22/12/2010

Noël en Crise....???

ACTU pere noel crise CADEAUX 480.jpgIl pleut sur la route mon cœur en déroute !!!!!!

 

Noël, woua je suis comme un gosse je me réjouis. Mais au fond de mon cœur j’ai une pensée pour celles et ceux qui ne pourront pas fêter ………

 

Ce matin, j’ai entendu à la radio que les gens dépensaient moins cette année pour les cadeaux et la dinde de Noël. Retour peut-être aux justes valeurs ?

 

Dans toute l’Europe moins d’argent, les gens comptent. Chaque famille, ayant moins de moyen évidemment, dépenserait en moyenne 600 euros, tout compris, pour la plus fête du monde où au cœur des hommes descend un peu d’amour.

 

Les gens gagnent moins, le corollaire, doivent calculer. Les gens deviennent plus modestes; j’avoue humblement que ce n’est pas plus mal de se rapprocher de l’essentiel.

 

Au lieu d'un collier à Frs 2'000,-- une pointe de fourmi, au lieu d'une dinde de 5 kl, un peut de foi !

 

Les magasins tirent un peu la langue. Bah c’est peut-être une juste remise à l’heure des pendules.

 

Par deux fois je suis allé en ville et chez Manor. Bien moins de monde, les gens moins la main au porte monnaie.

 

Hier j’ai eu la grande tristesse d’apprendre (par sa bouche) qu’un patron Carougeois, et par des moindre, était entrain de tomber en faillite. Je vais oser dire MERDE c'est moche !

 

C’est la dèche donc ! Gardons la tête haute et l’air intelligent.

 

Ce n’est pas la première année où les gens se serreront un peu la ceinture. Ce n’est pas la fin du monde. Gardons le sourire et l’âme solidaire……

 

Pourvu que chacune et chacun ait une pensée pour son prochain.

 

Alléluia, gardons la tête haute et l’air intelligent !!!

 

(pensées de Noël, solidarité, humanisme, joie de vivre et de souffrir, envers les pauvres, la classe moyenne, les gens qui  doivent calculer) l’humble Citoyen BON contribuable va congratuler les Autorités de Carouge et leur dire un GRAND MERCI pour leur politique de l’arrosoir).

 

Et Carouge qui va se payer en 2011 le 225ème anniversaire à plus 2 millions, dont environ Frs 700'000,-- pour décorer la place de Sardaigne et notamment tailler des costumes à Frs 500,-- pièce pour les 11 membres du Comité.  2 millions diviser par 10 jours de fêtes, ça calcule Frs 200'000,-- la journée, hmmmmmmm ! Woua en période de crise notoire, tiens c’est Noël tous les jours à Carouge,  je vous laisse réfléchir…… Mais. Oufffff,  rassurez-vous, grâce aux Conseillers administratifs, notamment libéraux-radicaux, Carouge est super riche ; ils peuvent largement garnir les arbres de Noël !!!!!! Ah oui, pour Noël, le Conseille administratif va-t-il enfin distribuer la subvention de Frs 200,--, votée grâce au PDC, aux enfants et aux jeunes de la Commune. Je trouve très étrange que personne ne réagisse. Mais c’est bien sûr bientôt les élections municipales…….

 

Allez bonne journée à toutes et à tous !

 

Big Kisssssss de Noël !

 

08:15 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/11/2010

NON à l'extension des heures d'ouverture des commerces

img-rub-votations-lhom-5a77d.jpgVotez NON à l’ouverture prolongée des magasins !!!

 

Evidemment une fois de plus nous devrions favoriser la Communauté d’intérêt du commerce de détail Suisse.

 

Par exemple, Migros-Genève pense gonfler son chiffre d’affaire de 20 à 30 millions. Il s’agit donc d’enrichir encore plus les plates-formes commerciales.

 

Coop, Migros, Denner, Globus, Manor, et tous les autres ne voient-ils en fait que leurs intérêts et ceux des actionnaires ?  

 

Ouvrir les magasins la semaine jusqu’à 20 heures, le samedi 19 heures, 3 dimanches et le 31 décembre, va-t-il augmenter les salaires ?

 

Certes, les employés ne verraient pas augmenter leur temps de travail actuel de 42 heures. Toutefois, sur une journée ils pourraient être appelés à travailler 14 heures. Inconcevable !

 

Certaines politiques et intérêts commerciaux estimes qu’il est s’agit de s’adapter à la société, en mutation constante.

 

Changer les habitudes ???

 

Combien de consommateurs font leurs achats après 19 heures le jeudi ? Je connais un gérant d’une grande surface commerciale genevoise qui m’affirmait qu’après 19 heures le jeudi soir, sont magasin est vide de client. Quid ?

 

Les gens ont la possibilité d’aller à la Migros Aéroport jusqu’à 20 heures.

 

En définitive, s’il s’agit uniquement de favoriser les résultats financiers des magasins et non de cibler les besoins des consommateurs, qui ne se plaignent nullement des horaires actuels, et bien je dis NON à l’ouverture prolongée.

 

A contrario je dirais humblement :

 

1)    fermeture tous les jours à 19 heures 00,

2)   le samedi à 17 heures 00,

3)   5 semaines de vacances pour tous les employés,

4) harmonisation des commerces,

5)   Sur chaque achat, Frs 1,-- versé à font d’entraide envers les pauvres !!!

6) Sur chaque achat, Frs 1,--, versé à l'AI, AVS !!!

7)   Être solidaire des employés en refusant de voter OUI.

 

Voici, voilà un petit coup d’humeur en forme de coup de cœur !!!

 

Allez bonne journée.

 

 

 

 

 

 

12:10 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

10/09/2010

Le commerce de la mort .......

Suis solidaire envers celles et ceux qui n’ont pas fait le «viaduc » !!! Pas compris ?!! Les gens qui ont pris congé et qui ont donc congé depuis hier, bis dimanche, 4 jours, c’est un « viaduc » !!!!

 

mort_dans_cercueil.gifLe commerce post mortem …….

 

Malgré le magnifique soleil, je vais être morbide, mais au combien réaliste, les pieds sur terre ( et non dessous !).

 

La Mort coûte cher.

 

Dernièrement, je me suis trouvé lié à un décès proche. Paix à son âme….

 

En marge, de la séparation, du chagrin, des yeux fontaines, des souvenirs, la réalité est bien là il faut organiser les obsèques.

 

Chez les Pompes funèbres, notamment « général » à Carouge, que je recommande ils sont très sérieux, humains et pas trop cher, apparaît évidemment le volet financier.

 

Le cercueil, l’annonce, l’église, le religieux, l’orgue, les CD, le cimetière, le marbrier, la petite réception, le costume, j’en passe est des meilleurs et bien figurez vous sans faire de l’extra, restant à l’essentiel, un enterrement coûte au bas prix Frs 8'000,--.

 

Qui se met de l’argent dans les poches ? Je ne sais pas, toutefois ce que j’ai constaté c’est le cercueil. Si vous êtes incinéré, vous devez acheter un cercueil qui sera brûlé ; il coûte au plancher Frs 1'200,-- ! Pourquoi ne pas louer la « boîte » Frs 250,-- est lors de l’incinération y soustraire  le corps et le mettre dans le four.

 

Dièse, si vous êtes habitant de la Ville de Genève, cette dernière prend en charge bien des frais, mais pas le cercueil !!!!!

 

Dans la mort des économies pourraient être bénéfiques aux familles déjà endeuillées.

 

Le plus fort, qui commande paie ! En effet, celui qui commande l’enterrement et tout ce qui est lié à celui-ci est responsable des paiements. Au moment du décès, nombre de personnes ne le savent pas et hop n’ont pas les moyens de payer, le corollaire se retrouvent aux poursuites. Ainsi va la loi !

 

Ah dans le commerce de la mort, il n’y a pas de petit profit !

 

Aller bonne journée !

 

 

08:59 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/12/2009

Le commerce de détail fleuri !

Je viens de prendre connaissance que le commerce de détail se porte mieux. En effet, il a eu un rebond en octobre, une augmentation de 1,3 % par rapport au mois de septembre.

 

Depuis octobre 2008, les chiffres d’affaires ont progressé de 3,1 % réels et de 2,1 % en termes nominaux.

 

Bref des chiffres, des chiffres et encore des chiffres d’augmentations de chiffres d’affaires.

 

Ce que l’on ne dit pas, parce que ça n’a pas vraiment été le cas, le prix des produits eux n’ont pas baissé.

 

Où sont les efforts de Doris Leuthard qui parlait il y une année d’une lutte contre l’augmentation des prix et prônait la baisse des prix.

 

Tout le bonheur des grandes surfaces de commerce de détail et les pauvres consommateurs que nous sommes, nous payons toujours sans réduction.

 

Bon très bien de savoir que les commerçants s’en mettent plein les poches, mais pourquoi ne parle-t-on pas des bénéfices faits par les consommateurs.

 

Je suis sur ma fin et j’attends des nouvelles à ce sujet.

14:23 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

21/10/2009

La qualité : une philosophie

Bonjour,

Label%20Qualite.jpg

 

 

Le « Label Qualité », se mérite et seules les boulangerie-pâtisserie artisanales de haut niveau peuvent l’obtenir. Cette marque protégée réservée aux membres de l’Association suisse des patrons boulangers-pâtissiers est le signe distinctif des entreprises qui ont pour philosophie la qualité dans tous les domaines et pour motivation la pleine satisfaction du client.

 

Cette certification atteste du respect de critères exigeants clairement définis dans un règlement élaboré par l’Association romande des artisans boulangers-pâtissiers. Avec le « Label Qualité », cette dernière veut affirmer la présence de l’artisanat sur le marché. Mais aussi démontrer sa volonté de se démarquer par son savoir-faire, sa créativité, son esprit d’innovation, ses prestations et son dynamisme, pour finalement répondre toujours mieux aux attentes des consommateurs.

 

Les boulangeries-pâtisseries labellisées offrent une garantie de qualité au niveau de la production, de la vente et de leurs prestations de services. Elles se distinguent en outre de la concurrence par l’authenticité de leur assortiment, leur activité de proximité, le respect des ressources et matières premières et enfin par un perfectionnement professionnel constant et la formation des jeunes.

 

Le « Label Qualité » est décerné pour une durée de trois ans et peut être renouvelé pour autant que tous les critères établis soient toujours respectés.

 

Bonne journée à toutes et à tous.

07:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13/01/2009

COOP-MIGROS-COOP-MIGROS

La guerre du commerce.

Une fois c’est la COOP qui baisse ses prix un autre jour, c’est la MIGROS.

La semaine passée la COOP diminuait ces prix. Pour ne pas rester en arrière, c’est autour de Migros d’emboîter une diminution des prix.

C’est vraiment un jeu fantastique. Toi tu donnes, droit derrière j’empâte le pas.

Et chacun y va de sa nouvelle ligne, de son nouveau produit, de son nouveau prix

C’est à celui qui sera le plus fort lors du bouclement des comptes.

N’oublion pas, comme le rappel une dépêche de Swisscom « Pour mémoire, COOP à lancé son offensive contres les interdiscounts en tout début d’année. Le numéro deux suisse du Commerce détail a annoncé le 4 janvier des baisses de prix dans une moyenne de 12 % pour plus de 66 articles de marques de son assortiment.

Et pis COOP en veut encore plus. N’a-t-elle pas racheté Carrefour Suisse. Interdiscount. Fust. Un énorme monopole de la concurrence.

Quant à Migros elle entend poursuivre ses efforts avec sa ligne de produits premier prix M-Budget, garantissant à ses clients les prix les plus abordables. Il y a aussi Denner.

Migros ou Coop, je regarde mon porte monnaie. Je vais où c’est le plus avantageux quoique j’aie un faible pour la COOP.

13:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

12/01/2009

smartphones avance prodigieuses

J’ai lu attentivement dans le 24 heures de samedi dernier un article « peut-on encore les appeler téléphones portables ?

Incroyable le choix de téléphonie à notre époque.

Si je reprends les termes de l’article, le smartphone ou, pour les anglophobes, le téléphone intelligent, se sont taillés une place de choix sur les étals des revendeurs.

Bientôt tous les mois un nouveau téléphone fait surface. Un nouveau visage vous regarde !!!

Le but est d’obtenir le maximum d’outils utiles ou pour la clientèle.

Depuis la sortie de l’iphone à l’écran tactile, la révolution, l’avancement du matos a percé de façon gigantesque l’avancée du progrès.

De l’article de 24 heures :

Comme un ordinateur. Dans les magasins spécialisés, la demande en smartphones est de plus en plus importante : « Mais il convient de bien faire la distinction entre appareil à écran tactile et smartphone, confie Loly Jaton ; responsable chez Mobilezone à Lausanne. L’iPhone  combine un écran tactile et un grand nombre d’applications mais tous ne le font pas, même si la tendance veut que de plus en plus de portables tactiles soient des téléphones bourrés d’applications en tout genre. Vu le succès de kIphone, les autres fabricants ont dû s’adapter ».

Mais de que constatent les revendeurs c’est la relative difficulté d’utilisation des appareils : « Le téléphone ressemble aujourd’hui à un petit ordinateur de poche et dit être pensé comme tel, poursuit Lolys Jaton. Ceux qui ne sont pas trop à l’aise avec des système d’exploitation ou les téléchargements de programme sur les sites devraient renseigner. Maintenant, c’est évident qu’un smartphone tactile fait de l’effet, mais ce qn’est pas un simple téléphone à l’ancienne. Et puis il y a AZERTY ou QUWERTY, seul le HTC S740 propose un clavier QWERTZ, adapté, au marché romand.

Des articles ils y en a tous les jours des nouveaux. Ce ne cesse d’évoluer. C’est un véritable marché juteux.

Et ce développement se donne autant pour les aînés que pour les ado, que pour les adultes.

Vous allez chaque lundi chez Interdiscount XXL ou chez Fust se sont ce nouveaux produits présentés à la clientèle.

Aujourd’hui, il vous suffit de téléphoner et de réserver, le soir vous avez chez vous votre nouvel article.

Un business sans faille.

C'est un choix extensible à nombre de commerce. Tout le monde veux goûter à ce pain là.

08:15 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/11/2008

Le CF atorise l'utilisation des sacs en platique

images.jpg

Une motion émanait de Dominique de Buman (PDC/FR) demandant l'interdiction des sacs en plastique dans les commerces.

Le CF répond « une interdiction totale des sacs en plastique non réutilisables et non recyclés serait disprorportionnée".

Le CF dit qu’il y a un « potentiel d’optimisation » des sacs distribués gratuitement et consommés sans réfléchir.

Depuis quelques temps aviez-vous remarqué tant COOP que Migros donnaient au compte goutte les cornets en plastique.

Pourtant, à la caisse c’est bien pratique pour ranger ses courses. Inutile de dépenser Frs 0,30 pour un cornet en papier.

Le Service de l’environnement devrait donner des instructions, informer la population quant à la destination finale de ces sacs. On en fait quoi une fois utilisés ?

Avec une bonne information, l’extermination de ces sacs seraient plus judicieuse. Je dis ça au regard de la phrase de la dépêche : « l’interdiction dans d’autres pays visent surtout à éviter que les sacs abandonnés au bord des routes ou des cours d’eau ne viennent polluer des régions entières. Or en Suisse, l’élimination publique des déchets est faible. L’élimination sauvage reste l’exception ».

« Les emballages utilisés sont en générale tous valorisables. Aujourd’hui, ils sont pratiquement tous utilisables plusieurs fois. L’écobilan des sacs en papier, proposés comme alternative, est en outre généralement moins bon ».

Conclusion : ces sacs font le bonheur de la clientèle !

07:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

13/11/2008

A Genève on tire la langue !!!

Dur dur de vivre à Genève ! Pour certain de n'est pas tout les jours fêtes.

On arrive aux fêtes de fin d'année, les garnitures de Noël ornent les magasins aux prix joliment enveloppés dans des feuilles dorées !

Selon certaines études, le pouvoir d'achat va diminuer et encore dominuer ces prochains mois. Les prix eux ne baissent pas.

images.jpg

La TdG a raison de dire que « pour ne pas se ruiner, il faut éviter Genève ».

La Genève internationale est cher. Les loyers, les assurances, les impôts, tout est supérieur aux cantons voisins. Il ne faut pas s’étonner si des genevois déménagent au delà de ses frontières.

Allez faire ses courses à moins de Frs 150,-- tient du miracle. Pour une semaine, il faut bien compter au minimumFrs 200,--.

Faut-il acheter que des actions et des prix garantis ou du M-budget. Parfois, je me demande comment font les familles avec deux enfants. Les fins de mois doivent être difficile. Se serrent-t-elles les coudes, sur la nourriture, sur les vacances, l'électricité, le gaz, que sais-je. En fait que reste-t-il à la fin du mois ? Genève est la plus ponctionnée de Suisse.

Dernièrement, je me suis baladé en ville. Je suis allé à la Boucherie du Molard, puis chez Globus, mon Dieu les prix pratiqués. Incomparables avec la Migros et la COOP.  Tout est cher.

J’ai de la famille dans le Valais. Tout est meilleur marché. Elle vit mieux qu’à Genève.

En définitive, cela ne m’étonne guère. Il y a beaucoup trop de social à Genève et le social coûte cher. Cela dit, on ne peut laisser à l’abandon les pauvres gens. C’est le serpent qui se mord la queue.

Espérons que le Conseil d’Etat tienne ses promesses quant à la réduction d’impôts de 30 % pour les familles.

Et n’oublions pas que nous sommes entrés dans une récession.

Petite anecdote en guise de conclusion : mon médecin me narrait le nombre de clients qui encaissait de l’assurance le remboursement de la facture et ne payait pas le toubib. Ils utilisemt cet argent à d’autres sauces. C’est devenue monnaie courante !

Genève fait florès en matière de prix « ravageurs » !

Nous verrons le chiffre d’affaire lié aux achats de Noël tant pour les cadeaux que pour les repas de fin d’année.

Allez ciao, bonne matinée.

g_ts_migrosprod00.jpg

13:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

11/11/2008

Les commerçants font la grimace...

Les consommateurs moins dépensiers ?

Z1LJMFCA7E9OG0CAARZEGWCAMI3ZIRCAHYZHD6CA3JIRSSCAPC4I2ICALPRCR0CA59IDDGCAPJBDG0CA2G4YEHCAW02KTQCAD8CPDMCAZM66J9CAY3WMN7CAADU1ZPCA3EGRJ8CA6Q7XTBCAPJX08G.jpg
En tous les cas tel est le constat relaté dans un texte trouvé sur Internet.

Il n’y a pas de quoi s’affoler et de tétaniser les consommateurs.

A contrario, il est clair que la morosité peut se justifier dans ces cas de crises économiques.

Au mois de juillet, mois auquel le climat a été sondé, la consommation a diminué. Evidemment en période de vacances, il y a moins de monde dans la région genevoise. Les gens sont au bord de la mer.

Plus tard, c’est inquiétant.

L’article dit également ceci : Avec -27 points, la valeur de l'indice du climat de consommation en octobre se situe nettement au-dessous de sa moyenne à long terme (environ -8 points de 1972 à 2008). Les niveaux les plus bas enregistrés par le passé (-54 points en octobre 1992, -41 en juillet 1996 et -39 en octobre 2002) n'ont pas été atteints jusqu'à présent.

Pas d’affolement, les fêtes de fin d’année devraient amener une manne comblant les « trous ».

Il est clair que dans une période de récession ce n’est pas le nirvana pour tout le monde. Cela dit, ce n’est que passager, enfin espérons le.

Que nos vœux s’orientent vers les commerçant pour un meilleur climat de consommation.

Confederation%20Centre.jpg

 

 

13:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/10/2008

Malins sont les voleurs !

Magasins_Vetements_Fr.jpg

 J’ai pris connaissance de l’article « vols à l’étalage en hausse : les magasins s’alarment ».

Malins sont les petits voleurs !

Avec des techniques toutes simples, ils arrivent à sortir des magasins sans que les détecteur aux sorties des magasins ne se déclenchent.

« Ils utilisent des outils spécifiques et très performants, pour ôter les antivols. Une autre technique consiste à doubler les cabas avec de l’aluminium, pour échapper aux alarmes. Mais certains groupes si bien organisés, que même avec les meilleurs systèmes au monde, il est difficile de les prendre sur le fait » dit la Julie.

J’ai envie de rire en ce sens qu’il y a plus malins que les surfaces commerciales. Vu la gravité des faits, je resterai sérieux !

Mon père travaillait comme Chef décorateur chez C & A, anciennement Comptoir des tissus, puis Contis. Une fois, il a été appelé par une vendeuse car manifestement une femme avait volé des « pattes ». Comment elle y a vu ? Elle vit rentrer la dame dans le magasin toute maigre. A la sortie du magasin elle avait doublé de volume. En fait, elle a tout simplement superposé les uns sur les autres des vêtements. Evidemment, elle a été arrêtée et punie d’une amende.

Ce qui me gêne dans cette affaire, c’est le fait que ce soit des bandes organisées françaises. Mais enfin, qu’elles volent chez elles, mais pas chez Nous.

La sécurité a un coût. En effet, nécessité de doubler les effectifs de surveillances. Est-ce pour autant que les prix de vente vont augmenter ?

Arriverons-nous à nous faire fouiller à la sortie des magasins, à l’exemple des fouilles dans les aéroports ?

Bon après-midi.

13:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

23/09/2008

L'UBS transforme le centre ville

centre-commercial-les-quatre-temps-1201386531-centre-X-90-500.jpg
Stadion_StGallen.jpg

Bonjour à toutes et à tous,

Bon mes cinquante ans annoncés de mon plein gré, je peux revenir aux choses sérieuses. Quoique avoir 50 ans c’est sérieux. Une page se tourne.

Une page va aussi se tournera avec l’idée de repenser le centre de l’UBS centre ville.

C’est une super idée de créer un nouveau centre commercial. Surtout au centre ville. Mis à part Confédération centre, il n’y a pas vraiment de centre regroupant des commerçants. D’où l’importance de l’UBS de redéfinir son palais de la rue de la Confédération-rue du Rhône. L’établissement bancaire a pris  l’intelligente décision de repenser ses locaux du centre ville. Bravo !

mall1.jpg

Je pense qu’il manque de l’animation au centre ville. Ce n’est pas le déménagement qui font peur. En effet, ce n’est pas la mer à boire de transférer des employés du centre ville aux Acacias. Ce qui va être plus long, mais non brave gens ce n’est pas la rénovation en elle-même, ce sont les autorisations de construire. Combien de temps faudra-t-il au service de Mark Muller pour apposer les tampons accordant le droit de rénovation-transformation.

Avec une nouvelle galerie marchande, je subodore que l’animation, il y en aura. Surtout qu’une pluralité de commerces verra le jour

Le simple citoyen que je suis, espère que cette nouvelle zone commerciale ne sera pas le temple du luxe. Les genevois n’ont pas besoin de luxe. A ce sujet, le luxe est un peu boudé par les autochtones de la région.

Au sujet des commerces du centre ville, actuellement, il y a beaucoup trop de marque. Il manque des magasins de moyen standing. La rue du Rhône regorge de magasins de luxe, le globus est <bourge>, etc.

Donc pas de temple du luxe. Ca fera vraiment du bien à ce centre ville pourvu de magasins ouvert pour une certaine classe de la population.

Je pense n’être par le seul à se réjouir d’un nouveau centre commercial. Je pense n’être par le seul à féliciter l’UBS de cette initiative.

Côté économie, je suppose qu’il  n’y aura pas de risque. L’UBS investisseur-constructeur a dû évaluer après une étude commerciale les risques d’un tel investissement.

Verra-t-on l’ouverture de commerces le dimanche ?

Je suis content de penser qu’une amélioration de la qualité des services s’offre au centre ville.

Bon après midi.

12:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

25/08/2008

Mis en faillite pour Frs 4,50

Mis en Faillite……

La justice applique la loi. Un débiteur doit Frs 4,50 à un créancier. Ce dernier  dépose tout d’abord à l’Office des poursuites, ci-après l’OP une réquisition contre X. Le commandement de payer est alors notifié à qui de droit. Ce dernier ne fait pas opposition. Sans suite au bout d’une année, la poursuite s'éteint automatiquement.  Par contre, le créancier, sans nouvelle du débiteur, sollicite de la part de l’OP une réalisation de biens, voire une saisie sur salaire. L'avis de saisie exécutoire, les objets sont saisis puis sur réquisition, vendus lors d’une vente aux enchères publiques. En demeurera un dossier valable 10ans. La saisie de salaire persévère jusqu'à une année maximum.

Pour une PME, petite et moyenne entreprise, il en va autrement.

Suite à ce qui vient d’être expliqué, le créancier dépose une commination de mise en faillite.

Au bout d’un certain temps, les Juges du Tribunal de Première Instance, TPI, rendent un jugement de mise en faillite. Un appel peut être interjeté devant le le TPI et une levée d'opposition déboutée. Le procesus de poursuite continue. Nous tombons alors dans l'escarcelle de la faillite.

L’OF procède à un inventaire des biens  possédés par le débiteur. Ensuite, il y a l’appel au créancier par le biais de la FAO. En demeure non seulement l’inventaire, mais également un état de collocation (document sur lequel sont inventoriés tous les créanciers et le montant les dettes. Pis, c’est l’Office des faillites qui, lui seul, décide de la vente.

Evidemment, dans les deux cas de poursuite ou de faillite, je ne suis pas rentré dans les détails juridiques, ma plume  noircirait très vite la page bien blanche.

Ce qu’il faut retenir demeure dans le principe où le débiteur peut au bas mot, tomber sous le coup de poursuites ou/et de faillite pour n’importe quel montant dû. J’ai entendu a l’époque une personne mise en faillite pour un montant avoisinant Frs 4,50,--. Aussi, un créancier avait payé sa dette, mais pas les intérêts de la dette, partant, le juge a prononcé la mise en faillite juste avant les fêtes de fin d’année ; là où le commerce fait un gros chiffre d’affaire. Des « trucs » comme ça existent.

C’est totalement vrai que ce fonctionnaire a vu des faillites prononcées pour des sommes dérisoires. Il y a de quoi « tirer la gueule ». En effet, Je connais une personne qui a travaillé à l’Office des poursuites et des faillites jusqu’en 1992 ; les années encore sérieuses si vous voyez ce que je veux dire ! Je peux donc aisément parler ici des problèmes de poursuites et de faillites.

Heureusement, qu’il existe tout un arsenal de lois qui permette de se racheter une bonne conduite financière. Tout dépend des agissements du failli, des créanciers, des juges, j’en passe et des meilleurs. Avec un bon avocat, dans les délais et en payant de suite la poursuite, la réquisition de faillite ne verra pas le jour.

Là aussi, c’est rempli de finesses juridiques.

Justice soit rendue en application des lois en la matière. En cas de faillite, l'OF ne se soucie pas du devenir des employés qui sont licienciés immédiatement pour cause de faillite. Il leur est juste conseiller de s'inscrire au chômage. Les juges font « hara-kiri» sur des personnes des sociétés. Est-ce la bonne méthode de couler une boîte pour des petits montants frôlant Frs 1'00,-- ? N'y aurait-il pas d'arrangement entre le créancier, le débiteur et le juge. Avant de fermer la boîte et apposer les scellés, des moyens peuvent être trouvés.

En conclusion, mieux vaut payer ses dettes. Mon père me dit toujours «Qui paye ses dettes, s'enrichi ! »

 

Quel est votre avis sur ce sujet ?

Bon après midi.

13:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

18/08/2008

Du foutage de gueule !

Impensable.

Bonjour à toutes et à tous,

C’est encore les vacances, je serai donc très bref.

Je suis allé dans un restaurant genevois, par respect je terrais son nom. J’ai déjeuné et bu une eau minéral.

Le plat du jour Frs 19,--. Jusque là rien à redire, quoique….

Par ailleurs, l’eau minéral 3 dl, taxée Frs 6,50.

Puis enfin le café, Frs 3,60.

Total de l'addition :  Frs 29,10. Ca fait cher le lunch.

La prochaine fois, je m’achète un sandwich à Frs 3,--, une bouteille d’eau à Frs 1,-- et je vais pique niquer dans un parc ou au bord du lac. Evidemment s'il pleut la situation deviendra cahotique pour mon porte monnaie. Je ne veux tout de même pas déjeuner au bureau !

Pourvu que l’on ne me fasse pas payer une location du m2 occupé par mon humble personne !

La personne qui déjeune tous les jours ouvrables au resto par mois ça lui coûte (20 x 29.10) Frs 582,--.

Dans cette affaire de bistrot, je me demande de qui on se moque.

C’est presque du « vol » organisé.

Aux prix pratiqués pour le non sans alcool, je comprends que les jeunes boivent des bières, du vin au verre, etc. Ca leur coûte moins cher !

Bonne journée

07:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13/08/2008

L'eau du robinet payante : NON !

On rigole ou quoi 

Faire payer l'eau !

Ca c'est le genre de "truc" que l'on annonce le 1er avril.

Ca fait rager d’apprendre que certains restaurants font payer l’eau, pour ne pas les nommer  « A Tasca do primo » et « L’incontro ». Avec un nom pareil, il ne devrait même pas être à Genève (je rigole!).

Le jour où un café me fait payer l’eau, je me lève et je pars. Qui a être recherché par les forces de police.

On paie relativement assez cher les repas du jour, les boissons non alcoolisées. Sur ce dernier point, j’ai pu remarquer que l’henniez par exemple coûtait plus cher que le ballon de rouge.

Allez manger une pizza chez « L’incontro » prendre un verre de blanc jusque là je suis entièrement d’accord de payer. Quant à payer Frs 2,50 une carafe d’eau, là je dis non.

A lire la TdG, ce ne sont que des noms de restaurants à consonance étrangère qui se remplissent les poches, source de leur gagne pain.

Les arguments qui consistent à dire « oui » mais il faut bien laver les verres, le personnel doit se laver les mains, ne tiennent par la route.

J’ai été surpris en bien de lire que la « Cave Valaisanne » ne faisait pas payer l’eau. Clin d’œil, l’eau de cet établissement vient directement des sources des hautes montagnes valaisannes !

Mais de qui se moque-t-on ?!

Que la TdG publie la liste exhaustive de ces restaurateurs qui font payer l’eau et boycottons-les !

Chaque fois que je bois un café, je demande un verre d’eau. Jusqu’à présent ce dernier est gratuit. Cela dit, si un jour je dois le payer, je fais un scandale.

Vous l’aurez compris, au moment où j’écris mon propos, j’ai les nerfs, car je trouve totalement inadmissible, déplacer de faire payer l’eau du robinet.

J’espère bien qu’il va y avoir un débat sur ce sujet brûlant.

Auparavant, il me semble que l’on pouvait demander la FAO, Feuille d’avis officielle, et un verre d’eau. Le tenancier du troquet était obligé de se soumettre à cette règle.

Le jour où il y a une coupure d’eau, comment feront les restaurateurs ? Ils obligeront leur clientèle à consommer une bouteille d’eau minérale ?

Donc, je n’irai pas « A Trasca do primo », à « L’incontro ».

Dont acte !

07:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook

09/08/2008

La Migros prend ses clients pour des imbéciles ?!

La Migros se complique-t-elle la vie !

Pourquoi ?

Je me permets de rebondir sur une note de Swisscom.

Un bip aux caisses Migros signale l’augmentation du prix de vente. Un gadget de plus dans le système de vente.

En fait, il s’agit d’avertir le client que tel ou tel produit coûte plus cher. A la Migros, ce qui fait fois c’est le prix mentionné sur l’emballage du produit. Si l’article porte encore l’ancien prix, c’est celui-ci qui prime et qui doit être payé. Par contre, les baisses de prix, possibles même en période d’inflation, ne sont pas mentionnées. Le client paye automatiquement le prix le plus bas.

Je ne vois  pas bien l'avantage de ce système.  Ce que je comprends, on présente un produit Migros à la caisse, le prix de celui-ci a changé, un bipbip vous annonce cette modification .

On le sait très bien, la vie commerciale se renchéri de jour en jour. Tout augmente.

Pour revenir à ce bip en cas d’augmentation du prix de vente à la Migros, je préfère de loin le système de la COOP, en expérimentation. Il s’agit du boîtier sur lequel vous scannez vous-même l’article. Le prix du produit, et le montant total figure en permanence sur le boîtier. L’avantage est de savoir à n’importe quel moment ce que vous paierez à la caisse. A la COOP aucun signal sonore n’avertit le client d’une hausse ou d’une baisse. Comme les prix sont inscrits sur les rayons et non sur les emballages, les hausses sont instantanément en vigueur.

Entre Migros et COOP c’est à celui qui innove le plus efficacement. C’est la loi de la concurrence. L’un veut toujours être en avance sur l’autre.

J’ai ne de cesse de dire que le client est roi et que ce dernier doit être chouchouté.

De toute manière, nécessité est de passer à la caisse. Généralement les articles mis sur le tapis pour être scannés sont des marchandises indispensables ; ils ne dérogent pas de la  liste des commissions. Qu’ils soient en hausse ou à la baisse, les produits font partie de ce que le client a besoin.

Dans cette mesure est-ce bien utile d’avoir tous ces gadgets. Vendre pour vendre, de toute manière les achats seront payés au prix scannés par la caissière. Indéniablement, ces nouvelles manières font partie du catalogue présentant des redondances.

C’est un peu une ineptie ; le bip sonne, votre esprit réagit à l’augmentation, vous faîtes quoi ? Vous n’achetez pas l’article, le corollaire vous le laissez à la caisse où vous l’achetez malgré ce bipbip ?! Faire des achats devient de plus en plus simple !

11:00 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

05/08/2008

La qualité des resto. peut diverger

IMG.jpgLes restaurants pas toujours au top niveau.

Bien manger est un art !

 

 

C’est incroyable les disparités entre restaurants. Je n’ose plus en recommander un à mes amis. A chaque fois c’est la même combine ; vous vantez les mérites de tel ou tel restau., et paf il n’est pas au top niveau de ce que vous avez goûter il y a quelques jours. Car il n’y a pas de régularité dans les établissements culinaires. Un jour c’est excellent, le lendemain ça l’est moins. Tout dépend en fait de l’humeur du cuisto !

Il semblerait qu’un tiers des intoxications alimentaires sont contractées dans les restaurants.

Ce n’est pas faux. Plusieurs fois, selon la couleur de l’assiette que l’on nous sert, il y a de quoi tomber malade. Des plats, si on peut encore appeler ça des plats, fait à la va-vite, passé au micro-onde

Est-ce que les gens ne seraient plus exigeant avec les restaurateurs. Est-ce que les gens ne savent plus cuisiner à la maison. Est-ce qu’un bon petit plat de derrière les fagots ne fait plus plaisir. Terminées les délicatesses du palais ?

J’ai pu remarquer que les gens veulent manger rapidement, car il y a un rendez-vous à respecter. Le fait d’avoir 1 heure à midi pour manger donne des ailes pour la « bouffe » rapide. Cette nourriture préparée à l'avance, mise sous vide et réchauffée au micro onde. Birk !

Il est vrai que la nourriture, notamment dans les grandes surfaces n’est pas toujours fraîche.

Selon le « Matin », dans un article paru ce matin, quelques 2150 personnes ont été victime d’intoxications alimentaires entre 1994 et 2006, soit 179 par année. C’est énorme.

Où sont les bons rôtis de Grand-mère, les bons légumes du jardin, la bonne viande de bovin nourri par l’herbe des champs, j’en passe et des meilleurs.

Je ne vous parle pas des repas dans les hôpitaux. Notamment la grande différence entre Genève et Lausanne. Le premier « infecte » le second « très bon ». Si il y a déjà des disparités entre canton, je vous laisse imaginer les restaurants !

Je suis étonné à la Coop et la Migros, des disparités du data. Certains aliments sont à la limite de l’acceptable. Evidemment, qu’ils peuvent vendre jusqu’à la date butoir. Dans ce cas là, il faut cuisiner le jour même. Autant attendre le 50 %.

Manger n’est plus une priorité ! Et bien je dis non et non, mon palais aime la bonne "bouffe".

Au moment où se blog est publié, je rentre d'un déjeuner à la Brasserie la Bourse à la place du Marché à Carouge. Excellent plat du jour pour Frs 19,--. A Carouge comme ailleurs, les prix ne sont pas bon marché, toutefois, en général ont mange assez bien.

Bon après midi.

 

13:30 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook