23/03/2010

Facebook, Twitter rendent individualiste et anonyme

roue.jpgSurfer sans limite ! Où sont les limites ?

 

Facebook, Twitter sont des réseaux sociaux du nouveau monde.

Tout peut transpirer. Les internautes narrent leurs états d’âmes, leurs agendas, leur crise d’amour, j’en passe et des meilleurs.

 

Ce n’est vraiment pas interpellant de savoir que X ou Y est à un Conseil d’administration, est à son chalet, est si et ça. Mais qu’est-ce qu’on en a à faire (pour être poli). Non merci aux annonces futiles.

 

Ces sites de réseaux sociaux rendent les gens plus anonymes, se cachant derrière des pseudos, individuels, cloués au sol de leur gîte.

 

Et cela crée le flegme de sortir, le renfermement  sur soi, l’individualisme, alors que l’être humain est aussi créé pour un authentique réseau social.

 

Alors, est-ce un bon moyen de communication et d’ouverture vers l’autre, MAIS….

 

ce n’est que virtuel, alors qu’un bon contact en chair et en os est bien plus social.

 

L’ouverture autour d’un verre sur une terrasse est bien plus enrichissant que d’être devant son ordinateur  pour tuer le temps des heures et des heures et faire part de toutes sortes de commentaires gratuits au monde : « je suis allé au cinéma, je pars skier, je vais à la plage, etc. ». Jusqu’où ira ce virtuel ?

 

J’avoue utiliser ces réseaux sociaux pour faire connaître mon blog, loin de moi d’écrire que je bois un café, que je suis triste, que je suis amoureux, que je ne sais quoi. Je préfère le lieu de rencontre, le lieu de partage, la vie associative, la politique et évidemment une bonne vie privée, bien privée.

 

Partons du principe que ce virtuel est éphémère !

08:08 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/03/2010

Rouvrir les maisons closes ?

6-maison_close_toulouse_lautrec.jpgEn France, après 60 ans, lors de la libération ces établissements libertins étaient dorénavant portes closes. Aujourd’hui force est de constater que 59 % des Français, dont 70 % d’hommes, seraient favorables à la réouverture des maisons closes.

 

Les filles ont alors été jetées à la rue avec tout ce que cela comporte ; insécurité, sous tutelle d’une personne souvent bien malintentionnée, défaut d’hygiène, etc.

 

Faut-il au nom de la morale accepter la présence dans les rues ou plutôt rouvrir les maisons closes. Au nom de la morale, rien du tout ! Racoler à ciel ouvert favorise la conclusion d’un acte ? Avec la gêne d’être vu au grand jour et jugé par l’œil des autres n’est-il pas rebutant. Les maisons closes ne sont-elles pas un grand boulevard de la séduction cachée, d’un rapprochement d’une morale réconfortée.

 

A Genève, elles, et pourquoi pas ils, sont à la rue, font le « tapin » montent à l’étage et youp la boum la passe est consommée pour un certain prix. Ne serait-ce pas plus discret dans 4 murs.

 

Quel est vraiment le plaisir pour 15 minutes de « tactac » et hop débourser Frs 250,--Ensuite, après le plaisir momentané, y a-t-il frustration, culpabilisation, honte, joie de vivre

 

Dans la rue, ces militantes du sexe sont-elle vraiment à l’abri de tout et de rien ? Les maisons closes ne sont-elles pas plus ouvertes à la sécurité, à un travail légal, un confort d’hygiène, à une meilleure santé.

 

De sources sûres, ce métier soi disant le plus vieux du monde n’est pas à l’abri de toutes sortes de personnes correctes, mais aussi déchantées, à côté de la plaque, sans scrupule, ne collant pas avec les bonnes mœurs, en manque d’un bien être……

 

Je lisais sur internet :

« Le sexe, comme tout d’ailleurs ces temps-ci de la cuisine moléculaire (ignobles charlatans que je hais!) a la musique, est devenu virtuel. Les gens préfèrent se palucher devant des webcams que de sortir dans le bar boirent des canons avec des copains. Le contact avec le réel et tout ce qu’il comporte c’est à dire les odeurs, les gouts les sensations est en train d’être perdu par toute une génération de citadins qui rêvent des prothèses ultimes qui leur permettront de ressentir la même chose que s’ils prenaient leur cul par l’anse et allaient se promener. Au final on va se retrouver avec des gens se reproduisant encore moins, munis de bras droits surdéveloppés et sans expérience de la vie à 35 ans. Bref une génération d’autistes. Alors bien sur ce ne sera pas tout le monde, mais une proportion grandissante de la population, jusqu’à ce que nous soyons réduit a l’état de larves amorphes et baveuses. Bref des bébés.

Dans ces conditions, il est nécessaire de rouvrir les bordels. Le bordel est à la fois réel, puisqu’on est vraiment la, et virtuel parce que le succès est garanti. Le bordel est comme les petites roues de la vie sentimentale. Ca permet une entrée en matière (on ne rigole pas bêtement la au fond) rassurante qui donne envie de plus.

De plus, tout milite en faveur d’une réouverture. Ca permet de protéger les filles, ca fait du tort aux différentes mafias qui trafiquent sur le corps de ces pauvres femmes de manière absolument d’égueulasse, ca sert de soupape sociale et ca permet de rigoler entre copains.

Et ca permettrait d’ouvrir de nouvelles opportunités de carrières légales à des jeunes filles entreprenantes ».

Alors faut-il un travail réglementaire et règlementé ? A en croire la majorité de nos voisins, que oui.

 

 

08:40 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

13/03/2010

Soutenez les RESTOS DU COEUR

les-enfoires1.jpgHier soir, le grand spectacle des Enfoirés. Comme à son habitude se fut sublime.

 

Musique, costumes, décors, ambiance tout y était.

 

En 4 actes musicaux, on n’a pas vu la soirée passer.

 

Vous le savez, les Efouirés se sont les Restos du Cœur. Dans toute sa splendeur, sa grandeur, dans le partage, la solidarité. Une cause bien humanitaire.

 

Ce sont plus de 100 millions de repas servis depuis 20 ans. 800'000 en moyenne par jour.

 

Tout ce coup de cœur grâce aux nombreux bénévoles.

 

Au lendemain de ce spectacle, vous pouvez acheter le CD ou le DV ou les 2, Derechef, 18 repas seront servis aux plus démunis.

 

Que vous sachiez, en Suisse il existe aussi les Restos du Cœur. Le Carré au Acacias – Genève et bien d’autres associations.

 

Allez un coup de cœur achetez le CD……….

 

Un élan de partage, de solidarité, d’amour.

 

 

08:50 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

09/03/2010

Les 3 cogneurs de Munich : quelle justice ?

4119-2.jpgAvez-vous remarqué en fin de journée les news de la TdG : cogneurs de Munich, seul 1 des trois accusés parle, braquage d’un tournoi de poker: le butin est chiffré à 242 000 euros et quatre malfrats sous les verrous après un rodéo avec la police.

 

Quelle fin d’après midi !

 

Le commencement de cette journée : Buraliste attaqué à l’arme blanche: «Mon agresseur voulait me tuer».

 

Une justice pas assez sevère ?

 

Revenons sur les cogneurs de Munich. Jugés en Allemagne, ils risquent jusqu’à 10 ans de prison alors qu’en Suisse, ils pourraient écoper jusqu’à 4 ans.

 

Je suis assez d’accord avec la justice des Allemands. Chez nous, elle est trop gentille. Je n’ai pas dit laxiste. Je pense dans un état de droit, des mesures plus contraignantes crééeraient la dissuasion.

 

Les malfrats commettant des infractions à la loi, des homicides, doivent être punis à la hauteur de leur délit. En suisse, il me semble que la Justice est trop clémente.

 

Ces trois jeunes de Zurich ont démoli tout de même 5 personnes toutes innocentes. Comme cela, sur leur passage on peut démolir un vis-à-vis aussi gratuitement, avec une telle violence. Un jeu, un amusement paraît-il.

 

Des cogneurs en série. Une démence imposée par le diable.

 

Mais que s’est-il passé dans la tête de ces jeunes, un jeu, une folie, une dépendance à la violence, que sais-je. Il faut être sonné, cinglé pour en arriver à un tel stade.

 

A ces jeunes une sacrée et triste santé. Péter les plombs ainsi, c’est s’envoyer en l’air sur Neptune.

 

Dans le fond je les plains ces jeunes, ainsi que leurs familles et amis. Par leurs gestes, ils ont déstabilisé tout un réseau proche.

 

Passeront-ils le max en prison ? Si tel est le cas, je souhaite de tout cœur que ces condamnations soient accompagnées de mesures psychiatriques, formations professionnelles et prises en charge quant à une réinsertion sociale pour l’avenir. Ils sont jeunes et ne doivent pas être jetés dans une cellule sans encadrements. Le cas échéant la justice les vouera à la délinquance, ils recommenceront à la sortie de prison.

 

Mais ! Mais ceux qui sont à plaindre en premier lieu se sont les victimes, leurs familles et leurs amis. Ne sont-elles pas marquées pour la vie ?

 

Que justice soit rendue.

 

07:26 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/03/2010

La nouvelle Police des Communes genevoises

Securite_municipale_Carouge.jpgEnfin les AMP pourront être encore plus des Gardiens de la Paix.

 Avec la nouvelle loi, ils viennent renforcer les interventions de la police. C'est une excellente chose.

 Une complémentarité salutaire, car la police genevoise ne peut être partout faute d'effectif. Je me souviens d'une statistique qui préconisait le manque de 1000 gendarmes tous confondus à Genève. Les policiers ne peuvent être au four et au moulin en même temps. Avec l'évolution de la société libre les interventions se multiplient en raison d'une forte augmentation des infractions de tout genre.

 Ainsi les Agents de Police Municipal prennent de l'autonomie et pourront intervenir de façon plus efficace que par le passé. Jusqu'à maintenant, les gardes municipaux étaient peu ou prou respectés. Tout juste si on ne leur riait pas au nez.

 Aujourd'hui ça change. Par leur nouveaux pouvoirs, ils pourront interpellés, fouillés, vérifier les identités, intervenir sur les terrasses de café pour bruit ou tapage nocturne. Le policier municipal va aussi faire usage du bâton du gendarme. La « matraque » à toujours fait peur. Une police dans la police cantonale ne peut apporter que plus de sécurité, de dissuasion, de confiance. Serait-ce la fin des clients agités sur les terrasses de café, serait-ce la fin du parking sauvage et  d'autres infractions. La jeunesse nocturne sera-t-elle calmée. Avec le nouveau code de la police municipale, je le pense, à tous le moins je le souhaite vivement.

 A Carouge, avec mes collègues PDC au Municipal, nous avons toujours soutenu les agents municipaux et depuis longtemps demandions de leur donner plus de pouvoir. C'était aussi l'occasion de les féliciter et de les remercier pour la sale tâche accomplie, mais au combien utile et justifiée. Car jusqu'à présent comme je le dis plus haut l'agent municipal était un peu le guignol des indélicats de la loi. Pourtant, ils avaient le droit au respect surtout pour la mission menée à bien. Merci l'équipe de Carouge.

 Je suis content que les Gardiens de la Paix communaux soient reconnus et connus pour leur métier parfois dangereux. Ils deviennent d'authentiques collègues de la Police genevoise.

 De Carouge, comme si vous ne le saviez pas !!!, je suis fier des AMP Carougeois, évidemment des autres communes, et les encourage à faire leur métier avec conviction, affirmation et persuasion.

 Bravo les AMP et bonne route !

07:25 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

02/03/2010

Du sexe sur internet

1396147_3289298.jpgSur internet on peut tout voir, tout savoir du plus politiquement correct au plus disjoncté.

 J'ai vu une émission dimanche soir sur une chaîne française sur ce sujet. Ce que les jeunes consultent sur internet. De tout mais pas de rien.

Etonnant, sans limite d'âge, ils visionnent des films de sexe. Et parfois pas dans la dentelle. Du hard. Aucun contrôle de la part des parents n'est possible, pourtant il me semblait que l'on pouvait installer des programmes limitant certains accès. Et bien je peux vous dire que nenni. Pas d'âge pour visionner des trucs cochons et le plus fort gratuitement.

Il suffit de taper « sexe » et hop vous tombez sur de l'acceptable, mais aussi sur du terriblement « dégueulasse ».

Il ne faut pas s'étonner que la sexualité se développe de plus en plus tôt.

Dans cette émission, une jeune fille d'une quinzaine d'année expliquait, sans gêne, une soirée allumée où à quatre, deux filles, deux garçons, s'étaient abandonnés aux choses de la vie, en couple, à quatre, une fois je te vois, une fois je ne te vois pas; je vous laisse à votre imagination. Et d'avouer que c'est après avoir vu ces films pornos gratuitement livrés sur internet que le virtuel avait passé au réel.

Il n'y a pas que le sexe, pleines de séances sur la guerre, la torture, font le bonheur d'internet.

Au sujet de la sexualité, nécessité est de ne pas se voiler la face par pudeur et accepter le fait qu'internet peut faire du mal, être provocateur, de mauvaise augure pour des jeunes sans repères, à l'âge de la découverte de l'adolescence.

Partant, les cours sur la sexualité et d'une manière plus générale sur les méfaits d'internet, de facebook et d'autres sites, doivent être dispensés de plus en plus tôt pour offrir à notre belle jeunesse d'authentiques repères qui leur donneront un sens à leur chemin de la vie. L'enseignement est important tout autant que le dialogue avec les parents, la famille. C'est à travers la communication, les bonnes explications que les jeunes s'y retrouvent.

Loin de moi de mettre en doute les nombreuses informations livrées par Intertnet, elles déploient un plateau intellectuellement immense. Celles que je n'accepte pas de par leur liberté d'expression sont celles liées au sexe gratuit, le sexe de la honte.

Il n'y a vraiment pas de bug pour les sites sexuels les plus grave qui rendent de plus en plus vulnérable les jeunes ado.

Les politiques doivent se rendre à l'évidence de se fléau et légiférer afin de limiter certains accès.

Les parents doivent se prendre en mains.

Allez bonne journée.

07:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

01/03/2010

Le Service des tutelles d'adultes aux soins continus

Solidarite_TUTELLE_WEB.jpgRéférence est faite à l’article paru samedi dernier sur la surcharge de travail au Service des tutelles d’adultes.

Dans les conditions actuelles difficile de capitaliser une optimalisation d'un travail à 100 % efficace. Trop, c'est trop !

 

Je prends parti des employés de cette lourde machine sociale et administrative. 107 dossiers par administratif est trop lourd.  Impensable que la maison fonctionne de normes acceptables. J'ai toujours vu le Service des tutelles comme le parent pauvre de l'Etat, se service rapportant rien financièrement.

 

Pour y avoir travaillé, Service juridique, Préposé aux successions, je peux témoigner qu’en 2005, les assistants sociaux, les comptables et le service administratif n’étaient pas en manque de travail. Tous les jours de nouveaux dossiers arrivaient, la maison croulait sous l’abondance de nouvelles situations parfois lourde de missions.

 

Dans mon job, je m’occupais de représenter les pupilles lorsqu’ils étaient héritier dans une succession, des pupilles décédés, des curatelles de gestion de personnes en EMS. Un lourd fardeau. Pour des raisons de santé j’ai dû quitter. Aujourd’hui, elles sont deux pour assurer le poste. Elles ne traitent plus que les représentations. C’est dire que les statistiques ne cessent d’augmenter.

 

Je saisis l’importance du travail sollicité par un dossier pour confirmer qu’il y a surcharge de travail. Nécessité de gérer le social, le plan financier, tout le réseau qui entoure le pupille et lourd de conséquence pour la motivation, la santé des collaborateurs.

 

Chaque situation est différente et ne demande pas automatiquement la même charge de travail. Un dossier peut solliciter peu d’heure alors que d’autres font exploser l’horloge. On ne sait pas ce que nous réservent les surprises que le pupille aura faites la veille. Le réseau du pupille est grand ; c’est une substitution totale de la personne, le Service prend en charge tout le quotidien du client.

 

Le surmenage est de fait, les collaborateurs sont « overdosés » et croule sous les missions incombant à leur poste.

 

Ayant encore des relations de sympathie avec le Service des tutelles d’adultes, je confirme l’article de samedi, il manque manifestement de personnel. Je pense inutile d’augmenter les salaires, ce qu’il faut consiste à engager du personnel.

 

Question financière, aucun émolument n’est comptabilisé dans les opérations de tutelle ou de curatelle, alors qu’un émolument pour chaque acte devrait être perçu au même titre que les tuteurs ou curateurs privés. Le Service des tutelles d’adulte travaille gratuitement. Il est une charge totale dans les budgets de l’Etat. Une piste de ce côté-là devrait être étudiée.

 

Pour conclure, en tant qu’ancien collaborateur du Service des tutelles d’adultes, je suis solidaire des anciens collègues.

07:39 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

05/02/2010

Les prostituées mal dans leur peau ?

prostituee-geneve.jpgJ’ai lu dans la TdG l’article : Anxieuses et dépressives, les prostituées ont le blues

 

Dans les temps qui courent je pense qu’il n’est pas évident d’être prostituée. Ca peut amener la déprime au regard du métier, l’anxiété face à l’insécurité sociale, la dépression car psychiquement au bout du rouleau. Je comprends tout à fait ces situations de désarmement humain. Ce milieu de gens pas toujours roses et gentils, corrects, n’est pas la panacée des professions. Ces filles et ces hommes sont-ils vraiment à l’aise dans leur vie ?

 

Une clientèle toujours plus exigeante, le sida, la consommation de drogues, les conditions d’hygiène parfois douteuses, la sécurité sont des paramètres qui rendent la vie pas évidente.

 

Certaines pratiquent dans des bars à hôtesses, d'autres sur Internet ou dans des agences d'escorte girls. Les étudiantes peuvent elles aussi se prostituer. Pour gagner leur argent de poche, financer leurs études ou payer leur loyer. Une réalité choquante alors que l'on célèbre aujourd'hui le 60e anniversaire de la loi sur la fermeture des maisons closes.

 

J’ai souvent entendu dire à ce sujet que la prostitution était le plus vieux métier du monde, je n’en sais que trop, c’est le « triste » chemin tracé par ces femmes, mais aussi par des hommes.

 

Je me demande combien sont-elle à Genève, quelles fréquentations, quelle vie sociale et familiale, quel suivi médical.

Sur ce sujet, j’ai trouvé ceci sur internet : Ces derniers mois, plusieurs élus suisses se sont émus de la présence de centaines de prostituées hongroises dans leurs villes. La présence de ces filles, souvent « réduites en esclavage », selon les confidences faites au « Matin » par l’une d’elles, est un phénomène nouveau. Jusqu’à présent, les travailleuses du sexe étrangères étaient certes nombreuses, mais elles ne venaient pas de Hongrie. Ces politiciens se demandent ce qui a poussé ces jeunes femmes à venir faire le tapin si loin de chez elles. C’est naturellement l’attrait du franc suisse et la relative facilité pour ces « professionnelles » d’exercer leur métier dans ce pays, selon les travailleurs sociaux helvétiques contactés, dont le FIZ -Centre d’assistance aux migrantes et aux victimes de la traite des femmes. Rolf Vieli, responsable du projet Langstrasse Plus (un programme de revalorisation du quartier chaud de Zurich), n’a cessé de répéter à la presse, ces derniers temps, que les accords avec l’Union européenne ne sont pas la seule explication de la progression de la prostitution dans les grandes villes suisses. La situation économique qui règne à l’étranger contribue également à rendre le marché du sexe helvétique attrayant, observe-t-il.

Que c’est triste de dire que le marché du sexe est attrayant. Faut-il avoir le moral et la santé pour se prostituer. Serait-ce un gâchis de la vie. Comment en arrive-t-on là. L’argent, l’envie de vendre son corps, qu’est-ce ?

Que faire pour lutter contre ce commerce du sexe ?

 

 

13:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/02/2010

Augmentation des allocations familiales ?

logo_caf.gifOn ne fait pas des enfants pour l’argent mais bien pour élargir la famille, pour donner un sens à la descendance. C’est la joie de constituer une famille, famille qui demeure le noyau central de l’organisation de notre société. Un, deux, trois enfants constituent la structure idéale d’une famille.

 

Mais ça coûte cher !

 

L’état doit aider ces familles en allégeant la fiscalité et, d’autre part au moyen des allocations familiales.

 

Les socialistes soutenus par les syndicats on lancé une initiative pour une augmentation massive des allocations familiales.

 

Elever des enfants ne doit plus pénaliser les personnes qui en ont la charge. Il s’agit, très concrètement, de :

  • Soulager les familles lors de l’arrivée d’un enfant avec l’allocation de naissance puis tout au long de la scolarité obligatoire
  • Soutenir les familles monoparentales
  • Limiter le risque de précarité des familles nombreuses
  • Encourager les jeunes à poursuivre une formation professionnelle après 16 ans,

 

  L’initiative demande
• Le doublement de l’allocation de naissance (2’000 frs au lieu de 1’000 francs),
300 francs par mois pour les moins de 16 ans (actuellement : 200 francs)
400 francs par mois pour les 16-20 ans (actuellement : 250 francs)
400 francs par mois pour les jeunes en formation jusqu’à 25 ans (actuellement : 250 francs).

 

Avantages de l’initiative
• Augmenter le pouvoir d’achat de toutes les familles avec enfant-s
• Adapter le montant de l’allocation à la réalité du coût de la vie à Genève.
• Soutenir les familles monoparentales souvent les plus précarisées
• Limiter le risque de précarité des familles nombreuses
• Soulager les familles lors de l’arrivée d’un enfant avec l’allocation de naissance puis tout au long de la scolarité obligatoire

Actuellement, La loi fédérale sur les allocations familiales s'est donnée pour mission d'harmoniser le versement de ces prestations au niveau fédéral. Il existe deux genres d'allocations.

  • Allocation pour enfant

Cette  allocation  est  versée  du  mois  de  la naissance  jusqu'au mois du 16ème  anniversaire. Son  montant  s'élève à   Fr. 200.-.

  • Allocation pour formation professionnelle

Cette allocation est versée du mois qui suit le 16ème anniversaire jusqu'au mois du 25ème anniversaire. Son montant s'élève à Fr. 250.-.

Les enfants qui ouvrent un droit à ces prestations sont :

  • Les enfants avec un lien de filiation - légitimes, naturels et adoptés ;
  • Les enfants du conjoint ou du partenaire enregistré selon le droit fédéral ;
  • Les enfants recueillis durablement et gratuitement au domicile (de l'ayant droit) ;
  • Les frères, les soeurs et les petits enfants (de l'ayant droit) avec preuve de l'entretien prépondérant s'ils ne vivent pas dans le même foyer
  • Encourager les jeunes à poursuivre une formation professionnelle après 16 ans

 A mon avis, ces augmentations n’accroîtront pas la natalité car au-delà des allocations familiales un enfant c’est une volonté naturelle qui passe avant l’aspect pécuniaire. A Genève où les allocations familiales sont élevées, il n’y a pas plus de bébé.  

 

Les déductions d’impôts sont aussi importantes ; la charge doit être le miroir de l’aspect financier acceptable pour une famille.

Dans une société en crise économique, où la reprise est très lente, mettre au monde un enfant demande réflexion. Ce n'est pas Frs 50,-- de plus qui va être décisif.

Les entreprises devront passer à la caisse puisqu'assurant l'essentiel du financement des allocations familiales. Ne sont-elles pas déjà en difficulté ?

Enfin, il n'y a pas plus d'enfants dans les cantons ayant des allocations plus élevées qu'à Genève. Si l'on veut alléger la charge des familles, il faut choisir un ensemble de mesures, allant de l'aménagment du temps de travail aux prestations ciblées pour celles qui en ont besoin, en complément du système de base.

Personnellement, je suis pour une fiscalité allégée et des allocation familiales augmentées au coût de la vie.

Au peuple  genevois de voter.

Allez bonne journée.

 

 

 

07:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/02/2010

Barack OBAMA reconnaît les homos dans l'armée

images.jpgLes tabous se lèvent enfin ! Barack Obama en veut ainsi. Ce n’est pas une rumeur, c’est la bonne réalité.

 

Cela concerne l’armée où les homosexuels n’étaient pas le bien venu et devaient s’en cacher. Une situation difficile pour les intéressés. S’engager dans l’armée, il faut vraiment le vouloir ; être « gay » relève du défi dans un monde de gros durs. Aujourd’hui c’est la révolution, ils seront acceptés tel quel, dans leur grandeur, dans le respect et dans l’amour de son prochain. C’est un grand pas en avant.

 

Sur ce sujet, voici des propos captés tôt ce matin sur la RSR :

 

"Le plus haut gradé américain, l'amiral Michael Mullen, a estimé mardi devant des parlementaires que lever l'interdiction faite aux militaires homosexuels d'évoquer leur orientation sexuelle serait "la bonne chose à faire".

C'est la première fois qu'un haut gradé américain apporte son soutien clair à la levée de l'interdiction. "Mon opinion est qu'autoriser les gays et lesbiennes à servir ouvertement (dans l'armée) serait la bonne chose à faire", a déclaré devant la commission de Défense du Sénat l'amiral Mullen, chef d'état-major interarmées, précisant qu'il exprimait un "avis personnel".

"Je ne peux m'empêcher d'être troublé par le fait que nous avons actuellement une loi qui force les jeunes hommes et les jeunes femmes à mentir (...) pour pouvoir défendre leurs compatriotes", a-t-il ajouté".

 

 

Ils sembleraient qu’il ne s’agit pas d’une poignée d’hommes et de femmes homo mais bien la réalité d’une petite famille au sein de l’armée. L’homo pourra décliner son vrai visage sans être jugé pour ce qu’il est.

 

Une petite révolution ? Non, une ouverture de l’esprit sur la reconnaissance de la grande famille des personnes aussi respectables que les hétéros.

 

Le Pentagone ne va pas dans ce sens et persiste à être cartésien. C’est bien triste ce manque d’ouverture. Pourtant les homos sont des êtres comme les autres, ils ont le droit de s’épanouir au sein de la société tout en étant acceptés et respectés. Les tabous doivent sauter, avec Obama ils sautent ! C’est ce que veut le Président américain.

 

Les homos ont leur place dans la société et doivent être pourvu de la reconnaissance et du respect. Nous ne sommes tout de même pas des cartésiens. Ils n’ont certainement pas demander à naître ou devenir des personnes aimant des homologues.

 

En fait je crois que ce n’est pas la valeur morale qui est jugée c’est l’acte sexuel qui dérange. Un homo a des droits, les mêmes que les hétéro ; s’exprimer, être respecté, pris en considération, reconnu en tant que tel.

 

C’est un succès pour la communauté gay et lesbienne.

07:28 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/02/2010

Instauration d'une curatelle ?

470x270-cab8859ee71b73acf501eeba726a2f26.jpgEn marge de la tutelle, est inscrite dans le Code Civil Suisse la curatelle.

 

Elle a pour but de venir en aide à des personnes dont la conscience, l’aptitude à comprendre ce qu’on fait, à apprécier la portée de ses actes font défaut. Elle laisse suffisamment d’autonomie, mais une liberté relative.

 

La curatelle vise des causes d’incapacité liées au jeune âge, à la maladie mentale, à l’ivresse et d’autres faiblesses de l’esprit. Où encore sénilité, infirmité physique ou psychique, inexpérience.

 

L’article 392 CCS dit ceci :

 

« L’autorité tutélaire institue une curatelle soit à la requête d’un intéressé, soit d’office, dans les cas prévus par la loi et, en outre :

 

  1. Lorsqu’un majeur ne peut, pour cause de maladie d’absence ou d’autres causes semblables, agir dans une affaire urgente, ni désigner lui-même un représentant ;
  2. Lorsque les intérêts du mineur ou de l’interdit sont en opposition avec ceux du représentant légal ;
  3. Lorsque le représentant légal est empêché.

 

Par ailleurs, l’autorité tutélaire doit pourvoir à la gestion des biens dont le soin n’incombe à personne, notamment parce que le propriétaire est absent depuis longtemps, sans résidence connue, ou qu’il est incapable de gérer ses biens. S’il s’agit d’incapacité psychique et que l’intéresse n’est pas suffisamment encadré, il y a lieu d’instituer plutôt un conseil légal ou une tutelle.

 

Lorsque père et mère séparés ou divorcés ne s’entendent pas sur le droit de visite de l’enfant, alors une curatelle est désignée pour fixer et faire respecter un calendrier.

 

Lorsque qu’un père génital veut faire valoir ses droits, il demandera une curatelle en recherche de paternité

 

Peut être également désignée une curatelle volontaire. La personne peut solliciter une telle mesure.

 

Alors le curateur, conformément aux instructions de l’autorité tutélaire sera chargé de la gestion des biens, de représenter la personne assistée, de représenter son pupille dans une succession, établir un droit de visite, etc. Il se limite aux actes d’administration ordinaire nécessaires à la conservation des biens (entretien, réparation, encaissements, respects des délais, etc.).

 

En conclusion, la curatelle offre une aide tout en laissant à la personne sa capacité de décision.

 

.

07:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

19/01/2010

Les jeunes boivent plus jeune

En 2001, ils buvaient leur premier verre d’alcool à 14 ans.

En 2010, ils boivent à 12 ans !

Respectivement, ils picolaient 26 verres par mois, c’est monté à 28 en 2010.

Le mini tableau est brossé !

Les-seniors-dependants-a-l-alcool-boivent-plus-que-les-jeunes-dependants_reference.jpg

 

C’est prouvé, les jeunes trinquent de plus en plus jeune. Le fléau n’est pas anodin pour la vie, surtout pour la santé et la mémoire.

 

Alors que font les parents.

 

Si la communication, les explications sont dites dès la première sortie de l’ado., les jeunes boivent moins, c’est prouvé.

 

Tout dépend aussi de la structure familiale. Familles défaites et recomposées, addiction à l’alcool, chômage, pauvreté, etc. sont des paramètres entraînant la consommation à l’âge de la puberté.

 

Des parents boivent, se sont de mauvais exemple pour l’enfant. Il en va de même pour la cigarette, voire la drogue.

 

Un enfant élevé dans une « bonne famille » dans laquelle le dialogue est établi, où l’attitude responsable est bien vivante, il semblerait qu’il boive moins vite et quantitatif.

 

Il semblerait que le facteur d’être en osmose, d’oublier les « emmerdes » est à prendre en considération. Les jeunes boivent pour être dans 6ème dimension, celle où tout peut être permis.

 

Le rôle des parents, du représentant légal est important et ce dès la naissance. L’enfant s’épanouit dans le milieu que l’on veut bien lui offrir.

 

Les mouvances de la société sont aussi le fruit de la prise d’alcool. J’ai lu que les jeunes sont de plus en plus en manque de repère. La faute à la société matérialiste dans laquelle nous vivons. Au regard des décennies passées, il semblerait actuellement que les jeunes ne se responsabilisent moins tôt.

 

Avant tout, le dialogue, la communication,  la prévention sont important pour le comportement des jeunes.

 

Allez bonne journée.

 

 

 

 

 

07:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

06/01/2010

Gigantesque BUG en Allemagne

Je viens de lire sur internet un bug informatique en Allemagne. 23,5 millions de cartes EC et de crédit se sont vus bloquer l’accès au contomat, dans les banques et dans les commerces. Un chaos total !

 

12.png

 

Des cartes eurochèques (EC) et de cartes de crédit émises par les caisses d'épargne et les banques régionales allemande.

 

Le "bug" de l'an 2010 en Allemagne ne représenterait aucune menace pour la sécurité des données bancaires ; ouf.

 

Dans les banques, dans les magasins, que nenni. Vous imaginez l’angoisse, la panique à bord, pas d’argent virtuel. Dans de beaux draps !

 

Pourquoi ?

 

Elles n’ont pas reconnu l’an 2010, et paf bloquée ! Un BUG informatique. On le croyait venir en 2000. Partant, à l’aube de la nouvelle décennie, ça paraît impossible, surtout avec les moyens techniques actuels. Aïe, aïe, aïe, la défaillance peut surgir à n’importe quel moment.

 

La faute à qui ?

 

A une société française du nom GEMALTO. Le fabriquant a dû voir rouge ou plus tôt sombre, la tête baissée, les bras pendants. Oh la faille, ils sont dans le « caca ».

 

Vous vous voyez chez Globus ou Manor payer avec votre carte Visa bloquée à la caisse. Là, on ne fait plus les malins. Nous sommes dubitatifs, pantois, gênés, mal à l’aise, bref un peu « con ». C’est l’effet que j’aurais ressenti.

 

En fait, personne est à l’abri, on croit que tout est bien, parfait, et bien non, il y toujours le petit truque qui dérange, qui sort du trou pour nous enquiquiner.

 

La digestion liée au passage de la décénnie fut chaotique et lente cart tout n'est pas encore en ordre.

 

Qui peut le plus peut le moins.

 

Allez bonne journée.

 

 

 

 

07:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

01/01/2010

Merci les 70 bénévoles !

solidarite.jpg

Je viens de lire sur notre journal préféré, les 70 bénévoles qui ont accueilli, servi et distrait avec bon repas, du champagne en musique, des cotillons à la salle communale de Plainpalais, les démunis, les isolés, les moins gâtés.

 

Quelle candeur ! J’y suis très sensible et suis admiratif de cette dimension humaine

 

Un partage authentique n’a rien de déshonorant. Tendre la main devrait être courant. Un sourire, une attention, un geste de solidarité.

 

Je pense qu’il n’y rien d’autre à dire si ce n’est MERCI.

 

Bonne soirée à toutes et à tous.

 

17:45 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Enthousiasme, élan, joie de vivre.....

boutique_fete.jpg

 

Ding dong, ding, dong….les douze coups tintent, c’est minuit, BONNE ANNEE MES AMIS.

 

Comment fut cette nuit transitoire, cette nuit d’amusement, cette nuit de partage de champagne. C’est un nouveau départ, le changement de date étant souvent source de résolutions, de changements, que sais-je.

 

De New york à Pékin en passant par l’Océanie le monde a fêté le Nouvel an. Ca y est nous sommes en 2010. Oublions 2009, cette année tumultueuse. Je pense que psychologiquement le passage d’une dizaine est source de changement, d’élan. 2010 devrait, je l’espère de tout mon cœur, nous faire glisser sur la pente menant à la caverne d’Ali Baba pour y trouver que des bonnes choses. Attention, je veux parler de la caverne des trésors liés aux choses de la vie et non matériel.

 

On oublie donc 2009 et nous roulons emplis d’optimisme, plein d’énergie, d’enthousiasme sur le chemin des prochains 364 jours. Vivre sa vie quoiqu’il arrive, dans le bonheur.

 

Que les déchirements qui hantises les quatre coins du monde face preuve d’intelligence est s’ouvre vers la paix, la quiétude.

 

L’ENTHOUSIASME EST SOURCE DU SUCCES. Ce dicton est de bons sens, ne croyez-vous pas.

 

2010 sera certainement plus réjouissante que les 10 dernières années.

 

Allez les amies et les amis lecteurs que 2010 vous soit souriant et vous mène sur le chemin de la parfaite harmonie, la paix, la joie de vivre.

 

Pour cette occasion qu’il me soit permis de vous biser !!!

 

 

 

09:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

31/12/2009

Dix voeux pour 2010

00_Couverture_Calendrier_2010.jpg

 

Dix vœux ! Dis moi !

 

-       Santé,

-       Amour,

-       Grandeur dans la vie familiale,

-       Du travail,

-       Payer moins d’impôts,

-       Partage,

-       Respect,

-       Pas de brutalité,

-       Solidarité envers les pauvres, les plus démunis,

-       Vivre sa vie quoiqu’il arrive, en toute quiétude

 

Bonne année, puissiez-vous y trouver tout ce que vous espérez.

 

François

 

14:02 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

30/12/2009

L'avion est le moyen de voyager le plus sûr

 

Faut-il tomber dans la spirale de la peur de l’avion ?

 

300x226_3855822.jpg

Non !

 

Car ce n’est que peu de situations où le pire  se produit. L’affaire du vol Amsterdam – Détroit fait partie des exceptions. Ce sont surtout les vols vers les Etats-Unis qui sont visés.

 

Oui, évidemment nous pensons que ça peut nous arriver. Que faisons-nous alors, nous ne prenons plus l’avion, le train, la voiture. Dans ces trois moyens de locomotions il y peut arriver un « blem ». Alors, faut-il être fataliste et se dire ce qui doit arriver doit se passer. Nous ne sommes pas à l’abri d’un incident, même à la maison nous pouvons tomber, se couper, et partout être victime  d'une crise cardiaque.

 

Si nous réfléchissons bien, il n’y a pas de « couacs » tous les jours, toutes les heures. Sur la grande abondance de vols, peu sont exposés à des incidents tels que le dernier. Je ne sais combien il y a d’avions qui voyagent quotidiennement, il me semble un nombre certain. Sur tout ce mouvement aérien la confiance des passagers demeure. Le pays le plus exposé reste les Etats-Unis. Il n’y a pas photo, la nécessité de redoubler l’attention dans les arréports pour atteindre le risque 0.

 

L’avion est le moyen le plus sûr et le plus rapide pour se déplacer.

 

Philosophiquement, je n'ai de cesse de dire qu’il faut vivre sa vie quoiqu’il arrive.

 

Et vous, fidèle lecteur, qu’en pensez-vous, avez-vous peur de prendre l’avion.

 

Allez bonne journée.

 

PS Encore ce jour et demain 24 h 00 la nouvelle année, vivons en toute quiétude 2010.

 

07:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

13/11/2009

Ce vendredi 13, journée de la gentillesse !

La gentillesse ? Mince alors !

Gentillesse.jpg

 

C’est idiot mais c’est comme ça, c’est aujourd’hui la “journée mondiale de la gentillesse “. Évidemment, les rapports humains et la vie quotidienne seraient tellement plus agréables si tout le monde était gentil avec tout le monde. Soyons prévenants, délivrons les compliments, abstenons-nous des coups tordus et autres égoïsmes. C’est sûr, ça ne peut pas faire de mal (à condition, évidemment, que personne ne soit méchant, soyons optimistes )

Mais ne lésinons pas, pour autant, sur les gros mots. Jurer à haute voix a en effet de formidables vertus apaisantes. Nous en avons tous fait l’expérience, mais celle-ci est désormais appuyée par une étude menée par des psys britanniques. Celui qui jure après s’être cogné le petit doigt aura moins mal que celui qui se sera retenu. Le juron serait une parade physique contre la douleur.

En vérité, c’est le simple fait de hurler qui procure cet effet calmant en accélérant le rythme cardiaque, peu importe ce que l’on hurle : “diantre”, “putain” ou “domenech”. Quoiqu’il en soit, vous avez une bonne justification médicale au prochain gros mot qui vous échappe : c’est thérapeutique, pour me soulager physiquement…

Aujourd’hui donc, si vous souffrez à force d’être trop gentil, balancez quelques gros mots à la tête de votre interlocuteur, il comprendra.

 

480577_L16ZMLQQFIAOCTCMAVRNEDGRUI7WAX_coeur-intelligence_H231422_L.jpg

09:54 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/11/2009

L'élan vers autrui

L’élan vers autrui

 

« Une phrase m’irrite plus que tout (…) : « Ce n’est pas mon problème ». Je trouve ça effrayant ! Moi, je dis : « c’est toujours mon problème ». Et à partir du moment où vous êtes conscient de cela, vous devez vous préoccuper de tout. Vous ne pouvez pas ne pas réagir ; je n’arrive pas à rester indifférent à ce que je rencontre, à ce que je vois, à ce que j’entends. Un paysage m’émeut, un arbre m’émeut, un homme évidemment m’émeut, un enfant à fortiori, une situation, un bruit… Je me souviens d’une phrase que j’avais surpris dans la bouche d’un professeur de français : « X a beaucoup d’imagination ; ça lui rendra peut-être service, mais ça lui coûtera cher ».

 

L’ouverture à l’autre est, cher un professeur du nom Gentilini, préparée par une prédisposition de caractère : l’élan vers autrui. Spontanément, l’autre l’intéresse, suscite son attention. Certaines personnes sont ainsi naturellement portées à se mettre à la place d’autrui à compatir.

Etc. etc.

 

Je dis ceci, car je trouve que l’être humain devient de plus en plus individuel. A cause de quoi. De l’informatique. On peut tout faire à travers la magie des fibres optiques qu’alors à l’époque, il fallait se rencontrer, s’écrire des lettres…… Il y avait un réel effort de partage qui se vivait.

 

Ce qui vient à m’inquiéter c’est justement ces ouvertures visuelles vers l’autre. Jusqu’où ça va nous mener. A une sorte « autisme ».

 

La vie associative se perd et c’est bien dommage car elle est source de vie, de partage, d’existence de ce qui vit. A travers l’informatique tout est virtuel. Bientôt, nous n’aurons plus besoin de sortir de chez soi pour commander, faire ses courses, se voir tout simplement.

 

A méditer !

13:52 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/10/2009

La Chine, démonstration démesurée...

C’était hier le 60ème anniversaire du communisme Chinois. 60 ans de communisme à quel prix ?

 

Des parades fastueuses. Défilés militaires, déploiement de tout l’arsenal, une démonstration des armes nucléaires sans précédent, 200'000 participants. Des couleurs, des feux d’artifices, une chorégraphie 100 % mesurée au centimètre près. Impressionnant pour ceux qui aiment se genre de festivités totalitaire. Quel coût ? Je pense que ces festivités ont été plus fastueuses politiquement et militaire que celles des américains. Les chinois sont « constipés », les américains, étant démocratique, sourit !

 

Rien à redire, tout le monde au garde à vous, rien de drôle, ce n’était pas la fête des vendanges de Russin ou de Neuchâtel ! La Chine veut montrer au monde sa force tant politique, tant économique que militaire.

 

Elle ne supporte pas la critique et depuis les ouvertures au monde de son savoir elle veut et restera une puissance incontestée à ses yeux. Elle ne supporte pas la contrariété politique et se prend pour la meilleure. De quoi rougir de colère devant un tel anniversaire qui n’a rien de glorieux sachant le parcours pour y arriver.

 

Je dois avouer sincèrement que j’aime les fêtes, les défilés, les corsos fleuris, autant ce déploiement à Pékin m’a choqué sachant que les droits de l’homme ne sont pas respectés et que les Chinois sont utilisés comme des outils de travail…… des machines. Le « made in China » est partout sans respecter nullement les réglementations élémentaires du travail, les droits de l’homme. Quelle vie ont les Chinois, le boulot, le boulot, salaire de misère, peu de congé, etc. Jusqu’au jour où ils se révolteront contre le communisme. Ce n’est pas pour demain, mais un jour….

 

La Chine se veut la meilleure, la plus compétitive. Elle préconise la fin de la crise, le corollaire la reprise économique. A quel prix ? Celui des petites mains utilisées pour satisfaire l’économie.

 

60 ans, je me demande dans les écoles si on parle du prix payé de la « révolution » soit plus de 40 millions de morts, pas de quoi être glorieux. Chaque famille fut touchée par un décès, une torture, que sais-je. Est-ce que la jeunesse est consciente de ce que les dirigeants sont arrivés à la réussite économique du pays en privant les Chinois de la démocratie, des libertés. La grande parade démesurée d’hier se voulait leadership de l’avenir et n’évoquait pas vraiment l’histoire.

 

Que restera dans l’esprit des chinois de ce 60ème anniversaire qu’une telle démonstration de force, où la chine est divisée entre les grandes villes et les campagnes aux pauvres gens.

 

La réussite de la Chine ne devrait pas passer pas par une telle commémoration mais s’ouvrir vers la démocratie, l’effet de l’image en serait bien plus grandi. Il en serait bien plus glorieux que ces parades militaires passant devant un régime sans esprit de démocratie réelle. La Chine de Mao s’est lancée et fixé de grands défis pour se développer, mais à quel prix, celui des gens qui sont sous l’emprise de l’économie.

 

Malgré de sérieux développement, la Chine reste communiste.

 

 

07:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook