03/12/2010

Carouge : CONCERT DE L'AVENT offert par la MMC

Carouge-drapeau.gifLa vie carougeoise…..

 

Musique Municipale de Carouge

 

Après le magnifique concert donné en commun avec l’Union accordéoniste carougeois, présidée par Pierre-André Chabloz, dirigée par Nelson Martins le samedi 6 novembre dernier, votre Musique Municipale de Carouge vous offrira son traditionnel

 

CONCERT LE L’AVENT

 

Vendredi 3 décembre prochain à 20 h 00 (ouverture de portes 19 h 45)

Eglise Sainte-Croix (entrée gratuite – vin chaud à la fin)

 

Programme : surprise !!! Harmonie – Batterie de tambours – Les célèbres Cornemuses carougeoises.

 

Présidence : Daniel Monet

Direction : -    harmonie, Jean-Marie Paraire

-        tambours, Jean-Marc Hochstrasser

-        cornemuses, Maurice Rorato

 

Venez nombreuses et nombreux !

 

Qu'est-ce que l'Avent?

1) Un temps de préparation à un rappel de la venue du Messie parmi les hommes et les femmes de ce monde! Une fête qui rend présent le passé... une sorte de célébration anniversaire!
L'Avent est une période de préparation à la célébration de la naissance du Messie... Nous sommes invités à nous préparer à faire mémoire du mystère de l'incarnation sous un angle particulier... Une occasion de plus dans notre existence pour pénétrer plus avant (j'allais écrire avent ;-)) au coeur de ce mystère... Un occasion de célébrer au passé un mystère toujours présent.
La dimension de l'incarnation, le concile Vatican II nous le rappelait avec vigueur, déborde largement de la seule fête de Noël et ne peut se concevoir sans un lien étroit avec Pâques, qui est la fête par excellence du calendrier chrétien, et toutes les autres dimensions de l'Évangile qui présentent la vie de l'enfant-Dieu.

2) Un temps d'attente et d'espérance tournés vers le futur!!!
On ne fait pas qu'attendre et se préparer un rappel d'événements passés, l'attente de l'Avent est également tournée vers le futur... En language théologique on parle "d'eschatologie", en language biblique on parle de "fin des temps". ("eschaton" en grec signifie "fin des temps", à peu de choses près)
C'est le retour du Christ Glorieux de l'Apocalypse qui est attendu par l'ensemble des chrétiens et des chrétiennes. On se prépare à célébrer à l'avance et dans l'espérance ce "retour prochain" de Celui par qui "seront jugés les vivants et les morts"...
Et c'est dans la joie que nous l'attendons!!! Pas de craintes face à ce retour pour celui et celle qui reconnaît dans ce "juge" celui qui invite au pardon et à l'amour... et même pour son ennemi!!!

3) Un temps d'attente et d'espérance pour le temps présent!
C'est à cet endroit précis, dans le temps présent, que l'Avent "d'hier" et celui du "futur" se rencontrent! Et c'est à cet endroit précis que se joue l'essentiel de la préparation à la célébration de Noël: "Celui qui était" et "Celui qui vient" devient "Celui qui est", dans la mesure où la personne qui vit l'Avent tente véritablement, pendant ce temps de préparation, de se laisser investir et pénétrer par la Joie de Celle qui attend la naissance de son Fils...
Joie, Espérance, et Amour qui transforment le coeur et l'être de celui et de celle qui attends...

 

Allez bonne journée et  à Sainte-Croix !

08:37 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/06/2010

Obama récompense Paul McCartney

01962916-photo-the-beatles.jpgLes Beatles à l’honneur !

 

C’est à la Maison Blanche que Barack Obama a rendu hommage à Paul McCarthey, lauréat du prix décerne par la célèbre bibliothèque du Congrès pour son œuvre.

 

LE célèbre chanteur a ouvert les feux en interprétant le fumant « Got to ges you info my life » de l’album « Revolver ».

 

Le nid  le plus stratégique politiquement des américains recevait également Stewie Wonder, le comédien Jerry Steinfeld.

 

Les Beatles ? Souvenez-vous ….

 

Un phénomène impressionnant !

Dès février 1963, leur premier album "Please Please" se retrouve au top des hits parades en Grande-Bretagne. Fin avril, "From Me To You" est leur premier n°1 dans les charts. Leur deuxième album, "With The Beatles", sorti en novembre, se vend à 500 000 exemplaires en une semaine.

La Beatlemania est née, et s’accompagne d’une véritable hystérie collective. Les filles hurlent avant même que les Beatles montent sur scène et commencent à chanter, et les garçons rêvent de leur ressembler et crient aussi leur admiration. Ils séduisent même les adultes… Et la famille royale !

Une hystérie internationale
Le phénomène se propage jusqu’en Amérique. Près de 3 000 fans au bord de la syncope les attendent le 7 février 1964 à l’aéroport de New York, où ils se rendent pour un show télévisé. Et cette fameuse émission annoncera une audience record de 70 millions de téléspectateurs. Début avril, cinq de leurs chansons se classent aux premières places du hit parade américain. Du jamais-vu !

 

Un rythme à 100 à l'heure
> Après avoir tourné A Hard Day’s night («Quatre garçons dans le vent»), premier de leurs six films, ils retournent aux Etats-Unis pour une tournée de 26 concerts. Leur popularité atteint son apogée le 15 août 1965, au Shea Stadium de New York ,devant 65 000 spectateurs déchaînés.

> Un an après, le 29 août 1966, ils jouent pour la dernière fois ensemble en public, et pas longtemps, à San Francisco.
L’atmosphère particulièrement stressante de leurs derniers voyages et les violentes critiques, notamment en raison de déclarations provocatrices de John Lennon (qui avait prétendu que les Beatles étaient plus connus que Jésus-Christ !) les décident à ne se consacrer désormais qu'aux enregistrements dans les studios londoniens d’Abbey Road.

La part belle à l’orchestration et aux effets sonores
En juin 1967, sort l’album "Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band", leur meilleur pour beaucoup, même si ce nouveau rock psychédélique n’a plus grand chose à voir avec ce qu’ils faisaient à leurs débuts.
L’un de ses titres, "Lucy in the Sky with Diamonds" (LSD en abrégé), est considéré, malgré leurs démentis, comme une apologie de la drogue, découverte depuis plusieurs années.

 

Des problèmes qui pèsent lourd

La disparition de Brian Epstein, leur manager, en août 1967, les difficultés financières d’Apple, leur société créée en janvier 1968, s'ajoutent aux premiers disques en solo de John Lennon avec Yoko Ono. Cette influente muse japonaise a supplanté Cynthia, sa première épouse, elle est détestée des autres Beatles, et  tous ces événements conjugués marquent le début de la fin de l’aventure.


C'est officiel !
Après l’enregistrement de l’album "Abbey Road" durant l’été 1969, la page se tourne le 10 avril 1970 avec l’annonce par Paul McCartney de la séparation officielle du groupe, juste avant la sortie de son dernier album "Let It Be".
Se termine alors une période un peu folle qui a révolutionné le rock and roll, réveillé l’Angleterre assoupie, et qui a fait rêver la jeunesse du monde et laissé en héritage près de 200 chansons.

 

Une histoire qui n’a d’effet de ne pas avoir de fin car les Beatles sont toujours présents à travers leurs disques.

 

Aller bonne journée !

 

08:11 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

09/07/2009

Michael Jackson, suicidé ?

Rebonjour !

 

images.jpg

 

Je reviens une dernière fois à vous pour évoquer  la mort du Roi de la pop musique.

 

Les gens s’interrogent sur les causes de sa mort. Se serait-il suicidé ?

 

Nous pouvons nous poser la question en toute quiétude, car Michael prenait des médicaments toxiques assez forts.

 

Il présentait des marques d’injections à ne pas négliger.

 

C’était une consommation non négligeable de médicaments, parfois très forts.

 

Il a subi bien des opérations pour se décolorer la peau. Un démoniaque ?

 

Il se faisait injecté un tas de produits, notamment beaucoup de morphine, d’anesthésie puissante.

 

Et pis selon une étude que j’ai lu sur internet à 50 ans, la crise cardiaque n’est pas fréquente.

 

Se serait-il suicidé. Raz le bol de la vie ici bas. Pourtant, il avait tout pour être heureux. Le don du bon chanteur, il était un super excellent chanteur, ses jeux de scènes, la qualité musicale de ses chansons. Une super maison, un super parc. Avait-il trop où pas assez pour avoir des sensations. Pourtant, les ingrédients étaient réunis pour vivre une vie certes agitée, mais au combien captivante, musicalement excitante.

 

Etait-il dépressif au point de se suicider ?

 

La vérité pour autant qu’elle soit publiée   se révélera bien un jour.

 

C’est pour toutes ces pistes que nous pouvons rester dubitatif quant à la mort de Michael.

 

Personnellement, je laisse toutes les portes ouvertes sur cette mort que j’appellerai douteuse.

 

Bonne journée.

 

11:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook