02/02/2012

Lire dans les pensées d'une personne ? POSSIBLE ....

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Chaque jour de la vie n'est-il pas une merveille, un pèlerinage à la rencontre d'une journée pleine de joie de vivre, mais aussi avec ces soucis parfois très périphériques.

Chaque matin, nous sortons de nous-mêmes pour nous engager sur des chemins connus et inconnus, nourris de missions, de tâches, de projets, de hics, de rencontres jusqu'au soir.

Vient alors le repos de la nuit, le repli pour laisser monter de nouvelles forces.

Entre le matin et le soir, combien de décisions simples ou importantes, de perplexités, de dangers parfois.

De risque d'erreurs toujours.

Bref, vivons notre vie quoiqu'il arrive.

Certes......

Je connais une personne qui le 23 décembre, vous imaginez à la veille de Noël, fut victime d'un AVC.

Paralysies et parole envolée, plus un mot, le silence.

Ce que je permettrai d'appeler la « mort blanche ».

Quelle tristesse pour cet homme, sa famille et ses amis.

Qu'il ne se décourage pas........

Lire dans la pensée d'une personne ? Possible, selon des chercheurs...

J'ai lu sur les news de Romandie une bonne nouvelle pour les « handicapés » de la voix.

Des chercheurs américains ont expliqué qu'il était possible à l'avenir de reconstituer des mots pensés par une personne qui ne peut plus parler, notamment, en décodant ses ondes cérébrale.

Ces expériences ont publiées dans la dernière édition de la revue médicale « PLos  Biology ».

Il semblerait qu'un jour, les spécialistes du cerveau pourront peut-être écouter ce que disent dans leur imagination des patients incapables de parler à la suite d'une attaque cérébrale ou de la maladie de Charcot.

Il s'agit de capter des signaux électriques produits par le cerveau.

Les impulsions sont saisies dans un ordinateur qui les traite pour ensuite transformer les sons des mots que le patient pense.

Les principes de ces recherches sont basées sur des sons qu'une personne entend vraiment, mais les utiliser pour reconstituer des conversations imaginées.

Si un jour ils pourront reconstituer, à partir de l'activité électrique du cerveau, les conversations imaginées par une personne ne pouvant plus parler, alors des milliers de personnes pourront enfin bénéficier de ce programme visionnaire.

Une recherche super prometteuse ...

A l'avenir si la relation entre la manière dont le cerveau enregistre les sons et les crée se révèle concluante, il sera alors possible soit de synthétiser le son auquel une personne pense ou simplement de l'écrire sous forme de mots avec une machine.

Je prie de tout mon coeur pour que ces nouvelles techniques puissent voir le jour et bénéficier aux nombreuses personnes ne pouvant plus parler.

En conclusion, je dirais que l'image est belle, elle dévoilera au grand jour les secrets du cerveau.

Tant de conseils, d'opinions, d'esprits, à la découverte de nouvelles technologies s'offrent à nous et nous guident vers de nouveaux repères en hauteur, vers les lumières du ciel.

N'ayons pas peur....

Allez bonne journée !

Unknown.jpg

 

07:45 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

25/11/2011

Addiction sexuelle ? Et vous ...???!!!!

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Primo, c'est la veille du week end. Génial les commerçants Carougeois sont ouverts.

Deuxio, jour pour jour dans un mois c'est Noël.

Troisio, l' addiction sexuelle gonfle les bouquins psy. !!!

Souffrir de manque de sexe ? En fait oui et non car c'est plus que jouissif, le corollaire bon pour le moral et le phy. « Nettoyer les outils ne peut être que propreté pour les membres de cette bonne vieille terre !!! ».

DSK ? Parce que ce fut un number one de la planète on en a fait toute une érection médiatique alors que les grains de sables humains sont tout aussi forts dans cette noble branche qu'est le sexe. DSK comme bien d'autres sont malades du sexe.

J'ai lu que « les cas de célébrités sont médiatisés, mais nous voyons arriver les gens lambda qui souffrent exactement de la même chose. C'est exactement comme pour la drogue ».

Alors, des spécialistes de la dépendance sexuelle pense que le mécanisme de cette maladie est encore tabou mais qu'il existe bien.

L'Association américaine de psychiatrique (AAP) répertorient la dépendance sexuelle comme une sorte de dysfonctionnement.

D'autres comme une addiction tout comme l'alcool, le tabac, la drogue.

N'oublions pas que Freud a écrit aussi que la masturbation était une addiction originelle.

On s'intéresse encore peu à l'addiction sexuelle car c'est encore tabou, notamment en Suisse.

Pratiquer le bon sexe, un besoin naturel ?

Je pense que oui.

Pour moi ce n'est pas une addiction, c'est un état d'esprit fantasmé, pratiqué, pour autant que faire l'amour reste un sentiment d'amour et non un besoin démesuré. La séduction humaine n'est pas un état d'esprit animalier.

Ce n'est pas tabou de dire que la personne stressée ou angoissée ou contrariée modifie son comportement. Certains s'abandonnent à l'alcool ou le tabac par exemple, il y en a d'autres qui développent une grande activité sexuelle.

Est-ce fuir le danger par l'acte sexuel.

Il semblerait que 3 à 6 % de la population serait concernée par le sexe à la minute. Et tous ceux qui ne sont pas répertoriés.......

Force est de constater toutefois qu'après le soulagement sexuel, les soucis quotidiens reviennent et rebelote il faut jouir d'une manière ou d'une autre.

Le cercle vicieux se mort la queue (!) car l'addiction sexuelle va se répéter. Ca passe indubitablement par l'apaisement sexuel pour parer aux moments de la vie toujours plus difficiles.

Face à cette situation, le besoin incompressible se traduit par la multiplication des conquêtes sexuelles. Chez d'aucuns, souvent ce besoin s'oriente vers la prostitution ou la fréquentation rapprochée des sites pornos.

J'ai lu que « certains peuvent passer la journée à se masturber devant des films, se font renvoyer car ils n'ont pas pu s'empêcher de fréquenter des sites spécialisés durant leur travail, d'autres se ruinent en escorts girls, leur femme les quittent... ».

Alors vient l'isolement, la dépression, etc.

Une doctoresse spécialiste dit que « le sexe sans émotion produit une addiction ».

Et en conclusion, il faut bien admettre selon les spécialistes que le «  Sexe addict » finit pa couper du monde.

Et vous, êtes-vous un Don Juan ou un « sexe symbole » ????!!!!!

Allez bonne journée !

 

 

 

08:23 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

16/05/2010

Il faut leur couper le "ZIZI" sur la place publique !!!

marcheBlanche_02.jpgDans la vie, des choses que l’on déteste.

 

Dans ma sphère psy, je vois notamment deux choses, les pédophiles et les homophobes.

 

Ce jour, j’évoque les pédophiles en Suisse.

 

Les pédophiles, qu’ils soient prêtres ou non, ça n’a que peu d’important qui ils sont, leur zizi devrait être tranché sur la place publique. Par exemple, sur la plaine de Plainpalais !

 

C’est monstrueux, dégoûtant de s'en prendre à des enfants innocents, incapables de se défendre, et provoquant des traumatismes.

Message d’un parlementaire fédéral : « Malheureusement, les sites Internet donnent à ce vil commerce une ampleur internationale avec un accès des plus aisés. Il est donc essentiel que la lutte contre ce fléau doive être centralisée au niveau fédéral pour avoir quelque chance de succès. Or, il semblerait que l'Office fédéral de la police aurait l'intention de se décharger de ces investigations sur les cantons et renoncerait à lutter contre la pédophilie. Récemment, certains parents (en particulier en France) ont pu reconnaître leurs enfants sur un fichier CD-Rom. Cet indice devrait permettre une enquête efficace. Or, l'Office fédéral de la police qui avait reçu ce CD-Rom en novembre 1998 répond aujourd'hui qu'il s'agit d'un problème cantonal. Chaque canton devrait donc (s'il le veut bien) se procurer ce CD-Rom pour effectuer sa propre enquête, ce qui voue celle-ci évidemment à l'échec. Il serait tellement plus simple et efficace d'avoir un service fédéral spécialisé avec du personnel formé en mesure de lutter contre ce fléau. »

Je ne suis pas pour des enquêtes cantonales. Il serait plus judicieux de procéder au niveau fédéral. A mon avis, c’est plus percutant. Les données centralisées à Berne pourraient ainsi servir à l’Europe, au monde. Ce n’est pas un problème cantonal en soi. Une synergie fédérale doit être créée. Il ne sert à rien, une fois encore, que 23 cantons travaillent chacun dans ses « frontières ». Ne serait-ce pas plus percutant d’accorder les violons et de rendre à César ce qui appartient à Césas, la souveraineté fédérale.

Même si les cantons sont compétents pour la poursuite des actes relevant de la pédophilie, la Confédération a un rôle important à jouer dans ce domaine (rôle d'analyse, de coordination entre les cantons et l'étranger, d'expert technique, etc.), en raison du caractère souvent international de ce type d'infractions. Le nombre élevé de projets en cours atteste la volonté du Conseil fédéral de renforcer sa position centrale dans la lutte contre la pédophilie.

Le Conseil Fédéral doit avoir le courage politique de présenter un texte aux chambres et qu’une loi fédérale soit votée.

Aller bon dimanche.

 

14:42 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

24/10/2009

L'homme est tout naturellement ouvert au bien.

Les multiples fenêtres de l’homme

 

Multiples sont les ouvertures de l’homme. Il serait enrichissant de vous arrêter un instant et de vous livrer au travail suivant : répertorier et classer les ouvertures décisives qui sont à l’œuvre dans votre vie. Certaines ouvertures sont propres à tel ou tel : un Montaigne et ouvert à la culture classique, le Don Juan de Molière aux femmes courtisables, et celui de Musset à un amour parfait et impossible, etc. Je ne m’intéresse ici qu’aux ouvertures communes à tous les hommes. Comme répartir les principales d’entre elles ?

 

L’homme est en relation avec le monde qui l’entoure. Il n’est pas une pièce sans porte ni fenêtre. Etre ouvert, c’est être ouvert à autre que soi, c’est communiquer avec lui. Or, il y a deux sortes de relation possible : soit le monde vient à moi et en moi ; soit je sors de moi et je me porte vers le monde. Dans le premier cas, l’homme reçoit ; dans l’autre cas, il donne. On pourrait s’étonner que le même terme d’ouverture désigne deux mouvements si différents. Il est vrai que seul un cœur ouvert donne. Mais l’ouverture concerne aussi la réception. Il faut aussi être disponible, accueillant, dont ouvert pour recevoir : dire « Merci » quand on reçoit un cadeau suppose qu’on ouvre les lèvres.

 

Ce double mouvement – recevoir, donner – est universel : on le rencontre dans la dilatation et la contraction du cœur, l’inspiration et l’expiration, etc. En l’homme, ce double mouvement d’accueil et de don, cette double ouverture décline  trois niveaux différents : l’ouverture physiologique, les cinq sens, l’ouverture au vrai ou l’intelligence.

 

L’homme est ouvert à ce qui est vrai. Aujourd’hui, on parlerait plus volontiers d’ouverture au sens, à la signification. C’est elle qui nous pousse à nous étonner, à poser des questions. Découvrant une machine que nous ignorons, notre première question est : A quoi sert-elle ? »

 

Par l’ouverture à la vérité, l’intelligence reçoit la réalité. Mais, l’homme ne se contente pas de recevoir. Il se porte vers la réalité, il la cherche. Alors, il voit dans cette réalité non plus une vérité mais un bien.

 

En conclusion, je dirais que l’homme est spontanément ouvert au bien. Devrais-je dire peut-être « ouvert au bon » à ce qui est bon. Le bien est très connoté moralement : le bien est ce qui est reconnu comme une valeur (être honnête, respecter autrui, etc.).

 

J’en resterai là ne voulant prendre trop de votre temps. J’ai voulu succinctement dire que l’homme devrait être ouvert au bien et non au mal. Vous en conviendrez que la société s’en porterait bien mieux.

07:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

23/10/2009

Les pouvoirs magiques de l'ADN

Ai lu dans un journal Européen :

L'affaire Grégory est relancée. La police scientifique, grâce à l'analyse d'indices ADN, pourrait découvrir l'identité de l'auteur d'une missive anonyme adressée aux parents de la victime. Les progrès de la génétique criminelle ont déjà rendu possible la résolution de crimes restés impunis ou la disculpation d'innocents que beaucoup d'éléments semblaient désigner comme coupable :

adn.jpg
  • La première utilisation massive des tests ADN dans une affaire policière en France date de 1996. Le 18 juin de cette année, une adolescente britannique, Caroline Dickinson, est violée et tuée à Pleine-Fougères (Ille-et-Vilaine). Un vagabond de 39 ans, déjà condamné pour mœurs, avoue, mais l'ADN le disculpe comme toute la population de la ville et les délinquants sexuels connus de la région. Il confondra en revanche l'Espagnol Francisco Arce Montes, 55 ans, arrêté pour une autre agression en avril 2001 à Miami. Il sera condamné en juin 2005 à trente ans de réclusion.
  • Le 29 décembre 1995, Céline Figard, 19 ans, disparue dix jours plus tôt après être montée à bord d'un camion sur une aire d'autoroute du sud de l'Angleterre, est retrouvée violée et étranglée à 120 km de là. La police soumet plusieurs milliers de chauffeurs routiers à un test d'ADN et identifie Stuart Morgan, 36 ans, qui est condamné à la prison à vie en octobre 1996.
  • En 2007, une recherche d'ADN sur les vêtements de Sylvie Baton, violée et tuée à Auxerre en mai 1989, a fait apparaître l'empreinte d'Ulrich Muenstermann, un Allemand déjà emprisonné pour des meurtres en série.
  • Multirécidiviste en liberté conditionnelle, Pierre Bodein, 59 ans, dit "Pierrot le Fou", a été condamné le 2 octobre 2008 à la prison à perpétuité pour trois meurtres commis en juin 2004 dans le Bas-Rhin. Malgré ses dénégations, son ADN le désigne comme l'assassin de Jeanne-Marie Kegelin, 10 ans, Hedwige Vallée, 38 ans, et Julie Scharsch, 14 ans.
  • L'affaire Coujault, qui a alimenté les chroniques judiciaires en France et en Corée, a également été partiellement résolue par la police scientifique. En 2006 à Séoul, Jean-Louis Courjault découvre dans son congélateur deux corps de nouveau-nés. Avec sa femme Véronique ils nient être les parents de ces enfants tués à la naissance, mais le 10 octobre 2006 les expertises d'ADN prouvent le contraire. Le père aura un non-lieu mais la mère sera condamnée à huit ans d'emprisonnement en juin 2009.
  • Les progrès des enquêtes scientifiques peuvent également résoudre des mystères très éloignés dans le temps. En 2000, après deux cents ans de mystère, l'ADN révèle que l'enfant mort le 8 juin 1795 à la prison du Temple est certainement le dauphin, fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Le cœur est inhumé en juin 2004 à la basilique de Saint-Denis, tombeau des rois de France. D'autres mystères pourraient bientôt tomber.

 

07:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/10/2009

Demain, je parle des pouvoirs magiques de l'ADN !

Suite aux révélations sur l'ADN au sujet de l'affaire Gregory, j'ai lu un commentaire intéressant que je passe demain sur mon blog.

adn.jpg

19:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/01/2009

Elle accouhe à 13 ans mircaculeusemet

J’ai lu dans le 24 Vaud et régions une histoire invraisemblable.

Elle a 13 ans,  soleuroise, elle accouche. Elle croyait avoir une gastro…elle était sur le point d’accouché. Depuis des mois elle souffrait en effet de maux de ventre. Rien de bien grave selon son médecin. Pas de grossesse en vue.

Un jour elle se rend à l’hôpital avec des douleurs terribles de l’estomac, un peu plus tard elle en ressort dans ses deux bras un bébé. D’où vient cette progéniture, personne n’y a rien vu. Personne, ne sait quoi répondre. En tout cas pas la jeune mère et ses médecins complètements naïfs dans ce cas là

Qu’est ce binz, une jeune fille de 13 ans qui accouche, sans avoir rien vu.

Pourtant il s’était protégée avec un préservatif. Ce dernier devait certainement présenter une anomalie.

Les mois suivants rien de spécial.

Personne de son entourage, sa famille, des amis ne remarquèrent une grossesse.

Quelle surprise donc pour tout le monde.

Son entourage, copine, n’on plus non rien vu. Rien ne donnait des signes d’une grossesse. Aucun signe ne prédisait la venue future d’un bébé.

Ce cas de figure arrive une ou deux fois en Suisse.

La mère, la grand-mère, et le père de l’enfant vont s’en occuper. Toute la famille va s’occuper de cet enfant que l’on pourrait dire émanant du miracle

Pourtant en classe on explique bien les choses. Attention, préservez-vous bien. Parlez en à vos parents, consultez vos médecins. Dans le cas présent il n’y aurait que le préservatif qui aurait été défectueux.

J’ai travaillé dans un service social de l’Etat de Genève. J’ai trouvé inquiétant le nombre de jeune maman venant de pays d’Afrique.

Le « 24 heures Vaud et région dit ceci «pas assez de prévention. Reste que si l’histoire de cette jeune fille est exceptionnelle elle fait tout de même débat en Suisse.

Pourtant avec les cours de sexualité appliqués depuis très jeune, il semble que ce genre de fait non commun ne devrait pas arriver.

On constate peu  de grossesse sans s’en apercevoir.

Quelle histoire bizarre. Elle fait l’amour à 13 ans, la première fois, et hop voici un bébé. Est-ce un miracle de la nature où une vraie mal formation génétique  du système de la jeune mère.

Enfin un petit clin d’œil : faire un bébé c’est magnifique. Surtout si celle-ci reste une sorte de mystère.

Pour ma part, j’ai le sentiment que l’adolescent n’avait pas mis de préservatif et conïncidence la grossesse s’est déroulée dans une situation théâtrale.

11:32 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

21/04/2008

Le centre ville, superbes animations ?

Le centre ville : la déprime ?

Ok, je suis d'accord : un centre ville sans animation, c’est déprimant.

Genève n'est pas attrayante.

A la question de Christian Bernet : « Que se passe-t-il ? La Genève vieillissante serait-elle prise d’un coup de nostalgie ? Sans doute un peu. Je dirais qu’il est vrai que Genève se démarque de biens d’autres villes par son manque d’entrain de dynamisme et d’imaginations

A Genève, les zones piétonnes ne sont pas vivantes, dégarnies de badauds, tristes, sans attirance.  Est-ce une attitude normale, est-ce que phénomène se répète dans d’autres villes. ?

J’ai lu avec beaucoup d’attention l’article de Chritian Bernet de la TdG « Une ville animée, ça se mérite ».  C’est vrai de dire qu’il y a quelques années la fermeture de tel ou tel commerce n’excitait pas les esprits. Le Cristallina ou le Relais de l’Entrecôte, ces fermetures sont comme une « mort » dans les rues basses. Pas si loin dans le temps, la disparition d’entités comme le « Coq d’Or » ou « Zivi » ; les genevois n’avaient pas manifesté une authentique démoralisation.  Précisons que le centre ville est vite mort d’animations. Serait-ce l’esprit Calviniste ?

C’est navrant de savoir que d’autres surfaces commerciales, restaurants, épiceries ou cinéma de quartier vont disparaître.

D’autre part, je ne comprends absolument pas pourquoi on installe dans des arcades vides, des espaces conseils pour les banques, pour l’immobilier, etc.

Les commerces ne doivent pas disparaître. Les arcades devraient être diversifiées par tel ou tel style de magasin.

Actuellement, le soir, le dimanche, les jours fériés, la ville est terne. Je ne pense pas que ce soit le meilleur remède pour les déprimés !

Les loyers sont trop chers, en effet, les jeunes vont s’installer en campagne. Et encore moins de monde au centre.

Il manque des logements à des prix abordables, pour que les jeunes restent et animent le centre ville. Ne présentant pas d’appartements  dans la Grand rue, les orchestres pourraient jouer jusqu’à 23 heures, fermeture de la buvette  24 h 00

Je trouve aussi navrant que le monde des affaires prenne de l’assurance dans les rues basses.

Le centre ville a besoin d’être dynamisé. Si ça vit, si c’est animé, si, si, si, je suis certain que les gens éteindraient leur télévision, leur ordinateur et viendraient bien plus volontiers se divertir en ville. Une ville animée, ça se mérite, faut-il encore se donner les moyens.

Genève devrait  promouvoir la diversité entre les habitations, les magasins, les attractions, les animations et l’aménagement.

Pour conclure, il serait intéressant de se poser des questions sur l’implantation d’arbres et la disposition de bacs à fleurs, beaucoup de fleurs au centre Ville, par exemple. Aussi l’installation de petite buvette, des jeux de boules et pour les enfants. Un kiosque pour des aubades concerts. Un thème par saison, soit 4 « tableaux ». Un pilote devrait être engagé pour manager tout le programme. Si cette personne est bien, présente de bonnes idées, elle pourrait être engagée même si celle-ci n’a pas une porte documents rempli de diplômes. Qui peut le plus, peut le moins !

Je prends au sérieux les propos de Christian Bernet « …Bientôt d’autres restaurants, d’autres épiceries ou cinémas de quartier vont disparaître. Pour les maintenir, les lois ‘y suffiront pas. Ce qu’il faut, ce sont des clients. C’est ici que les choses se corsent. Je pourrais vous dire que la recette est simple. Travaillez moins, fermez votre TV et votre ordinateur et descendez dans la rue faire vos emplettes. Mais vous ricaneriez de ce programme touchant de naïveté. N’est-ce pas ? »

Que ce brûlant et captivant dossier avance dans le bon sens « Genève ville où il fait bon vivre ! »

Bonne réflexion !

Bonne journée.

François Velen  

07:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook