25/01/2011

COEUR DE PRÊTRE, COEUR DE FEU de Guy Gilbert où la mission du PRÊTRE ....

 

images.jpgBonjour toutes et tous !

 

Comment commencer le propos de ce jour ? Ah oui........

 

Je suis croyant, j'aime Dieu.......

 

Le Prêtre ?

 

Un prêtre doit être grand et petit,

Noble d'esprit, comme de sans royal,

Simple et naturel, comme de souche paysanne,

Un héros de la conquête de soi,

Un homme qui s'est battu avec Dieu,

Une source de sanctification,

Un pécheur pardonné,

Un homme maître de ses désirs,

Un serviteur pour les timides et les faibles,

Qui ne s'abaisse pas devant les puissants

Mais se courbe devant les pauvres.

 

Manuscrit du Moyen Âge

trouvé à Strasbourg

 

COEUR DE PRÊTRE, COEUR DE FEU

Guy Gilbert

 

Je lis un bouquin intéressant, captivant, émouvant, réaliste, plein de coeur et d'amour de son prochain, j'en passe et des meilleurs.

 

Une histoire d'amour liée à Dieu.

 

Un ouvrage qui pose les questions suivantes :

 

Qu'est-ce la vocation ? Que signifient les trois promesses du prêtre : obéissance, pauvreté, chasteté ? Comment transmet-il les sacrements à ses fidèles ? Quel est son lien avec sa hiérarchie dans l'Eglise ? Que penser de la pédophilie chez certains prêtes ? Quel est le rapport du prêtre aux fulgurantes évolutions de la société moderne ? Peut-il préserver sa liberté ? Faut-il craindre la crise des vocations ? Quelle place pour les femmes dans l'Eglise ? Comment le prêtre vit-il sa solitude ?

 

Telles sont les questions du Prêtre Guy Gilbert. Vous savez ce Prêtre chez les Loubards.

 

Dans l'ouvrage « Coeur de Prêtre, Coeur de feu » Guy répond à ces nombreuses questions en citant des exemples, ce qu'il a vécu, le long chemin de son expérience religieuse.

 

Il parle de l'appel, de son bonheur d'être à la suite du Christ et de ses apôtres.

 

Que vous soyez catholiques, protestants, anglicans, juifs, orthodoxes, musulmans, Guy nous éclaire le vrai sens de la vie, nous fait part des joies et des déceptions que rencontre tout homme quel qu'il soit. Croyant ou pas, pratiquant ou pas, ce chemin de vie est porteur d'espérance, de joie de vivre, d'amour, d'authencité.

 

Guy Gilbert, se prêtre au blouson noir, se souvient, il nous parle de sa vie sacerdotale, de son parcours oh combien super enrichi par les actes, respectable, noble.

 

On n'a pas tous la même « gueule » mais on a toutes et tous une mission sollicitée, à nous de savoir laquelle et la vivre avec soi et les autres. Un univers lumineux baigné d'amour de son prochain.

 

Prêtre-éducateur, celui qui proclame que « la rue est son église » aide quotidiennement des dizaines de jeunes en perdition. La Bergerie de Faucon, qu'il a restaurée en Provence, les accueille et leur offre la chance d'une nouvelle vie grâce à un encadrement compétent. Guy Gilbert est l'auteur d'une quarantaine de livres. Ses derniers ouvrages sont Apprends à pardonner et Lutte et aime, là où tu es !

 

Amen !!!

 

Allez bonne journée !

 

 

 

06:47 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

29/10/2010

Facebook : CARTON ROUGE aux Autorités du canton de Genève......

n21827487363_1349.jpgGros couac après la fête géante de Plainpalais

NUIT | L’initiateur du rassemblement via Facebook a reçu hier un avis de contravention de la police. Avant d’être annulé...

 

Titre la Tribune de Genève (à lire ce jour).

 

Un couac à la Police de Madame la Conseillère d’Etat Libérale ?

….En l’absence d’Isabel Rochat, c’est sa porte-parole qui fait part de son incompréhension, sans pouvoir donner d’explication. Comment la police justifie-t-elle alors cette missive? «Comme il n’y a pas eu de demande d’autorisation officielle, nous avons appliqué la loi sur les manifestations sur le domaine public», indique le porte-parole Patrick Pulh. La sanction a été signifiée, sans tenir compte de l’avis de tolérance des autorités. Rebondissement hier soir, après nos demandes d’explication. La police a finalement décidé d’annuler l’avis. Avouant ainsi son erreur. Un couac qui révèle en fait le flou de la décision prise par les autorités politiques face à la manifestation lancée sur Facebook.

Je rebondis sur ce fâcheux événement imposé par la Police genevoise à l’organisateur de la méga animation pour les jeunes et moins jeunes évidemment sur la plaine de Plainpalais vendredi dernier.

 

Que la fête fut belle, simple, pleine de bonnes surprises, où jeunes et moins jeunes se sont éclatés, ont profité enfin d’une méga soirée genevoise, j’en passe te des meilleurs…….

 

Tout, tout fut bien organisé. Mais voilà comme toujours à Genève, surgit un couac. Un couac inexplicable puisque tout paraissait au top niveau du côté Autorités. C’est incroyable le mauvais fonctionnement de la communication entre Services.

 

Faut avouer que la/les fonctionnaires qui a/ont infligé une telle amende n’ont pas inventé la machine à courber la banane. N’auraient-ils pas dû se renseigner avant de sauter sur leur clavier et pianoter la bûche. Ronds de cuir ???!!!!

 

Déjà qu’à Genève les lieux de divertissements pour les jeunes sont pratiquement absents ou trop chers, pour les « bourges », on vient « emmerder » une organisation Facebook, méga réseau social, pour une histoire d’application de la loi ! Très compliquée Genève !

 

Alors que s’est-il passé, une fois encore, dans la tête des Autorités. Je ne parle pas de Monsieur le Conseiller administratif de la ville de Genève Pierre Maudet. Lui a défendu intelligemment les festivités en faisant sauter une amende. Je l’aime bien ce Magistrat, il gagne d’être connu. Pour les Autres …. ?

 

Un feu orange à la manifestation ??? Un carton rouge aux Autorités du Canton !!!

 

Allez bonne journée !n21827487363_1349.jpg

07:56 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/01/2010

Ras le bol des catastrophes

Parfois je me demande si la terre tourne rond !

 

MONDE-08-06.jpg

 

Aux quatre coins du monde des catastrophes, des guerres, des morts, des pauvres, un avion abîmé en Méditerranée, la crise, le chômage, la misère, catastrophes naturelles, attentats, etc. Rien de drôle pour nourrir l’esprit. Les médias savent vendre leur canard avec tant de tristesses car vous comme moi sommes sensibles aux mauvaises nouvelles, aux flash émoustillants. N’est-ce pas la vérité ?!

 

Ne pas tomber dans cette spirale car sinon nous marchons sur le chemin de la désespérance et pour certain celui de la dépression. Vivre sa vie quoiqu’il arrive. Assez les catastrophes. C'est vrai tous les jours que Dieu fait, il se passe un truc de portée destructive de la condition humaine ou corporel. Mais dans quel monde vivons-nous.

 

Il y a tout de même de bonnes nouvelles : Didier Cuche a gagné, Darius Rochebin est papa, GE-Servette vainqueur, et d’une manière générale, Hans-Rudolf Merz reste encore une année, le film Avatar fait un carton, c’est la semaine de la paie, …….

 

Il paraît qu’en moyenne les gens sourient ou rient 100 x par jour, que nous pensons au sexe 30 x par jour, que nous travaillons plus que les loisirs et toutes sortes de choses.

 

Nos vies sont bien réglées, dodo-boulot-métro. Pour la plupart nous sommes réglés comme du papier à musique.

 

Pour de l’argent, nous sommes prêts à travailler plus et jouer à la loterie !

 

Certes, les jeux olympiques à Vancouver, vont occuper tous les esprits. Les médias auront la plume agitée pour cet événement international qui va nous changer des sempiternelles mauvaises "news". A moins d’une catastrophe, nous pourrons lire dans la presse que des bonnes nouvelles pour autant que nos Suisses décrochent des médailles. Nous avons toutes nos chances.

 

Vancouver-2010-olympics-logo.jpg

 

« Il faut rire avant que d’être heureux, de peur de mourir sans avoir ri »

 

Vive la vie !

 

Allez bonne journée !

07:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/01/2010

ISTANBUL Reine de la culture Européenne

2010, Istanbul REINE de la culture Européenne. Quelle contradiction ! Alors que la deuxième ville de Turquie, après la capitale Ankara, ne fait pas encore partie de l'Europe. N'est-ce pas un paradoxe ?

 

Istanbul ! La capitale des poètes, la Cité des Cités ! 13 millions d'habitants qui coagulent dans un organe vivant qui palpite sur 925 km2 entre ciel et terres. Entre Europe et Asie. Istanbul, des deux côtés de cette artère millénaire entre l'Univers et les hommes qu'est le Bosphore. Istanbul, ce cœur, ce poumon...

 

Je suis allé à la cueillette sur Internet de renseignements sur les monuments de cette magnifique ville qu'est Istanbul et j'ai trouvé ce qui suit. Je cite

Cité fondée au VIIe siècle avant J.-C., Istanbul revêt un caractère unique, trempé dans une Histoire qu'elle n'a toujours pas cessé d'écrire. Byzance, Constantinople, Istanbul, trois noms pour une ville qui a traversé les siècles et les civilisations. Grecque, romaine, byzantine et ottomane, la capitale économique de la Turquie est une ville laïque profondément marquée par sa pluralité. Véritable « porte de l'Orient », située à la charnière de l'Europe et de l'Asie, cette cité millénaire séduit par son identité singulière. Bâtie sur les deux rives du Bosphore, Istanbul est une ville hétéroclite qui se nourrit de tradition et de modernité. Dans les rues, le jean-baskets croise le voile traditionnel et les téléphones portables s'achètent comme les épices. Le chant des muezzins réveille paisiblement la ville à cinq heures du matin, avant de laisser place au concert de klaxons. Le Grand Bazar laisse échapper ses odeurs au son des musiques orientales pendant que s'affairent les marchands. Autour de cette ambiance unique, la cité dévoile les richesses de son histoire. Le regard du visiteur est constamment ébloui par un joyau architectural : coupoles et minarets ornent le paysage. De monumentales mosquées habillent les lieux : la mosquée bleue est incontestablement l'une des plus éblouissantes du monde. Le palais de Topkapi et la mosquée de Soliman témoignent également du rayonnement de l'ancienne Constantinople. L'église byzantine Ayasofya (Sainte-Sophie), transformée en mosquée au xve siècle et aujourd'hui devenue musée, domine Istanbul et offre, comme en symbole, toute la richesse de cette cité historique pluriculturelle. À trois heures d'avion de Paris, la découverte de ce carrefour des cultures, où l'Histoire se conjugue au présent, semble alors s'offrir comme une évidence. Désignée capitale européenne de la culture 2010, Istanbul est encore et toujours à la hauteur de son passé.

Pour Istanbul, c'est l'occasion de faire découvrir son patrimoine architectural mais aussi culturel. 467 festivités de tous les genres auront lieu. Le programme tentera de refléter le bouillonnement culturel intense de la métropole depuis quelques années et d'accompagner les transformations de ce monstre urbain.

 

Serait-ce une bonne occasion pour cette reine de la culture de présenter aux Européens septiques  la Turquie candidate à son adhésion dans l'Europe !

 

 

istanbul.jpg

 

07:22 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/01/2010

Poème de Charles Ridoré

 POEME A DEUX VOIX POUR UN TEMPS DE NOEL

 

Rien de neuf en l’an vieux deux mille neuf,

A part la crise et ses séquelles.

Chômeur, où est ton gagne-pain ?

Banquier, d’où te vient ce bonus ?

Où te mènent tes pas, migrant ?

 

Rien de neuf en l’an vieux

Le prophète est privé de verbe

Justice a perdu sa balance

Pas d’asile pour l’exilé

Nul homme de vigie

Au haut du mât de guet.

 

De pandémie à minaret

L’industrie de la peur

S’étend et fait recette.

Voici venu le temps

De te montrer du doigt,

Pauvre bouc émissaire !

 

Voici venu le temps de céder la parole

A Martin Nimöller, ce pasteur allemand

Interné à Dachau d’où partit ce message

Adressé à ses pairs. Voici ce qu’il leur dit:

 

«Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas catholique.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait personne pour protester.»

 

En ce temps de bilan et de résolutions, je souhaite à chacune à chacun :

 

-        la lucidité nécessaire pour discerner les signes du temps

-        la force de conviction pour dire non au cynisme et à l’indifférence et  réaffirmer des valeurs de vie

-        le courage de s’engager au nom de la justice, de la solidarité, du respect mutuel, de la responsabilité.

 

Joyeux Noël et Bonne Année

Charles Ridoré,

Noël 2009

07:07 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

16/09/2009

S'aimer soi même ... aimer les autres

J'aimerais vous parler d'un livre "Choisir d'aimer écrit par Eileen Caddy - David E. Platts.

S’aimer soi même…aimer les autres

images.jpg

 

 

 

 

N’est-ce pas à quoi nous aspirons tous dans notre quête du bonheur ? Et ce potentiel est en nous.

 

Confrontés aux difficultés de la vie, nous érigeons en nous-mêmes des barrières, nous développons des peurs, des résistances, des schémas négatifs de comportement. Il faut un guide pour faire des choix qui nous ouvriront les voies merveilleuses de la confiance en soi, du sentiment de sécurité, de l’ouverture d’esprit, de l’acceptation, de la liberté, de l’action, du changement. Ainsi nous serons prêts pour laisser l’amour inconditionnel remplir et transformer nos vies.

 

L’amour inconditionnel… c’est aimer les gens librement, pleinement, sans rien attendre d’eux, sans restriction exigence ; c’est vivre ici et maintenant une expérience qui donne un sens à notre vie et un extraordinaire sentiment de bonheur, c’est ainsi s’harmoniser avec notre Moi Divin et lui laisser exprimer le meilleur de nous-même.

 

Choisir d’aimer n’est pas anodin. C’est une démarche qui demande parfois une grande connaissance dans l’autre.

 

Il ne faut pas avoir :

 

. peur d’être maltraité,

. peur d’être blessé,

. peur d’être exploité,

. peur de s’engager,

. peur d’être piégé,

. peur de l’écher.

. peur de l’intimité,

. peur de ne plus être maître de soi,

. peur de perdre conscience de soi,

. peur d’être manipulé,

. peur d’être sans défense,

. peur du rejet,

. peur des responsabilités,

. peur de l’inconnu.

 

Pas facile d’aimer et d’être aimer !

 

07:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/08/2009

Réputation

Réputation

 

images.jpg

 

Ce thème nous enseigne que si nos paroles s’appuient sur des actions, si nous nous respectons, notre réputation jouira de la force de nos convictions. Notre maintien corporel reflète l’opinion que nous avons de nous-mêmes. Quand l’énergie du corps s’imprègne d’estime de soi, cela ne passe pas inaperçu sur le plan extrasensoriel : tout le monde le reconnaît instantanément. La dignité personnelle repousse tous ceux qui ne pensent pas comme vous et attire ceux qui ont choisi la même voie. Examinez de près quelle énergie émane de vous et comment cela agit sur la situation actuelle. Ce que vous pensez de vous constitue votre protection suprême.

 

images.jpg

 

(message sans nom, repris ici)

08:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/08/2009

Douceur......

J’ai reçu une série de délicatesses liées au courant de la vie. Je viens partager ces moments de prise de connaissance et d’appréciation avec vous.

 

Douceur

 

Renforcez-vous vos peurs, en livrant bataille à vos démons intérieurs ? Ce peut-il également que vous projetiez vos peurs sur les autres ; ou encore que vous craigniez les autres parce qu’ils vous rappellent le temps où vous réagissiez à la vie de la même façon qu’eux ? Par ce tirage, on vous demande de rechercher la douceur d’esprit qui guérit les blessures. La douceur d’esprit qui guérit les blessures. Cessez d’exercer des pressions pour que les autres changent, aimez-les tels qu’ils sont. Comme les brises d’été, sachez imprégner la situation actuelle de douceur, de chaleur et de tendresse. Voilà l’outil qui vous est donné pour résoudre le problème auquel vous faites face.

 

Bonne après midi.

02:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/06/2009

Sauver la SSR !

Bonjour,

 

images.jpg

 

C’est incroyable ce qu’il se passe à la SSR. Geler des salaires pour couvrir ses dettes.

 

C’est une facette de notre culture qui ne devrait pas prendre l’eau.

 

Nécessité est d’aider la SSR.

 

Une aide du Conseil fédéral me paraît donc opportune et bénéfique pour la survie de cette société à caractère privé.

 

Si le Conseil fédéral a aidé l’UBS SA, il peut en faire tout autant pour la SSR.

 

40 millions sollicités ne va pas mettre la Confédération dans le rouge.

 

Je suis enclin à ce que l’on aide des sociétés telles que la SSR.

 

Et puis geler des salaire me paraît injuste, déplacé, mal sain.

 

Au surplus, un train de mesures va être pris par la SSR. Notamment la disparition d’Option musique ou une des trois stations radio de la Suisse italienne.

 

Option musique que j’écoute tous les jours, non ce n’est juste pas possible de ne plus émettre pour des raisons économiques.

 

Non et non, les Autorités fédérales doivent aider la SSR. Je me répète, c’est un pan de la culture Suisse qui doit être soutenu sous quelques formes que ce soit.

 

D’autant plus que la SSR annonce des économies de 30 millions dès l’an prochain. Pour combler 79 millions de déficit, la SSR prend l’eau. Des efforts vont être donc mis dans le train de la couverture de cette dernière somme. Qu’est-ce pour la Confédération ?

 

Allez, bonne journée et à tout soudain !

 

 

 

 

07:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/02/2009

Internet.....

 

ordinateur-2-686bb.jpg

La dépendance à Internet.

 

J’ai lu un article dans la TdG  « INTERNET »

Interpellé par les propos de celui-ci, je viens en ici en relater certains passages.

 

Il et vrai que l’on est vite dépendant d’Internet. Il faut dire que ce ne sont pas les programmes, les sites qui manquent.

 

On fait ses devoirs sur l’ordinateur. On communique avec les copains. On recherche des définitions. On joue. On va voir n’importe quels sites. Il faut dire qu’il n’y a pas vraiment de barrière.

 

C’est aux parents de faire attention. D’expliquer aux enfants qu’il y a d’autres moyens de faire des recherches qu’internet. La bonne vieille bibliothèque !

 

A l’école d’expliquer les besoins de l’ordinateur, les limites. Tels ou tels devoirs demandent une recherches sur internet, mais attention pas au-delà.

 

Pas au-delà car pour exemple, il existe un avalanche de site porno. Il y en a pour tout les goût. Là aussi les parents ont les moyens de procéder à des blocages.

 

Les parents ne doivent pas suivre la mode de son temps.

 

Et ce qui est bizarre, dans la rue, ici et ailleurs nous commençons à trouver les mêmes actes illicites que ceux de l’ordinateur.

 

De l’article auquel je faits référence en début de texte, je vous apporte ici les propos recueillis :

 

La faute aux médias?

Pourquoi Internet a-t-il alors si mauvaise presse? «Rien d’étonnant, soupire encore Stéphane Koch. Les médias le diabolisent sans cesse, les familles ne font que suivre l’air du temps» explique-t-il.

Sur la blogosphère, les acteurs du Net s’inquiètent de cette défiance soudaine de l’opinion publique. Les médias sont pointés du doigt, accusés d’occulter les aspects positifs des nouvelles technologies, pour préférer employer un ton alarmiste.

«Faux!, rétorque Tiziana Bellucci, directrice générale de l’association Action Innocence. Personne ne souhaite diaboliser Internet, il fait désormais partie de notre quotidien, tout comme la télévision.» Et tout comme la télévision, il faudra donc apprendre à vivre avec. Exacerbée ou non par les médias, cette peur généralisée vient en grande partie d’un manque de connaissances numériques.

L’école doit s’adapter

La réponse rassurante des associations de prévention? Le filtre parental. Sauf qu’un copain bidouilleur ou encore une aide anonyme sur un forum peut facilement faire sauter cette ceinture de chasteté virtuelle. Autre solution: accompagner l’enfant, lui expliquer les risques pour qu’il soit mieux armé. «Car ce n’est pas parce qu’un enfant maîtrise ces technologies qu’il en maîtrise également les menaces», souligne Tiziana Bellucci.

Mais si les parents eux-mêmes sont largués, qui va guider les innocentes têtes blondes? L’école? «Nous nous retrouvons souvent face à des enseignants perdus par toutes ces nouveautés, raconte la directrice d’Action Innocence. Avec notre travail, on espère parvenir à convaincre un jour les pouvoirs publics qu’il faut instaurer des cours d’Internet obligatoires dans les écoles.»

Stéphane Koch est également convaincu que le DIP devrait s’adapter à ces changements de société: «Le devoir de l’école est aussi de rester en phase avec le savoir, ce qui est loin d’être le cas actuellement…»

Actuellement, il n’y a pas de code limitant les parutions sur internet. Déjà là, il serait intelligent de mettre des règles dune manière général.

Le but consisterait à ce que le tout un chacun se cantonne à regarder ce dont il a besoin et le surplus le mettre de côté.

Cela dit, les parents réagissent, voici la preuve :

Inculture numérique

Mais si tout le monde est d’accord, pourquoi les choses n’avancent-elles pas plus vite? Nombre d’acteurs du Net soulignent l’inculture numérique de nos dirigeants. «Ce n’est pas leur priorité. On l’a vu récemment avec le débat sur l’e-voting, confirme Stéphane Koch. Certains ne maîtrisaient pas ces connaissances! Ils sont comme déconnectés du monde actuel. Ces élites créent une société qui souffre d’un manque de culture virtuelle.»

Résultat: des parents paniqués vont jusqu’à interdire l’accès à la Toile à leurs enfants. Certains craignent que cette méfiance grandissante de la population ne ralentisse les usages numériques ou, pire, rompe le dialogue intergénérationnel. Le terme de «fracture générationnelle» est d’ailleurs régulièrement employé. En devenant un endroit rempli de dangers potentiels et d’interdits, Internet n’est-il pas finalement en passe de devenir le nouveau lieu de transgression? Ultime solution: réapprendre à sa progéniture à décoder ce surplus d’images et d’informations, y compris celles de la télévision. Celle-ci bénéficie d’un grand capital sympathie. Forts d’avoir côtoyé la bestiole durant des années, les parents estiment avancer en terrain connu. A tort? «Pour un enfant, un documentaire ou une publicité, c’est de l’information. Il ne fait pas la différence», rappelle le psychiatre Serge Tisseron. Quant aux images à caractère pornographique ou violent, elles inondent le petit écran comme les téléphones portables. Pourquoi dans ce cas faire deux poids, deux mesures?

J’ai repris des passages de l’article par souci de précision. Ainsi vous avez le cœur de l’analyse.

 

07:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

20/08/2008

Mille soleils splendides

Bonjour à toutes et à tous,

Avant d'entrer dans mon propos je voudrais dire : 

L’entreprise en charge des travaux liés à la construction de la Maternité est sympa.

Au lendemain de l’incendie, elle a offert une boîte de chocolat aux familles et au personnel de la maternité.

Le débriefing opéré (ça pourrait être un jeu de mot !) par les HUG était important. Il a permis de se remémorer les bons et les mauvais gestes. Ce genre de séance est important soit-il, a permis à chacune et à chacun de s’imaginer le bon geste du mauvais. Ce fut important de revoir les gestes.

Très positif ce genre de séance.

Le processus d’analyses fut donc légitime.

J'en vien au vif du sujet.

Mille soleil splendides.

J'ai lu un livre super intéressant du titre ci-dessus. Il a été écrit par le même auteur que les Cerfs-volants de Kaboul".

Ce nouveau romand été écrit également par Khaled Hosseini. Sur fond de chaos et de violence dans l'Afghanistant déchiré par cinquante ans de conflits, l'histoire bousversante de deux femmes dont les destins d'entremêlent, un chant d'amour poignant à une terre sacrifiée et à une ville : Kaboul

Forcée d'épouser un homme de trente ans son aîné, Mariam ne parvient pas à lui donner un fils. après dix-huit années de soumission à cet homme brutal, elle doit endurer une nouvelles épreuve : l'arrivée sous son propre toit de Laila, une petite voisine de quatorze ans. Enceinte, Laila met au monde une fille. D'abord rongée par la jalouise, Mariam va finir par trouvrer une alliée en sa rivale. Toutes deux victimes de la violence et de la misogynie de leur mari, elles vont unir leur courage pour tenter de fuir l'Afghanistan. Mais parviendront-elle jamais à s'arracher à cette terre alfhane sacrifiée, et à leur ville Kaboul, celle qui dissimulait autrefois derrière ses murs "mille soleils spendides "?

Très beau livre. A avoir des frissons dans le dos.

Bon après midi.

13:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook