13/07/2013

Paris : inadmissible, la "racaille" détroussent blessés et cadavres.

Unknown.jpgBien le bonjour,

D'ores et déjà, bon week end !

Certes...

En prenant connaissance des nouvelles ce matin, je suis totalement scandalisé par la « racaille » qui a empêché les secours d'intervenir sur les lieux de l'accident de train en gare de Brétigny-sur-Orge, Paris, ce vendredi.

Les « jeunes » incrustés localement agressent les secouristes (France info, 19 h 40).

Noirs et Arabes détroussaient tranquillement les cadavres.

Dérangés par les secouristes, ils les « caillassent ».

Une femme policier les qualifie de « monstrueux » sur Europe 1 (21 h 04).

« Tain d'rassisse » (Source P. Gorman).

Ces scènes sont horribles et méritent d'être punies très sévèrement.

Même dans l'horreur, l'immigration néglige le code des valeurs de la vie. 

Une fois de plus une partie de l'immigration montre son vrai visage, celle de gens qui n'ont rien à faire chez nous puisque ne s'adaptant pas à notre culture, à nos us et coutume, notre sécurité.

Cette diversité humaine n'a pas sa place parmi les civilisés si elle ne respecte pas nos terres d'asile.

L'ouverture des frontières est responsable de ces situations barbares, à la limite de la loi de la jungle.

Je persiste à dire qu'un renforcement incontournable du Corps des gardes-frontières pour contrôler l'arrivée des clandestins et des indésirables est super urgent

Je demeure convaincu qu'il est pressant de stopper de rendre nos pays, particulièrement la Suisse qui ne fait pas partie de cette Europe aux soins intensifs, attrayant.

Je serais tenter de dire que l'Europe, en l'occurrence j'en suis certain pour la Suisse, doit exiger d'elle même davantage de fermeté aux attaques des "racailles" venus d'ailleurs et arrêter de les stocker au coeur des pulsations de nos terres.

Hier soir à Paris l'exemple de gens sans âmes est le fruit d'une décadence de nos valeurs.

Continuons à ouvrir nos frontières et vous verrez dans quelques années.......

Elle est belle l'Europe passoire.

Cela dit, au delà de ces considérations, nous les « petits Suisses » devons être de tout coeur avec les familles des victimes, des blessés, des secouristes, et de toutes les personnes touchées par cet effroyable accident de train terni au demeurant par la « racaille ».

La France est en Deuil, la Suisse pleure avec Elle.

Allez bonne journée !

 

 

07:51 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/01/2012

Novartis : le feu de l'enfer est terminé !

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Superbe journée que ce 18 janvier 2012.

Ca y est la sentence est prononcée au milieu des employés dans une grande fête populaire de l'Humain. Le feu de l'enfer est terminé !

Novartis Prangins est sauvé du naufrage humain.

La ténacité des employés a ramené à la raison la Direction de Novartis. BRAVO !

L'article de notre bonne « Julie » :

http://www.tdg.ch/suisse/Plus-de-300-employes-de-Novartis-sauvent-leurs-postes/story/11337904

Tout simplement c'est magnifique.

Comme beaucoup, je suis heureux.

Les négociations dans tous les sens ont porté leurs fruits et resteront gravées dans les anales de l'histoire économique vaudoise.

Si les employés sont salués par leur bras de fer sans réserve, il faut aussi constater les excellentes négociations menées par le Conseil d'Etat Vaudois.

Mais c'est flagrant ! Les Autorités Vaudoises sont moins « bobettes » que celles de Genève, au moins elles facilitent l'esprit constructif en valorisant des terrains de Novartis vers un changeant de l'affectation des parcelles qui permettront de réaliser des logements.

Vous voyez cette initiative dynamique de politique à Genève ? Les Autorités sont bien trop molles pour s'engager dans de telles démarche favorisant l'expansion du logement.

A Genève, mais quel manque de courage politique.....

Conclusion sur ce dossier, la culture de Paix du travail cher à l'économie Suisse est respectée grâce à l'engagement de toutes les parties pour le sauvetage de Novartis Prangins.

Et de préciser que les médecins préférés du rhumatologue genevois pourront à nouveau prescrire les médicaments Novartis. Disons un merci tout particulier à cette « petite » main médicale pour son engagement qui aura été très certainement le vecteur du dénouement heureux de Novartis Vaud !!!

Certaines erreurs ont été commises, mais toutes et tous n'ont été lâches en tenant tête à Novartis.

Certes......

A Genève je me pose la question si le Conseil municipal est bien présidé.

Il n'y qu'à lire l'article de ce matin :

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Le-Municipal-semb...

« Le Municipal s'embourbe pour des points urgents »

La Présidente Démocrate Chrétienne Alexandre Rys une Dame de fer ? A lire l'article, bofffffff.

« Molachone » ? Que l'on nous laisse porter un constat voire un jugement démocratique sur ses priorités liées à la gestion de ce parlement municipal.

Ah nos bonnes Autorités genevoises, un triste tableau. Il n'y a qu'à voir le PLR........

Dans un monde tellement divisé : guerres de religion, génocides, manque de respect, débâcles économiques, nombre grandissant de déprimes, augmentation nette de la pauvreté, j'en passe et des meilleurs, nous sommes gérés comme des pinces.

Quelle magie de la politique à Genève lorsque l'on compare à d'autres cantons comme Vaud ?

Allez bonne journée !

 

 

 

 

 

 

07:51 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

17/11/2011

Gilbert Albert SA aux poursuites !!!!

 

Unknown.jpgBien le bonjour,

Woua nous allons vivre une super journée ensoleillée.

Profondément optimale pour le moral sans mal de l'esprit.

Nous vivons vraiment un super bel automne.

Mais que oui de vraies petits bijoux ces belle journées.

On a envie de s'appeler Albert ou Gilbert ?

En tout cas pas Gilbert Albert SA !!!

Tiens mais pourquoi invoquer ces deux prénoms ?

Avez-vous lu la TdG ? Notamment l'article sur Gilbert Albert SA

http://www.tdg.ch/actu/economie/pishyar-poursuites-2-mill...

La célèbre bijouterie dont le nouveau proprio est Majid Pishyar est aux poursuites pour plus de 2 millions.

Le proprio également patron du Servette FC.

Les dettes se portent notamment sur des remboursement à Gilbert Albert, le Père fondateur, de l'entreprise qui a vendu, au mauvais cheval semble-t-il, au poursuivi ci-dessus mentionnée.

La plus grave à mon humble sens c'est les non paiements de l'AVS, Là c'est indéniablement super grave. C'est inadmissible. Le Code pénal doit punir.

Rien que pour ce non paiement des charges sociales, nécessité de bouder cette bijouterie.

L'addition des poursuites dues aux créanciers est lourde.

Le corollaire, les matières premières, l'or en l'occurrence, manquent.

Les employés ont le moral dans les chaussettes. Ils s'imaginent le pire pour leur avenir professionnel.

La Maison Gilbert Albert SA connue dans le monde entier coule non pas dans l'or mais dans les pierres bien dures des dettes.

Le Fondateur Monsieur Gilbert Albert doit pâlir, se mordre les doigts d'avoir vendu sa noble entreprise à une sorte de « rigolo » des affaires.

Je plains Gilbert Albert de vivre ses vieux jours emplis de la triste constatation de ces malheureux faits authentiques : « Il coule mon entreprise... ».

Son entreprise fier d'être entre ciel et mer, au milieu des joyaux de la nature, flirtant avec les fleurs de la mers, part à la dérive. Quelle tristesse. Quel désarroi.

Tout une histoire qui va finir dans l'histoire des entreprises ayant mal tourner.

Merde alors, mauvaise création patronale que le Pishyar !

Et Servette FC, allons nous supporter le même sort que Mar Roger ?

Comment Majod Pshyar gère le club ? Des poursuites ?

Alors disons que Majid Pishyar n'est pas de l'or en barre.

Loin d'être un bijou de la loyauté financière.

Allez bonne journée !

 

 

 

 

 

 

08:05 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/11/2011

Firmenich et la Llods Banque quitteraient Genève ????

 

images.jpgBien le bonjour,

L'économie se casse la gueule.

C'est la crise.

Ce n'est pas historique, de tout temps il y a eu des crises.

C'est le début des « Dix calamiteuses ».

En effet, selon les spécialistes nous partons pour dix ans de redressement.

Rien ne va plus dans les bourses, dans les finances publiques, et chez les privés.

Le développement politique est impuissant.

Ceux qui mènent le bal de la politique dansent dans le mauvais sens.

Un chat est un chat, les perspectives ne sont pas bonnes.

J'ai appris par un éminent politique genevois que Firmenich et la Llods Banque quitteraient Genève. Une autre multinationale dont je ne connais pas le nom irait aussi ailleurs.

Genève est trop cher, ce n'est plus vivable.

Il semblerait que d'autres vont suivre le pas.

Vrai ou pas ? Attendons les bonnes nouvelles du Conseil d'Etat.

Ce qui voudrait dire que l'implantation dans le Canton tomberait dans la spirale de la dégringolade à Genève.

Mais alors, moins de rentrées fiscales, le corollaire, des finances publiques tirées vers le bas. Des futurs déficits budgétaires ?

David Hiler le Ministre des finances genevoises prédit des jours sombres.

Depuis juin, chaque mois, Frs 75 millions n'alimentent pas les caisses de l'Etat.

C'est un manque à gagner évident qui va alimenter les filets sociaux, car de plus en plus de gens seront dans la précarité.

Autant dire que les coupent dans le budget 2012 vont tomber sur la tête de la gestion de l'Etat. L'Etat prévoit 500 millions de déficit pour 2012. Blocages des salaires et restrictions budgétaires.

Les années tellement fabuleuses, caractérisées par une croissance économique à peu près ininterrompue cette dernière décennie, n'est plus qu'une belle histoire.

La société de consommation qui s'épanouissait va devoir faire des choix.

C'est la dérive.

Nous entrons dans une tragicomédie économique.

Je ne suis pas désolé de me mettre devant la réalité des faits acquis et de l' avenir.

Je ne suis pas désolé de dire tout haut et tout fort qu'il faudra se serrer la ceinture.

Je ne suis pas désolé d'admettre que des dynamiques différentes doivent être pensées et réalisées pour le bien être de nos sociétés, car cette crise n'est pas éphémère.

Oui, nous sommes secouer par une nouvelle crise à haute échelle.

Nous sommes une nouvelle fois entrés dans une époque de profondes mutations; fléaux du chômage, de la précarité, de l'insécurité sociale, du mal être, des déprimes, etc.

Et bien, Nous, nous ne tarirons pas la source de carburant nous donnant l'énergie de vivre, car nous voulons vivre.....

Allez bonne journée !

 

 

 

 

 

08:08 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

26/10/2011

Crash de la finance mondiale ....!!!!!

 

Unknown.jpegBien le bonjour,

Vous avez remarqué les décorations de Noël dans les vitrines des magasins.

Noël entre déjà dans sa phase préparatoire.

Et oui, force commerciale oblige !

Héhéhéhéhéhé il n'y a pas de petits profits.

Certes,

Le chemin des fruits pourris liés aux restructurations commence à sillonner la Suisse.

Novartis vas licencier 2000 emplois dont 1100 chez Nous.

Résultat de la mondialisation et du franc fort.

A contrario, création de 700 emplois dans des pays où les coûts sont bas.

Cerise sur le gâteau de ce « foutage de gueule », Novartis engendre un bénéfice de plus de 3 milliards en augmentation de 12 %.

Cher Docteur, cherchez l'erreur.

Ah oui, le monde en mutation constante essaie de trouver l'authentique chemin de la mondialisation.

Aujourd'hui un des plus grand groupe pharmaceutique, demain quelle branche.

Heureusement que nous sommes pas dans cette Europe aux soins intensifs.

Merci l'UDC.....

Je suis pour l'ouverture mais pas à n'importe quel prix.

Au passage, je précise que je suis Chrétien mais pas crétin !!!!

Aujourd'hui nous sommes touchés indirectement pas la crise de nos voisins.

Si nous étions partie intégrante de cette grosse machine européenne je ne suis pas certain que notre économie irait bien mieux, au contraire.

De tout coeur avec celles et ceux qui souffrent ou qui vont souffrir de ces faux calculs européens.

Certes.....

Au sujet de l'économie mondiale, notre bonne « Julie » parle d'un banquier genevois prédisant en musique un crash de la finance mondiale.

Ce refrain alarmiste sort de la tête imaginaire peut être d'un jeune homme de 33 ans qui a travaillé durant 4 années dans un back-office d'une banque privée genevoise.

Avec son oeil critique, il a sorti une vidéo très hot prédisant l'effondrement de l'appareil financier. Une sorte de fin du monde de nos portes-monnaie.

Des scène dégentées puisque qu'il n'hésite pas à se jeter habillé du haut du pont de la Coulouvronière.

Son but consiste au réveil global et revenir sur des bases solides d'une finance saine.

Ce « mec » voit peut être clair mais espérons à tout le moins qu'il se trompe en pensant que les Grands de ce monde éviteront le pire.

Ah oui n'oublions pas qu'une grande mutation mondiale (renouvellement de nos civilisations) est prévue le 21 décembre 2012 !

Alors à vos marques, 1, 2 et 3 vivez votre vie quoiqu'il arrive.

Allez bonne journée !

 

L'article de la TdG

http://www.tdg.ch/actu/buzz/banquier-genevois-denonce-clip-systeme-financier-2011-10-24

 

 

 

 

 

 

07:05 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

05/10/2011

Médecin pas copain avec l'Etat/Patient pas copain avec les assurances !

 

images.jpgBien le bonjour,

Profitez le vrai automne arrive à grands pas.

Hummmm ça sent les fondues, les choucroutes et tous les mets de circonstances.

Hummmm ça sent aussi les rhumes....

Certes.....

Berne injecte une nouvelle chimiothérapie aux coûts de la médecine.

On ne pourra plus choisir son spécialiste au risque d'une participation de 15 %.

On en revient au bon vieux médecin de famille (à mon humble avis c'est très bien...)

De plus en plus des médicaments ne sont plus remboursés.

Les assurances peinent à libérer les réserves par canton.

Introduction du « Managed care », ce système de gestion rigoureuse de la délivrance des soins médicaux couplée à son financement, dans le but de réduire ou de contenir leur coût. C'est un partenariat entre fournisseurs de soins et financeurs «assureurs ». Il s'agit d'utiliser tous les bons moyens pour réduire les dépenses. Le but est aussi de réduire drastiquement les consultation en créant de plus en plus de HMO, réseau de soins ou un médecin de famille.

Introduction également du « SwissDRG » (Swiss Diagnosis Related Groups).

Encore un nom bien Suisse !!! C'est le nouveau tarif de rémunération des prestations hospitalières en soins somatiques aigus. Ce système tend à classer une pathologie médicale dans un secteur hospitalier pour être indemnisé de manière forfaitaire sur la base de critères définis, comme le diagnostic supplémentaire, les traitements et le degré de sévérité.

Et les toubibs dans ces nouveaux « machins » de la santé ?

Ca ne vous étonnera pas d'apprendre que les médecins ne sont pas les meilleurs Amis avec l'Etat et les Caisses maladies. Les relations sont même dramatiques au point que la confiance est rompue avec ces institutions, le corollaire un malaise certain des praticiens quant à l'avenir.

La situation risque de se dégrader ces prochaines années si aucun remède miracle n'est trouvé.

Pour l'instant les nouvelles mesures citées ci-dessus donneront un nouveau visage à la médecine imposant des changements radicaux (!) dans la profession.

Les relations entre médecins, l'Etat, et les assurances ne sont pas prêtes de bénéficier aux patients et assurés.

Et le patient la dedans ....

Les médecins sont affirmatifs, les prises en charge des patients se dégradent et se dégraderont.

A l'avenir, se dessineront les bons patients qui rapportent, et ceux qui coûtent trop cher.

Tu iras chez ton médecin de famille qui t'examinera, qui t'enverra chez le spécialiste (ce que je trouve bien pour éviter des abus très perso.). Ton médecin est le chef de ton réseau.

Mauvaise nouvelle pour le patient, les toubibs devront lever le secret médical en faveur des assureurs.

Questions :

  1. l'assurance de base doit-elle être séparée des assurances privées ?

  2. Le Managed care est-il bénéfique ?

  3. Faut-il encourager le SwissDRG ?

  4. Le médecin de famille est-il judicieux ?

  5. Nécessité de créer des réseaux ?

  6. Faut-il mettre à la retraite tous les médecins âgés de 65 ans et encourager la relève ?

  7. Tout bonnement réformer en profondeur l'assurance-maladie ?

1 question par Conseiller fédéral !

En conclusion, toutes ses réformes-pansements du système de la santé fâchent médecins et patients. Elles laissent de nombreuses questions ouvertes. Elles demeurent pensive pour l'avenir.

En définitive qu'est ce qui prime pour le patient malade : Enrichir positiviment son état de santé ou enrichir négativement les assureurs défendus par l'Etat ?

Bref, pas simple nos sociétés, le corollaire nos systèmes !

Allez bonne journée !

 

(petite enquête faite dans le journal Planète Santé No 9)

 

 

 

07:05 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

27/07/2011

5000 femmes et hommes licenciés à l'UBS et CS ???

 

images.jpgBien le bonjour,

Ca gaz ou vous êtes encore à l'énergie nucléaire ?!!!

Tout d'abord, l'affaire DSK on s'en fou totalement, car chez nous, nous subissons directement des retombées des folies de l'Europe et c'est bien plus important que les velléités de DSK.

Bien que le plus souvent mes quotidiennes soient d'un esprit positif, ce jour je suis en mode glacé, non pas le froid atmosphérique mais par les news helvétiques.

Rien ne va plus, ils vont vivre des moments de vaches maigres. Et oui, encore et toujours ils vont trinquer.

En effet, je suis refroidi par les les conséquences liées aux sensibilités économiques de nos grandes banques, l'UBS et le CS.

La Julie le quotidien tant aimé ici et ailleurs parle des réjouissances décevantes de ces coffres forts :

http://www.tdg.ch/actu/economie/ubs-credit-suisse-passent...

Et une fois de plus, les administrateurs déraillent. Le regard aussi glacial que dix congélateurs réunis d'Oswald Grübel, son doigt pointé vers un avenir qui en dit long sur le futur des employés, me fait froid dans le dos. Cet homme a mis le masque « de la gueule » d'enterrement !

Cet allemand au regard aussi glacial que la Justice de Berne ne mesure pas les conséquences humaines qu'il va mettre en place pour ne pas baisser les rendements des portefeuilles des actionnaires et..... son salaire....

Car cet homme va licencier. Licencier certainement plus de 5000 hommes et femmes. Des pères, des mères de famille, des gens honnêtes, sincères, loyaux, se donnant à fond pour les banques.

Alors, je vais me mettre à son diapason et être aussi froid que lui.

 

  1. Bloquer tant que l'économie le demande les augmentations de salaire de haut en bas.

  2. Augmenter le temps de travail.

  3. Par équité bien Suisse réévaluer à la baisse les salaires de tous les dirigeants, toutes les directions.

  4. Bloquer les dividendes distribués aux actionnaires.

 

Bien que j'aie adhéré à l'UDC, car le PDC est trop mollasson, et la providence y pourvoira si Dieu le veut !, je dirais qu'il faut d'abord être solidaire de ces futurs licenciés et mettre en valeur tout ce qui est possible de faire pour justement sauver ces postes, le corollaire, ces personnes très humaines. Ca commence par l'exemple de Monsieur Oswald Grübel et son staff.........

On peut être UDC modéré, humain, respectueux des valeurs, des cultures qui sont celles d'un pays. Politique, sociale, économique, religionS (le PDC n'a pas le monopole de la Chrétienneté !!!), un UDC est aussi voué à cette mission prioritaire et incomparable, celle d'aimer le dynamisme de l'Etre humain et de ses valeurs sans limite de survie au sein de ses couleurs patriotiques.

Voici, voilà :

« La prise de conscience que nous appartenons à une humanité commune, et que cette appartenance est fondamentale que toute autre appartenance, a changé beaucoup de mes attitudes et ma vision de l'être humain. Elle m'a aidé à me libérer de compulsions égocentriques et de blessures intérieures, m'a incité à mieux accueillir ceux qui sont différents, les « étrangers », et même ceux qui nous agressent, les « ennemis ». Passer de l'égoïsme à l'amour, de l'esclavage de la liberté, de l'enfermement sur soi à l'ouverture aux autres, c'est grandir; c'est le chemin vers la pleine maturité humaine » (Jean Vanier).

Allez bonne journée à toutes et à tous !

 

 

08:10 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook

27/12/2010

Ca va, ça vient, ça fait du bien ....!!!

950269054_small.jpgSalut les gens !

 

Bien passé ce traditionnel Noël. Bien festoyé, reçu des présents, pensé à l’autre qui n’a pas pu faire comme nous ???

 

Et now tout reprend le dessus jusqu’à vendredi.

 

2010 via 2011 ! Ca va, ça vient, ça fait du bien !

Ca y est les tordus vous pensez à quoi, à qui, bandent de « cochons » !!!!

 

COOP et MIGROS ont baissé une kyrielle de prix. Est-ce l’implantation de discounters étrangers qui font gommés les anciens prix ? Ou est-ce la gueguerre des deux plus grands distributeurs helvétiques. Je subodore les 2.

 

Toujours est-il que le panier se rempli mieux et plus vite. Le porte-monnaie se vide tout au tant. Car rien n’est vraiment bon marché chez Nous. Tout se paie.

 

Payons nous serons considérés. La Suisse est cher, très cher. On veut nous manger !

 

Certes,  vous avez vu le financement des soins ?

 

La loi de nos chers Autorités sollicitent plus de notre part la main à la poche. Vous me direz que ce n’est pas nouveau.

 

Je ne vais pas rentrer ici dans le détail. Trop compliqué et trop pinailleur, trop « chiant ».  Lisez donc l’article de la TdG.

 

Je relève juste que dans 20 ans et plus, nous apporterons, comme bien des pays dans la dèche, les repas à nos malades.

 

Les rapports avec les EMS, les soins à domicile, vont être dorénavant au désavantage des bénéficiaires.

 

Et oui, la Suisse devient un pays pauvre, dans le besoin, et si ça continue ainsi il sera aux soins intensifs.

 

On nous demande, demande, demander de payer….. les caisses maladies augmentent, augmentent, augmentent…..

 

Notre système de santé est-il malade ? Je dirais oui !

Ils pansent ici et là sans se mettre au microscope et cherche le germe qui gangrène le système de la santé Suisse. Aucun antibiotique éradiquant l’infection (et je sais de quoi je parle !) que des petites injections de calmant.

 

Mais pourquoi ?

 

Trop d’intérêts financiers en jeu, trop de magouilles, manque indéniable de courage politique, pas vraiment d’idées, manque de vision et surtout pas de bons médecins. Le Conseil fédéral et ses chefs de clinique n’ont pas d’authentique politique pour aboutir à des solutions en faveur des malades, des assurés.

 

Et oui, je pense que l’économie dépasse de loin la politique. Ce sont bien les économistes, les financiers, le corollaire l’argent, qui nous mènent par le bout du nez. C’est à se demander si certains Politiques ne reçoivent pas des dessous de table pour voter dans le mauvais sens…. !!!!!!

 

Mais où allons-nous.

Ah oui vers 2011 !

2010-2010, ça va, ça vient, ça fait du bien !!!!!

 

 

 

14:22 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/12/2010

Combien ça coûte ???? Merci Berne !!!

combien-ca-coute.jpgMais combien ça coûte ????

 

Les Notaires, les croques-morts, les vétérinaires, les médecins, les laboratoires celles-ci-ceux-ci, devront-ils afficher les prix, les tarifs, les émoluments.

 

Le Conseil fédéral veut soumettre toute une série de prestations de service à l’indication obligatoire des prix.

 

Il a parfaitement raison. Pourquoi, les prix sont-ils afficher dans les magasins tels que COOP, Migros, Globus, Manor, et pas dans certaines entreprises.

 

Combien coûte un acte notarié, combien coûte un cercueil, combien coûte une prise de sang, combien coûte une consultation, combien coûteeeeeeee…… ????

 

Mais oui, affichez les prix dans vos Etudes, vos cabinets, vos réceptions mortuaires, vos laboratoires, vos mairies, j’en passe et des meilleurs !!!

 

La Mairie de Carouge va-t-elle aussi afficher le détail…… (Combien coûtera le 225ème anniversaire de la Ville de Carouge commémoré en 2011 ???  Ah oui, environ 2'000'000,-- pour 10 jours, dont Frs 700'000,-- pour la décoration de la place de Sardaigne et Frs 550,-- le costume pour habiller les 11 membres du Comité…….. notamment, + Frs 1'000'000,-- pour les activités culturelles durant toute l’année….. EN PERIODE DE RESTRUCTURATION MONDIALE DE LA FINANCE ET DE L’ECONOMIE, CA FAIT CHER LA FETE ….Un super grand merci les actuels Conseil administratif et Conseil municipal de la Ville de Carouge (faites des économies qu'ils disaient à droite), héhéhéhé la plus belle Ville du monde où il fait bon vivre, car Carouge bouge. Carouge est aussi la plus riche ?  du canton de Genève et bientôt de la Suisse !!!!! Rigolez, Vous….. c’est une blague)

 

La parenthèse sympathique de l’humble contribuable carougeois que je suis étant fermée, je dirais que nous sommes en effet en droit de savoir Nous les consommateurs les prix des PME.  

 

D’aucuns argueront que ceux-ci et les émoluments sont très souvent inscrits dans les lois. Ils sont raison toutefois tout le monde ne consulte pas les textes règlementant notre bonne Société.

 

Chez les Notaire Français les prix des actes sont affichés. C’est une bonne chose car au moins on peut voir à quelle sauce va manger le porte monnaie.

 

L’ensemble des cantons Suisses semblent être d’accord avec ce projet du Conseil fédéral.

 

Les partis politiques aussi, mis à part le parti Libéral-Radical qui émet des réserves.

 

Quant aux associations de consommateurs elles sont dans l’ensemble favorables, évidemment.

 

Alors va-t-on vers un élargissement des catalogues des prix à la consommation ? Pourquoi pas, une chose est certaine on ne pourra plus dire « ah bon, nous n’étions pas au courant, cette facture est surprenante ».

 

Bravo le Conseil fédéral !

 

Allez bonne journée et bon marché de Noël à Carouge !

 

 

 

 

13:57 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19/07/2010

Non à l'ouverture prolongée des commerces...

dddd.jpgLe Parlement a voté la nouvelle loi le 17 juin, par 62 oui contre 28 non. Les commerces pourraient ouvrir en semaine jusqu’à 20 heures et le samedi jusqu’à 19 heures. Quatre ouvertures dominicales par an sont en outre autorisées. Cite la TdG, le journal préféré des Genevois ( !).

 

Est-ce favoriser l’économie ou la clientèle.

 

L’économie, je dirais oui.

La clientèle, je dirais non.

 

Pour apporter un plus à l’économie, faudrait-il que les commerces baissent leurs prix pour devenir encore plus attractifs et concurrentiels vis-à-vis de la France voisine. Dernièrement, le quotidien « Le Matin » expliquait que la France était meilleure marché……

 

La clientèle n’est absolument pas gênée par les horaires actuels, question d’habitude et d’organisation. Fermer à 20 heures ne changera rien. Je connais un gérant d’une grande surface commerciale qui m’affirme qu’entre 19 h et 20 h le jeudi, moindre sont les clients. Ce n’est pas à cette tranche d’horaire que son magasin fait son chiffre d’affaire.

 

Et pis les employés ? Si on pense à l’économie, si on pense à la clientèle, pense-t-on aux employés. N’ont-ils pas d’horaires ingrats.

 

Je ne vois vraiment pas l’intérêt de prolonger les horaires d’ouverture des magasins. Nous irions à l’encontre de la qualité de vie humaine et de la paix sociale.

 

Ce changement d’habitude n’apportera rien de plus à l’économie.

 

Les gens n’ont qu’à continuer à faire leurs courses, leurs achats au gré du système actuel.

 

Au fait, Nous les consommateurs ne serions-nous pas les instruments de la réussite des commerces ?!!!

 

Aller bonne journée à toutes et à tous !

 

08:12 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/05/2010

Les frontaliers ne paient pas les amendes !!!

923290239.jpgCertains ne vont pas bien dans ce canton ! Faire ramasser et pis emmener à la fourrière les voitures des frontaliers parce que les 3 premières amendes ne sont pas payées, mais c’est tout simplement du délire.

 

La méthode un peu trop incisive, à la limite d’une certaine « dictature » pourrait déplaire et créer de réels défis. Est-ce judicieux de passer à la vitesse supérieure en faisant saisir les véhicules et surtout sur quelle base légale. Et pis, les conflits humains……..

 

Peut être bien que les bûches ne sont honorées. 97 504 ont été délivrées en 2009 aux automobilistes de l’Ain, 37 911 auraient été payées. Ces chiffres allégués par le bouillant politicien genevois reste à vérifier.

S’ils sont authentiques, il est vrai que l’0n peut se poser la question sur le devenir de ces impayés. Que faut-il faire ? Un truc mais surtout avec intelligence.

 

N’y a-t-il pas les poursuites, les saisies sur salaire, les dénonciations à qui de droit de l’autre côté de la frontière.

 

Quelle sorte de « haine » hante l’esprit de certains au sujet des frontaliers. On est bien content de les avoir. La petite Genève est devenue en quelle sorte le chef lieu de la région Franco-Suisse.

C’est le poumon économique et socio-culturelle de toute la région faisant vivre les gens, des familles. Faut arrêter de faire des différences.

 

Au fait, je me demande combien sont les Suisses qui ne paient pas les amendes. Nous ne sommes peut être pas la meilleure des icones sur ce sujet.

 

Alors, M. X enlever aussi les voitures des Suisses. Vous verrez, le terrain sera vite rempli et là on verra qu’elles sont le plus de voitures entre Suisse et Frontaliers qui garniront le parc ; que dis-je le terrain vague.

Monsieur S. arrêté de nous casser les pieds avec les Frontaliers. Ce n'est pas le meilleur moyen démagogique..... Faites de la politique autrement !

 

Arrêtez de nous bassiner avec les Frontaliers …….

 

 

09:02 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (39) | |  Facebook

04/05/2010

Les Fonctionnaires mécontents !

Fonctionnaire.gifLa grèce « dégraisse » !

 

La cure d’amaigrissement annoncée par le Premier ministre Georges Papandréou provoque des remous, des indignations, des manifestations. Un nuage de particules de mauvaise humeur s’abat sur le pays. A tout le moins, nous réagirions de même. Il n’y a pas d’omelette sans œufs cassés.

 

Le Parti socialiste (PASOK) supprime les salaires de Noël et de Pâques [13e et 14e mois], les congés payés pour les fonctionnaires et les retraités. Ces acquis sont remplacés par une prime inférieure au point que l’on peut la comparer à l’aumône.  

 

Nécessité donc de procéder des coupes brutales et sans précédent dans la vie sociale du pays, et sur le dos de la fonction publique. S’ajoutant une réduction supplémentaire de 8% de leurs salaires, répercutant une baisse de 20% de leurs revenus en deux mois ! Chaque fonctionnaire va perdre entre 15 et 30% de son revenu annuel.

 

S’ajoutera des hausses d’impôts, des restrictions budgétaires. L’ère des vaches maigres s’est abattue sur ce magnifique pays.

 

Depuis un siècle, c’est la première fois en Grèce que de telles mesures anti-sociales sont mises en place.

 

Ces mesures sont donc mal accueillies ce que l’on peut comprendre. Mais bon, c’est le « prix » à payer pour pouvoir recourir au FMI et à l’Union européenne. La nécessité de contenir les dépenses publiques et de réduire le déficit, certes injustes, sont de rigueur. Pour sauver la Grèce il était impossible d’éviter des coupes à tout niveau.

 

Ces conditions d’austérité sont voulues par les Européens. Si aucun bailleur n’était venu au secours de la Grèce, l’Europe en aurait souffert, le corollaire, l’économie mondiale.

 

La Grèce doit se serrer la ceinture, qu’il n’en déplaise ou pas.

 

Et si Genève connaissait une crise sans précédent ? Je suis certain que les Fonctionnaires descendraient dans la rue, que des manifs du peuple serpenteraient les rues de la Cité de Calvin. C’est HUMAIN non ?

 

14:22 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13/04/2010

Publicités abusives ?

pub.gifEt-ce vrai ? Ni oui, ni non !

 

« Les train, la galère. Vol Genève-Paris dès 39,95, 1 h d’avion ou 3,5 h de train ? »

 

1 h oui mais…..

 

Il faut compter le trajet jusqu’à l’aéroport. Vous devez vous y rendre au minimum 1 heure avant pour le check in. Excitation ? Le vol 1 heure, l’arrivée, la sortie de la gare aérienne à Paris le transfert au centre de la capitale, 1 bonne heure sans gros trafic. Résultat de la course, 3 h minimum. Quel est le vrai avantage, le bénéfice à prendre l’oiseau !

 

A j’oubliais le prix du parking à Cointrin ? Cher non ?

 

En train, il est vrai qu’il y a le trajet jusqu’à la gare, prendre le train, en moyenne 3,3 h de trajet, l’arrivée, l’atteinte de votre hôtel….. quoi 4 h ? 1 h de plus ! Inquiétant pour le psy ? Pas vraiment, non !

 

Se rendre à la gare, mais avec les TPG ! Pas cher non !

 

Alors la publicité de la compagnie à la mode et apportant un baume financier certain à Cointrin est-elle authentique. Oui pour celle est ceux qui n’aime pas le train. Pour celles et ceux qui se délectent de paysages, de calme, d’un pt’it, déj.  dans le wagon idoine, sympa non.

 

En termes économiques je me demande aussi si le train n’est pas meilleur marché que l’avion.

 

Bref, sans vouloir aller plus loin, le train à son avantage, l’avion pour Paris conseiller par la Compagnie aérienne aux tarifs raisonnables ne l’est pas plus comme dit dans la pub.

 

Aller bonne journée et surtout garder le moral !

08:53 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/03/2010

Sauvons les emplois des jeunes !

mission_locale.jpgLes jeunes devraient-ils être pénalisés par la future loi sur le chômage.

 

Je ne supporte pas cette idée.

 

Un jeune sortant d’apprentissage, de l’Uni, d’un diplôme = 1 emploi.

 

Pourquoi ? Nous traversons une crise, celle-ci créant une nette augmentation du chômage, le corollaire les caisses s’enlisent dans les chiffres rouges. Alors faire supporter ces découverts par les jeunes, je dis non et je redis non.

 

Est-ce réjouissant pour des jeunes en voie de finir leurs études de savoir qu’ils seront pénalisés par le chômage faute de place de travail. Il ne faut pas s’étonner si nos savoirs helvétiques partent outres frontières.

 

Je le redis encore une fois, les politiciens doivent avoir le courage d’augmenter l’âge de la retraite à 67 ans, avec le choix dès 62 ans.

 

Ne faudrait-il pas augmenter les cotisations AVS, AI et chômage tant sur la part patronale (plus) que celle des employés.

 

Après 3 mois sans emploi because la crise, les restructurations, les délogements ailleurs, offront le chômage à nos jeunes. Donnons leur la faveur de l'emploi; c'est aussi l'avenir de nos caisses.

 

Le référendum lancé, il y aura matière à réfléchir pour le signer. Personnellement, je pense que le signerai, car je ne trouve pas loyal de s’en prendre à la jeunesse formée par les Pères de la Suisse.

 

Toutes les caisses sociales, soit AVS, AI, Chômage sont vides. Partant, le Conseil fédéral et nos Autorités aux Chambres fédérales doivent solutionner par tous les moyens pour retrouver les indices au vert. Les solutions se portent, comme d’habitude, sur les classes moyennes. Est ce que les jeunes, fers de lance de l’avenir du Pays, doivent pâtir des choix de nos politiciens de hauts niveaux.

 

Et le chômage ne va pas s’arrêter là. Et les caisses vont encore se vider. Et les jeunes sortants d’études ? Vont-ils chercher du travail ailleurs ?

 

On s’en prend au 2ème pilier, à l’AVS, au Chômage, à l’AI, quels sont les ingrédients pour venir à la rescousse de cette crise laquelle n’est pas la première traversée.

 

Quelle période bizarre !

07:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/02/2010

12'500 rentes AI à la trape ! Action radicale ?

Easy-Way-To-Collect-Disability-Insurance.jpgLa situation financière de l’assurance-invalidité (AI) n’a cessé de se détériorer ces dernières années. Ses dettes s’élèvent aujourd’hui à 13 milliards de francs, à la charge de l’AVS. Des mesures rapides s’imposent pour éviter que des déficits annuels de 1,4 milliard de francs en moyenne n’accroissent démesurément cette montagne de dettes. Un plan d’assainissement équilibré, en trois étapes, a été lancé pour stabiliser durablement les finances de l’AI.

 

La révision des rentes axée sur la réadaptation vise à tirer le meilleur parti d’un potentiel de réadaptation qui n’a pratiquement pas été exploité jusqu’ici. Il s’agit de vérifier systématiquement, pour toutes les rentes en cours, si les allocataires présentent un potentiel de réinsertion.

Il est vrai qu’aujourd’hui déjà, toutes les rentes accordées font l’objet d’une révision, en règle générale tous les trois à cinq ans. Mais au terme de cette procédure d’ordre plutôt administratif, la rente ne peut être réduite ou supprimée grâce à une meilleure aptitude à la réadaptation que dans moins de 1 % des cas. Cela n’est de loin pas suffisant si l’on pense que toute réduction, fût-elle d’un quart de rente, s’additionne d’année en année et contribue ainsi durablement à la consolidation financière de l’AI.

Dans les cas de troubles somatoformes douloureux, de fibromyalgie ou de pathologies similaires, qui ne donnent en principe plus droit à une rente depuis l’entrée en vigueur de la 5e révision de l’AI (1er janvier 2008), la rente doit être supprimée ou réduite ; la révision 6a crée la base légale nécessaire. Les assurés concernés seront suivis individuellement et une réglementation est prévue pour les cas de rigueur.

La révision 6a prévoit d’examiner pour chaque révision de rente, et pas seulement pour les rentes en cours depuis un certain temps, si des mesures de réadaptation ont des chances d’aboutir. Si tel est le cas, on procède à un « assessment » pour évaluer la situation personnelle, médicale, sociale, professionnelle et financière de la personne assurée. Si l’AI parvient à la conclusion que la capacité de gain de l’allocataire peut être améliorée s’il ou elle bénéficie de mesures appropriées, elle élabore un plan de réadaptation d’entente avec l’intéressé/e.

Outre les mesures d’ordre professionnel (orientation professionnelle, formation professionnelle initiale, reclassement, placement et aide en capital), les mesures de réinsertion introduites par la 5e révision de l’AI (p. ex. coaching préparant à des mesures d’ordre professionnel) se prêtent tout particulièrement à la réadaptation des bénéficiaires de rente. Ces derniers, mais aussi les employeurs impliqués, profiteront d’un suivi et d’un conseil personnalisés avant, pendant et après le processus de réadaptation.

La rente en cours continue d’être versée durant les mesures de réadaptation jusqu’à la décision portant sur une éventuelle adaptation de la rente. Durant les deux années qui suivent une réadaptation réussie, la rente peut être réactivée par une procédure facilitée en cas de nouvelle détérioration de la capacité de gain. Cela donne aux rentiers une certaine sécurité sur la voie d’une eventuelle réadaptation. L’ensemble du processus est coordonné avec le 2e pilier, l’assurance-accidents et l’assurance-chômage.

La révision des rentes axée sur la réadaptation peut permettre de réduire l’effectif des rentes (qui est actuellement d’environ 250 000 rentes pondérées) de 12 500 unités en l’espace de six ans (de 2012 à 2018), soit de 5 %. Sur ce nombre, environ 4500 seront des cas de troubles somatoformes douloureux, de fibromyalgie ou de pathologies similaires. A partir de 2018, après la phase intensive de révision des rentes de l’effectif « actuel », cette forme de révision aura pour effet de réduire le nombre de rentes pondérées d’environ 300 en moyenne par année.

 

L’AI lavée par Didier Burkhalter ! Le Conseiller fédéral a décidé de frapper un grand coup. L’épée de l’enclume dehors de son lit ?

 

A peine la 6ème révision 6 a que le Conseil fédéral réfléchi viendra à la 6 b.

 

La 6 a est de remettre au travail 5 % des 246'000 rentiers. Pourquoi pas 7 %. Car qui sait combien de rentes AI sont encore authentiques, valables, dues. 5 % est un chiffre aléatoire, n’est-ce pas.

 

La 6 b viendra ultérieurement.

 

Objectif premier est donc de sortir 12'500 bénéficiaires d’ici 2018.

 

Ces méthodes de poser un chiffre comme ce dernier est très radical. Pourquoi pas 5'000 ou 20'000. Sur quelles bases se fonde-t-on. Sur un chiffre financier à économiser à tout prix.

 

En clair Monsieur Didier Burkhalter va couper 12'500 têtes un peu comme si on éliminait 12'500 vaches dans un champ. L’abattoir ! Bizarre. Sera-ce à la tête du client, au degré d’infirmité, de maladie. De quels nuages tomberont les rentes pour se sécher au sol.

 

Ces « licenciements » rapporteront à l’AI un demi milliard ; une belle manne.

 

Il y a peut être de l’abus, charge aux excellents Services de détecter ceux qui ne devrait pas bénéficier des rentes AI.

 

Je rappelle que le 27 septembre dernier, le peuple a accepté une augmentation de la TVA pour venir soigner l’AI aux soins intensifs.

 

Nombre de révisions ont eu lieu depuis les années 80. Ce qui m’amène à dire que l’AI est un « blem » récurent.

 

Evidemment, les bénéficiaires ne doivent pas s’habituer à une situation de rentier pour autant qu’ils puissent reprendre une activité professionnelle après une maladie guérie.

 

Je suis d’accord sur le principe de ne pas rester à vie à l’assistance. Nombre de cas psy ou pour des maux de dos peuvent amener à une enquête bien plus approfondie qu’une jambe raide, infectée.

 

Une solide corporation multidisciplinaire de médecins devront juger du bien fondé d’une rente AI. Les procédures vont être longues, très longues. Chaque cas est une personne, une maladie, un handicap. Des recours contre les décisions vont remplir les Tribunaux y relatifs.

 

Vous verrez dans 20, 30 ans nous parlerons de la 34ème révisions de l’AI, tout comme de l’AVS, tout comme du 2ème pillier.

 

10:45 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

25/02/2010

Un concurrent de Nespresso

2d46238fd32f736b3b4c63722d3b7a3e.jpgDès 2012, Nespresso n’aura plus le monopole des capsules.

 

Les protections juridiques éteindront ce droit exclusif dans deux ans.

 

C’est cette année que certains brevets deviendront publics.

 

Ainsi les concurrents pourront se glisser dans le marché.

 

L’ancien patron de Nestlé est bien décidé à lancer une capsule ressemblant de très près celle de Nespresso. Il semblerait que 20 millions soient mis à disposition pour le lancement de cette copie de produit.

 

Deux arguments au moins devraient convaincre une partie des clients Nespresso de changer de crémerie : le prix de ces nouvelles capsules – annoncé 20 % moins cher que celui de la marque veveysanne – et le fait qu’elles soient biodégradables – tandis que la consommation d’aluminium engendrée par les capsules Nespresso et leur faible taux de recyclage sont souvent montrés du doigt.

 

Bonjour la concurrence !

 

Allez bonne soirée

15:59 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

24/02/2010

Genève ville trop cher

geneve-2.jpgLa Suisse est l’un des pays les plus chers au monde ; c’est bien connu.

 

Des villes comme Zurich ou Genève battent des records absolus.

 

Loyers excessifs, primes d’assurances élevées, impôts faisant sauter la marmite.

 

Pas n’importe qui ne peut résider dans de tels coffres forts.

 

Une famille des parents et deux enfants doivent gagner Frs 10'000,-- pour s’en sortir. Là on ne se prive pas. Voiture, appartement de 5 pièces sous le régime social, nourritures, assurances, argent de poche et peut être aucune économie. Le 13ème salaire paiera les vacances.

 

Toutes les familles ne gagnent pas ce magnifique salaire. La femme est dès lors obligée de travailler, sinon il y a privation de biens. Les enfants iront à la crèche ; est-ce bien pour les valeurs de la famille.

 

Comment vive les moyens salaires. Ils empruntent pour la voiture, les vacances d’été et d’hiver, que sais-je.

 

Pas question d’aller au restaurant.

 

Nombreux sont les genevois résidents à Genève qui sont à la limite du minimum vital. Mieux vaut aller habiter en Vaud ou en France voisine.

 

Pourrions-nous penser que Genève est construite pour les riches, les étrangers qui viennent dépenser leur argent. Les prix augmentent en fonction de la demande. Genève n’est pas faite pour les bas salaires, les pauvres, les sans emploi.

 Genève et Zurich, deux villes parmi les plus chères du monde

Dans le classement des villes les plus chères du monde, Genève et Zurich figurent en très bonne position. Rassurez-vous, elles font également partie de celles où les salaires sont les plus élevés

Avec Oslo, Copenhague et Tokyo, Genève et Zurich figurent parmi les villes les plus chères du monde. En comparaison d’autres métropoles d’Europe de l’Ouest, les biens, services et logements coûteraient en moyenne 20% de plus qu’ailleurs. Mais il y a une justice : au niveau des salaires, la situation est jugée particulièrement favorable.

C’est du moins ce que relève une étude effectuée par l’UBS traitant du pouvoir d'achat dans 73 villes sur la base d'un panier de 122 biens et services. Elle nous apprend également que les personnes actives au sein de ces deux villes suisses ont plus d’argent à la fin de mois que partout ailleurs.

Un peu de concret

Pour illustrer ce phénomène de manière très concrète, l’UBS s’est penché sur le nombre d’heures nécessaires à un salarié moyen pour s’offrir un iPod Nano : si vous travaillez à Zurich ou à New-York, il vous en faudra neuf. Ce qui n’est rien en comparaison des vingt jours de labeur que devrait accomplir un travailleur de Mumbai.

 Sur Bluewin.ch, on lit encore qu’en Suisse l’alimentation vaut près de 45% de plus que dans les autres pays d'Europe occidentale. C’est toutefois Tokyo qui remporte la palme des denrées alimentaires les plus coûteuses.

 Qui travaille comment ?

 Quant au nombre d’heures de travail abattu chaque année, il s’élève en moyenne à 1902 dans les villes étudiées. Par contre, en Asie il atteint 2119 contre 2063 au Proche-Orient. C’est finalement le Caire qui bat le record du monde, avec au compteur 2373 heures de besogne annuelles.

 

13:32 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

22/02/2010

Quid du secret bancaire en Suisse ?

jpg_secret-bancaire.jpgVous le savez comme moi, un ancien salarié des banques de ce petit paradis des banques et des comptes discrets crachait dans la soupe et vendait à l’administration fiscale allemande tout un tas de listage de comptes bancaires. Parmi eux, une poignée de ressortissants français, que le voisin d’outre-Rhin s’est empressé de refiler à Bercy.

 

Quid de l’avenir du secret bancaire.

 

J’ai trouvé un petit article intéressant sur le site « Le Savoir Suisse ». Il parle du secret bancaire.

 

Il cite un livre « Le Secret Bancaire » de Sylvain Besson.

 

Voici le résumé recueilli :

 

Les événements ont donné raison au sous-titre et au contenu de cet ouvrage, dont la première édition paraissait en 2004. Il indiquait avec clairvoyance la situation dans laquelle allaient immanquablement se trouver prises la Suisse et ses banques. Elles géraient 40% de la fortune privée mondiale. Les voici en pleine tourmente. L’étau se resserre avec les attaques américaines directes sur l’UBS et le durcissement de la France et de l’Allemagne. L’avenir économique du pays est ébranlé. Que va-t-il rester de la législation fédérale sur le secret et des pratiques traditionnelles des banques? On ne peut comprendre le problème sans une vision globale des acteurs du secteur financier helvétique, de ses relais, du mode de fonctionnement du secret des comptes. L’exposé limpide d’un journaliste du Temps, après des années d’enquête, conserve toute sa pertinence. Il l’a complété pour cette 2e édition à la lumière de la crise en cours. Les questions qu’il pose sur les enjeux politiques et éthiques n’ont jamais été plus brûlantes.

 

Ce bouquin démontre à quel point notre secret bancaire devient branlant. Tôt ou tard, nécessité indéniable de signer de solides conventions d’échanges fiscaux entre la Suisse et les autres pays. Nécessité également d’échanger des informations fiscales. Nécessité d’informer les banques sur la provenance des fonds et surtout s’ils sont déclarés.

 

C’est fou ce qu’il se passe de choses en Suisse depuis quelque temps.

 

Allez bon dimanche !

 

 

07:25 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

18/02/2010

Voulez-vous que votre loyer augmente ?

min_02.gifLe 7 mars prochain, nous serons appelés à nous prononcer sur la loi sur l’énergie.

 

L’enjeu est de taille puisque les loyers augmenteraient, ce qu’évidemment nous ne voulons pas. Lorsqu’il s’agit du porte monnaie, les pieds sont contre le mur. Puisque ce projet émane de l’Etat, pourquoi ne pas allouer une subvention aux locataires. A Genève, nous payons déjà de trop. Loyer et charges dépassent souvent l’acceptable. Ce que l'on nous dit pas, c'est le taux d'augmentation des loyers.

 

Un excellent article TdG parlant de ce sujet explique exhaustivement la portée de cette future loi.

 

C’est un très gros chantier. Au bout du compte, des économies liées aux charges verront le jour, donc à long terme ça peut être intéressant.

Si le peuple accepte, c’est assurer l’avenir de la qualité de vie.

 

Qu'est-ce que la Minergie?

 

Minergie est un label de qualité

Le label Minergie a vu le jour en 1998 et signifie : confort, meilleure qualité de vie et faible consommation d’énergie.

Pour mettre en place une construction Minergie, il faut que le maître d’ouvrage, l’architecte et l’ingénieur travaillent ensemble, de manière à obtenir une optimisation globale (orientation de la maison, choix du vitrage, isolation…) pour un meilleur confort et une moindre consommation d’énergie.

Les trois conditions essentielles permettant d'obtenir le standard Minergie sont:

  une enveloppe étanche (pour que de l'air froid ne rentre pas quand il y a du vent);

  une isolation thermique épaisse (pour que la chaleur ne s'échappe pas à travers les murs, le toit et les fenêtres et pour qu'elle ne rentre pas en été);

  un bon système d'aération (pour que les avantages de l'étanchéité et de l'isolation thermique ne soient pas réduits à néant à cause de fenêtres ouvertes amenant de l'air frais).

 

Quel sera l’impact de cette loi? Les partisans sont incapables de le dire. Tout dépendra du rythme des rénovations, aujourd’hui très lent. Les subventions accordées cette année dans le cadre d’un programme fédéral ont montré que les propriétaires sont très réactifs à ces aides.

 

Est-ce que cette loi va conforter les échanges de Copenhague ?

 

Faites le bon choix, entre le cœur et la raison il faut choisir !

 

13:00 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/02/2010

L'âge de la retraite à 67 ans ?

Femina_21_Maison_300.jpgL’AVS, l’AI, sont déficits. Les fonds de prévoyance menacent. On se demande à quelle sauce vont goûter les futurs retraités, nos jeunes d’aujourd’hui. Que va-t-on leur laisser, des dettes du pays.

 

Et maintenant, nous allons devoir nous prononcer sur une baisse du taux de conversion du 2ème pilier.

 

Le 7 mars prochain, nous devrons nous prononcer sur l'abaissement du taux de conversion de la prévoyance professionnelle de 7% à 6,4% d’ici à 2016. En clair, cela signifie que, pour un capital de 100’000 frs, les rentiers ne recevront plus que 6400 frs de rente par an, au lieu de 7000 frs. La gauche, qui a lancé le référendum, dénonce un “nouveau pillage“ des rentes. La droite, en revanche, juge cette diminution indispensable en raison du vieillissement de la population. Baisser les rentes LPP est-ce du vol ou une nécessité ? Tels sont les propos tenus dans Infrarouge.

 

Jusqu’où les limites du raisonnable ?

Les news romandes disent ceci, je cite : si le scrutin sur la baisse du taux de conversion du 2e pilier avait eu lieu dimanche, les opposants l'auraient emporté par 40% des voix, selon un sondage Demoscope. L'enquête révèle aussi, qu'à 31 jours de la votation, 39% des personnes interrogées sont encore indécises.

Seuls 12% des sondés se sont dit favorables à une adaptation des rentes LPP. Le "non" l'emporte dans tous les camps politiques. Il atteint 49% chez les sympathisants du PSS, 46% chez les Verts, 42% au PDC, 41% à l'UDC et 40% parmi les proches du PLR.

Quant aux indécis, ils sont majoritairement francophones. Leur part représente 48% en Suisse romande, contre 36% outre-Sarine. L'indécision est également plus marquée chez les femmes (44%) que chez les hommes (32%). Les plus nombreux à se tâter sont néanmoins les jeunes de moins de 35 ans (51%). Dans cette catégorie, le "non" l'emporte par 24% contre 8% de "oui".

Le sondage, commandité par l'Union syndicale suisse et Unia, a été mené entre le 25 janvier et le 1er février auprès de 1002 citoyens émanant de toute la Suisse sauf du Tessin. La marge d'erreur est de +/- 3,1%.

Je pense que les opposants à cette baisse vont gagner. Au regard d’un pouvoir d’achat en baisse, d’une économie fragile, des banques en déficits, de l’AVS et de l’AI dans les chiffres rouges, j’en passe et des meilleurs, les Suisses risqueraient de soutenir le NON.

Qui seront le plus touchés, les petits et moyens salaires ?

Un remède avant d’être aux soins intensifs : augmenter l’âge de l’AVS à 67 ans tout en laissant le choix dès 62 ans. Vu la longévité des personnes, la mise à la retraite pourraient être reportée. Cela permettrait de renflouer l'AVS et conforterait le 2ème pilier. Dans le temps et pour renflouer les caisses, nous devrons envisager ce chemin de vie.  Non ?

07:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook