Le blog de François Velen - Page 3

  • HUG : Une "Genferei" ?

    Imprimer

    Unknown.pngBien le bonjour,

    Je ne pensais pas que l'administration des HUG était aussi généreuse.

    En quoi ?

    En marge des soins, bien évidemment, en envoi des factures !

    Je m'explique :

    Suite à une grave infection du pouce droite de ma main, et oui je suce encore mon pouce à mon « grand » âge !, dont j'ai subi trois interventions, les HUG m'ont administrés 5 semaines d'antibiotiques, dont 3 dans une de leur unité spécialisée en soins ambulatoires.

    En tout avec toutes les consultations en chirurgie de la main dans le service du « pape » dans cette discipline, le Docteur Jean-Yves Beaulieu, j'ai bien dû aller une cinquantaine de fois dans le monstre intelligent de la médecine.

    Depuis que j'ai terminé les traitements reçus pratiquement tous les jours que Dieu fait, je reçois une à trois copie de factures envoyées directement à mon assurance maladie.

    Oui Mesdames et Messieurs, chaque consultation quelque soit sa nature une facture est envoyée à mon assurance avec copie chez moi.

    Dingue les « kilos » de papiers !

    Au lieu de procéder comme dans le privé, soi une facture à la fin du traitement, soi un décompte mensuellement, non le mastodonte joue les spécialiste de la distribution à outrance de facture.

    Ave la masse de patients , imaginez l'investissement dans l'amortissement, le personnel, le bureau, l'informatique, le papier, l'affranchissement.

    Les plateaux de la balance liés à la gestion sont super pesants et représentent un lourd contribue en terme de coût.

    Quid des économies réelles ?

    Alors peut-on glisser cet événement enrichi de pragmatisme tant en temps d' efficience qu'en temps qu'économie dans les « Genferei » ?

    A vous de voir !

    Allez bonne journée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Asile : A 150 km/h vous avez un mur en face, vous arrêtez d'accélérer ?

    Imprimer

    Unknown.pngBien le bonjour,

    LOI SUR L'ASILE ?

    Le moment est venu de donner certaines explications quant aux effets néfastes de la Loi sur l'asile faisant l'objet d'un référendum. Loi qui sera votée le 5 juin prochain, et à laquelle je vais dire non.

    Pourquoi ?

    Lorsque vous roulez à 150 km/h et que vous avez un mur en face, vous arrêtez d'accélérer ?

    Avec la révision de la loi sur l'asile il faut savoir lever le pied et s'arrêter avant que la Suisse n'accroît ses capacités d'accueil par des expropriations et des séquestres d'immeubles. En effet, avec la nouvelle loi il sera juridiquement possible que la Confédération nous enlève nos maisons et appartements pour y loger des migrants illégaux.

    Il faut savoir que l'an passé près de 40'000 requérants d'asile sont venus en Suisse.

    Que ces prochain mois, années, ils seront 120'000.

    Ces requérants sont pour la grande majorité des personnes qui ne proviennent pas de régions en guerre. Les Erythréens constituent le groupe le plus important. Viennent ensuite les Afghans – qui n'arrivent pas d'Afghanistan, mais d'Allemagne. A cela très peux de Syriens qui pourtant eux sont en guerre.

    La route des Balkans étant actuellement fermée, la pression migratoire par la Méditerranée augmentera à nouveau. Le gouvernement Autrichien parle de 800'000 personnes qui attendent en Afrique du nord de pouvoir traverser la mer. Par conséquent, l'affluence sera énorme. Au fait, précisons que l'Autriche ferme ses frontières !

    Et la Suisse ? Avec la nouvelle loi, elle étend sa culture de bienvenue sous la conduite de Madame Sommaruga à des réfugiés, pour la plus part économiques. Si la loi sur l'asile passe il faut être conscient que les comités d'accueil aux frontières seront renforcés par des avocats gratuits. Partant l'actuel forfait à la charge des contribuables de Frs 1'361,-- devra être augmenté pour de nombreuses procédures puisqu'il doit couvrir les frais.

    Il est bien clair que les avocats seront tentés de prolonger les procédures pour gagner encore plus d'honoraires. Et de rajouter, que le client étant roi (le requérant) c'est ce dernier qui décidera de recourir et de continuer la procédure aux frais des Suisses.

    Economiquement, les requérants coûtent aujourd'hui à la Confédération plus d'un milliard deux cent mille francs. Demain, le Conseil fédéral a prévu au budget 2017 le double, soit 2 milliard quatre cent mille francs. Sur le dos de qui ? Des Suisses bien évidemment.

    En définitive, il faut le dire haut et fort pour qu'aucune erreur de casting ne doit être faite – Suisses ou requérants d'asile - cette loi sur l'asile est toxique en choisissant les requérants. Chemin faisant, cette loi veut à tout le moins favoriser les demandeurs d'asile avec les avocats gratuits et dans un deuxième temps avec les expropriations. Elle est totalement contradictoire avec la situation internationale actuelle alors que des pays, hormis la Grèce et l'Italie, commencent à réagir fermement en fermant leurs frontières.

    Enfin, la grande majorité des requérants ne répondent pas aux critères du droit d'asile et obtiennent sans difficulté le droit de rester.

    Il faut dire non au business de l'asile !

    Rajoutons qu'il est plus juste, humain et loyal, de favoriser d'abord nos bons vieux Suisses, les familles, les jeunes, et la culture de notre pays. Les requérants sont de cultures différentes tant sur le plan religieux qu'humainement. Subsidiairement, donner aux requérants d'asile, c'est diminuer la culture Suisse !

    Oui à de vrai réfugiés politiques.

    Non à de faux réfugiés économique qui veulent notre terre.

    Allez bonne journée !

    Un petit Suisse qui aime son pays et les petits Suisses !

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • J'aime ma Carouge vivante pour tous !

    Imprimer

    Zone_pietonne1.jpgBien le bonjour,

    Les Carougeois s'exprimeront cet automne, ou avant, sur l'initiative sortie de l'arrosoir de signataires exprimant le désir de créer une zone piétonne couvrant le coeur même de Carouge.

    Certes bien intentionnées pour la qualité de vie du centre de la Cité Sarde, ces signataires n'ont pas bien réfléchi aux conséquences de la mise à disposition totale de l'espace aux piétons. C'est ainsi à chaque initiative ou d'un référendum, l'électeur marche dans la combine présentée d'un bon sentiment et réfléchi ensuite.

    Actuellement, une partie de la place du Marché et de la rue St-Joseph est fermée, laissant la place aux badauds. Après un certain nombre de mois, il semblerait que l'expérience n'est pas concluante chez les commerçants.

    A ce sujet j'ai lu la définition suivante : « l’aire piétonne est un espace public dont l’usage est dédié aux piétons. Le piéton y est prioritaire sur tous les autres usagers autorisés à y accéder à l’exception des modes guidés de façon permanente de transports publics.

    Une telle zone vise à faciliter avant tout les déplacements à pied, puis l’usage du vélo à faible vitesse ; la présence des véhicules motorisés devant rester exceptionnelle.

    Bien évidemment toute la réglementation s’applique, que ce soit par exemple la législation pour les personnes à mobilité réduite, la signalisation, etc. »

    Je ne suis pas contre les zones piétonnes pour autant que :

    1. les places de parking supprimées soient compensées en totalité,

    2. que les commerçants n'y laissent pas des plumes,

    3. que les rues fermées soient aménagées de telle façon que la vie y est animée.

    A Carouge, avant de créer une zone piétonne élargie, nécessité d'abord de prendre le pouls de l'actuel fermeture. Pour l'instant, le définitif n'a pas l'air concluant.

    A ceci, je trouve un peu culotté d'avoir lancé une initiative avant de connaître les avantages et les désavantages de l'existant.

    De plus, je crois, j'en suis même certain, que sous les nuages économiques recouvrant notamment Genève, les commerçants vont souffrir et souffrir pour le plaisir de quelques « gauchos caviars » c'est la mort du poumon de Carouge.

    Je dirais que fermer le centre de Carouge est totalement irresponsable et fera indéniablement mourir la qualité de vie existante.

    Le centre de Carouge c'est un grand mariage entre piétons, commerçants, sociabilisation, verdure, et réseau routier.

    Animé de ces sentiments, d'ores et déjà, je voterai NON.

    J'aime ma Carouge vivante pour tous !

    Allez bonne journée

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Reconnaissance envers les HUG : MERCI !

    Imprimer

    HUG.jpgBien le bonjour,

    Je viens ici exprimer publiquement, car ils le méritent, ma reconnaissance aux HUG.

    Pourquoi ?

    Il y a un peu plus d'un mois, le pouce de ma main gauche est atteint d'un simple panaris.

    Voyant couler un liquide blanc, du pus, je file aux urgences d'une clinique genevoise.

    Là, je suis consulté rapidement.

    A cela, un chirurgien venu du bloc opératoire me dit qu'il devait mettre le bistouris sous anesthésie complète vu mes antécédents survenus à mon genou droite.......

    Le lendemain j'entre à cette clinique pour être « opéré » le jour même.

    Le pouce infecté impose l'injection d'antibiotiques par voie veineuse durant 3 jours.

    Le chirurgien m'annonce que des staphylocoques et entérocoques ont pris leur quartier dans le pouce. Merci à eux !

    Sorti de la clinique surplombant les HUG, je continue les soins chez le chirurgien installé en face de l'entrée du service de radiothérapie des HUG.

    A domicile, je prends des antibiotiques par voie bucale.

    Durant quelques jours, il constate que ça va mieux, puis l'infection repart de plus belle.

    Nouvelle hospitalisation, nouvelle intervention chirurgicale, un lavage.

    Dehors après 24 heures de l'établissement privé, le nettoyage portait ses fruits.

    Toutefois, au bout d'une semaine l'infection n'a de cesse de persister et là surprise de chez surprise, le chirurgien m'annonce qu'il ne comprend pas, qu'il lui manque des éléments, qu'il ne peut plus rien faire et qu'il faut aller derechef aux urgences des HUG.

    Subsidiairement, il m'annonce que ce genre de chose peut mener à une amputation.

    Vraiment, quelle surprise d'entendre ses mots. Woua un chirurgien, spécialiste de la main, passe le flambeau à la grande maison, car il est devant un mur.

    Je suis parti de chez lui en me tenant les pouces (!) pour que les HUG me sorte de ce mal.

    Aux urgences, vu la gravité j'ai été pris en charge très rapidement.

    Une (jolie) doctoresse constate la gravité de l'infection et m'annonce qu'il fallait remettre le bistouris le soir même.

    Son patron, éminent chef de la chirurgie de la main, confirme, il faut opérer rapidement avant que l'infection monte plus haut.

    A 19 heures, via le bloc opératoire.

    S'ensuit une hospitalisation 5 jours au 9ème.

    Depuis, le médecin s'occupe de manière sérieuse de mon pouce. J'avoue qu'en grattant dans la plaie je passe des ¼ d'heure nourris de larmes......

    Prise en charge aux HUG

    J'avoue très volontiers que j'ai été sans conteste bien mieux soigné aux HUG que par le chirurgien de la clinique.

    Accueil, prise en charge du médecin de garde, intervention du patron, examens, traitements, consultations spécialisées, surveillance, soins, chambre, repas, je n'ai rien à redire.

    Aujourd'hui, l'infection est tarie, les nuages laissent la place au soleil. Cela dit, je me permets de dire vulgairement, excusé moi Mesdames, j'en ai ch......

    Voilà, je tenais à dire MERCI publiquement aux HUG pour ses soins, au demeurant plus sérieux que ceux administrés par le chirurgien de la clinique qui va accueillir fin de la semaine un ancien ténor du barreau de Genève (!).

    Au fait, très personnellement, je délivre un carton jaune à ce chirurgien !

    Allez bonne journée !

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Carouge-Lancy, ne supprimons pas le trait d'union !

    Imprimer

    carouge-lancy.jpgBien le bonjour,

    Je rebondis sur l'article paru ce jour dans la TdG "Des élus rêvent d'unir Carouge et Lancy".

    D'entrée de cause, l'idée de l'élue carougeoise n'est pas mauvaise, mais.......

    Sur ce sujet d'intérêt public, ce n'est pas la première à lancer une telle idée.

    En effet, humblement, lorsque j'ai été deux fois Président du Conseil municipal de Carouge, 1996 et 2001, un tel projet avait déjà été évoqué. A l'époque, dans la mesure où les Communes travaillaient seules sur leur propre terre, ce concept pouvait être envisageable tant les synergies manquaient.

    A ce titre, je pensais créer dans le but économique une seule centrale d'achats, un seul centre travaux voirie, une seule compagnie de pompiers, etc.

    J'étais jeune (et beau !) empli d'idées, de projets de sociétés révolutionnaires, tel la jeune élue aujourd'hui.

    Mais je crois que je me trompais, j'étais quelque peu utopique et irréaliste sur les conséquences ! On ne change pas la société d'un coup de baguette magique. Et surtout, on ne déconstruit pas une philosophie organisationnelle qui a toute sa place en 2016.

    A mon époque comme le 27 janvier 2016, comme en 2030, la grande danse à plusieurs temps ne peut en fait se réaliser au risque de voir naître à long terme une seule administration, une seule comptabilité, bref la mort de l'esprit communal pour une grande région tombant dans la perte de reperds.

    Depuis, la gestion des communes s'est développée et les institutions ont évolué.

    C'est dire que l'Association genevoise des communes travaille déjà depuis des années avec les Autorités cantonales sur les rapports inter-communaux pour créer des synergies entre les services tels que voirie, état civil, culturel, etc. Avec les évolutions technologiques les rapports ont évolué en termes de concertation et de communication.

    Sur bien des sujets, Carouge est loin d'être en reste.

    Il n'y a pas de frontière entre les communes voisinantes Carouge, les Autorités se parlent, se concertent, sur des grands projets tel que le PAVE.

    Ainsi la notion du fédéralisme résiste aux tentations du monde moderne de vouloir tout mettre sous le même toit au titre de rationalisation économique.

    En 2016, supprimer le trait d'union entre Carouge et Lancy manque de bénéfice même si un projet de fusion non contraignant est à l'étude au Canton.

    Non, l'élue a un tour de retard si ce n'est vouloir fonctionner à la française tel le nouveau partage des régions. Ceci n'est pas concevable à Genève et encore moins à Carouge.

    Le gros champignon proposé par l'élue fera perdre sur le temps l'identité des communes et créera une société globale qui tuera les particularités de notre système tant envié ailleurs.

    Carouge à son âme, c'est un cas particulier, elle est Sarde. Un « traité » tel que celui conclut entre le roi de Sardaigne, Charles Emmanel III, en 1754, et Carouge ne peut être celui pouvant se répéter à notre époque avec Lancy.

    Carouge, d'essence latine, méridionale, libre, volontiers frondeuse, batailleuse quelquefois, Ville que l'on aime où l'on cultive l'amitié, où l'on tutoie facilement son voisin, où les femmes et les hommes ont des sensations, ne peut être Lancéenne !

    Carouge tout comme Lancy, et les autres communes voisines doivent rester comme elles sont aujourd'hui avec leur petit trait d'union administratif.

    En conclusion, s'il doit y avoir conclusion, la jeune élue veut « tuer » l'esprit communales et notamment celui de Carouge et ce pour des considérations politiques qui ne sont réalisables que si on veut marginaliser d'un système qui donne entière satisfaction sur l'indépendance territorial.

    Carouge, Lancy, Plan-les-Ouates, soyons les meilleurs cousins tant culturellement que sportif.

    Au delà, ne touchons rien que diable !

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • L'Opéra "bouffe" 3 millions de plus !

    Imprimer

    Théâtre-Ephémère Paris © C. Raynaud de Lage.jpgBien le bonjour,

    Le majestueux escalier menant à la scène éphémère le temps de rénover le Théâtre de la place Neuve nous enthousiasme toujours, mais crée de nouveaux soucis au porte-monnaie. L'Opéra des Nations grillera quelques millions de plus. Des questions ?

    C'est vendredi dernier, que la TdG portait à notre connaissance que l'opéra des Nations transféré des Jardins du Palais Royal sur la campagne Rigot près de l'ONU coûtera 3 millions de plus.

    Oui, l'Opéra bouffe 3 millions de plus, venant se rajouter aux 66 millions, coût du pavillon.

    Pourquoi ?

    Dans les coulisses des politiques on parle de fauteuils ne respectant pas les normes de sécurité genevoise, ils seraient inflammables, les prises électriques françaises ne feraient pas bon ménage avec nos systèmes, elles ne sauraient pas compatibles.

    Au sujet des fauteuils, il faut savoir qu'une « opération fauteuil » a été lancée au prix de Frs 2'000,-- pour une personne privée et Frs 5'000,-- pour des groupes. A ce jour, plus 8 millions ont été récoltés.

    Comme quoi cette affaire de parrainage a enflammé d'aucuns chauffant les portes-monnaie.

    Voilà le tableau du nouvel acte joué sur les planches de l'Opéra bouffe d'Offenbach.

    Mais !

    Même si les liquidités auraient été trouvées, on ne peut passer à côté de questions, comme lors de la visite à Paris et des discussions qui on suivies, les spécialistes genevois ne se sont-ils pas inquiétés de ses détails.

    N'ont-ils pas réfléchi, analysé, enquêté, au delà des 300 pieux en épicéa provenant de notre canton qui supporteront cet opéra ?

    Pourtant les exigences genevoises sont claires et nettes.

    Espérons que d'autres surprises ne viendront pas développer d'autres enveloppes financières supplémentaires.

    Comme quoi être assis dans un confortable fauteuil, tel un Conseiller administratif de la ville de Genève, ne permet pas d'être toujours au courant des inepties !

    Encore une Genferei !

    Allez bonne journée !

    Certes,

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Genève : faut-il réguler les équipements lourds des centres d'imagerie ?

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    Avant les fêtes, j'ai dû subir en urgence un ou une IRM.

    Je suis allé dans un centre médical de Carouge où j'ai pu constaté que cet institut avait fait peau neuve. Tout est aménagé en équipement médicaux pour investiguer, des CT-scan, des PET-scan et IRM, bref une panoplie très large en imagerie médicale. Un must genevois; où nous sommes très bien reçu, il est vrai.

    Tout ceci a un coût pas anodin, se répercutant indéniablement sur les factures remboursées par les assurances, le corollaire étant des primes qui ne cessent de prendre l'ascenseur.

    Evidemment la médecine n'a pas de prix. Toutefois.....

    Aujourd'hui, un « pet » de travers et hop la machine médicale se met en route.

    Parfois dans des extrémités pas nécessaires.

    Bref, mon propos ne juge pas les soins, parfois outranciers, dispensés par les médecins. Moi-même avec mon « imbécile de genou » j'ai été super content d'être suivi notamment par le CHUV et par la clinique des Grangettes, deux établissements sérieux et accueillants.

    Non, je veux en venir ici au nombre non négligeable de centres d'imagerie implantés à Genève doté de lourds matériels. Combien sont-ils ? C'est clair, une kyrielle pour un petit canton comme celui de Genève.

    Au risque d'en oublier inutile de les citer ici.

    Pourquoi autant ?

    Aux praticiens de répondre.

    C'est sur le plan politique où je veux en venir.

    Ne faudrait-il pas se référer au projet de décret du Conseil d'Etat Vaudois qui veut réguler les équipements médicaux lourds (je ne sais pas s'il a été voté par le Grand Conseil).

    Ceci dans le but de mieux maîtriser les coûts de la santé.

    Cette clause est déjà en vigueur dans les cantons de Neuchâtel, du Tessin, du Jura, et de Fribourg.

    Si dans d'autres cantons une telle mesure est en force ou à l'étude pourquoi Genève laisse pousser une forêt de lourd matériel sans se poser la question de l'expansion, voir de l'explosion des coûts.

    Peut-on penser que dans ce domaine, c'est la loi de la jungle qui prime sur la raison de faire des économies.

    A cela, combien de cliniques privées, de centres idoines, de médecins, verraient d'un bon oeil ce dispositif de contrôler, de normaliser, de rationnaliser, voire d'unifier le monde de l'imagerie.

    Genève doit-il réguler ? A mon humble avis OUI.

    Si j'étais Député au Grand-Conseil je copierai les autres cantons, au risque de m'attirer les foudres.

    Bref, une fois encore Genève ne sait pas maîtriser les coûts.

    A mettre à l'inventaire des « Genferei » !

    Allez bonne journée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Quant à dégainer, il y une "balle" !

    Imprimer

    Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000005154 StartFragment:0000000454 EndFragment:0000005138

    images.jpgBien le bonjour,

    Me revoilà !

    Bonne année, surtout la santé et « portemonnaie toi bien » !

    Dominique Warluzel a donc dégainé sur une femme d'où le placement au minimum de trois mois en détention provisoire dans le quartier cellulaire de l'hôpital.

    Evidemment, les rapaces de l'information n'ont pas tardé à "tacher" leur page journalistique de gouttes d'encre noires.

    Que s'est-il passé ?

    Ce n'est pas à nous de faire la lumière, la police via la justice s'en inquiète déjà et à juste titre. C'est juste, la justice sera à la hauteur d'établir les circonstances et de prononcer la sentence ou le non lieu.

    Mais quel éclair est tombé sur la tête de l'homme réduit considérablement dans sa santé alors qu'avant ses deux AVC il était en pleine expansion de la vie ?

    Tout est imaginable.

    Philosophiquement, peut-on expliciter clairement le geste d'un homme atteint tant physiquement que moralement. Il était malade, diminué, sans vision d'un avenir comme avant. C'est un être humain cassé tout simplement.

    Alors, la sagesse a-t-elle été prise par un moment de folie dû à la maladie, à une prise exagérée de médicaments, d'alcool, les enquêteurs le sauront d'ici peu. D'entrée de cause,Dominique, si j'ose le citer ainsi, n'est pas excusable toutefois, on peut essayer de comprendre l'homme diminué.

    Les experts feront la lumière, ils sont là pour cela. Surtout ne jugeons pas trop hâtivement, sur le coup de l'émotion.

    Je peux le comprendre; toutefois entre dégainer, il y une "balle".

    Souvent j'ai voulu aussi casser la baraque sans pour autant en arriver à l'acte de Dominique.

    Pourquoi ?

    Ayant été touché sévèrement dans ma santé suite à un accident de voiture, le corollaire étant 38 interventions chirurgicales, une jambe bloquée avec toutes les conséquences que cela peut avoir, j'ai aussi pété à maintes reprises les plombs.

    En effet, n'ai-je pas jeté au sol une casserole d'huile froide; quel « bordel » pour le nettoyage ! N'ai-je pas jeté à travers la cuisine, des objets, notamment des steaks.

    N'ai-je pas abusé de l'alcool, d'où un arrêt total.

    Souvent, au plus bas de ma forme morale j'ai crié, engueulé, j'en passe et des meilleurs.

    Ma famille, mes proches et mes amis ont eu de la patiente.

    A toute cette période, il y a eu d'abord le refus, puis la dénégation et enfin l'acceptation. J'ai accepté mon sors ce que Dominique comme d'aucuns n'ont peut être pas fait. Le chemin n'est pas simple, toutefois c'est jouable avec de la patiente, la foi, l'amour de la vie, le soleil.

    Alors chemin de vie brisé, handicapé, meurtri, on peut imaginer la foudre.

    Malheureusement, la foudre qui s'est abattue sur l'esprit de Dominique a dépassé l'entendement.

    Le logiciel de Dominique a bugé !

    Dominique Warluzel a dégainé l'a où le psychique l'attendait.

    Vaincre ses peurs sera désormais difficile mais pas impossible.

    Je voudrais le rencontrer pour essayer de comprendre son geste.

    Enfin, j'ai une pensée pour la femme atteinte dans son intégrité.

    Allez bonne journée !

     

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Sortons des mauvaises nouvelles et marchons vers le coeur !

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    Le savez-vous ?

    Quoi ?

    La marche du coeur – 3 octobre2015 – inscrivez-vous déjà

    AU PROFIT DE « ABA » ASSOCIATION POUR LE BIEN DES AVEUGLES ET DES MALVOYANTS

    La traditionnelle marche du coeur organisée par « Carouge Marche » aura lieu cette année le 3 octobre prochain, dès 8 heures.

    Après avoir soutenu la cause d'Hôpiclowns en 2013, celle de l'Association genevoise des diabétiques en 2014, une nouvelle complicité avec « ABA » Association pour le Bien des Aveugles et malvoyants s'est dessinée et donc se verra recevoir le bénéfices de cette manifestation sportive.

    Oui, 2015, encore une fois une grande motivation et de croyance en les malades ont gagné le coeur du Comité d'organisation pour cet événement carougeois. André Chuard, le Président d'organisation, adresse un grand merci à tous les marcheurs qui viendront soutenir cette cause. Bien évidemment, c'est sans compter le généreux apport de solidarité moral et financier de nos Autorités de Carouge et de Troinex, du Service travaux voirie et environnement, de la Police municipale et du poste de Police cantonal de la Cité Sarde.C'est certain, organiser une marche du coeur c'est mettre en évidence toutes les forces vives qui croient en les nobles causes liées aux maladies et ceci constitue un capital très important au profit de celles et ceux qui sont touchés. Les malades ont besoin non seulement de chaleur humaine, de réconfort, d'encouragement, mais aussi d'aide financière pour faire avances les recherches et recevoir encore de meilleurs soins. Ceci consolide le ciment de notre association. A toutes et à tous, tout simplement, en un mot comme en cent : MERCI !Que cette traditionnelle marche du coeur soit un feu d'artifice de joie de vivre et de vie ensemble autour de l'entraide, de la fraternité et de l'amour de notre prochain. Sans conteste, qu'elle soit belle et puisse amener du baumes dans le coeur des Aveugles et des malvoyants.En tout état de cause, c'est dans un esprit de coeur que Carouge Marche salue et se réjouis de vous rencontrer nombreux le samedi 3 octobre prochain.

    « ABA » ?

    C'est une association fidèle à sa mission depuis 1901et qui a pour but :Améliorer le quotidien des personnes atteintes de cécité ou de malvoyance, favoriser leur intégration et leur autonomie : c’est la vocation première de l’Association pour le Bien des Aveugles et malvoyants (ABA).

    L’ABA, par le biais de ses services (BBR, CIR et CCA), permet à plus de 1'600 personnes déficientes visuelles de bénéficier gratuitement de prestations grâce à la générosité de donateurs privés et de bénévoles. L’ABA organise également plusieurs activités et événements par année auxquels sont conviés ses bénéficiaires âgés de 5 à 105 ans.

     

    La Bibliothèque Braille Romande et livre parlé (BBR)

    permet l’accès à la lecture à des personnes empêchées de lire sur des supports adaptés (braille ou audio). La BBR produit des livres en braille ainsi que des livres audio à partir d’enregistrements faits par des bénévoles « donneurs de voix » dans ses studios de production. Le catalogue de la BBR dispose actuellement de 3'700 ouvrages en braille et de 6'700 ouvrages audio.

    Le Centre d’Information et de Réadaptation (CIR)

    accompagne toute personne en situation de handicap visuel dans ses gestes de tous les jours, qu’il s’agisse d’apprendre ou de réapprendre à lire, écrire, téléphoner, cuisiner ou se déplacer, de se réinsérer professionnellement, de gérer son administration ou d’effectuer des démarches auprès des assurances sociales. Ce sont plus de 18'000 heure par année , la plupart à domicile, qui sont consacrées à nos bénéficiaires par nos assistants sociaux et nos ergothérapeutes spécialisés en basse vision et en locomotion.

    Le Centre de Compétences en Accessibilité (CCA)

    accompagne les partenaires des personnes déficientes visuelles afin d’améliorer l’accessibilité sous toutes ses formes. Nos chargés de projets interviennent dans des secteurs aussi variés que multiples tels que le cadre bâti et l’environnement visuel, les supports à la mobilité et l’accès aux transports publics, les moyens électroniques et les technologies de l’information et de la communication ainsi que les informations numériques et imprimées. L’expertise des spécialistes du CCA est prodiguée sous la forme de conseils, d’accompagnements de projets, de sensibilisations et de formations.

    Le programme détaillé :

    Salle des fêtes de Carouge

    Rue Ancienne 37 (Tram 12 ou 18 – parking souterrain

    entrée rue Jacques-Dalphin)

    Départ de 8h00 à 13h00

    Fin de la marche à 16h00

    Parcours à travers la campagne par n'importe quel temps :

    - famille: 3km

    - plus long: 8 km

    - walking avec ou sans bâtons: 12 km : Départ Salle Communale de Troinex entre 8h et 12h

    Bus 45 depuis le Rondeau de Carouge à Troinex

    Un poste de contrôle et ravitaillement sera installé sur le parcours.

    Inscription sur place : Frs 12.- par personne avec le souvenir,

    Frs 5.- par personne sans le souvenir

    (assurance à la charge des participants)

    Buvette et petite restauration (malakoff - saucisse)

    Animations

    10h00: cors des Alpes

    11h00: réception

    De 18 h 00 - 20h00 à 01h00: bal avec trois orchestres:

    Arpège - La Bandastico & l'Orchestre Bastien Babaz

    Pour tous renseignements: 079 440 57 81

    D'ores et déjà, un grand merci pour votre présence qui aidera l'Association pour le Bien des Aveugles et malvoyants.

    « Les atouts les plus précieux de nos malades, ce sont les hommes et les femmes qui portent l'uniforme du bon samaritain ».

    Allez bonne soirée et fin de semaine

     François Velen

    Vice-Président d'organisation de cette marche

    Lien permanent 0 commentaire
  • Ce sont nos hautes Autorités qui sont seules responsables !

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    C'est officiellement le premier jour de l'automne, le temps est maussade tout comme la gestion faillie des réfugiés, que dis-je des Syriens arrivés dans cette Europe aux soins intensifs.

    Ces 28 jouent avec la vie humaine et ceci n'est pas acceptable.

    Depuis des mois, des années que le conflit enfle, le corollaire étant que l' »envahissement » était prévisible comme une bombe à retardement.

    L'Europe n'a pas garanti ses frontières et n'a pas su être visionnaire un point c'est tout.

    Cerise sur le gâteau elle n'arrive pas à faire la distinction entre les vrais réfugiés politiques et économiques, le fruit étant l'arrivée massive de gens qui sont manipulés depuis leur pays.

    En Suisse ce n'est guère mieux.

    Les générations futures doivent être protégées.

    La haute classe politique, en l'occurrence Madame Sommaruga, sont loin d'adopter une authentique politique globale de l'immigration qui garantisse l'entière sécurité de nos frontières et par là-même le territoire d'aujourd'hui et celui des générations futures.

    En effet, il n'y a pas de respect des lois et surtout de la convention de Genève.

    Si la Suisse a su toujours offrir jusqu'ici à toutes les personnes persécutées par toutes les tentacules liées à la guerre, l'accueil et de pouvoir vivre selon les principes des libertés, elle ne peut s'ouvrir à tout vent à tous sous prétexte qu'elle est la « cuisse hospitalière » de tout un chacun.

    Par le passé, une personne persécutée par un conflit arrivait en Suisse et repartait une fois la guerre terminée telle est la vraie politique; c'était le vrai réfugié politique.

    23 septembre 2015, le problème des réfugiés est incontrôlable parce que nos frontières sont ouvertes, parce que la Suisse tout comme l'Europe n'arrivent pas à préserver l'intégrité des frontières, j'en passe et des meilleurs.

    La première chose à mettre en place très rapidement est le principe de faire respecter la convention de Genève, et d'autre part, indéniablement de reconstruire de manière permanente les frontières physiques pour que la sécurité migratoire de notre pays soit avérée.

    La dissuasion est la meilleure « arme » pour régler le problème.

    A ce la, nous devons miser sur des effectifs renforcés et dopés de technologies encore plus développées.

    Il est inutile de tourner autour du pots et laisser le « cancer » de l'immigration progresser. Ces pauvres gens sont manipulés et pour finir sont plus malheureux que les gens de leur pays. Ce ne sont pas des marionnettes.

    Quelle tristesse cette politique facétieuse !

    Et avec l'hiver elle ne va pas vraiment faciliter la vie des uns et des autres.

    Le problème de l'immigration est un grave problème mal géré et pas capable d'anticipation.

    Ce sont nos hautes Autorités qui sont seules responsables !

    Allez bonne journée.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Luc Barthassat fait une "insolation" !

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    Conséquence de la canicule ?

    Luc Barthassat fait une « insolation » avec son idée de péage aux frontières franco-genevoises ?

    Que faut-il penser si ce n'est qu'il quitte l'idéologie PDC pour se marier sur ce coup là avec le MCG, car c'est bien ce dernier qui avait fait cette proposition il y a quelques années.

    A cela, dans le Grand Genève, « bébé » de François Longchamp, est-ce une bonne idée de taxer de cette manière les automobilistes transfrontaliers ?

    Vraiment on peut se demander quelle collégialité au sein du Conseil d'Etat. Luc Barthassat l'électron libre ?

    Luc Barthassat le MCG ? Tout comme Mauro Poggia ou Philippe Joye et bien d'autres.......

    Compétence fédérale ?

    Ce genre de taxe ne découle nullement du droit cantonal et dépend de plein fouet de la Constitution fédérale :

    • article 82 sur la circulation routière, dit bien que la Confédération légifère sur la circulation routière et exerce la haute surveillance sur les routes d'importance nationale; elle peut déterminer les routes de transit qui doivent rester ouvertes au trafic. Cet article dit aussi que l'utilisation public est exemple de taxe. L'Assemblée fédérale peut autoriser des exceptions.

    Sur ce dernier point, est-ce que Luc Barthassat a bien reçu, comme il le dit, l'aval de la Ministre fédérale Doris Leuthard, où est-ce une promesse de coin de table ?

    Non à de nouvelles taxes !

    Encaisser une taxe comme si l'on entrait à Londres est dans une période où l'argent est plus que nécessaire dans les familles un accroissement des impôts indirects.

    Avec une nouvelle fiscalité en travail est-ce le bon moment de venir avec une telle ineptie ?

    Ceci n'est pas pensable tant pour les frontaliers que pour les habitants de Genève.

    De plus, sachant que la vignette autoroutière va passer à Frs 70,-- à court terme, à long terme Frs 100,--, une nouvelle taxe est-ce une idée de génie ?

    En outre, les Genevois allant en France devront-ils payer en rentrant chez eux ?

    Non l'idée du Ministre PDC est à tout le moins complétement « loufoque ».

    Elle est égale à un caprice de jeune Conseiller d'Etat.

    Comme les chats, Luc veut marquer son territoire en se faisant remarquer et essayer de se faire bien voir.

    La « casserole » de Luc chauffe vraiment et il conviendrait que ces collègues lui mette en place le plan « canicule » !

    3 voeux pour Genève ?

    Allez comme Luc Bartassat, j'ai été touché par le soleil car pour Genève j'ai trois voeux d'intérêt publique.

    A oui ? Lesquels ?

    1. rendre la Cathédrale aux catholiques,

    2. couvrir la rade et y faire un grand parking,

    3. rouvrir toutes les maisons closes !

    Comme « Lucky », en pleine canicule ça fait du bien de plaisanter, les gens d'ici et d'ailleurs sauront comprendre et rire aussi des « genevoiseries » d'aucuns, même d'un Conseiller d'Etat.

    Allez bonne soirée !

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Prestations des nouveaux CM : un questionnaire "patriotique" ?

    Imprimer

    images.jpgBien le bonsoir,

    Mesdames et Messieurs les élus, félicitations !

    Nous sommes sauvés par les grandes connaissances culturelles des nouveaux érudits de la pratique de la politique à l'échelon communale.

    Mais François Velen que veux-tu évoquer ?

    Ce soir, nombre de communes genevoises vont introniser leur Conseil municipal.

    Joie dans les coeurs des élus, de leur famille et de leurs amis, et bien évidemment des tendances politiques qu'ils représentent. Un grand moment d'émotion. 

    Tous croient en leur chemin politique, leur leurs bonnes idées, en l'application du programme dicté par leur parti.

    Chacune et chacun va prêcher la bonne parole en voulant de bonne foi donner un nouveau sens politique à la commune, le corollaire étant une meilleure qualité de vie.

    Mais ....

    Le jour de la prestation de serment c'est un peu comme le premier jour des noces.

    Tout et beau, tout le monde est gentil.

    Farandoles, bisous, bouquet de fleurs, garden partie, revue, danses, j'en passe et des meilleurs.

    Ce soir c'est la fête aux communes genevoises et c'est très bien de mettre en avant de façon festive « je le jure ou je le promet ».

    Cela dit, combien de ces nouveaux élus connaissent l'histoire de leur commune, du canton de Genève, et de la confédération Suisse ?

    Combien on déjà mis le nez dans la constitution genevoise, la lex cantonale et fédérale ?

    Combien ont-ils compris le sens de leur engagement ?

    Combien connaissent les paroles du cantique Suisse et du Cé qu'é lainô ?

    Combien savent faire la choucroute, la fricassée genevoise, la fondue, la raclette ?

    Combien n'ont pas d'accent étranger ?!

    Combien savent ce qu'est une motion, une délibération, un postulat ?

    Combien ne vont pas être des nombrilistes mais vibrer pour la communauté ?

    Animé de ces interrogations quant à la qualité culturelle de toutes ces personnes, demain il serait intéressant de faire remplir un questionnaire « patriotique » sur les fondements mêmes des valeurs de la commune, du canton et de la Suisse.

    A cela, les meilleurs pourraient gagner une visite de la Tour Baudet et une bonne bouffe chez « Glozu » !

    Les autres prendre des cours d'abord de civisme et de culture « chauvinisme » (et culinaire genevois !).

    Siéger dans un parlement c'est avant tout être patriotique et chauvinisme pour son peuple et sa région. Combien le sont-ils ?

    Tiens, de manière ludique, quoique, la Tribune de Genève pourrait se lancer dans le test du meilleur ou de la meilleure Conseiller-ère municipal-e du canton de Genève.

    Les autres « incultes » un cour de culture générale patriotique !

    Allez bonne soirée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Sécurité internet ? En faire plus qu'à sa porte !

    Imprimer

    images.jpg

    Bien le bonjour,

    D'entrée de cause, nous faisons plus confiance au virtuel qu'au réel !

    Pourquoi ?

    Réel ?

    Lorsque l'on sonne à notre porte et que nous nous trouvons face à un démarcheur nous pensons très souvent à un « malfrat » voulant repérer les lieux, voler, voire brigander. Réellement, on pense très vite au danger, la confiance ne demeure pas, le doute s'établi vite, bref, l'insécurité est à votre porte. On a plus vite peur de ce faire arnaquer, posséder, ou déposséder.

    A cela, nous invitons très vite la personne à présenter un titre de passage, une carte d'identité, voire de police.

    Par téléphone, il en va de même, on ne fait pas trop confiance en les données sollicitées ou les propositions d'achat-vente.

    Virtuel ?

    Par internet, il n'en va de même psychologiquement.

    Nous faisons bien plus confiance avec des commandes, des réservations de voyage, de paiements, de messagerie j'en passe et des meilleurs.

    On ne se pose pas trop de question quant à l'arnaque ou autre.

    C'est vrai on imagine pas que des hackers nous guettent.

    Pourtant, le piratage informatique est bien présent. Il est comme une maladie « blanche »; elle nous saisit au coeur même de l'ordinateur sans que nous nous en apercevions.

    Ce n'est seulement lorsque nous constatons que notre compte a été vidé, que le fournisseur n'existe pas, que la société n'est pas mentionnée dans google, etc., que nous comprenons que nous nous sommes royalement fait arnaquer.

    Par exemple, je possède un compte bancaire et régulièrement je reçois un mail de cette banque m'informant que mes données liée à mon compte ne sont pas à jour et qu'il y aurait lieu de remplir un formulaire annexé. Trouvant ceci troublant j'ai téléphoné à « ma » banque qui m'a dit de ne pas répondre, c'était des messages pièges pour s'infiltrer dans mon e-banking et me déposséder de mon argent.

    Vous voyez le truc, une personne faisant confiance et hop elle tombe dans le panneau, voilà son compte asséché.

    C'est dire que nous devons absolument faire encore plus attention à internet qu'au porte à porte, si ce n'est plus puisque pas d'interlocuteur vivant.

    Nécessité d'être super vigilant. Sécuriser les mots de passe, se connecter et se déconnecter régulièrement, bien choisir ses comptes, faire une recherche sur google,

    vérifier les paramètres, verrouiller l'écran, être prévenu si le nom apparaît sur le web, etc., etc. Une recherche sur la validité d'informations peuvent éviter le pire.

    L'insécurité informatique est égale à de la géométrie variable si toutes les sécurités de sont pas prises.

    Internet est un outil fabuleux pour explorer, chercher, pour créer, pour avoir des relations.

    Mais.......

    Sans conteste il faut bétonner ses sécurités en se procurant les meilleurs outils pour la faire face à de mauvaises farces.

    Comme à votre porte, ne faisons pas confiance à Internet !

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • FIFA ne doit pas laisser une sombre empreinte dans les dictionnaires.

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    FIFA

    Faillite

    Institutionnelle

    Franchir

    Au-delà

    Qu'est-ce ?

    Avec le carton rouge infligé à la FIFA, on peut dire que c'est la faillite de la confiance institutionnelle et qu'aujourd'hui, il est urgent de franchir le cap et aller au-delà de la justice en créant un nouvel avenir « blanc » du monde du football international.

    Avec ce qui a été diffusé dans tous les médias, il était temps de mettre de l'ordre et d'arrêter certaines dominations financières extérieures.

    Une fois de plus, d'aucuns ont acheté des pontes à des fins personnelles et surtout financières bien juteuses.Ceci doit être en effet dénoncé, jugé et puni.

    On ne peut pas dire que certains dirigeants de la FIFA méritent des félicitations en matière du respect de la charte étique du foot.

    Enfin, la justice commence à faire le ménage en prenant de lourdes mesures. A cela, avec ce séisme de nombreux signes nous encouragent à penser qu'il faut persévérer la notoriété du foot et mettre à plat le « binz » de saleté entachant le monde du foot afin qu'enfin la loyauté éthique règne à la FIFA.

    L'histoire a construit au cours des décennies un essaim de personnes voulant gérer légalement les affaires internationales du foot. A ce jour, force est de constater que l'argent est fois de + plus fort que la loyauté.

    C'est dire que le subtil équilibre entre gestion et confiance s'est progressivement frité laissant place à la gestion déloyale, aux intérêts personnelles, à son petit nombril.

    A ce sujet, on constate comme dans tous milieux dès qu'il y a de l'argent, les gens ne sont plus eux-mêmes et tombent dans la spiral de la corruption, des malversations, des faux, j'en passe et des meilleurs.

    Est-ce humain ? A ce stade, je sais que c'est juteux de malhonnêteté.

    Personnellement, je suis content de la résistance judiciaire à ces hommes et femmes qui ont péché en toute connaissance de cause. Qu'ils-elles soient punis-es.

    Maintenant, il faut encourager la FIFA à poursuivre la lutte contre la corruption, remettre l'église au milieu du village et continuer à conjurer le cauchemar « Fifavien » qui menace l'ensemble du monde du football.

    Les escrocs du foot doivent être déracinés et punis.

    A contrario, les consommateurs loyaux du foot doivent s'encourager à poursuivre le sport humain , sans ambitions financières, et faire figure de personnes préservant les fondements mêmes de la pratique du sport haut en couleur humaine.

    En agitant le boycott de la « bouse » nauséabonde, les activités sportives en sortiront grandies.

    L'histoire de la FIFA ne doit pas laisser une sombre empreinte dans les dictionnaires.

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • VVP : voie verte des privés

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    D'entrée de cause, au fond le projet n'est pas dénudé de bon sens. Il me fait penser à la voie de train de New York revisitée en chemin de plaisance pour piétons.

    A Genève, un mariage piétons-vélos- plaisir du chemin piétonnier, verdure, luminaires sympa, bancs, pourquoi pas, mais ..........

    De quoi je parle ?

    De la grande traversée de 22 klm entre Annemasse et St-Genis.

    (voir TdG « http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/verte-devenir/story/27849557 »

    Verra-t-elle plus vite le jour que la traversée du lac. Hmmmmm !

    Si on se réfère aux dires de l'Office fédéral des routes qui est loin d'inscrire la traversée de la rade, le projet « fou » d'une autoroute pour vélos et piétons couvrant en partie le CEVA se réalisée bien plus tôt.

    Cela constaté, avec toutes les genevoiseries le chemin ne sera pas une sinécure pour joindre l'est à l'ouest de Genève.

    A cela, combien coûtera ce projet certes intéressant et qui paiera ?

    Une manne fédérale ? Alors que Berne ne veut à ce jour pas mettre un sous dans la traversée de la rade, à qui reviendra ce lourd investissement ?

    Actuellement, 12,8 millions de francs sont conditionnés par Berne un lancement de chantier qui aurait débuter en 2014. A cette minute, le projet n'est que sur papier !

    Ce projet fait un peu peur.

    En effet, si on pense que la dette publique genevoise oscille à 14 milliards, si on réfléchit à la traversée de la rade, à la sur-densification et des ses implications collatérales de Genève, au nombre grandissant de gens dans le besoin, à l'Hospice général, au lourd financement attribué aux immigrants, je pense que l'idée de ce chemin « glamour » n'est pas envisageable pour l'instant tant les choix de l'avenir à court, moyen termes sont grands.

    Comment Genève va-t-elle faire face à ce « caprice heureux » dans une société en mouvance constante, où la spirale des augmentations n'a de cesse de plomber le pouvoir d'achat des ménages, où on ne peut concevoir une augmentation d'impôts ? OUI, à l'heure actuelle cette réalisation est contre la vie au quotidien.

    N'étant pas refroidi au point de ranger cette ambition visionnaire dans le tiroir, il conviendrait de vendre à des sociétés implantées à Genève chaque mètre, ou chaque centaine de mètres, voire chaque kilomètre. Une plaque au nom de L'UBS ou du Crédit Suisse, ou de la Banque Raiffeisen, ou Rolex, ou Patek Philippe, ou Protec Gambel, ou du commun des mortels.

    L'appétit de la grande voie verte des privés, on ne pourrait pas s'en priver tout de même, faut-il vouloir vendre.

    Subsidiairement, pendant qu'on y est soyons fous jusqu'au bout et parlons d'un grand téléphérique entre le Salève et le Jura !

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Grütli : Depuis 1291, la sobriété et notre meilleure marque de fabrique !

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    Pour la première fois je suis allé sur la prairie du Grütli. 

    En bateau, le pèlerin ou le touriste découvre une simplicité exemplaire dès le début de la montée à la prairie. Pas de chichi, un simple débarcadère en bois sans signe distinctif si ce n'est une girouette surmontée des trois fondateurs de la Suisse, Arnold de Melchtal, Walter Fürst et Werner Stauffacher.

    Puis vous arpentez le chemin monté de marches, puis de gravier. Là aussi, pas un signe distinctif, rien ne prétend conduire sur la terre d'Uri, Schwytz et Unterwald.

    Enfin, vous arrivez sur la prairie. Là vous vous attendiez à voir un immense monument à l'image de la Croix de Lorraine avec un musée et des magasins de souvenirs.

    RIEN !

    Trois blocs de rocher-banc, un grand mas en bois sur lequel flotte le drapeau de la Suisse.

    RIEN D'AUTRE !

    Le seul emblème c'est le drapeau, rien d'autre.

    En effet, c'est sans décorum ostentatoire comme dans n'importe quel site dit mémorial où des oeuvres sont évoquées à outrance.

    En rien un chemin de « croix » !

    Si on on ne connaît pas l'histoire de ce site, on ne peut pas deviner que trois hommes ont juré au nom du Seigneur de faire alliance contre tout agresseur.

    Alors quelle image ?

    Une image digne de la Suisse qui a su protéger l'intégration et le dialogue des cantons.

    C'est la « crèche de la confédération ».

    C'est une lieu de tradition humanitaire qui veille sur le bon peuple Suisse.

    C'est un lieu certes symbolique mais oh combien important pour la cohésion de la société Suisse.

    Là où le pacte défensif fut signé, l'avenir doit respecter les valeurs de la Suisse, ses autochtones, ses visiteurs, ses terres et ses limites et ses réfugiés politiques dans une certaine limite.

    En définitif, l'alliance devenue de tous les cantons est un lieu de terre où il fait bon vivre, c'est pourquoi nul besoin de s'ouvrir comme aujourd'hui pour des raisons strictement économiques.

    Si nous ne préservons pas la valeur du pacte et la grande simplicité de 1291 tel que le voulait les trois fondateurs nous irons vers une généralisation des problèmes des voisins.

    Ici, il faut bien l'avouer que sans le patriotisme et le respect des valeurs, la Suisse aurait depuis 1992 fait sauter le pouvoir et tous les efforts des ancêtres. Encore aujourd'hui ceci ne peut être louable et jouable.

    LA SIMPLICITE DU GRUTLI EST CELLE DE LA SUISSE DANS UN MONDE EN MUTATION CONSTANTE.

    Ne rougissons pas en voulant préserver cette Suisse tant enviée d'aucuns.

    Depuis 1291, la sobriété et notre meilleure marque de fabrique !

    Suissesses et Suisses soyons humbles devant les richesses de notre pays.

    Vive la Suisse.

    Allez bonne soirée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • l'opus des CFF : 10'000 nouveaux psy !

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    Le dernier opus des CFF est dont de sauver les personnes tentées de se suicider.

    Woua, les bons petits anges !

    C'est clair que les dégâts psychologiques d'un chauffeur face à un suicide sont une souffrance.

    A cela, le traumatisme peut être grand et s'interprète et se soigne
    au coup par coup et selon les mécaniciens-chauffeurs. Là, je pense en effet qu'une aide psy est nécessaire.

    Non, cela ne suffit pas et les CFF veulent faire rouler le wagon du bon samaritain psy.

    En effet, leur nouvelle révélation angélique consiste à diminuer les tentés de la mort en complétant la mission de 10'000 collaborateurs avec des séminaires de sensibilisation.

    . Formation de patrouille pour décourager la personne tentée de se donner la mort,

    . Renforcement de la sécurité sur les voies,

    . Une large communication,

    . etc.,

    Dissuader une personne au bout du rouleau est un long chemin.

    Pourquoi, en arriver à se donner la mort ?

    Par ce qu'en amont les services idoines n'ont peut être pas administrés les bonnes méthodes, n'ont pas compris, n'ont rien vu venir. Ou alors la personne a vraiment décidé de quitter nos sociétés malgré toute la machine psy.

    Se donner volontairement la mort appartient presque à la science fiction tellement l'acte permet une multitude de questions sans réponse.

    Bien évidemment il faut faire de la prévention, toutefois, elle ne se fait pas au moment de passer à l'acte.

    Je pense que l'opus des CFF est agréable à entendre cependant elle ne rassure pas pour autant.

    Si une être humain a décidé de se donner la mort par ras le bol, si je puis dire ainsi, ont ne pourra l'en empêcher.

    Est-ce la mission des CFF ?

    Les CFF n'ont pas la maîtrise des nombreux kilomètres de voies.

    Comment dissuader un déprimé-total de se jeter sous le train entre Saxon et Martigny ?

    Un employé des CFF à chaque kilomètre ?

    La personne qui veut tourner le dos à notre bonne vieille terre le fera de toute manière.

    Rappelons-nous Mike Brant !

    Non, il ne faut pas se réjouir de cette opus.

    De tout les suicidés, seuls 8 % se jettent sur les voies, partant, cette nouvelle mission psychologique se veut-elle rassurante pour les employés des CFF ou sont-ce les CFF qui veulent se donner bonne conscience.

    La fibre sociale de la grande « régie » est louable mais fait sourire.

    Au fait combien ça coûtera ?

    Est-ce l'emprunt de 160 millions qui pour partie couvrira les frais de formation ?

    Les CFF feraient mieux d'investir purement et simplement dans le rail et donner encore plus de satisfaction au nombreux utilisateurs du train.

    En conclusion, les CFF ne devraient pas avoir pour vocation de se substituer à la grande machine psy Suisse.

    Bientôt dans notre société tout humain sera le psy de son prochain.

    Un jour, arriverons-nous à une société d'assistés ?

    A chacun sa place et les vaches seront bien gardées !

    Allez bonne journée.

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • HUG : Polémique ou réalité ?

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    D'entrée de blog, je tiens à préciser que ma plume se manifeste à titre privé.

    Les HUG ?

    Ce matin la presse se faisait l'écho de vives critiques dirigées contre la maternité.

    Encore un dysfonctionnement ?

    Ces derniers temps à tous les niveaux, il semble que les HUG soient la cible d'attaques des syndicats, du partie du corps médical et des patients.

    Dernièrement c'est l'engagement du patron de la clinique d'orthopédie qui a heurté d'aucuns. Au lieu de choisir le No 2, le professeur bien de chez nous, non les HUG ont préféré un libanais installé à Paris.

    Certes, aux dires de tous les témoignages accablants, il semblerait qu'un grand malaise gangrène le mastodonte.

    Sur la base des bavures est-ce que les patients risquent un dommage médical.

    Bertrand Levrat, Directeur des HUG, affirme qu'il n'y aucun danger pour les malades.

    Vrai ou pas vrai, bonne question qui mérite une bonne réponse d'experts.

    La parole du Directeur et de son important staff ne suffit pas à convaincre.

    Si le but médical n'est pas atteint, par contre, est-ce que la politique menée aux HUG est satisfaisante ou y a-t-il vraiment des problèmes de fonds qui méritent d'être analysés, solutionnés et traités

    Les HUG souffrent-ils et le cas échéant quels remèdes ?

    La première question qui vient à l'esprit consiste à se demander s'il n'existe pas un fossé entre administration et la médecine. Gestion n'est pas médical, vice et versa.

    Que faire pour détecter les maux qui rongent la bonne gestion.

    Une bonne radiographie, un scanner, une IRM, et s'il le faut vraiment opérer voire injecter de la chimiothérapie.

    Des amputations au sein de l'organisation même de cette grosse machine médicale

    Que faire pour guérir ?

    Je sais ce que la facture serait salée, mais un audit général ?

    La Cour des comptes ?

    Où alors un regard d'un centre hospitalier outre Sarine.

    Les Genevois veulent savoir ce qu'il se passe au fond.

    Ils ont droit d'être rassurés tant sur le domaine médical que celui de la gestion des derniers publics.

    Alors HUG : polémique ou réalité ?

    En dernier ressort la parole est à Mauro Poggia qui devra s'expliquer sur le stress au quotidien des HUG. Les Genevois veulent savoir !

    Un coup de baguette magique suffira-t-il pour guérir les plaies ?

    Allez bonne soirée.

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Intempéries : MERCI "Aide catastrophe" !

    Imprimer

    Arve2.jpgBien le bonjour,

    Genève victime de plein fouet des caprices de la nature.

    Météo Genève a placé en alerte plusieurs sites, surtout ceux au bord de l'Arve.

    Les pluies diluviennes et l'apport d'eau tumultueuse s'écoulant depuis le Mont Blanc nécessitent un suivi tout particulier du fait de l'intensité et de la persistance sur plusieurs jours de mauvais temps.

    Il pleut depuis 48 heures, les rivières sont limites, des ponts, des quais, et des routes sont fermés.

    Semble-t-il à l'heure ou j'écris ce blog (12 h 26), il semblerait que l'Arve va à nouveau montrer qu'elle est là et bien là.

    Le pont du Val d'Arve (Bout du monde) et certainement celui des Acacias seront fermés demain jusqu'à 19 heures (source Protection civile).

    Que faire si ce n'est accepter purement et simplement cet épisode naturel et éviter de se prendre le « chou » et de râler. On ne peut rien faire si ce n'est prier le bon Dieu pour que la situation de se dégrade pas encore plus.

    Vous imaginez les villages inondés, les ponts qui se fracturent, les gens sans abris, j'en passe et des meilleurs. Heureusement ici nous sommes loin de scénario catastrophique.

    Merci « Aide catastrophe » !

    12 h 34 ma plume écrit encore ......

    Face à la montée des eaux, des hommes et des femmes n'ont de cesse d'intensifier leurs efforts pour sécuriser les périmètres en danger.

    C'est en effet dans cette « catastrophe » naturelle liée au climat que pompiers, polices, sauveteurs auxiliaires, protection civile, météorologues, Autorités, etc., ont une approche toute particulière pour éviter les inondations.

    Ce sont eux qui font de la prévention et en cas de dégradation sonneront l'alarme, évacueront, prodigueront les premiers soins.

    Cette mobilisation est sécurisante.

    A ceci, en ces quelques lignes, je voudrais remercier toutes ces personnes qui sont là pour protéger la population et les biens.

    Ils font beaucoup pour éviter ou parer au pire.

    La panification de la gestion de cette crise préventive inondation est parfaite et mérite toute notre reconnaissance.

    A vous : MERCI !

    Alors merci à toutes et à tous pour vos efforts consentis en ces moments et surtout l'élan de solidarité qui a permis à Genève de vivre des heures bien mouillées.

    J'espère bien que les Autorités vous remercieront et que les médias sauront traduire dans leurs pages liées à ce triste événement le MERCI de la population.

    En conclusion, si conclusion il devrait y avoir, merci d'avoir anticipé, organisé, prévu, agi.

    Cette esprit de bon « Samaritains » voire de « Saint-Bernard » démontre qu'en cas d'aléas naturels la solidarité fait face aux petits soucis quotidiens parfois bien périphériques.

    MERCI !

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les sept sages de la Tour Baudet (....!) travaille-t-il comme des manches ?

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    Où c'est le Conseil d'Etat qui présente mal ses dossiers ou alors c'est la Berne fédérale qui n'aime pas la longeole Genvèse.

    Pourquoi ces sempiternelles fricassées de refus :

    . La traversée de la rade non inscrite à l'OFROUT,

    . Le plan directeur cantonal ne donnant pas satisfaction,

    . Aujourd'hui, l'extension de la prison de Cham Dollon.

    . Demain ?

    Quelle pagaille à Genève !

    Malgré les allez-retour de nos Autorités au coeur du système politique Suisse on pourrait dire que rien ne va plus.

    En effet, les couacs politiques genevois ne manquent pas.

    Sur trois sujets, nous sommes sur des couacs dus soit une mauvaise présentation des dossiers, soit sur une mauvaise compréhension du Conseil fédéral.

    Où à la chatte a-t-elle mal à la patte ?

    S'agissant de dossiers d'avenir pour une authentique qualité de vie à Genève, est-ce que nos Conseillers d'Etat ont des problème de vision politique où sont-ils mal conseillés par leur Secrétaire général, leurs juristes, qui sais-je.

    En ceci, si les projets mal ficelés sont retourné par Berne à l'expéditeur pour de bonnes raisons, il n'en demeure pas moins que la machine doit repartir toujours à zéro. Il faut présenter d'autres solutions et ceci prend à nouveau du temps, or le temps c'est de l'argent. Qui de la bonne utilisation de nos impôts ?

    Or que si le Conseil d'Etat était plus précis, il n'y aurait pas tant de recadrage de la part des Maîtres d'école bernois.

    Dans ces trois dossiers, notamment, tout le monde a voulu montrer ses muscles politiques et au final la musculature de Genève s'est faite dégonflée par Berne.

    Quel sérieux ?

    Rire ou pleurer ?

    Les sept sages de la Tour Baudet (....!) travaille-t-il comme des manches ?

    Quel sérieux à la rue de l'Hôtel de Ville ?

    Les Genevois veulent savoir pourquoi nous sommes toujours renvoyés à la case départ.

    Pourquoi, les projets, certes intéressants, sont bloqués par Berne.

    Comment fonctionnent le Conseil d'Etat et leur aréopage de collaborateurs.

    Les Genevois veulent savoir.

    Je propose que le Conseil d'Etat genevois fasse vérifier ses dossiers par les Services juridiques du palais fédéral avant de les poser sur la table du Conseil fédéral.

    Ainsi Genève incluant toute la population sera moins la risée des Suisses-allemand.

    Car aujourd'hui, la crédibilité politique de Genève est mise à mal, le corollaire étant une perte totale de crédibilité à Berne.

    Allez bonne soirée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire