être disposé à se donner lui-même. Plus que jamais sont nécessaires pour cela d'authentiques témoins et non pas de simples dispensateurs de règles et d'informations ; des témoins qui sachent voir plus loin que les autres, parce que leur vie embrasse des espaces plus vastes. Le témoin est celui qui vit en premier le chemin qu'il propose.

Quels sont les lieux où mûrit la vraie éducation à la paix et à la justice? Il y a d'abord la famille, puisque les parents sont les premiers éducateurs. La famille est la cellule originaire de la société. « C'est dans la famille que les enfants apprennent les valeurs humaines et chrétiennes qui permettent une coexistence constructive et pacifique. C'est dans la famille qu'on apprend la solidarité entre les générations, le respect des règles, le pardon et l'accueil de l'autre » [1]. Elle est la première école où on est éduqué à la justice et à la paix.

Nous vivons dans un monde où la famille, et aussi la vie elle-même, sont constamment menacées et assez fréquemment brisées. Des conditions de travail souvent peu compatibles avec les responsabilités familiales, des préoccupations pour l'avenir, des rythmes de vie frénétiques, des migrations en recherche de moyens de subsistance adaptés - voire même de simple survivance -, finissent par rendre difficile la possibilité d'assurer aux enfants un des biens les plus précieux: la présence des parents; une présence qui permette un partage toujours plus approfondi du chemin afin de pouvoir transmettre l'expérience et les certitudes acquises avec les années, qui ne peuvent se communiquer que grâce au temps passé ensemble. Aux parents, je désire dire de ne pas perdre courage! Par l'exemple de leur vie, qu'ils exhortent leurs enfants à placer leur espérance avant tout en Dieu, de là seulement surgissent justice et paix authentiques.

Je voudrais m'adresser aussi aux responsables des institutions qui ont un devoir éducatif : qu'avec un grand sens des responsabilités, ils veillent à ce que la dignité de chaque personne soit respectée et valorisée en toutes circonstances. Qu'ils aient soin que chaque jeune puisse découvrir sa propre vocation, en l'accompagnant pour faire fructifier les dons que le Seigneur lui a accordés. Qu'ils donnent aux familles l'assurance que leurs enfants puissent avoir un parcours de formation qui ne soit pas en contradiction avec leur conscience et leurs principes religieux.

Que chaque structure éducative puisse être un lieu d'ouverture au transcendant et aux autres ; un lieu de dialogue, de cohésion et d'écoute, où le jeune se sente valorisé dans ses propres potentialités et ses richesses intérieures, et apprenne à estimer vraiment ses frères. Que ce lieu puisse enseigner aussi à goûter la joie qui jaillit du fait de vivre, jour après jour, dans la charité et dans la compassion envers le prochain, et dans la participation active à la construction d'une société plus humaine et fraternelle.

Je me tourne ensuite vers les responsables politiques, en leur demandant d'aider concrètement les familles et les institutions éducatives à exercer leur droit et leur devoir d'éduquer. Un soutien adapté à la maternité et à la paternité ne doit jamais manquer. Qu'ils fassent en sorte que l'accès à l'instruction ne soit jamais nié à personne, et que les familles puissent choisir librement les structures éducatives qu'elles retiennent être plus conformes au bien de leurs enfants. Qu'ils s'engagent à favoriser le regroupement des familles qui sont divisées par la nécessité de trouver des moyens de subsistance. Qu'ils offrent aux jeunes une image limpide de la politique, comme un service véritable pour le bien de tous.

En outre, je ne peux pas ne pas en appeler au monde des médias afin qu'il donne sa contribution éducative. Dans la société d'aujourd'hui, les moyens de communication de masse ont un rôle particulier: non seulement ils informent, mais ils façonnent aussi l'esprit de leurs destinataires et ils peuvent donc contribuer de façon notable à l'éducation des jeunes. Il est important de retenir que le lien entre éducation et communication est très étroit : l'éducation advient en effet par les moyens de communication, qui influent sur la formation de la personne d'une manière positive ou négative.

Les jeunes aussi doivent avoir le courage de vivre en premier eux-mêmes ce qu'ils demandent à ceux qui les entourent. C'est une grande responsabilité qui les concerne: qu'ils aient la force de faire un usage bon et conscient de leur liberté. Ils sont eux aussi responsables de leur propre éducation et de votre formation à la justice et à la paix !

Éduquer à la vérité et à la liberté

3. Saint Augustin se demandait: « Quid enim fortius desiderat anima quam veritatem? - Que désire l'homme plus fortement que la vérité?-» [2] Le visage humain d'une société dépend beaucoup de la contribution de l'éducation à maintenir vive cette demande qu'on ne peut pas supprimer. En effet, l'éducation concerne la formation intégrale de la personne, y compris la dimension morale et spirituelle de l'être, en vue de sa fin ultime et du bien de la société dont elle est membre. Dès lors, pour éduquer à la vérité, il convient avant tout de savoir qui est la personne humaine et d'en connaître la nature. Contemplant la réalité qui l'entoure, le psalmiste réfléchit: « À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui, le fils d'un homme, que tu en prennes souci? » (Ps 8, 4-5). Voici la question fondamentale à se poser: qui est l'homme? L'homme est un être qui porte dans son cœur une soif d'infini, une soif de vérité - non partielle, mais capable d'expliquer le sens de la vie - car il a été créé à l'image et selon la ressemblance de Dieu. Reconnaître alors, avec gratitude, la vie comme un don inestimable, porte à découvrir la propre dignité profonde et l'inviolabilité de chaque personne. C'est pourquoi, la première éducation consiste dans le fait d'apprendre à reconnaître dans l'homme l'image du Créateur et, par conséquent, à avoir un respect profond pour tout être humain et à aider les autres à avoir une vie conforme à cette très haute dignité. Il ne faut jamais oublier que « le développement authentique de l'homme concerne unitairement la totalité de la personne dans chacune de ses dimensions » [3], y compris sa dimension transcendante, et que la personne ne peut être sacrifiée en vue d'obtenir un bien particulier, qu'il soit économique ou social, individuel ou collectif.

C'est seulement par sa relation avec Dieu que l'homme comprend aussi le sens de sa propre liberté. Et c'est la tâche de l'éducation de former à la liberté authentique. Celle-ci n'est pas l'absence de liens ou le règne du libre arbitre, elle n'est pas l'absolutisme du « je ». L'homme qui se croit absolu, qui n'est dépendant de rien et de personne, et qui croit pouvoir faire tout ce qu'il veut, finit par contredire la vérité de son propre être et par perdre sa liberté. Au contraire, l'homme est un être relationnel qui vit en relation avec les autres et avec Dieu surtout. La liberté authentique ne peut jamais être atteinte dans l'éloignement de Dieu.

La liberté est une valeur précieuse, mais délicate; elle peut être mal comprise et mal utilisée. « Aujourd'hui, un obstacle extrêmement menaçant pour l'œuvre d'éducation est constitué par la présence massive, dans notre société et notre culture, de ce relativisme qui, en ne reconnaissant rien comme définitif, ne laisse comme ultime mesure que son propre moi avec ses désirs, et sous l'apparence de la liberté devient une prison pour chacun, séparant l'un de l'autre et réduisant chacun à se retrouver enfermé dans son propre « Moi ». Dans un tel horizon relativiste une véritable éducation n'est donc pas possible: en effet, sans la lumière de la vérité toute personne est condamnée, à un moment ou à un autre, à douter de la bonté de sa vie même et des relations qui la constituent, de la valeur de son engagement pour construire quelque chose en commun avec les autres » [4].

Pour exercer sa liberté, l'homme doit alors dépasser l'horizon relativiste et connaître la vérité sur lui-même, et la vérité sur le bien et le mal. Au fond de sa conscience, l'homme découvre une loi qu'il ne se donne pas lui-même, mais à laquelle il doit obéir au contraire et dont la voix l'appelle à aimer, à faire le bien et à fuir le mal, à assumer la responsabilité du bien accompli et du mal commis [5]. Pour cela, l'exercice de la liberté est profondément lié à la loi morale naturelle, qui est de caractère universel. Elle exprime la dignité de chaque personne, pose les bases de ses droits et devoirs fondamentaux, et par conséquent et en dernière analyse, du vivre-ensemble juste et pacifique entre les personnes.

Le juste usage de la liberté est donc central pour la promotion de la justice et de la paix, qui requièrent le respect pour soi-même et pour l'autre, même s'il est loin de son mode d'être et de vivre. De cette attitude proviennent les éléments sans lesquels la paix et la justice restent des paroles privées de contenu: la confiance réciproque, la capacité à construire un dialogue constructif, la possibilité du pardon - que tant de fois on aimerait obtenir mais qu'on a de la peine à donner -, la charité réciproque, la compassion pour les plus faibles, comme également la disponibilité au sacrifice.

Éduquer à la justice

4. Dans notre monde où la valeur de la personne, de sa dignité et de ses droits - au-delà des déclarations d'intentions - est sérieusement menacée par la tendance généralisée à recourir exclusivement aux critères de l'utilité, du profit et de l'avoir, il est important de ne pas couper le concept de justice de ses racines transcendantes. La justice, en effet, n'est pas une simple convention humaine, car ce qui est juste n'est pas déterminé originairement par la loi positive, mais par l'identité profonde de l'être humain. C'est la vision intégrale de l'homme qui permet de ne pas tomber dans une conception contractuelle de la justice et d'ouvrir aussi, grâce à elle, l'horizon de la solidarité et de l'amour [6].

Nous ne pouvons pas ignorer que certains courants de la culture moderne, soutenus par des principes économiques rationalistes et individualistes, ont aliéné le concept de justice jusque dans ses racines transcendantes, le séparant de la charité et de la solidarité : « la cité de l'homme n'est pas uniquement constituée par des rapports de droits et de devoirs, mais plus encore, et d'abord, par des relations de gratuité, de miséricorde et de communion. La charité manifeste toujours l'amour de Dieu, y compris dans les relations humaines. Elle donne une valeur théologale et salvifique à tout engagement pour la justice dans le monde ». [7]

« Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés » (Mt 5, 6). Ils seront rassasiés parce qu'ils ont faim et soif de relations justes avec Dieu, avec eux-mêmes, avec leurs frères et sœurs, et avec la création tout entière.

Éduquer à la paix

5. « La paix n'est pas seulement absence de guerre et elle ne se borne pas à assurer l'équilibre des forces adverses. La paix ne peut s'obtenir sur terre sans la sauvegarde des biens des personnes, la libre communication entre les êtres humains, le respect de la dignité des personnes et des peuples, la pratique assidue de la fraternité » [8]. La paix est un fruit de la justice et un effet de la charité. La paix est avant tout un don de Dieu. Nous chrétiens, nous croyons que le Christ est notre vraie paix: en Lui et dans Croix, Dieu a réconcilié le monde avec Lui et a détruit les barrières qui nous séparaient les uns des autres (cf. Ep 2, 14-18); en Lui il y a une seule famille réconciliée dans l'amour.

Toutefois, la paix n'est pas seulement un don à recevoir, mais bien également une œuvre à construire. Pour être vraiment des artisans de paix, nous devons nous éduquer à la compassion, à la solidarité, à la collaboration, à la fraternité, être actifs au sein de la communauté et vigilants à éveiller les consciences sur les questions nationales et internationales et sur l'importance de la recherche de modalités adéquates pour la redistribution de la richesse, pour la promotion de la croissance, pour la coopération au développement et pour la résolution des conflits. « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu », affirme Jésus dans le discours sur la montagne (Mt 5, 9).

La paix pour tous naît de la justice de chacun. Personne ne peut éluder cette tâche essentielle de promouvoir la justice, selon ses propres compétences et ses responsabilités. J'invite particulièrement les jeunes, qui maintiennent toujours vive la tension vers des idéaux, à avoir de la patience et de la ténacité dans la recherche de la justice et de la paix, dans l'éducation du goût pour ce qui est juste et vrai, même si cela peut comporter des sacrifices et aller à contre-courant.

Lever les yeux vers Dieu

6. Face au difficile défi dans le parcours des voies de la justice et de la paix, nous pouvons être tentés de nous demander, comme le psalmiste : « Je lève les yeux vers les montagnes: mon secours, d'où viendra-t-il ? » (Ps 121, 1).

Je veux dire à tous avec force, et particulièrement aux jeunes: « Ce ne sont pas les idéologies qui sauvent le monde, mais c'est seulement le fait de se tourner vers le Dieu vivant, le garant de ce qui est véritablement bon et vrai... [le fait de] se tourner sans réserve vers Dieu, qui est la mesure de ce qui est juste et qui est, en même temps, l'amour éternel. Qu'est-ce qui pourrait bien nous sauver sinon l'amour? » [9] L'amour se réjouit de la vérité, il est la force qui donne la capacité de s'engager pour la vérité, la justice et la paix, car il excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout (cf. 1 Co 13, 1-13).

Chers jeunes, vous êtes un don précieux pour la société. Face aux difficultés, ne vous laissez pas prendre par le découragement et ne vous complaisez pas dans de fausses solutions, qui, souvent, se présentent comme la voie la plus facile pour résoudre les problèmes. N'ayez pas peur de vous engager, d'affronter l'effort et le sacrifice, de choisir des chemins qui exigent la fidélité et la constance, l'humilité et le dévouement. Vivez avec confiance votre jeunesse et les désirs profonds de bonheur, de vérité, de beauté et d'amour vrai que vous éprouvez! Vivez intensément cette phase de la vie si riche et pleine d'enthousiasme.

Prenez conscience d'être vous-mêmes des exemples stimulants pour les adultes. Plus vous vous efforcez de vaincre les injustices et la corruption, plus vous désirerez un avenir meilleur et vous vous engagerez à le construire, alors vous le serez vraiment. Ayez conscience de vos potentialités et ne vous repliez jamais sur vous-mêmes, mais sachez travailler pour un avenir plus lumineux pour tous. Vous n'êtes jamais seuls. L'Église a confiance en vous, elle vous suit, elle vous encourage et désire vous offrir ce qu'elle a de plus précieux : la possibilité de lever les yeux vers Dieu, de rencontrer Jésus Christ, Celui qui est la justice et la paix.

À vous tous, hommes et femmes qui avez à cœur la cause de la paix! La paix n'est pas un bien déjà acquis, mais un objectif auquel, tous et chacun, nous devons aspirer. Regardons l'avenir avec une plus grande espérance, encourageons-nous les uns les autres dans notre cheminement, travaillons à donner à notre monde un visage plus humain et fraternel, et sentons-nous unis dans la responsabilité envers les jeunes générations présentes et futures, en particulier en les éduquant à être des personnes pacifiques et des artisans de paix. C'est sur la base de cette prise de conscience que je vous confie ces réflexions, et que je vous adresse mon appel: unissons nos forces spirituelles, morales et matérielles, pour « éduquer les jeunes à la justice et à la paix ».

Du Vatican, le 8 décembre 2011.

 

 

07:30 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

25/12/2011

Fêtons le Christ et le Soleil.....

 

images.jpgBien le bonjour,

La messe est dite, c'est Noël.

Mais au fait, pourquoi fêter Noël le 25 décembre ?

J'ai cherché et j'ai trouvé ce qui suit.

Bonne journée !

Noël, c'est le jeudi 22 décembre 2011 à 6 h 29...

Noël, la célébration du soleil invaincu

Noël vient du latin Natalis (dies). C'est (le jour) natal...et représentait l'anniversaire de la naissance du Sol Invictus (le Soleil Invaincu).

Natalis > Noël comme le latin patella > poêle.

Cette fête avait lieu le jour du solstice d'hiver : c'est en effet à partir de cette date que les jours se rallongent : le soleil renaît...

Cette année, le solstice d'hiver a lieu le 22 décembre 2011, à 6 h 29 (heure de France, ou 5 h 29 TU). C'est à cette minute que commence l'hiver.

Noël, c'est à l'origine la fête du soleil : rendons gloire au Soleil qui nous donne chaque jour la lumière et sans lequel nous ne pouvons vivre !

25 décembre, ancien jour du solstice d'hiver

Quand Jules César réforme le calendrier, le solstice d'hiver tombe un 25 décembre... On décide alors qu'une année comportera 365 jours et 6 heures (soit 1 jour supplémentaire tous les 4 ans). Mais cela fait 11 minutes en trop, soit 18 heures par siècle !

Ce n'est pas beaucoup dans la vie d'un homme. Mais, en 325, quand le concile de Nicée décide de fixer la date de Pâques en fonction de l'équinoxe de printemps, on constate que l'équinoxe tombe un 21 mars alors qu'elle aurait dû tomber un 25 mars.

La raison ? les fameuses 11 minutes. Mais on croit alors que Sosigène, le créateur du calendrier julien, s'était trompé dans ses calculs.

Et les 11 minutes continuent alors à détraquer le calendrier. En 1582, l'équinoxe tombe un 11 mars. Le pape Grégoire XIII décide de réformer le calendrier julien (qui devient alors grégorien) :
- on retire 3 jours bissextes tous les 4 siècles,
- au jeudi 4 octobre 1582 succède le vendredi 15 octobre 1582 : 10 jours sont ainsi retirés du calendrier.

Le but est de faire en sorte que l'équinoxe de printemps tombe un 21 mars, comme au temps du concile de Nicée. Il aurait fallut retirer encore 4 jours pour que le solstice d'hiver tombe un 25 décembre. Mais le pape préfère être conforme au concile de l'Eglise plutôt qu'à César le païen.

Mais alors, question piège : que s'est-il passé le 10 octobre 1582 ?
Rien ? En fait ce n'est pas si simple ! Seuls l'Italie, l'Espagne et le Portugal ont suivi le pape. En France, Henry III décide de supprimer 10 jours en décembre de la même année. Ainsi, le 10 octobre a bel et bien existé en France, mais pas au-delà des Pyrénées !

Les autres pays européens suivront, d'abord les pays catholiques, ensuite les pays protestants. Kepler dira qu'ils préfèrent désobéir au soleil plutôt qu'obéir au pape.

Les Russes devront attendre l'arrivée au pouvoir des bolchevistes. C'est pourquoi leur Révolution d'octobre (1917) s'est déroulée... en novembre.

Jul, la célébration du solstice scandinave

Comme le Natalis dies des Romains a formé Noël, c'est aussi la célébration du solstice d'hiver qui est à l'origine du nom de Noël dans les pays scandinaves. Ainsi, au Danemark, Noël se dit Jul (se prononce [youl]). Cette fête est encore plus importante dans les pays nordiques: plus on va vers le nord, plus les jours sont courts en hiver (et plus les jours sont longs en été)

Célébrons Noël !

Les Romains et les Germains avaient pris l'habitude de fêter avec éclat la renaissance du Soleil... Cette fête fut alors "récupérée" par l'Église, qui estimait que le petit Jésus était aussi le Christ Soleil...

Alors, son jour de naissance ne pouvait être que le 25 décembre...

Fêtons alors le Soleil et le Christ en un même élan d'enthousiasme ! L'amour du prochain n'est-il pas ce qui fait rayonner notre cœur ?

Et cela ne nous empêche pas de fêter deux fois Noël : Le Noël solaire, le 22 décembre, et le Noël chrétien le 25 décembre !

http://www.lexilogos.com/calendrier_noel.htm

 

 

07:30 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

20/11/2011

Allons au delà de ce dimanche......

 

images.jpgBien le bonjour,

Woua, à l'heure où le bec de ma plume laisse couler des gouttes d'encre, le ciel est dégagé, pas un nuage.

Magnifique cet automne, que du bonheur.

Ce qui m'amène gentiment et sûrement à vous transcrire ici un texte trouvé sur internet.

Il narre qu'après l'eucharistie il y a un chemin tracé que nous devrions suivre dans la prière.

Après......la vie continue.....

Soyons ouverts, simples d'esprit, pas compliqués, allons au delà de notre petit nombril, n'ayons pas la prétention d'être un grand feu mais bien une petite flamme.

Il y a trop de gens qui se la pètent, qui s'agitent le chou pour le paraître.

Ah être quelqu'un.

A mon humble avis, ils sont aussi malade que les « gangréneux » . Ils sont rongés par les cellules du « moi je suis le meilleur ».

Mon père disait : « Tu sais François à 3 heures sur le pot de chambre, ils sont comme nous ». N'est-ce pas Docteur.......

Certes.....

Voici ce texte saisi sur le site www.paroissepaul.ca/pour-aller-plus-loin.html

Allez bonne journée !

À la toute fin de l'eucharistie. le président trace une grande croix sur l'assemblée et les

participants font de même sur leur corps. comme à l'entrée. redisant bien le caractère

Identitaire du signe de croix. Puis les dernières paroles sont adressées sous

forme d'une consigne: Allez...! Allez dans la paix du Christ! Autrefois on le faisait en

latin en chantant; Ite, missa est! ce qui veut dire Allez. la messe est dite. On soignait

même le Ite. le Allez en le vocalisant comme pour lui donner encore plus d'importance.

Mais était-il vraiment nécessaire de signifier à l'assemblée que le culte était terminé?

Pas plus hier qu'aujourd'hui. d'autant plus que rien n'est terminé. En fait. le mot important

à retenir est le Allez...! au sens d'un envoi car il s'agit bien d'un envoi. Toute eucharistie

comporte un après. un lendemain. Si pour reprendre l'adage popularisé au Concile.

l'eucharistie est source et sommet de la vie chrétienne, on a souvent tendance à ne retenir

que le volet sommet si bien que lorsqu'il est atteint tout semble complet. Sans plus. "

on se revoit la semaine suivante. Pourtant l'eucharistie est aussi et d'abord une source

propre à irriguer le quotidien tant des individus que des communautés. Elle engendre et

nourrit les lendemains...

Cet Allez. cet envoi est à entendre comme un ordre de mission, un peu comme si on

disait: Allez... le monde compte sur vous, le monde a besoin de vous! L'eucharistie est

une école de partage et de communion. un lieu merveilleux d'apprentissage à la solidarité.

D'ailleurs la pratique de l'eucharistie. comme toute pratique liturgique. implique une dimension

éthique incontournable. Elle devrait en principe -déboucher sur une action

ou sur des manières d'être. L'oublier conduit les gestes de pratique à se refermer sur eux-

mêmes. ce qui risque de réduire l'eucharistie à une simple dévotion personnelle.

C'est dans l'après que se vérifie la qualité et la vérité de la prière. À la prière universelle

le président invite l'assemblée à élargir ses préoccupations à la grandeur du monde

sans oublier les préoccupations concrètes de la communauté. Cette démarche est déjà

porteuse d'un engagement -mieux d'une compromission -celle-là même qui se donne à

entendre dans l'ordre de mission qui vient clore le rassemblement.

Saint Augustin qui avait le sens de la formule disait: Deviens ce que tu as reçu. Or

la nourriture partagée à l'eucharistie est bien le Corps du Christ. Le recevoir c'est accepter

de se laisser transformer personnellement et communautairement par cette présence.

C'est devenir comme lui solidaire de ses frères et soeurs. Voilà bien tout le sens

de cet après qui nous attend au sortir de la messe. .

Jacques Houle

 

09:04 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13/11/2011

Soyons Chrétiens ouverts et non pas crétins fermés !!!!!

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

C'est dimanche, il fait gris tous les chats sont gris !!!

Ne faut-il pas garder la bonne humeur, la joie de vivre malgré les soucis quotidiens souvent super périphériques.

Simone Weil a dit « Les hommes n'ont pas besoin d'autre chose en ce monde que d'autres hommes capables de faire attention à eux; chose très rare, très difficile, c'est presque un miracle ». Avouons que ce n'est pas si idiot que ça, bien au contraire ça veut bien dire que les soleils sont des milliers dans nos esprits et dans nos coeurs.

Alors faisons d'abord attention à nous-même pour être bien dans nos pompes et aller ensuite vers les autres leurs apporter une lumière d'espoir. La vie sera déjà ainsi gagnée car le jour et l'âme se lèveront au milieu de tous les soleils.

Certes......

En ce dimanche, je suis aller pécher (!) deux petits textes ailleurs que chez les traditionnels Chrétiens; et oui, je suis Chrétien ouvert et non Crétin fermé...!!!!! Le premier chez les Orthodoxes et le deuxième à l'Alliance évangélique mondiale.

Alors lisons ceci en toute simplicité et pourquoi ne pas prendre 5 minutes pour méditer un peu.

Allez bon dimanche !

Orthodoxe .....

«Nous, qui sommes insensés, avec la médiocrité de notre intelligence, et avec l'aide de Dieu, avons écrit cela comme un rappel à nous-mêmes et à ceux qui partagent un esprit similaire... S'il se trouve ici quelque chose qui ne plaise pas à Dieu et qui ne soit pas utile aux âmes, à cause de ma bêtise et de mon ignorance, qu’il n’en soit pas ainsi, mais que la volonté de Dieu rende cela parfait et agréable. Je vous demande pardon ou vous prie, si quelqu'un trouvait autre chose de plus pratique et de plus utile, alors de le laisser faire et nous serons heureux et récompensés. Si quelqu'un doit trouver à partir de ces écrits un peu d'aide, qu'il prie pour moi pécheur afin que je puisse obtenir grâce devant Dieu » Saint Nil Sorsky.

Alliance évangélique mondiale.....

Chaque année en novembre, les chrétiens du monde entier se joignent dans la prière pour se souvenir de nos frères et soeurs chrétiens souffrant de la persécution juste parce qu'ils confessent Jésus-Christ comme Seigneur.

Dans le calendrier l'Eglise traditionnelle, le mois de novembre est marqué par La Toussaint et la commémoration des fidèles défunts. Ces jours ont été mis à part pour se souvenir des saints de l'église et des âmes de ceux qui sont partis de ce monde. Durant ces dernières années, l'Eglise moderne a aussi mis à part le mois de novembre pour se souvenir des croyants souffrants et prier pour eux à travers la Journée Internationale de Prière pour l'Eglise Persécutée (IDOP), une initiative de la Commission de Liberté Religieuse de l'Alliance Evangélique Mondiale.

Il y a beaucoup de pays dans le monde où les chrétiens sont martyrisés à cause de leur foi. En août dernier, le monde a pu observer avec horreur la violence sans retenue qui a déferlé sur les chrétiens de l'Etat d'Orissa en Inde. Dans des pays comme la Corée du Nord, les actes de persécution ont lieu quotidiennement, mais souvent nous ne les voyons pas ou nous n'en entendons pas parler. Le frère Andrew de l'organisation Portes Ouvertes a dit une fois: "Nos héros ne sont pas avec nous, tout simplement parcequ'ils sont en prison."

Ce mois de novembre, rejoignez des milliers de chrétiens à travers le monde dans la prière pour l'Eglise Persécutée. Marquez vos calendriers, informez vos églises, et parlez à vos amis de cette opportunité unique de prier pour votre famille chrétienne persécutée et de rappeler aux croyants souffrants qu'ils ne sont ni oubliés ni abandonnés.

 

 

 

 

 

 

 

 

08:31 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

01/11/2011

C'est quoi la Toussaint ...?

 

images.jpgBien le bonjour,

Nous sommes le premier novembre, la fête de la Toussaint.

C'est la fête de tous les Saints qui n'ont pas de jours attribués. Et oui, il y en a des milliers alors que l'année ne compte que 365 jours.

Attention Messieurs à ne pas confondre avec ceux de votre femme et de vos maîtresses !!!!

Il s'agit bien d'une fête religieuse.

Ce sont aussi les pensées vers nos défunts, bien que leur fête soit le 2 novembre. On y pense lors de la Toussaint.

Paix à leur âme et que vivent les vivants.

Les cimetières vont voir les chrysanthèmes fleurir les tombes des nôtres.

Les cantons catholiques ont congé.

Evidemment Genève que nenni !!!!

Beaucoup connaissent mal, moi le premier, le pourquoi du comment de l'origine de la Toussaint.

Fort de se manque à gagner cérébral je vous invite à lire ce qui suit.

A encore une chose, nous voilà entrer par les grandes portes des soirées noires, les feux de cheminée, le froid, le blanc manteau, Noël, et tout bonnement l'hiver.

Allez bonne journée !

Depuis 1801, la Toussaint est l’une des quatre fêtes religieuses chômées. Les dictons agricoles prescrivent de semer le blé la veille de la Toussaint pour que tous les saints viennent le bénir ! C’est aussi le jour où « Après la Toussaint, le froid revient et met l’hiver en train »…

La fête solennelle de « tous les saints » est fixée le 1er novembre à la fin du VIIIe siècle et au début du IXe siècle par le pape Boniface IX. Elle permet de se souvenir de tous les saints qui n’ont pas un jour de fête attitré, l’année n’ayant que 365 jours et les saints se comptant par milliers ! 
Auparavant, dans les martyrologes – calendriers des martyrs – de l’Eglise, il existait des jours pour les saints martyrs dont on ignorait tout : on faisait alors mémoire de leur nom ces jours-là.

Après l’an mil, la fête de la Toussaint est associée à la fête des morts – par la suite fixée au 2 novembre. En effet, c’est une manière de dire que la mort est suivie de la vie, selon l’optique chrétienne de la croyance en la Résurrection. Le jour de la naissance au ciel des saints est en effet celui de leur mort : c’est aussi ce jour de naissance au ciel qu’on fête dans les différents calendriers, liturgique ou postal, par exemple. 

Le jour de la Toussaint comme le jour des défunts font l’objet d’importantes recommandations dont les anciens almanachs gardent la trace. Il était, par exemple, le 2 novembre interdit de se livrer à des réjouissances ou de faire du bruit, préférable d’éviter le mariage bien sûr, et même la rédaction de son testament par crainte d’attirer la mort et le mauvais œil. Comme lors des funérailles, le repas devait être maigre et ne comporter ni pâtisserie, ni liqueur, ni café. Dans le Nord, il était d’usage de cuisiner un «pain des morts ». Dans les campagnes, il était également d’usage de prénommer « Toussaint » les petits garçons nés ce jour là !

http://www.canalacademie.com/ida2312-La-Toussaint.html

 

07:15 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/09/2011

Merci....... Merci ..... Merci .....

Bien le bonjour,

Nous sommes dimanche.
Comme tous les jours nous pouvons dire MERCI.

Ah la simplicité ......
Ah l essentiel......
Ah le petit rien de bien être.....
Ah la reconnaissance.....
Ah le partage ......
Ah l amour de son prochain......
Ah le respect .....
Ah la Paix entre les hommes.....
Ah le doux regard.....
Ah le regard sans jugement sur l autre....
Ah la douce caresse.....
Ah le sourire accueillant.....
Ah ...................

Merci toi qui ne cesse de nous offrir une vie d allégresse, de tendresse, de joie de vivre.
Meci d être bon.
Malheureusement, nous sommes bien trop compliqués, moi le premier, pour jouir pleinement des bienfaits dans la simplicité , l allégresse, la joie de vivre, j en passe et des meilleurs.

Pourtant que la vie pourrait encre être plus belle....

Allez bonne journée !






Nous sommes vraiment petits, mais souvent ne sachons rester petits, il en faut toujours plus, car nous ne savons jouir en toute simplicité de l essentiel.

Savoir aimer sans retour.

Merci ............

Allez bon dimanche !

09:04 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

28/08/2011

Mgr Pierre Farine veille au grain....!!!

 

images.jpgBien le bonjour,

Après la pluie le beau temps; quel super soleil en ce dimanche 28 août.

1786 – 2011 Carouge Sarde !

J-5, l'hypra grande vogue 2011 de Carouge.

« Carouge en fête » faut bien en parler......

Car a part les bons Carougeois qui sait que Carouge fête en grande pompe son 225ème anniversaire.

Un programme très populaire, mais avec un brin bourge (!) ouvert à la Région.

Du 1er au 10 septembre, venez faire la fête dans la Cité Sarde.Mais oui en ces temps pas très claires, faites la fête, faîtes ce qu'il vous plaît.

Certes........

Comme beaucoup, j'ai reçu une missive de Monseigneur Pierre Farine.

Notre Evêque veille au grain de la Communauté des Catholiques dont je fais aussi partie.

« Chaque jour, l'Eglise vous accompagne dans votre quête de spiritualité ! »,

tel le thème de cette lettre qui remercie sincèrement pour notre générosité en faveur de l'église, souhaite que les 90 prêtres et agents pastoraux accompagnent davantage les Genevois dans leur quête spirituelle. Informe que l'Eglise nous propose de nombreuses activités spirituelles tellement nécessaires pour nous ressourcer; des accompagnements personnels, des animations spirituelles, pour écouter, pour réconforter, qui évidemment entraînent des dépenses qui en découlent.

Après lecture de la lettre on arrive au but principal, celui d'appel de dons. Ces dons devraient permettre de financer les salaires, les frais de formation et de maintenir les services de l'Eglise, car cette dernière ne reçoit aucune aide de l'Etat. Etant observé que la formation des prêtres et des agents pastoraux s'élèvent à Frs 90'000,--.

Le souci parmi tous les soucis de société de l'Evêque est de faire vivre au quotidien une expérience spirituelle à tous ceux qui le désirent.

Le petit sucre ....

Joint à cette lettre un objet symbolique. Un magnet devant nous aider à préserver dans notre emploi du temps des moments de recueillement et de partage. C'est un choix qui nous aide à orienter notre vie et ses choix !

Ce petit magnat pour coller fixer sur son frigo la prière du jour ou sa liste de commissions !

Evidemment, que je faire un petit don !

Toutefois, je me demande comment fonctionne la gestion de l'Eglise catholique genevoise.

Les impôts volontaires, les quêtes, les dons, les héritages, les ci et les ça, quel est le budget annuel des Catholiques de Genève.

Comment fonctionne financièrement cette grosse machine à prières ?

Il serait bon que Nous soyons au courant de la gestion de la Maison de Dieu genevoise.

Combien de prêtres à Genève, combien de bénévoles, combien d'églises, quels patrimoines des paroisses.

Tiens la « Julie » devrait pouvoir nous renseigner sur ce sujet après avoir enquêté.

Ah oui les voix, ou voies, du Seigneur sont impénétrables !

L'Eglise Catholique Romaine-Genève est en marche à nos cotés !

Un grand merci !

Monseigneur Pierre Farine, à travers votre appel à notre générosité, nous comprenons bien que vous voulez rassembler toujours plus de fidèles, et tisser avec nous-même, des liens durables.

Vous êtes Saint Homme !

Alors Chers Catho. ne décevez par l'Evêque et faites un don.

Allez bon dimanche !

 

 

 

 

 

 

 

 

08:47 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/08/2011

JMJ 2011 à Madrid....

 

images.jpgBien le bonjour,

Avant de parler des JMJ ....

Sur le vif....

Monsieur le Maire Pierre Maudet, quittez votre siège bien confortable de Conseiller administratif, est allé, évidemment si vous avez le courage politique, vous balader ici et ailleurs :

  • Au bistrot des Bastions vous constaterez le prix exorbitant des eaux minérales. Frs 6,-- pour une eau verte ou bleue. Cher non ? A ce prix mieux vaut boire de la l'alcool, c'est moins onéreux. Monsieur le Maire svp agissez pour faire baisser ces prix très « bobos » à cet endroit très « bobos-rose-rouge-vert-orange ».

     

    Pierre, n'encouragez pas les jeunes, les moins jeunes et les Aînés à boire de l'alcool dans les parcs publics et ailleurs !!!

     

  • Aux abords des Bains des Pâquis, c'est la jungle ! En effet, plus d'une centaine de vélos sont parqués n'importe comment. Pourquoi ? Il n'y a pas de stratégie en matière de parking idoine. Monsieur le Maire installez un concept, 200 places, y-relatif entre les arbres bordants le quai.

    De plus, Monsieur le Maire, n'en n'ayant pas, faites dessiner au sol des places de parking voiture pour les handicapés, il n'y en a pas, mais pas du tout.

     

  • Pierre, rendez cet endroit à une vue plus agréable de ce magnifique endroit et pensez aux handicapés.

Monsieur le Maire de Genève, soyez encore plus proche des gens d'ici. Un grand merci !

 

JMJ 2011......

 

Ceci dit et plus à redire, puisque que le gentil Maire de Genève va agir dans ces prochains jours !!!, parlons d'une nouvelle lu dans le « 20 minutes », à savoir qu'à l'occasion des JMJ de Madrid, les prêtres sont autorisés à pardonner l'avortement. Mais oui vous avez bien lu.

En effet, le vatican autorise ces sujets à pardonner le péché de l'avortement lorsque la femme ayant feinter aux règles de la loi Chrétienne se confessera.

« Cette (concession) a pour but, selon l'article, de faciliter l'obtention de la grâce divine pour les fidèles qui participent à ces journées mondiales de la jeunesse.

Le « clou » géant du Pape Benoît (treize et trois !) XVI, c'est de faire un gigantesque pas en avant. Une indulgence plénière.

Samedi tous les pèlerins des JMJ 2011 pourront participer à une confession de masse en présence du Souverain Pontife. Un immense rayon de soleil qui descendra du ciel sur la têtes de tous ces jeunes.

Le Vatican avait déjà fait cette annonce le 11 août dernier : autoriser l'indulgence plénière pour tous les jeunes participant aux célébrations.

L'indulgence est en quelque sorte la rémission devant le tout Puissant de la peine temporelle due pour les pêchés qui ont été pardonnés. Elles n'est accordée qu'aux pèlerins des JMJ. Pourquoi pas à l'ensemble des femmes ? Quelqu'un pourrait-il me répondre.

Certes....

Alors que notre monde se trouve voué a des mutations et des mouvances constantes, des centaines de milliers de jeunes vont prier, penser, réfléchir, voir quel avenir dans ce bas monde. A ce sujet, quelle confiance accordent-t-ils aux dirigeants ? De quelle manière voient-il le monde, les sociétés ?

Au fait, Mesdames et Messieurs les Grands de ce monde, nos jeunes sont les fers de lance de l'avenir, alors préparez leur un chemin les conduisant vers la Paix, la sérénité d'un monde meilleur. Ne les laissez pas marcher sur des sables mouvants.

Que sont les JMJ ?

Les Journées Mondiales de la Jeunesse (« JMJ »), organisées par l’Église catholique depuis 1986 et ouvertes à tous, réunissent tous les deux ou trois ans les jeunes du monde entier dans une grande métropole, en présence du Pape. Les JMJ sont le plus grand rassemblement de jeunes au monde.

Les JMJ sont d'abord un temps d'échange et de rencontre entre jeunes d'horizons divers, qui permet à chacun de « développer son propre dialogue avec le Christ »1.

Cette rencontre, essentielle, est au coeur de la JMJ : pendant trois jours, les jeunes sont appelés à vivre des temps de Catéchèse et à participer au Festival de la Jeunesse, qui est une expression culturelle, actuelle et dynamique, de la foi. De plus, les jeunes sont invités à rencontrer les habitants du pays hôte lors des Journées en Diocèse, dans la semaine qui précède les JMJ.

Témoignage :

Demain, je vais aux JMJ : j'ai tellement hâte !

Je vais aux JMJ demain : voila pourquoi j'y vais, ce qui me motive, ce que j'en entends.

À chaque nouvelle édition, rien que la simple énonciation “JMJ“ me donne des frissons. C'est vous dire à quel point j'ai hâte d'y être !

Pourtant me direz-vous, pourquoi passer quelques jours en plein cagnard, à dormir dans des gymnases et a être écrasé par la foule pour écouter un vieux petit homme blanc nous parler pendant des heures ?

Ça c'est la vision extérieure, parce que lorsque vous êtes au coeur de l'événement, il s'agit d'une toute autre réalité.

Imaginez un million de jeunes du monde entier qui ont la même foi que vous qui sont réunis en un seul endroit et qui ont une pêche d'enfer. Un endroit ou les mots “racisme“ et “discriminations“ n'existent même plus et ou le mot “amour“ est mis sur un piédestal. Cela donne une ambiance de folie, et prouve une fois de plus que Dieu existe tant la foi en chaque jeune se ressent et déborde.

Ecouter le pape me parler ajoute aussi une dimension non négligeable à ce bel événement. Moi, ainsi que tous les jeunes, avons besoins de conseils pour avancer dans notre foi, pour faire face aux aléas et surprises de la vie, pour nous former à être des hommes bons et droits et surtout pour aimer à toute épreuve. Le pape ainsi que les prêtres nous y aident et les millions de jeunes présents nous portent, nous encourageant à aller de l'avant.

Alors en deux mots, les JMJ c'est une folle ambiance et une foi débordante de millions de jeunes et d'un pape qui donnent la pêche et la foi nécessaire pour tenir dans notre monde... jusqu'aux prochaines JMJ.

Les JMJ sont un pèlerinage de la foi : les jeunes quittent leur pays, leurs habitudes, pour prendre un temps de partage et de réflexion sur le sens de leur vie et leur relation avec Dieu. Elles culminent lors du rassemblement de tous les jeunes pour la Veillée avec le Pape et la Messe finale, au cours de laquelle les jeunes sont envoyés dans le mond  e pour y partager les fruits de leur expérience.

Message du Pape :

« Je souhaite à chacun et à chacune de vous de découvrir ce regard du Christ, et d'en faire l'expérience jusqu'au bout. Je ne sais à quel moment de votre vie. Je pense que cela se produira au moment le plus nécessaire : peut-être au temps de la souffrance, peut-être à l'occasion du témoignage d'une conscience pure, comme dans le cas de ce jeune homme de l'Évangile, ou peut-être justemen.t dans une situation opposée, quand s'impose le sens de la faute, le remords de la conscience : le Christ regarda Pierre à l'heure de sa chute, après qu'il eut renié son Maître par trois fois. Il est nécessaire à l'homme, ce regard aimant : il lui est nécessaire de se savoir aimé, aimé éternellement et choisi de toute éternité ».

http://www.jmj2011madrid.catholique.fr/que-sont-les-jmj

Allez bonne journée.

 

1.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:00 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/08/2011

15 août, nous vous saluons Marie......

 

images.jpg

Bien le bonjour,

Bon début de semaine et excellente journée en ce 15 août.

15 août ?

C'est une fête Chrétienne dont à Genève, ville protestante, quoiqu'aujourd'hui on se ne sait plus tellement bien au vue de toutes les religions représentées, nous ne célébrons pas.

Par contre, les cantons catholiques comme le Valais ou Fribourg fêtent l'Assomption.

Vous souvenez-vous de vos leçons de cathé. ? Qu'est-ce ?

« Comme pour toutes les fêtes chrétiennes, il faut en chercher l’origine dans la vie du Christ. Si Marie est aujourd’hui honorée d’une façon toute particulière, c’est parce qu’elle a accepté d’être la Mère du Sauveur. L’humble fille de Nazareth à qui l’ange Gabriel a annoncé qu’elle serait la mère du Christ a répondu " Oui ". Marie a accueilli dans sa chair, celui qui est l’origine de toute vie. Les Évangiles sont d’une discrétion étonnante sur Marie. Il faut beaucoup d’attention pour apercevoir sa figure, car le cœur du message des Évangiles, c’est la Révélation d’un Dieu Père par son Fils Jésus. Si les Évangiles ne s’attardent pas sur Marie, celle-ci n’en est pas moins présente auprès de son Fils, comme à Cana ou bien encore au pied de la Croix. Marie est " la servante du Seigneur " comme le dit le Magnificat. Marie accompagne la vie de Jésus car elle est à sa manière une disciple. Une femme qui a su écouter la Parole de Vie et se mettre à son service.

Marie est désignée comme la première des croyantes parce qu’elle a cru en la venue du Christ. La fête de l’Assomption est issue de cette " logique " de foi. Si Marie est la première de ceux qui ont placé leur foi en Jésus, il est naturel qu’en elle soit manifestée avant tout autre ce en quoi elle a vraiment cru. Or, la Résurrection de la chair fait partie de sa foi. L’Assomption est la célébration de l’accueil en Marie de la vie éternelle jusque dans sa chair ». Sources internet...Ensemble, dans un esprit croyant ou pas, voulant laisser brûler au fond de nos coeurs cette petite flamme source de vie, récitons main dans la main....

Je vous salue, Marie,

pleine de grâce,

le Seigneur est avec vous.

Vous êtes bénie entre toutes les femmes

et Jésus,

le fruit de vos entrailles,

est béni.

Sainte Marie,

mère de Dieu,

priez pour nous,

pauvres pêcheurs,

maintenant et à l'heure de notre mort.

Amen.

Allez bonne journée !

 

 

 

08:16 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

04/08/2011

Vous avez dit "BONNE HUMEUR" .....

 

images.jpgBien le bonjour,

C'est dans la bonne humeur que je commence cette journée car hier soir j'ai passé une soirée cool en compagnie de deux bons Carougeois super sympa issus des milieux du MCG, le parti qui dit tout haut et tout fort ce que bien des genevois pensent. Evidemment mes idées sont loin d'épouser les idéologies, pour autant qu'ils y aient idéologies (!!!), du MCG. Une soirée dans la bonne humeur Carougeoise. Un brin politique, mais surtout une branche de joie et de soleil.

Said ne venez pas mettre de l'huile sur le feu avec des propos cultivant la critique facile et le jugement « bistrot » sur les autres ...!!!!!! Ben quoi, Said rigolez vous êtes filmé par les caméras du PDC Carouge !!!!!

Hier soir, avec des copains certes aux idées divergentes des miennes, mais oh combien sympa., simples, des vrais Carougeois qui ne se prennent pas le chou comme d'aucuns d'ici et d'ailleurs !

Vous avez dit « Bonne humeur » ?

La bonne humeur, c'est le poumon de la joie de vivre. Pour une personne, pour une famille, pour une société c'est la ventilation détendant l'esprit.

La joie est le premier de l'effet de l'amour et du don. La joie est une source d'équilibre et de créativité. A contrario, la tristesse est plutôt comme un vent desséchant.

La joie de vivre est à l'âme ce que que le soleil est à la nature.

La bonne humeur fait énormément de bien tout autour de nous, car la joie est un chemin vers la Paix de l'esprit et du coeur.

La bonne humeur est le meilleur remède contre la déprime, la douleur, le chagrin, car sur cette terre ce n'est qu'affaire d'obstacles qu'il faut en tout temps surmonter et ne pas tomber dans la spirale de la dépression ou du renfermement sur soi.

Résistent au quotidien des états phy et psy défectueux qui, en effet, influent sur le caractère et contribuent à l'assombrir. Alors, nécessité d'avoir la volonté de réagir sans délai et de chasser les idées noires en ne leur accordant aucune audience et partant de les virer énergiquement. Un des meilleur remède consiste à chasser chaque pensée négative par une pensée optimiste.

Et pis, il ne faut pas se laisser bouleverser par des choses insignifiantes, une petite impression, un petit ennui, une contrariété.

Mais bon, nous sommes comme nous sommes de petites âmes vivant dans une société voulant chaque jour éviter de chasser les nuages de toutes sortes de nouvelles qui mettent en scène très souvent des formes de tristesse.

La joie est surtout faite d'amour c'est une recette infaillible, c'est de nous oublier et de soulager, dans toutes la mesure de nos moyens, ceux qui sont dans la peine, ne serait-ce que par un mot, un geste de sympathie, qui touchent tous les coeurs parce qu'il partent vraiment du couer.

Conclusion : faire l'amour dans tous les sens du termes amène la bonne humeur dans tous les sens !!!

Merci à Nous tous de créer autour de nous une atmosphère d'optimiste, de cordialité, de bonne humeur.

Allez bonne journée !

« Said » vous pouvez respirer et repartir pour les intérêts des commerçants de Carouge !!!!!!!

 

08:17 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

31/07/2011

Seigneur puis-je t'engueuler.....

 

images.jpgBien le bonjour,

Ouf nous l'avons atteinte !

Qui, quoi ?

La moitié de l'année, car ce dimanche de juillet 2011, nous sommes le 31.

Dans ce monde en marge de tout ce qui va bien, rien ne va vraiment bien partout, autour de nous. Je n'invente rien puisque les médias affamés de petits riens explosifs pour l'esprit en font part tous les jours, toutes les minutes, toutes les secondes. Le grand bazar médiatique peut être super motivant comme totalement déstabilisant pour les coeurs sensibles. Bref ne tapons pas sur la « gueule » des moyens d'informations, nous sommes friands de tout et de rien, nous sommes d'excellents consommateurs !

Certes......

Peut on engueuler Dieu ?

Comme tout bon Chrétien, homme de vie, homme de Paix, homme d'amour, homme loin d'être parfait, parfois j'engueule le Seigneur. Pourquoi, fais-tu ceci, pourquoi des gens souffrent, pourquoi nous abandonnes-tu, pourquoi la faim, pourquoi des guerres, pourquoi tant d'insatisfactions,pourquoi des mauvais gens, pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi...

Pourquoi, ne pourrais-je pas engueuler Dieu.

S'il revenait auprès de Nous, je me demande bien ce qu'il nous dirait. Ne crierait-il pas tout haut et tout fort « Vous n'avez rien compris ».

Je l'engueule, mais dans le fond n'est ce pas moi qui fait tout faux.

Dieu est dans le fonds qu'amour. Avec lui, en lui, je marche sur mon chemin tracé de la vie.

Alors Seigneur pardonne moi si parfois je sors de mes gongs.

Allez bonne journée et en avant vers le joli mois d'août.

Psaume 23 
Le Seigneur est mon berger

Le Seigneur est mon berger

Je ne manquerai de rien

Il me fait coucher dans de verts pâturages

Il me dirige vers des eaux paisibles

Il restaure ma vie

Il me conduit sur les sentiers de la justice

A cause de son nom

Même si je marche dans la vallée de l’ombre de mort

Je ne crains aucun mal

Car tu es avec moi

Ta houlette et ton bâton, voilà mon réconfort

Tu dresses devant moi une table

En face de mes adversaires

Tu enduis ma tête d’huile

Ma coupe déborde

Oui le bonheur et la fidélité m’accompagneront

Tous les jours de ma vie

Et je reviendrai à la maison du Seigneur

Pour la longueur des jour.

Comment l’interpréter ?

Quand on étudie les Psaumes, on se rend vite compte d’un phénomène : il est très facile de se les approprier, un par un, en tant que croyant. Souvent il s’agit de suppliques individuelles. En 150 psaumes, on découvre au moins autant de moments particuliers et différents qui caractérisent la relation qu’un individu peut avoir avec Dieu. Cela va des pires craintes, où le croyant en est pratiquement à « engueuler » Dieu (« Pourquoi m’as-tu abandonné ? » par exemple), à l’expression du plus grand bonheur. Dans tous les cas, il s’agit de la mise à nue d’une relation personnelle avec Dieu. On comprend dès lors que le réformateur Martin Luther voyait dans les Psaumes « une petite bible ». Jésus lui-même les a récités et médités (lisez par exemple l’évangile de Luc chapitre 24 verset 44).

Le Psaume 23 est emblématique pour son caractère universel. Il ne nécessite pas de connaissances particulières, ni de contextualisation, pour être dit avec foi par le croyant. Il peut être lu en toute occasion, dans la joie comme dans la peine. Il exprime la connaissance de Dieu, le Père, vu comme un berger. Certains théologiens y voient une préfiguration de Jésus à travers ces mots : "Tu enduis ma tête d'huile. Ma coupe déborde". En tout cas, on y lit la conviction ferme que Dieu, le berger, conduit l’individu sur les bons chemins (ou « chemins de la justice »). Un accent particulier est mis sur la confiance que le croyant accorde à ce Dieu qu’il tutoie (« je ne crains aucun mal, car tu es avec moi »). Ce Dieu est en effet quelqu’un qui collabore avec le croyant. Le dernier verset décrit un aspect positif et optimiste : « Oui, le bonheur et la fidélité m’accompagneront tous les jours de ma vie ». Au total, voici une prière à garder et même à connaître par coeur !

Henrik Lindell

 

 

11:16 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

03/07/2011

S'élancer vers la vie.......

 

images.jpgBien le bonjour,

Super week end !

La vie n'est pas trop moche.

Malgré la grave infection ayant sévi pendant 7 ans en mon genou droit, malgré les 34 interventions, malgré les séquelles, malgré mon handicap, la jambe raide, malgré, malgré, malgré...... je garde le moral, la tête haute et l'air intelligent !

Evidemment, que le rose ne s'est pas imprégné tous les jours dans mon esprit, dans mon coeur.

Cul-de-jatte, comme ceux que j'ai vu dans les hôpitaux et bien dans leurs pompes, boiteux, comme moi, avançant à petits pas et à pas de géant, appelant sans cesse au plus haut, tu seras toujours à l'étroit chez toi. C'est hors de nos murs, sans barreaux, sans rendez-vous planifiés que nous rejoindrons le plus sûrement les pieds nus de notre fondateur, au hasard des rues et des pas-de-porte.

C'est grâce à ma croyance, ma famille, mes Amis, que je m'en suis sorti.

Je crois en Dieu, j'ai prié, j'ai réfléchi, j'ai pensé à Vous, à moi, à la vie, à ce qui est bon, ce qui est néfaste.

Laissez ce monde un peu meilleur.....

« J'ai eu ne vie très heureuse, et j'aimerais qu'on puisse en dire autant de chacun de vous. Je crois que Dieu vous a placés dans ce monde pour y être jeureux et jouir de la vie. Ce n'est ni la richesse, ni le succès, ni l'indulgence envers soi-même qui créent le bonheur.

L'étude de la nature vous apprendra que Dieu a créé des choses belles et merveilleuses afin que vous en jouissiez. Contentez-vous de ce que vous avez et faites-en le meilleur usage possible. Regardez le beau côté des choses et non le plus sombre.

Essayez de laisser ce monde un peu meilleur qu'il ne l'était quand vous y êtes venus et quand l'heure de la mort approchera, vous pourrez mourir heureux en pensant que vous n'avez pas perdu votre temps et que vous avez fait de votre mieux » (Robert-Baden-Powell).

La vie c'est comme une jeune fiancée. Il faut savoir l'attendre avec impatience. Il faut courir vers elle et la respecter. Il faut savoir habiller son coeur de fête tous les matins que Dieu fait. Le grand jour est toujours pour aujourd'hui.

Allez bon dimanche ensoleillé, profitez un max.

 

09:48 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/05/2011

Prière pour les malades....Amen

 

images.jpgBien le bonjour,

Fait pas chaud ce matin.

Mais il fait chaud dans nos coeurs.

En ce dimanche, pour des raisons personnelles, je pense aux malades, celles et ceux qui souffrent. La maladie fait partie de la vie, certes, elle est moche. Toutefois, et parfois, il faut vivre avec, ainsi va la vie d' « Artiste » !.

Alors en ce dimanche, je me permets humblement de dédier cette prière aux malades, aux familles, aux..........

Je reste convaincu que la Foi aide bien dans les situations difficiles. Elle apporte son lot de réconfort et l'espoir.

Je crois en Dieu !

Allez bon dimanche !

 

Oh Toi Divin Père/Mère, vois ton enfant qui attend Ta Présence.

Daigne agréer mon humble demande et l' exaucer favorablement.

(Nom de la personne) désire ardemment être guéri.

Père Tu es le Rocher et le Bouclier de (nom de la personne),

Mère, La douceur de Ton Amour en nos coeurs est un Baume pour notre âme.

En guise de protection sublime, Tu recouvres (untel) de ton grand Manteau bleu.

Désormais sa santé est telle car Rien ne résiste à Ta Sublime Emanation.

Oh Toi Raphaël, Celui qu'on appelle " Le Médecin du Très haut",

Daigne poser sur ( nom de la personne) une regard de compassion et agir pour sa guérison....

Père/Mère de toutes choses, que ton Amour inconditionnel inonde son coeur et toute sa conscience dans l'unité retrouvée,

qu' il agisse en son coeur tel un ruisseau de sagesse .

J'invoque auprès de (nom de la personne) les Grands Etres, pour que ( nom de la personne) retrouve son indépendance totale

et sa liberté; afin que les forces sombres soient ligotées et impuissantes.

Accepte avec tendresse et amour sa volonté de guérir.

Ho Divin Pere/Mere, recouvre le de Ta Joie et de Ta Paix, que les lourdeurs et craintes du passé se dissolvent.....

Le Choeur des Anges chantent leur joie infinie, dans l'union de tous les enfants de DIEU ,

tel un fleuve l'Amour et de guérison qui se depose dans son coeur .

Ho Divin Pere/Mere, offre à (nom de la personne) l'Amour nécessaire pour aller dans Ta Lumiere Pure, Harmonieuse et Bienfaisante.

Que la culpabilité laisse place à la Foi en son Coeur...Que sa conscience s'unisse à son coeur ...

Que les illusions révélées disparaissent et laissent place à la Paix et à la guérison...

Père/Mère de toutes choses, Tu es le Grand Guérisseur.

Guérir un être humain, c'est guérir une partie de la Terre; c'est guérir un Univers en construction.

Puisse le corps de ( nom de la personne) devenir la coupe de tes Energies d'Amour et d'Harmonie divines, afin que (Untel) retrouve la voie et l'équilibre.

Père, fait vibrer ton amour et ta joie divinement contrôlés, en son être ici et maintenant dans son corps et ses Corps.

(Untel) laisse toi bercer, laisse toi aimer et laisse toi guérir...L'amour Est l'essence de ta Vie et accepte ta guérison.

Ecoute la pluie qui te lave, entends les oiseaux qui chantent ta joie et accepte la caresse de l' air. Tous te guérissent en douceur.

Coeur éveillé, Coeur béni, Coeur Lumineux, Coeur Joyeux,  ouvre toi tel une fleur qui s'épanoui.

Ho Divin Pere/Mere reçois notre reconnaissance, notre Amour, notre Joie de retrouver (untel) en pleine possession de ses moyens et de sa santé par La  Puissance de  ton Amour/Guerison.

Et en ton Nom,

Celà est donc fait !!

AMEN

http://www.reiki-voyance.com/index-page-reiki-titre-priere_de_guerison.htm

 

08:49 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

01/05/2011

Jean-Paul II le bienheureux VIVANT

 

images.jpgBien le bonjour,

Nous sommes le 1er mai, faisons ce qu'il nous plaît !

Quelle émotion, quelle joie de vivre, quelle amour du Christ, que de frissons sur la place Saint-Pierre, Jean-Paul II le bienheureux toujours et sera toujours vivant. Le soleil brille sur le monde des Chrétiens.

Merci à ce Pape Polonais qui a dit « N'ayez pas peur ».

Ce Pape Polonais qui est au coeur, très certainement, de la chute du mur de Berlin, de la réconciliation entre l'est et l'ouest.

Ce Pape pigeon voyageur si j'ose dire ainsi, celui qui a porté la bonne parole comme un berger au quatre coins du monde.

Ce Pape qui a survécu à la tentative d'assassinat et qui a su pardonner humblement son détracteur.

MERCI Jean-Paul II, tu as été, tu es, tu resteras un Grand Homme de ce monde.

Pape de lumière veille sur Nous.

La personnalité incommensurable de Jean Paul II aura laissé dans ce monde le sentiment et le souvenir d'une Transcendance incarnée. La résonance qu'il a suscitée ne peut mentir. Vox populi, vox Dei.

Allez excellente journée, ne vous tourmentez pas pour le boulot, mais dites MERCI...... !!!

 

CZESLAW MILOSZ

 

Ode à Jean Paul II pour son quatre-vingtième anniversaire

 

Nous venons à toi, nous, hommes de peu de foi

Pour que l'exemple de ta vie nous rende plus forts

Et qu'il nous libère de l'angoisse

Pour le jour et l'année qui viennent. Ton vingtième siècle

Est devenu célèbre par les noms des puissants tyrans

Et le retour au néant de leurs états voraces.

Tu savais qu'il en serait ainsi. Tu nous a appris l'espérance :

Car seul le Christ est maître de l'Histoire.

 

Les étrangers n'ont pas deviné d'où venait la force

Du clerc de Wadowice. La prière, la prophétie

Des poètes non reconnus par le progrès et l'argent

Bien qu'ils soient l'égal des rois t ‘attendaient

Pour que tu leur annonces Urbi et Orbi

Que l'Histoire n'est pas un chaos mais un ordre vaste.

 

Pasteur qui nous fut donné alors que les dieux s'en sont allés !

Et dans la brume au-dessus des villes brille le Veau d'Or.

Des foules sans défense accourent, et font l'offrande

De leurs enfants aux écrans sanglants du Moloch.

Une peur est dans l'air, une lamentation muette :

Car il ne suffit pas de vouloir croire pour pouvoir croire !

 

Et soudain, comme un pur son de cloches sonnant matines,

Ton signe de contradiction semblable à un miracle

Pour qu'on se demande : comment est-il possible

Que te vénèrent des jeunes venus de pays non croyants,

Ils se rassemblent sur les places, tête contre tête,

Ils attendent la nouvelle d'il y a deux mille ans

Et se prosternent aux pieds du Messager

Qui embrassa par amour toute l'humaine tribu.

 

Tu es avec nous, tu seras désormais toujours avec nous.

Quand résonneront les puissances du chaos

Et que les détenteurs de vérités s'enfermeront dans les églises

Que seuls ceux qui doutent resteront fidèles

Ton portrait dans notre maison chaque jour nous rappellera

Ce qu'un seul homme peut et comment se manifeste la sainteté.

 

http://www.libertepolitique.com/les-extraits-de-la-revue-liberte-politique/4639-hommages-ean-paul-ii-pos

 

13:22 Publié dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook