30/01/2009

Forum Davos sans histoire

 

(Pensée au Tibet

images.jpg

 

 

images.jpg

Solidarité  fait savoir son attention de protester contre le Forum 2009. Est-ce que les gens vont descendre dans la rue pour manifester où vont-ils aller faire leurs courses ou aller au cinéma.

 

Il semblerait selon un article paru dans la TdG le 28 janvier dernier que les magasins ne craignent pas de débordements. Même le célèbre bijoutier Gilbert Albert sera là avec son personnel pour fermer les grilles au cas où. Extrémité !

 

Peu de groupement ont annoncé vouloir manifester. Mardi dernier, ils étaient à peine une trentaine à faire connaître à la population et aux Autorités leur désinvolture à une manif. Même la gauche n’a pas l’air d’être unanime sur le mode d’opérer pour protester.

 

A le savoir par la presse, Solidarités ne s’est pas fait que des copains.

 

Je crois que les gens en ont ras le bol de manifester contre ces réunions internationales de travail sur l’ordre mondial. S’il n’y pas de débordement nous aurons vécu un rassemblement qui dans le calme aura été vu et entendu comme le défilé des Fêtes de Genève.

 

Les années des grandes manifestations « mondialiste » même de fonctionnaires ( !) ne font plus le plein.

 

Dénoncer le droit du Forum  oui mais pour quelles raisons fondamentales. La tenue des grands de ce monde, de ces réunions, de ces conférences, de ces échanges on le droit de se faire valoir.

 

La police est prête à éviter tous débordements. Ils ont des cellules psychologiques.

 

Si les manifestants respectent l’ordre le plus strict il ne devrait pas y avoir de débordement.

C’est aux organisateurs de ces réunions interdites d’être les Gardiens de la Paix. La police sera là pour faire, elle, son travail.

Serait-il peut être bon que des médiateurs agissent dans le cadre de ces réunions illicites.

 

Ceux qui se feront mal voir, critiquer seront les manifestants casseurs et se sera à ceux-ci de payer la facture.

 

Si les uns et les autres se conduisent calmement et bien la Clémence sera entendue dans toute la ville de Genève.

 

PS Ce sont les grands de se monde qui se frictionnent, notamment la Turquie. Quel exemple de la part des aînés de l'économie.

 

Bien des gens ne savent pas ce qu'est le Forum de Davos. En voici une brève explication :

 

Forum économique mondial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Forum économique mondial

Création 1971
Type Fondation, Organisation à but non lucratif
Siège 91-93, route de la Capite
1223 Cologny
Suisse Suisse
Effectifs 300
Dirigeant(s) Klaus M. Schwab
Site web http://www.weforum.org/

Le Forum économique mondial (World Economic Forum) est une fondation à but non lucratif dont le siège est à Genève. Le Forum est connue pour sa réunion annuelle à Davos, en Suisse, qui réunit des dirigeants d’entreprise, des responsables politiques du monde entier ainsi que des intellectuels et des journalistes, afin de débattre des problèmes les plus urgents de la planète, y compris dans les domaines de la santé et de l’environnement. Le forum organise également la « Réunion annuelle des nouveaux champions » en Chine et plusieurs réunions régionales qui se tiennent tout au long de l’année. Il a été créé en 1971 par Klaus M. Schwab, professeur d’économie en Suisse[1]. Parallèlement aux réunions, le forum publie un certain nombre de rapports économiques et implique ses membres dans différentes initiatives liées à des secteurs spécifiques[2].

 Activités [modifier]

Réunion annuelle de Davos [modifier]

Klaus M. Schwab, fondateur et président du Forum économique mondial et François Fillon le Premier ministre de la République française, 2008.

Evénement phare du Forum, la Réunion annuelle a lieu chaque année à la fin janvier à Davos. Cet événement organisé dans la célèbre station de sport d’hiver des Alpes suisses réunit les PDG des 1000 entreprises membres du Forum ainsi que des responsables politiques, des représentants des milieux universitaires et des ONG, des leaders religieux et des personnalités du monde des médias[8]. La participation à la Réunion Annuelle est uniquement sur invitation. Environ 2 200 personnes participent à cet événement de cinq jours et assistent aux quelque 220 sessions inscrites au programme officiel. Les discussions traitent de questions clés de portée mondiale (telles que les conflits internationaux, la pauvreté et les problèmes environnementaux) et des différentes solutions possibles.[9] Près de 500 journalistes (médias en ligne, presse écrite, radio et télévision) participent à la Réunion Annuelle. Les medias ont accès à toutes les sessions inscrites au programme officiel, dont certaines sont également diffusées en direct sur le Web.[10]

Toutes les séances plénières de Davos peuvent être suivies sur YouTube,[11] des images sont disponibles gratuitement sur Flickr[12] et les citations clés peuvent être consultées sur Twitter.[13] En 2007, le Forum a ouvert des pages sur des plateformes de réseau social telles que MySpace[14] et FaceBook.[15] Lors de la Réunion Annuelle en 2008, le Forum a invité le public à répondre à la Davos Question sur YouTube,[16] lui permettant ainsi d’interagir avec les leaders mondiaux présents à Davos, eux-mêmes conviés à répondre depuis un YouTube Video Corner situé dans le Centre de congrès.[17] En 2008, des conférences de presse ont été diffusées en direct sur Qik[18] et =Mogulus[19], donnant la possibilité à toutes les personnes intéressées de poser des questions aux intervenants. En 2006 et 2007, des participants sélectionnés ont été interviewés et la session de clôture a été diffusée dans l’auditorium Reuters de Second Life.[20]

Participants [modifier]

Le Davos Conversation Corner mis à disposition par YouTube lors de la Réunion Annuelle 2008 du World Economic Forum.

En 2008, quelque 250 personnalités (chefs d’État ou de gouvernement, ministres, ambassadeurs, responsables ou hauts fonctionnaires d’organisations internationales) ont participé à la réunion annuelle. Citons notamment la présence d’Abdoulaye Wade, Abdullah Ahmad Badawi, Alvaro Uribe Velez, Anders Fogh Rasmussen, Ban Ki-moon, Condoleezza Rice, Ferenc Gyurcsany, François Fillon, Gloria Macapagal Arroyo, Gordon Brown, Hamid Karzai, Ilham Aliyev, Jan Peter Balkenende, Lee Hsien Loong, Pervez Musharraf, la Reine Rania de Jordanie, Salam Fayyad, Sali Berisha, Shimon Peres, Umaru Musa Yar'adua, Valdas Adamkus, Yasuo Fukuda, Viktor A. Yushchenko et Zeng Peiyan[21],[22].

Al Gore, Bill Clinton, Bill Gates, Bono, Paulo Coelho et Tony Blair sont également des fidèles de Davos. Les éditions précédentes ont été marquées par la présence d’Angela Merkel, Dmitry Medvedev, Henry Kissinger, Nelson Mandela Raymond Barre et Yasser Arafat.

Samuel Huntington a décrit les participants à la réunion annuelle comme appartenant à l’espèce de « l’homme de Davos », en référence à une élite mondiale dont les membres se projettent dans une dimension purement globale[23],[24].

 

 

 

 

 

07:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (29) | |  Facebook

29/01/2009

L'Etat et les économies

Un propos juste avant midi.

IMPOTS - IMPOTS - IMPOTS - IMPOTS- IMPOTS.......

 

Dans le temps, nous nous perdions dans une masse de papiers à remplir.

200neuf, Comme tous les contribuables, j'ai reçu ma déclaration d'impôts à remplir. Sourire  ! Etonnement ! Insuiétude !

Dans l'enveloppe peu de documents. Deux formulaires de 6 pages, le getax et une enveloppe retour.

Splendide ! J'applaudis ce régime de documents.

Finie la kyrielle de feuilles de papier.

L'éocomie peut paraître moindre. Si vous multipliez celle-cipar le nombre de contribuables cela représente une authentique économie. 

Enfin un système allégé pour toutes et pour tous.

Bon appétit.

 

12:03 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/01/2009

Le tunnel du CEVA...!

CEVA – c’est la noyade dans l’Arve !

 

Décidément l’Etat  de Genève ne cesse de revoir des gifles.

 

Cette fois-ci c’est le CEVA. Et tiens que je te claque. Ton dossier, oui Etat de Genève, ton dossier est mal ficelé. Le Tribunal vient de se voir infliger dans ce lourd dossier de liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse.

 

L’effet est donc suspensif pour un projet mal étudié.

 

L’impact sur le timing du projet est énorme.

 

Il semblerait que ce projet de CEVA prenne pas les bonnes rails.

 

Une soixantaine de propriétaires ont recouru contre l’autorisation de construire sélivrée en mais dernier par l’Office fédéral des transports. S’opposer même et tout simplement à la construction du CEVA.

 

Il se pourrait que persistent des vibrations. L’Etat a prévu de tester les vibrations une fois les tunnels construits. Il sera trop tard pour agir. C’est avant que le l’on procède à des tests. D’autres formes de chantiers, notamment les dalles, risques de provoquer un mauvais aménagement.

 

D’autres oppositions quant à la construction du CEVA persistent.

 

En définitive, le CEVA subit toutes les tourmentes que Genève, Cité de Calvin, ait connu pour tous les projets que ce cette ville se veut internationale.

 

Politiquement, est ce que les pontes savent où nager.

 

Les coûts vont exploser, des initiants vont de l’avant.

 

Genève n’est pas prêt de couper le ruban officiel.

 

Du côté français rien est encore joué. Semblerait-il qu’il manque un  « pactol » pour relier la France à la Suisse.

 

Ce n’est pas demain que nous verrons le CEVA.

 

Est-ce que le relais praille, bardonnex, annemasse, Genève n’aurait pas valu le projet actuel.

 

Je trouve dommageable que pour des terrains, pour des ponts, pour freiner le projet.

 

C’est incroyable ! A Genève chaque fois qu’une idée, une grande idée, naisse, elle se « décompose en miettes ». C’est décevant. Clin d’œil : Où il faut changer de politiques où il faut changer de politiciens.  

 

(Texte paru dans le TdG du 27 01 09)

 

Risques de vibrations

L’exemple des vibrations générées par le passage des trains est révélateur du contentieux. Plusieurs propriétaires ont fait recours pour ce motif. «Les mesures prévues pour parer à ce problème sont inconsistantes», explique Jean-Daniel Borgeaud, avocat spécialisé dans le droit de la construction. Il rappelle que l’OFT a spécifié, dans son autorisation, que les gabarits des tunnels devaient permettre d’aménager un dispositif antivibratoire. «Le seul système efficace est une dalle flottante, épaisse de plus d’un mètre. Or, les dimensions des tunnels ne permettront pas un tel aménagement.» «Par ailleurs, poursuit François Bellanger, l’Etat a prévu de tester les vibrations une fois les tunnels construits. Il sera trop tard pour agir.»

«Opposition politique»

L’Etat a demandé la levée de l’effet suspensif sur la majorité des multiples chantiers du projet. Rien ne lui a été accordé. «L’Etat n’a pas démontré qu’il y avait urgence à démarrer les travaux, explique Mauro Poggia, un autre avocat des recourants. Surtout, il n’a pas prouvé qu’il était prêt à le faire. L’autorisation était conditionnée à de multiples modifications de plans que l’Etat n’a toujours pas accomplies.»

Que va faire l’Etat? «Notre position n’est pas encore prise, déclare le conseiller d’Etat Mark Muller. Soit nous contestons cette décision au Tribunal fédéral, soit nous attendons que le Tribunal statue sur le fond.» Dans tous les cas, le contentieux ne sera pas réglé avant au moins une année, estiment plusieurs juristes. L’Etat pourrait aussi tenter de négocier le retrait de ces recours. «Nous allons nous y atteler, poursuit Mark Muller. Mais certains irréductibles cachent, derrière cette bataille juridique, une vraie opposition politique au projet.»


Deux autres fronts

Le CEVA est attaqué sur un autre front, politique celui-là. Les opposants à la liaison ferroviaire ont en effet lancé une initiative pour proposer un autre tracé. Le texte a recueilli les signatures suffisantes, mais il a été invalidé par le Grand Conseil. Du coup, les initiants ont porté l’affaire devant le Tribunal fédéral, dont on attend la décision ces prochains mois. Si les juges de Mon-Repos confirment cette invalidation, l’initiative est caduque. Si, au contraire, cette dernière est jugée conforme à la Constitution, le peuple sera appelé à se prononcer.

Une deuxième brèche politique s’offre encore aux opposants. Les coûts du CEVA, estimés à près d’un milliard de francs, vont faire l’objet d’une réévaluation qui prendra la forme d’un crédit complémentaire. Il sera soumis au Grand Conseil sans doute ce printemps. Ce crédit pourrait être attaqué par un référendum et on voit mal les opposants se priver. Les prochains mois seront donc capitaux pour le CEVA.(cb)

07:06 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

CEVA dans le tunnel ...!!!!

Risques de vibrations

L’exemple des vibrations générées par le passage des trains est révélateur du contentieux. Plusieurs propriétaires ont fait recours pour ce motif. «Les mesures prévues pour parer à ce problème sont inconsistantes», explique Jean-Daniel Borgeaud, avocat spécialisé dans le droit de la construction. Il rappelle que l’OFT a spécifié, dans son autorisation, que les gabarits des tunnels devaient permettre d’aménager un dispositif antivibratoire. «Le seul système efficace est une dalle flottante, épaisse de plus d’un mètre. Or, les dimensions des tunnels ne permettront pas un tel aménagement.» «Par ailleurs, poursuit François Bellanger, l’Etat a prévu de tester les vibrations une fois les tunnels construits. Il sera trop tard pour agir.»

«Opposition politique»

L’Etat a demandé la levée de l’effet suspensif sur la majorité des multiples chantiers du projet. Rien ne lui a été accordé. «L’Etat n’a pas démontré qu’il y avait urgence à démarrer les travaux, explique Mauro Poggia, un autre avocat des recourants. Surtout, il n’a pas prouvé qu’il était prêt à le faire. L’autorisation était conditionnée à de multiples modifications de plans que l’Etat n’a toujours pas accomplies.»

Que va faire l’Etat? «Notre position n’est pas encore prise, déclare le conseiller d’Etat Mark Muller. Soit nous contestons cette décision au Tribunal fédéral, soit nous attendons que le Tribunal statue sur le fond.» Dans tous les cas, le contentieux ne sera pas réglé avant au moins une année, estiment plusieurs juristes. L’Etat pourrait aussi tenter de négocier le retrait de ces recours. «Nous allons nous y atteler, poursuit Mark Muller. Mais certains irréductibles cachent, derrière cette bataille juridique, une vraie opposition politique au projet.»


Deux autres fronts

Le CEVA est attaqué sur un autre front, politique celui-là. Les opposants à la liaison ferroviaire ont en effet lancé une initiative pour proposer un autre tracé. Le texte a recueilli les signatures suffisantes, mais il a été invalidé par le Grand Conseil. Du coup, les initiants ont porté l’affaire devant le Tribunal fédéral, dont on attend la décision ces prochains mois. Si les juges de Mon-Repos confirment cette invalidation, l’initiative est caduque. Si, au contraire, cette dernière est jugée conforme à la Constitution, le peuple sera appelé à se prononcer.

Une deuxième brèche politique s’offre encore aux opposants. Les coûts du CEVA, estimés à près d’un milliard de francs, vont faire l’objet d’une réévaluation qui prendra la forme d’un crédit complémentaire. Il sera soumis au Grand Conseil sans doute ce printemps. Ce crédit pourrait être attaqué par un référendum et on voit mal les opposants se priver. Les prochains mois seront donc capitaux pour le CEVA.(cb)

07:03 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/01/2009

Vos impôts arrivent......

Faut que ça râle !

 

20neuf a commencé et hop vous êtres chopés.

 

Par la police ? En principe pas.

 

Par l’Office des poursuites à vous de voir.

 

Vous n’avez pas votre ceinture de sécurité.

 

Et ben non. Ce sont les bulletins de versements des acomptes provisionnels dûs

à l’Etat de Genève, Service ru recouvrement et permettant de payer tous les mois son acompte provisionnel.

 

Quelle Barbe, en plusça c'payablr déjà à la fin de ce mois et, quel longueur, jusqu’à fin novembre.

 

Avec un peu de chance, votre taxation sera supérieure des BVR de l’an passé. Exemple :

 

2006    10        x          Frs   1'000.     =Frs 10'000,--

 

Vous avec payez

 

2007    10        X         Frs     800       =Frs  8'000,--

 

2008    Différence à devoir à vos amis   =Frs 2'000,-- à payer à fin du mois dès réception de la taxation. Mais m... il faut rettre cette dirérence, adieux les avacances, et loisirs, etc.

 

Là les projets de vacances s’effondrent, les mouchoirs sont utilisés par dizaine.

 

Bon week end à toutes et à tous.

 

07:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/01/2009

Sécurité rue Basse

Hello

Nous risquons de nous tordre lles chevilles encore  bien des mois. Je veux parler de ces sortes de pavés architecturaux implantés dans rues les basses. Depuis un certain temps. Les passants peuvent constater que les joints son assez fragiles pour qu’ils puissent être  solides. Ils demandes une réfections totales.

 

Ils sont deux par ci, deux par là à cimenter ces petites dalles. Il y a quelque temps j’ai vu un miracle.

Lourdes à Genève ! Une dame BCBG se prend le talon dans un aune fente non bouchée, trébuche. Tombe. Au même moment, un tram arrivait. Si elle n’avait pas eu le réflexe de se traîner hors des voies je ne sais ce que sauraient devenus ses chevilles.

 

La Dame en question a eu du bol. Elle aurait de jouer à la loterie.

 

J’espère qu’elle aura écrit à qui de droit pour se plaindre de cet incident dès plus grave.

Ce n'est pas demain que nous n'entendrons plusles "äil" "ouie".

Bon Après midi 

 

 

12:09 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/01/2009

Encore une histoire de flic !

Le Shérif et les Rangers.

 

images.jpg

Les policiers que j’appellerais ici les rangers sont toujours sur la voie du forcing contre le shérif, ici le Conseil d’Etat.

 

Pourquoi ?

 

Ils sont toujours cabrés les uns contre les autres au sujet du versement d’un prime de fidélité de Frs 2'500,--  à l’occasion de l’Eur0 2008. Qui l’emportera ? Nous le serons dans 20 ans lors d’une prochaine législature !

 

S’ensuit la grève des amendes et des douze heures supplémentaire. Pas facile d’être flic à Genève.

 

Si vraiment le Conseil d’Etat a promis cette indemnisation sous forme d’une prime de fidélité elle doit être payée. Alors c’étaient des paroles volatiles de la part de Monsieur Montinot, Ministre des Institutions à Genève. En fait qu’a-t-il dit, promis.

 

Va savoir comment c’est négocié les accords à ce sujet.

 

Il me semble que le Conseil d’Etat ne s’assume pas, ou alors il manque un maillon de la chaîne d’explication.

 

Les manifestations

 

Des manifestations elles ne dégénèrent pas systématiquement. Il ne faut pas voir le mal partout.

 

Dans le cadre du Forum de Davos, la Police et les organisateurs devront se mettre d’accord sur les protocoles d’accords. Qui fait quoi, comment stratégiquement agir, quelle manière pour dissoudre les manifs. Tout un menu à mettre sur papier.

 

Si les discussions aboutissent à de bonnes résolutions, théoriquement les manifestations devraient se dérouler dans de bonnes conditions.

 

Pour le public dont je fait partie, je souhaite que chacun garde son rang, son poste et ne rechigne pas comme à l’accoutumée.

 

Ils ont choisi le métier de gendarme, ils assument.

 

Par ailleurs si on prévoit déjà les casseurs tels que « les Black Blokos, il y aura certainement de la casse. Alors, il faut les canaliser et les pousser à l’extérieur du site.

Voudraient également manifester toutes sortes de groupuscule ; la aussi la police et surtout les états majors doivent être à la hauteur de leur grade. Sinon, les Shérifs seront sanctionnés.

Enfin, si les politiciens ne jouent pas les rambos il en sera encore mieux.

 

Aucune violence autorisée ne me paraît juste.

 

Et pour la prime de Frs 2'500,-- que le Conseil d’Etat révise sa copie.

 

Bon courage Mesdames et Messieurs les gendarmes. Faut-il maintenant remplir votre fonction au regard de votre prestation de serment. Vous avez un devoir, vous devez l’assumer. Je crois savoir en tant que bon citoyen que vous êtes de bons « flics ». Vous avez d’énormes qualités à développer. Clin d’œil : vous êtes là aussi pour faire régner l’ordre.

12:13 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

16/01/2009

Hôtel Champ-Dollon complet !

images.jpg

Trop de prisonnier.

 

J’aime beaucoup le titre paru dans la TdG « surpopulation carcérale ».

 

Au total 502 personnes étaient sous les verrous mercredi soir. Le personnel a raison, il faut réagir.

 

Non d’une prise, ils nous coûtent des frais administratifs, des salaires, un entretien des bâtiments, les infrastructures. Etre prisonnier de nos jours coûtent cher. Serait-ce un luxe ?

 

En plus de tout ce qui touche directement aux prisonniers, réside toute la partie administrative.

 

3 menus, Messieurs, Dames, une chambre avec télévision. Des douches, bientôt des « bésodrôme ».

 

L’incarcération coûte cher aux contribuables.

 

Je pense qu’il y a certains prisonniers que nous pourrions prier de rentrer chez eux.

 

Les conditions des gardiens et de tout le réseau qui entoure le détenus deviennent lourds de plus en plus difficile à maintenir en ordre.

 

Il y a cette petite délinquance qui pourrait être jugé plus vite et donc purger plus rapidement sa peine prévenvtive.

 

Cela dit, c’est inadmissible de constater jusqu’à six détenus partager une chambre.

 

Je comprends tout à fait que le personnel menace de faire grès au vu des conditions de travail.

 

Si vraiment les conditions de travail se pérore à tous les niveaux, en effet, le Conseil d’Etat ne peut laisser aller plus en avant ces situations.

 

Quelle responsabilité en cas de dégradation humaine et matériel.

 

Que les politiques aient le courage de prendre cette problématique en face et se rendent à la réalité qu’en effet, il y a de sérieux problèmes du côté de Thônex.

12:07 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

07/01/2009

Genève ne sera pas la carcasse du 21ème siècle

Genève va bouger ! Genève doit se réveiller. Il y a du potentiel. Année des hannetons années des grandes idées !!!!!!!

En 2009, deux lignes de trams en construction. Ce sont deux gros chantiers qui permettront de donner à Genève du boulot. Un nouvel essor pour la capital de la région.

Tout bouge à Genève. Chantiers et idées.

Il faudra compter avec des désagréments. On n’a rien sans rien.

Sur les tronçons Meyrin d’une part, et d’autre part sur celui de Bernex. Deux lignes de trams,

L'avancement du PAVE et du CEVA doit se distinguer par une construction sans délai. Ce sont deux monstres que Genève n’aura pas connu depuis bien des années. En avant tout.

Au sujet du CEVA soit ce projet passera par-dessus les oppositions soit il capotera.

Les transports publics bougent et c’est bien.

Evidemment Ils valent de loin le M2 de Lausanne. La capital Vaudoise a eu l’outrecuidance de construire un transport extraordinairement culoté et d’une très grande utilité.

A Genève, la population régionale devenant de plus en plus importante, le développement des TPG le devient tout autant.

Quand  aux logements il est nécessaire d’enterrer les 1ère pierre. Il manque manifestement de logements à Genève. Un tas de chantiers sont à l’étude. Face aux oppositions difficiles de construire.

Genève se veut capital régionale, qu’elle se donne les moyens de l’être. Allons de l’avant. Genève doit être moins compliquée. C’est vrai ici ce ne sont pas des leurs, se sont des capicins.

Pour relancer l’économie il faut mettre en avant des projets, savoir bien les présenter et tout mettre en œuvre pour éviter les oppositions. De nouvelles édifications demandent de l’attention, le sens de la communication, la levée d’opposition, des dédommagements, des concepts à la hauteur du lieu.

La densification doit être également discutée. Des quartiers comme le PAVE peut se construire. Avec une bonne étude de faisabilité d’ici quelques années le sapin sera posé

Le projet d’envergure qui me tient à cœur est celui du PAVE. Un tel projet est excitant.

Genève doit se lancer des défis. Le cas échéant, les entreprises vont quitter Genève voir ne pas s’y installer faute de place. Et partant, il faut tout mettre en œuvre pour des constructions de logements. Politiquement, année des hannetons il ne faut pas avoir peur. Il faut faire preuve de victoires.

Des projets se mettent en route et c’est tant mieux. Trams, centre commercial, école, cycle d’orientation, mixité de logement. Est-ce enfin le détonateur d’un développement durable pour Genève. Les projets fleurissent et c’est tant mieux. Ca bouge enfin. Genève ne sera pas une carcasse du 21ème siècle, mais une agglomération vivante.

Prenons Carouge en quelques années, nous avons passé du simple au double. Comment. Avec de la ténacité.

C'est de la reconnaissance qu'auront nos enfants. 

Vive et que vive Genève.

Politiquement, il y a des pistes à érudier. De larges consultations devront se développer. Pour un tel projet, un bon médiateur devra être trouvé.

 

 

10:28 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

04/01/2009

Il est mort à côté de lui

Mort a côté de lui.

Mon père est en traitement dans une clinique genevoise. Il partage sa chambre avec un sympathique voisin. L’autre après midi, Il lui parle, il lui parle, sans réponse. Alors mon père lui demanda s’il y a avait un problème. Et bien oui, il y avait bien un lézard, le compagnon de chambre de mon père était décédé sans laisser son reste.

Mon père en est resté sans voix.

Lorsqu’il raconte cette triste histoire, nous avons toutefois le visage sourisant.

Comme quoi la vie tient parfois à un fil !

Paix à son âme

14:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

La clope pour un moment encore

La fumée a encore du temps pour faire des ronds !

La Tribune de Genève est revenu su la problématique liée à l’interdiction de fumer dans les lieux publics. Elle a raison de préciser les

erreurs et les responsables de cette grosse goude.

Tout paraissait simple. Tout devait se passer sans embûche. Que nenni. Cette fumée ne cesse de traîner dans les bistrots partout où elle était interdite. Tout à capoter en raison d’une erreur juridique. Tout chancelle alors.

Pas de loi votée par le Grand Conseil, le corollaire pas de rèleglement applicable. C’est normal pour faire appliquer une loi, nécessité d’un règlement. C’est l’ABC de la formation d’un Juriste.

En Suisse c’est le gros éclat de rire. On n’y croit pas. La Genève international flouée par le manque de savoir juridique.

Les protagonistes de cette immense gourde, ce trou géant de méconnaissance aura fait couler de l’ancre. Les Suisses auront bien ri. Pas sérieux ce beau bouquet de roses.

Maintenant, il faut éditer une loi, la faire voter, y lier un règlement et mettre la machine en route.

Combien de temps pour de telles actions juridiques.

Attention, une option juridique traîne comme la fumée. Pourrait-il y avoir des fumoirs bien adaptés dans les restaurants. Si la réponse est oui, la donne change.

Pour assouplir le texte voté par le peuple en février, les partisans ou encore lancer une nouvelle initiative autorisant les fumoirs …. On voit ainsi que la fumée dans les lieux publics a encore de beaux mois devant elle.

Une erreur juridique peut se produire, toutefois à ce point, c’est grave. Elle laisse dubitatif quant à la qualité juridique des juristes des Département de l’Etat de Genève.

Les mois ont le temps de la supression de la fumée !

Amitiés.

François Velen

07:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/12/2008

Ras le bol de Kadhafi...

C’est bientôt tous les jours que l’on nous bassine avec l’affaire kadhafi. Et que je te jette l’éponge, et que je te demande des excuses, et que je sollicite des avis de droits, et que l’on dérange le monde politique. Y en a ras le bonbon de cette histoire.

Ce jour, nous pouvons lire dans la TdG « Affaire Kadhafi : le désaveu de la police laisse Genève de marbre.

S’il est vrai que les méthodes d’arrestations n’ont pas été respectées à la lettre, et ben oui des excuses devront être présentées. La suisse n’est-elle pas la reine de la diplomatie ! Ce genre de dossier potico-diplomatique est toujours difficile à régler. A qui appartient le droit suprême ? Qui peut juger par exemple une telle affaire ? C’est un peu le jeu de la balle de ping pong. Je trouve que la police a fait son boulot. Faut-il attendre les rapports de toutes les parties pour connaître toute la vérité sur ce sujet. Une chose est certaine, la Suisse paraît plus intelligente est respectueuse des normes diplomatiques de la Libye. Elle attend avant de réagir de manière démesurée. Et si les rapports épinglaient le fils Kadhafi, qu’en seraient-ils des excuses de la part de la Libye à l’égard de la Suisse. Beaucoup d’encre, de palabres, pour un grain de sable dans une fourmilière ! Et si nous parlions des bousculades aux guichets de la Poste avant trois jours fériés ça nous changerait de l’affaire Kadhafi ! Pour se faire lisez la TdG page 17 !

12:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

29/12/2008

La région genevoise gagnante !

Les frontaliers l’ont gagnée !

 

Genève aussi ! 

 

Quoi ?

 

La manne fiscale.

 

 

On peut être pour ou contre les frontaliers, notamment à Genève. L’essentiel est qu’il y ait du boulot pour tout le monde.

 


Je suis content que nos voisins soient gagnants. Si nous ne les avions pas, se serait un sérieux « caca » à Genève.

 

 

Il est vrai que nos voisins sont gagnants par rapport à un à travailleur Suisse. Salaire intéressant, Autres avantages, l‘essence et les cigarettes meilleures marchées. Sur le plan financier part rapport à un suisse, les charges se modifient quelque peu.

 

 

La rétrocession par Genève au « Fonds frontaliers » fait sauter les caisses de nos voisins. Il est important de savoir que quelque soit la nationalité, les déductions  ne sont pas les mêmes entre Genève et la région.

 

 

2008 aura donc été une année bénéfique pour nos amis de la région. Partant, il est normal que Genève attribue la concordance correspondante à l’augmentation du chiffre fiscal genevois.

 

 

Ils font ce qu’ils  veulent de cette manne. Pour Genève, nous avons la main d’œuvre, nous rétrocédons certes. Nous n’avons pas leurs entretiens des routes, la construction de leurs écoles.

 

En fait Genève n’a que la cerise sur le gâteau.

 

 

La cerise peut être, mais pas la crème. Sur le plan genevois, la participation aux crèches coûte, les écoles taxent ; il ne faut pas croire que les voisins ne coûtent rien à Genève.

 

 

Sur le plan humain les problèmes de fonds ont toujours existés entre Genève et les Frontaliers.

 

Les uns sont satisfaitsles autres râlent.

 

Au fond les Frontaliers sont d’une utilité certaine pour Genève.

 

 

A la forme, ce sont les lézards fiscaux qui posent problèmes. La répartition entre Commniers, Là nous ne sommes pas tous d'accord.

 

 

Tant mieux si nos voisins ont touché le pactole. Le tribun du MCG n’a qu’à aller résider à Veigy !

 

 

Clin d’œil  au fond serais je pas enclin à ce que les voisins paient la vignette autoroutière.

 

 

Et soyons loyaux : Genève est une place financière importante grâce à toute cette manne de travailleurs-ses qui viennent chaque matin à Genève.

 

 

Allez en ce 29 décembre que le champagne commence à couler pour toute la région genevoise.

 

 

De mon lit d’hôpital au CHUV santé !!!!

10:50 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

15/12/2008

Lifting Cornavin

images.jpg

Actuellement Cornavin n’a rien de convivial. C’est d’un froid. A vous mettre le moral par terre.

Un lifting complet !

J’ai hâte de voir la future gare Cornavin. Des magasins, des ballades, des bistrots new look. Tout pour le futur.

Elle deviendra attractive, on pourra y flâner comme à l’aéroport. sauf dans la galerie marchande côté Migros. Cette aile est d’un froid de canard.

115'000 personnes passent par jour à Cornavin. Je n’imaginais pas ce chiffre. Comme qui dirait c’est un vrai hall de gare ! L’histoire des uns, la vie des autres, les bienfaits des uns, les ennuis pour d’autres. Dans le fond rien à vraiment changer depuis.

Vous rendez-vous compte alors depuis ça reconstruction le nombre de passager qui a passé par là. Les générations, les couches sociales, sans oublier les trains. C’est le courant de la vie.

Une vie trépidante pour les uns stressantes pour les autres.

Intéressant de savoir qu’aux besoins des voyageurs on peut imaginer l’installation d’autres services comme des dentistes, permanence médicale.

Et pourquoi pas, une tranchée couverte avec des magasins jusqu’au pont du Mont-Blanc ?!!!

Bravo Genève !

Un bémol, les arrêts de tram pourraient également revus car c'st moche !

L'histoire de Cornavin, j'ai trouvé sur le site Wikipédia, que je me permets de relaté ici :

13:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Maudet roi de la propreté de Genève

images.jpg

Genève va-t-être  propre. On va mieux faire qu'à Paris, Budapest, Rome, Barcelone, etc.

Bravo Monsieur Pierre Maudet. Vous vous attaquez à la propreté de Genève. Car cette ville est malheureusement sale. Il y aura du boulot jusqu’à ce qu’elle reluise.

Faut lutter contre les tags. Il faut apprendre aux Maîtres à ramasser les besoins de leur chien.

Les gens jettent leurs papiers n’importe où. Ils crachent sur les trottoirs. Toutes ces incivilités devraient être l’objet d’amendes.

La prévention permet de rappeler au gens qu’une ville n’est pas un dépotoir. Je ne dis pas que l’on pourrait dérouler le tapis rouge.

Après l’année test, vient l’année des prunes. Pierre Maudet veut parler des l’amendes. Dans un premier temps elles seront préventives, puis bien mûres en 2010.

Dans tous ce lots d’incivilités, il y en a une qui me tient à cœur. Celui des  tags.

Je trouve que c’est une atteinte à la propriété privée. Ce n’est pas du tout artistique. C'est moche.

Et qui paie, les locataires et les assurances.

On arrive à inciter les propriétaires à contracter une assurance antitags. Frs 500,-- par année. Chaque tag devra être effacé en 24 heures, il faudrait 80% des immeubles qui soient protégés par une assurance.

A Carouge, la Commune paie la première année le nettoyage puis c’est un contrat avec la Fondation du Vieux Carouge qui prend le relais.

Qu’on attrape déjà les petits délinquants.

Les poses de poubelles de 110 litres sont judicieuses. Les actuelles sont trop petites, donc trop vite pleines.

C’est donc un grand lifting de la propreté de la Ville de Genève que Pierre Maudet s’apprête.

Enfin quelqu’un qui mouille sa chemise.

Espérons que ça marche !

Et n’oublions pas Vive la Voirie.

09:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

11/12/2008

Les TPG dénoncent.....

images.jpg

Les TPG n’ont pas  la tâche toujours facile. Parfois c'est la croix et la banière. Raison : les usagers de la route sont irrespectueux. Partant les conducteurs ont le droit de coller sous forme dénonciation.

Parfois, c’est du vrai slalom pratiqué par les bus. Cerise sur le gâteau, certains automobilistes se garent sur les arrêts.

Les TPG ont dès lors le droit de procéder à des dénonciations. S’en suivra une amende d’ordre. Et oui ça fait râler, l’amende étant salée. Frs 200,--.

En 2007, se sont 1100 procès verbaux pour entrave à la circulation des bus et des trams qui ont été dressés. Enorme.

Les gens ne se rendent pas compte, où il manque de respect, où tout simplement ils sont idiots, que retarder un tram, un bus, c’est retarder tout le réseau.

Je trouve très bien que les TPG puissent rédiger des procès verbaux de dénonciations. Il n’y a pas de raison de  laisser la loi de la jungle s’installer.

A  chaque fois qu’ils se trouvent entravés par une voiture mal garée, hop on dénonce.

Faut mettre un peut d’ordre dans les incivilités.

Parcage sur les voies de bus, sur une ligne en zigzag ou stationnement à mois d’1,5 m d’un rail de tram font partie des infractions.

Je trouve très bien ce système de dénonciation. Un peu d’ordre dans cette circulation parfois non respectueuse remet les pendules à l’heure.

Les abus sont  partout. Un peut d’ordre ne fait pas de mal.

13:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

04/12/2008

Des fumoirs ?!

images.jpg
Les Vaudois, Fribourgeois et Valaisans ont fait le bon choix.

Non à la cigarette dans les lieux publics, OUI aux fumoirs.

La loi fédérale n’est pas surplantée.

Je trouve les votes de dimanche dernier sur ce sujet intéressant. Non-fumeurs et fumeurs sont contents.

Faudra voir dorénavant si les cafés-restaurants peuvent aménager des fumoirs.

Evidemment, à Genève cela se passe autrement !

Ils n'y ont pas pensé !

Pourquoi, les Genevois n’ont-ils pas pensé à une solution de rechange comme les trois cantons ci-dessus. C'est moins contraignant.

Lors des trois mois « d’essai »,  la fumette sur le trottoir, je trouvais que c’était mal venu, ça donnait une mauvaise image du domaine public. Toutes ces personnes la clope à la main, occupant une grande partie du trottoir du café-restaurant. Et tous les mégots garnissant les trottoirs,  cela fait-il partie d'agenda 21.

Avec cette solution de fumoir, je suis comme M. Soli Pardo, un référendum à la loi, si celle-ci est trop stricte, devrait voir le jour à Genève. Je ne suis pas certain que celui-ci soit rejeté.

M. Pardo le dit très justement, je cite ces propos « D’ailleurs, j’estime qu’une législation ne prévoyant pas de fumoirs serait contraire au droit fédéral, conclut le Genevois. Si un tel texte est voté, nous pourrons encore faire recours »

En tant qu’ancien fumeur, je comprends ceux qui fument. Et pis dans un fumoir, le self service peut donner une bonne ambiance ! Suffit de s’organiser en conséquence. Je soutiens et les fumeurs et les non fumeurs. Aux protagonistes de traquer la bonne solution.

Genève aurait dû prévoir un contre-projet aulieu d'être strict.Alignons-nous sur le modèle des trois cantons ci-dessus.

1.jpg

07:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

03/12/2008

Une hausse de 271,42 % !

images.jpg

Comme vous tous, je le suppose,  j’ai pris connaissance de la décision de l’Etat d’augmenter le tarif des parkings en ville de Genève.

Adaptation au coût de la vie, OK. + ?

Ici on se trouve pour un couple qui paie actuellement Frs 175,-- face à une augmentation mensuelle à Frs 475,--. Du 241,42 %.

Là, un arbitrage par le Tribunal des baux s’impose.

Est-ce que l’Etat a le droit d’une telle augmentation.

Selon la TdG la raison de cette hausse, je cite « Le 27 août, le gouvernement décidait en catimini – l’arrêté ne fut pas relayé au point de presse – d’augmenter les tarifs des place de parking que loue l’Etat, surtout aux fonctionnaires, mais aussi à des privés, comme les ….. (il s’agit du couple ci-dessus mentionné). Les prix correspondent désormais à ceux du marché….. »

Frs 475,-- au centre du centre Ville, Frs 220 en Ville et 100 en périphérie.

Cher la place de parking, voire outrageant.

Tout le monde va dorénavant passer à la caisse, Conseil d’Etat, fonctionnaires, enseignants, oui-oui, plus de petits profits.

Sur le plan de l’égalité c’est normal que l’ensemble des locataires passe à la caisse.

Changement aussi, les locations reviendront à la Fondation des Parkings pour les places  appartenant à l'Etat.

Pour une mobilité douce. Je pense que ce critère a toute son importance pour le climat. C’est une des spécificités que l’Etat met en avant. Encourager les usagers à côtoyer les TPG, le vélo, la marche. C’est intelligent comme démarche, toutefois, ce n’est pas une raison pour de telles augmentations. L’Etat a manqué de tact. Pourquoi, n’avoir pas été progressivement.

Des dénonciations de la part des locataire de baux pleuvent. Ne dénoncez pas votre bail, déposez un recours au Tribunal des baux.

Espérons que les privés n’augmentent pas drastiquement les loyers.

Est ce que l'Etat est dans son bon droit ?

Et les locations d'appartement appartenant à l'Etat via la FTI et la CIA ?

images.jpg

13:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook

02/12/2008

Ne laissons pas les mendiants.....

9078-8732.jpg

La semaine dernière dans le tram à deux reprises des mendiants.

Je suis allé en ville, des mandiants.

De la rue du Marché jusque vers la Fnac, mes yeux n’en revenaient pas.

Je suis sensible à ce genre d’image de notre belle société de consommateurs individualistes.

Pourquoi ?

Le constat de voir tous les 50 mètres et dans le tram des êtres humains mendier. Mais quelle tristesse.

Bon, certains diront que se sont des manouches qui se font déposer le matin très tôt par des manias et sont repris le soir.

D’autres, seront indignés de voir ces soi-disant pauvres. Car au fond, ont ne sait pas s’ils sont vraiment à plaindre. Sont-ils vraiment pauvres.

Je croyais que la mendicité était interdite. Mais que fait la sécurité ?

Bref quoiqu’il en soit, ils étaient bien une vingtaine à faire la manche.

Ne faudrait-il pas les « embarquer » et les déposer au Carré, au Cercle Protestant, chez Caritas où sais-je ?

Ne pas les laisser à même le sol froid avec des têtes d’enterrement des petites voix de malades chroniques.

Existe-t-il à Genève des travailleurs sociaux de rues ? N’y a-t-il pas un service de la Ville ou de l’Etat pouvant les aider.

Humainement, je trouve un peu difficile de voir ces pauvres personnes.

Et que l’on ne vienne pas me dire que je les trouve dégradant.

J’ai encore une question qui me turlutupine, à savoir avec la crise ne va-t-il pas y avoir encore plus de les mendiants.

Je m’adresse à nos Autorités : SVP agissez, ne les laisser pas à même le sol. Après tout vous êtes les Gardiens de notre Ville, de notre Canton. Genève ville international ne doit montrer cette pauvre image et se donner les moyens d’aider les pauvres de la rue. Evidemment les autres aussi.

Quelle tristesse.

Bonne matinée.

inquisition02.jpg
 

07:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

29/11/2008

Swisscom paiera !

5B3GPZCA5NDBM3CADMHYT5CAKRX71ECAJWLXHWCAZ35L0QCAE5C6MQCA2Q5ZYACAX98L27CAA8RO1NCA87CL9ICAH4Y6EBCAP5ZKO2CAB2IULJCA32FZV6CA4B9S0MCA5H4F4MCA1UJUI9CAUO9XJL.jpg
Le Conseiller administratif, Ville de Genève, Pierre Maudet prend la bonne décision. Celle de faire payer une redevance pour les antennes fixées sur les cabines Swisscom. Vous avez déjà vu ces petits panneaux fixés sur le toit des cabines téléphonique. Jusqu’à présent pas de taxation.

Pourquoi, l’une des plus grandes entreprises Suisse ne passerait-elle pas à la caisse.

Je connais un immeuble loué à l’Etat de Genève, pour une coquette somme, qui met à disposition son toit a des sociétés de téléphonie pour la pose d’antennes. La location peut aller jusqu’à Frs 10'000,-- par année. Pas de petit profit !

C’est là que Monsieur Maudet a raison, il n’y a pas de quoi d'offrir le domaine public.

Il est vrai que ces antennes permettent de téléphoner. C’est tout bénéfice pour les utilisateurs.

Revenons aux micro-antennes de téléphonie fixées aux cabines téléphonique. Je dirais qu'il est normal qu’une redevance soit versée à la Ville de Genève. Ces installations sont sur le domaine public. La location de ces surfaces revient à Frs 400,-- le mètre carré.

En ville de Genève une septantaine de ces microcellules fixée sur les cabines téléphonique. Disons 1 m2 à Frs 400,--, cela rapporterait Frs 28'000,--. Pas une grande manne, mais c’est le geste qui compte.

Monsieur Maudet, pas de cadeau, Swisscom n’est pas à plaindre. A vous de déterminer à quel type d’occupation du domaine public correspond une microcellule.

Les Communes genevoises pourraient en faire autant. Pourquoi se priver de revenus.

Bon après midi.

13:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook