10/02/2010

Les bonus indécents.

munchkin-bonus-large.jpgL’UBS dégage donc une amélioration au 4ème trimestre 2009. Dans l’ensemble elle reste dans les chiffres rouges.

 

Au prix d’emplois ; une diminution de 11'767 personnes. C’est énorme. Quelle morale sociale ? Est-ce normal de faire des économies sur les dos des salariés. Que sont devenus les licenciés ; puissent-ils vivre décemment. Est-ce normal de congédier des personnes pour regorger les bénéfices. Ce n’est pas pour autant que l’action UBS grimpe, au contraire elle descend.

 

En marge de l’emploi ce qui me gêne, se sont les bonus. La banque ne précise pas le montant exact. On sait qu’en 2009, elle a versé 12,8 milliards, bonus compris, à ses employés. Les bonus se chiffreraient aux environs de 2,9 milliards, rien n'est certain. Pourquoi l’UBS est laconique au sujet des bonus. A-t-elle de l’équité à se reprocher.

 

Toutes les grandes banques ont distribué des bonus, parfois surdimensionnés. Est-ce acceptable en pleine crise, où le chomâge prend l'ascenseur ?  

 

En retrouvant le sourire, les banques ont retrouvé de vieilles habitudes que certains espéraient, sinon définitivement écartées, tout au moins grandement limitées. Pour ceux là, la désillusion est grande, les bonus indécents effectuant en effet actuellement un retour en grâce tonitruant.

 

Ce sont des millions versés. Certes, cela rapporte au fisc, le pouvoir d’achat n’est pas pour autant recouvrer. D’une manière générale, je trouve ces bonus choquant compte tenu de la misère qui traîne dans le monde. Si 1/10ème était prélevé et versé à un fond d’entraide, ne serait-ce pas un pas pour lutter contre la pauvreté, la misère.

 

Barack OBAMA a raison en dimensionnant les banques. En pleine crise, les banques doivent limiter leur champ d’action. Le vaste champ d’opération pourrait amener les banques à avoir des difficultés par leur taille et c’est ainsi que le Président des Etats-Unis a décidé cette mesure. Je pense qu’il a raison dans la mesure où l’Etat a couru au secours des banques.

 

Certes, je reste convaincu que les bonus extravagants sont indécents.

 

Que l'on redistribue une partie de l'argent gagné vaut comme une récompense, mais attention dans la limite du raisonnable.

 

Ce n'est pas bien de charger les bonus ! Surtout qu'il semble que les bénéficiaires sont loin de la politique de l'arrosoir au sein du nid économique. Ils dépensent moins !

 

Allez bonne journée !

07:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

08/02/2010

Les églises à la chasse de legs !

quete-5.jpgLes églises ont besoin d’argent pour faire fonctionner leur clergé. Ont-elles vraiment besoin d’argent ?

 

Sur ce sujet, j’ai lu l’article dans la TdG « Les églises s’invitent dans la bataille des legs ».

 

L’entretien d’une église coûte cher, le ménage commun des prêtres demande également un apport financier.

 

Les églises doivent vivre. Toutefois, elles ne sont pas pauvres.

 

J’ai un ami prêtre d’une grande congrégation mondiale qui ne se plaint pas. Sa « branche » religieuse est riche, elle est propriétaire de biens immobiliers et investi dans la finance, elle touche les produits liés au rendement. La fortune n’est pas à son nom, mais sous celui de Fondations. Les animateurs de cette congrégation ne sont pas à plaindre, ils vivent normalement.

 

J’ai appris aussi qu’une quête peut rapporter selon le lieu de l’église une moyenne de Frs 1'000,-- par messe. Ce n’est pas négligeable.

 

Ce qui coûte cher, c’est l’entretien des églises ; chauffage, réfection et autre.

 

Un clergé n’a besoin d’être riche, elle doit subvenir à ses besoins et vivre simplement. N’est ce pas dans la bible.

 

Les églises doivent-elles aider les plus démunis, les pauvres, il y en a de plus en plus. Actuellement, nombre d’associations tel que Caritas aident les pauvres gens. Partant, les églises n’auraient-elles pas que la mission de prier, de faire la messe, de confesser et d’être des enfants de cœur.

 

J’ai travaillé de longues années dans une étude de notaire, très souvent les églises étaient couchées sur des testaments à titre de légataires. Moins maintenant depuis que des associations à caractère philanthropique se sont créées dans le même but, celui d’aider son prochain.

 

Les églises ont écrit aux notaires pour qu’ils conseillent la clientèle de les faire coucher dans les testaments.

 

Bien que les notaires restent sur leur réserve quant à des conseils de legs, ils peuvent murmurer du coin de la bouche des institutions, des Fondations sûres et les églises.

 

Nombre d’associations caritatives on pignon sur rue. Elles ont toute besoin d’argent pour vivre. Les notaires peuvent conseiller leur clientèle testatrice pour rendre attractif  plume donatrice !

 

En Suisse la manne financière n’est pas négligeable puisque 100 millions ont fini dans les caisses d’associations caritatives. Les églises font partie du palmarès. Les gens sont donc généreux. Les églises font partie des donataires ; dès lors faut-il les plaindre ?

Donnez aux églises, le Seigneur vous le rendra !

 

 

08:07 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

29/01/2010

A qui profitera l'ouverture des commerces

L’ouverture des magasins à Genève est-ce l’avenir du commerce et de son économie. Le peuple le dira, car elle votera sur une initiative y-relative.

 

commerces.jpgIl est vrai que les mutations constantes de la société demande un peu d’attention, notamment envers l’économie de commerce.

 

C’est un plus aussi pour les consommateurs de faire ses courses, ses achats en toute liberté après le travail, sans se dépêcher car fermeture à 19 heures. J’ai remarqué que les gens sont bien énervés, tendus lorsqu’ils vont à la COOP ou la MIGROS. Un peu de détente devrait améliorer le psy.

 

Je discutais avec un ami gérant d’une grande surface à Genève. Le jeudi lors de la fermeture à 21 heures le chiffre d’affaire n’explose pas, loin de là. Selon ses dires, moins de monde qu’entre 8 h00 et 19 heures, le corollaire un chiffre d’affaire proportionnellement identique, voire moindre.  Et selon ses échanges avec d’autres gérants, il en va de même au sein des autres surfaces commerciales. Alors est-ce qu’une ouverture permanente à 20 heures donnera des ailes au marché du commerce, pas si sûr.

 

Faut-il penser aux employés. C’est sûr. Avec des salaires pas souvent  mirobolants, des horaires parfois lourds de conséquence sur la vie familiale, va-t-il y avoir répercussion sur les employés. Oui est non car le total des heures hebdomadaires n’évoluera pas à la hausse. Faut-il y croire. Ce n’est pas sûr. Les syndicats ont un long combat à mener pour défendre les intérêts des gens du commerce.

 

A qui profiteront les prolongations ?

13:47 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

21/01/2010

Davos la grande ruche économique !

Davos la fourmilière économique et financière du monde !

 

L-economie-en-forum_pics_809.jpg

 

Les puissants de la sphère seront présents.

 

Les dirigeants, les décideurs, les patrons et bien d’autres vont se réunir quelques jours pour faire le point, discuter et c’est sûr négocier en coulisse. Dans un monde en mutation constante, il est de bonne augure que les grands de se monde se parlent. Il faut privilégier le dialogue avant d’entrer dans le sillage d’actes rigides.

 

Une trentaine de chefs d’Etat entourés de leurs ministres, leurs conseillers. Davos ne sera pas qu’économique mais aussi politique. Des échanges culturels, financiers et de la chose publique auront lieu. Une grande piscine des pays économiques. Le bon chic bon genre sera sur l’arbre du politiquement correct.

 

Les feux de la rampe allumés par Nicolas Sarkozy donneront la lumière aux grands esprits de notre planète. Nicolas va grandir encore !

 

Tous auront un intérêt derrière le Président Français à prendre la parole, à manifester une opinion, à apporter son lot de palabres pour un monde meilleur.

 

Alors que peut-on espérer de ce grand rassemblement. Participer à la réorganisation du système économique et financier. Sera-ce bénéfique. Oui le bénéfice premier demeurera dans la rencontre, le dialogue, les échanges. Des paroles et des actes, certainement.

 

Le grand rassemblement annuel des milieux économiquement riches vont-ils tirer une épingle du jeu pour apporter, donner mieux dans leur pays, notamment les plus démunis, les opprimés, les pauvres. Donner également + aux pays pauvres, en voie de développement.

 

Attention, ne pas brusquer la vie au quotidien, savoir prendre les bonnes décisions et apporter de manière intelligente son lot de nouvelles formes de vie.

 

Que le bal des grands commencent ! 

13:01 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/01/2010

La robotisation va tuer l'emplois ?!

l420cr44.jpgVous connaissez les robots, la robotisation.

 

Partout dans le monde, ils remplacent l’homme, la femme. Ils tuent les emplois   !

 

Plus d’ouvrier, plus de banquier, plus d’infirmier, plus de rédacteur, que sais-je. A la place des machines métalliques.

 

Les avantages : les robots ne font pas la grève et ne sollicitent aucune augmentation de salaire, une diminution du temps de travail. Il n’y aurait plus de pause, d’arrêt de travail pour manger, plus de revendications salariales. Une overdose de bonheur pour les patrons, l’économie ?! Et les conditions humaines ?

 

Pas de charges sociales, le corollaire aucun abaissement du taux des fonds de prévoyance, ou de l’AVS, ou de l’AI, ou…..

 

J’écris tout ce bazar car j’ai vu un robot faire la vaisselle, réduire dans le placard les couverts. Un truc génial. Je me suis imaginé des robots remplaçant les hommes. Quel chômage ou quelles vacances. Plus de boulot, dodo, métro.

 

Vous me direz que le travail à la chaîne aménagée par des robots existe. Ca donc déjà tué l’emploi.

 

Je ne sais si vraiment l’avenir est à l’heure de la robotisation universelle, une chose est certaine, si tel était le cas se serait des « tus-emplois ».

 

En marge de ce qui existe déjà sur le marché de la robotisation, je souhaite de tout mon cœur que l’Etre humain ne soit pas assez stupide ou trop ingénieux pour robotiser partout notre planète. Laissons les « petites mains » accomplir leur mission.

 

Actuellement "c'est le devenir des pays sous-développé. Baisser les salaires au minimum, augmenter les heures de travail au maximum. Que veulent les Chinois, les Indiens, peut être même les Américains ? Ils veulent devenir comme les Français ? Travailler moins et gagner plus. Ils veulent travailler pour vivre, pas vivre pour travailler. Ils rêvent de réussite, mais aussi de vacances, de voyages, de loisirs, de musique, de lectures, d'amour----" écrivait Guy Sibton dans un article paru  dans "Marianne" et évoquant justement la robotisation "Les aveux de Dassault : Magnéto, Serge !

 

Allez bon dimanche.

07:49 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

08/01/2010

Chômage : la vérité à Berne ou à Genève ?

Référence est faite aux pourcentages liés aux chômeurs de Genève

 

Qui faut-il croire, Berne ou Genève ? Respectivement 7,2 %, 6,6 % de chômeurs. Les frontaliers ne sont pas comptés puisqu’ils sont additionnés à l’Assedic français.

 

Je trouve incroyable une telle différence. Alors que Genève détient la vérité sur quels critères la Ville fédérale se base telle. Autant dire que Berne ne détient pas la science infuse des chiffres.

 

Quelle est l’erreur d’une telle différence ?

 

Berne se base sur le recensement fédéral de 2000. Alors Genève comptait 217'000 personnes actives ; C’est sûr dès lors qu’au regard des chômeurs inscrits en 2009, le taux de chômage se situe à 7,2 %.

 

Or, aujourd’hui, la ville du bout du lac Léman calcule 242'000 employés ce qui donne un taux de chômage à fin 2009 de 6,6 %, ce qui est bien mieux. C’est en définitive la réalité de ce chiffre qui devrait être le taux officiel, la vérité.

 

Berne oublie que la démographie évolue d’année en année, provoquant ainsi de fausses données dans les chiffres. La preuve est faite, le taux de Berne est erroné.

 

Sur le plan fédéral cet écart est authentique puisque la population active a évolué entre 2000 et 2009, soit un taux Suisse passant de 4,4% à 3,8%.

 

Serions-nous le seul pays au monde qui communique des chiffres le plus haut que réalité. Psychologiquement ce n’est pas bénéfique, en demeure une déstabilisation des chômeurs. Que doivent-ils penser ? Berne devrait mettre à jour ces chiffres.

 

Je propose d’offrir à l’office fédéral de l’économie une « règle de calcul » pour établir les taux de chômages !!!

 

 

15:19 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

18/12/2009

Diminuer son salaire

noel-blog.jpg

Bonjour, comment ça va en cette fin d’année, pas trop le stresse.

 

 

 

Mais oui je l’ai constaté. La foule des fêtes est bien présente. Dans les commerces, dans les rues, sur les routes. Le doux peuple court après le dernier cadeau oublié, à la boucherie commander le filet de bœuf, la dinde, à la boulangerie la bûche. Vers Noël, c’est l’effervescence. Jusque là rien de nouveau.

 

Clin d’œil, tout le monde n’a pas les moyens de dépenser pour la plus belle fête du monde ; de tout cœur avec. Ne vous ai-je pas proposé d’allumer une bougie sur le rebord de votre fenêtre en marque de solidarité avec les plus défavorisé.

 

Ce qui m’amène au propos sur internet hier, « Les Suisses prêts à baisser leur salaire pour conserver leur emploi ». En tout cas c’est 59 % des personnes interrogées.

 

Quel signe de solidarité envers son porte-monnaie. Est-ce vraiment de la solidarité ou un intérêt personnel. Comme ils le disent, je le crois, il s’agit de sauver son poste de travail. Mais oui, sacrifier quelque chose mais quoi, et bien son salaire plus tôt que se retrouver au chômage.

 

C’est une façon de voir les choses et je crois que je raisonnerais à l’identique.

 

Bonne journée.

07:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/12/2009

T'as changé d'assurance ?

T’as changé de caisse maladie ? Non et toi ? Oui.

 

Bien.

 

Est-ce vraiment un gagne « pèpète » ?

 

Sur le moment peut être. Mais attention.

 

L’an prochain votre nouvelle caisse risque d’augmenter ses primes et rebelote, case départ, l’escalade des prix a repris.

 

Je l’ai vécu dans le cadre de mon boulot. A une époque, nous avions changé l’assurance de bien des clients pour payer le moins possible de primes. Sur le moment intéressant. A la fin de l’année, surprise suprise, la nouvelle caisse augmente. Où était vraiment le bénéfice. Cassé les espoirs de l’économie.

 

Case départ !

 

Autant rester dans sa caisse et éviter le tourisme « assurancetourixe ».

assurancetourix.gif

 

 

13:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

14/12/2009

L'UBS à nouveau dans la tourmante

L’UBS est à nouveau la cible de sa « mal traitante » de sa clientèle.

6a00d83451b69769e2011168926d16970c-800wi.jpg

 

« Nous comprenons votre déception » l’établissement bancaire qui a écrit à plusieurs milliers de particuliers.

 

Pourquoi ?

 

La liquidation d’un fonds dànommé « Global Property Fund ». Ne me demandez pas ce que c’est,  j’en sais stricte rien. Ce que je sais est que ce fonds était en 2007 de 10 milliards environ et qu’en cause de la crise économique aux Etats-Unis, il est tombé à 4,3 milliards de francs suisses.

 

Peu importe, je suis là pour constater que l’UBS pause des problèmes à nouveaux à sa clientèle et sa ça devient pas lassant, mais inadmissible.

 

Jusqu’où nous réserve les surprises de ce grand financier Helvétique.

 

Je comprends les clients de la banque qui ont retiré quelque 91,1 milliards de francs de biens mobiliers et immobiliers au cours des neuf premier mois de l’année.

 

Serait-ce un nouveau scandale.

 

Et vous qu’en pensez-vous ?

07:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

11/12/2009

Le fisc va taxer les bonus

Les Français vont taxer les bonus.

 

En effet, comme les britanniques, nos voisins ont décidé d’aller au devant des bonus, parfois agréables, alléchants, en les taxant. C'était le moment !

 

50% à partir de 27'000 euros, soit environ Frs 40'000,--.

 

C’est encore gentil ! Personnellement, je taxerais depuis le 1er franc.

 

Là, je salue cette décision, car je trouve incongrue ces bonus délivrés gratuitement. Pas d’impôts, ne pensez-vous pas que c’est gagné de l’argent, en marge du travail accompli, un peu facilement. Je reconnais que ces bonus sont censés donner un facteur profitable à l’économie. Qui gagne plus, dépense plus, c’est logique. Toutefois, je ne pense pas que le pouvoir d’achat de ces héritiers des richesses mondiales, des banques notamment, va en souffrir. Le tout un chacun, et encore plus certains, doit se serrer la ceinture pour joindre les deux bouts, eux qui ne reçoivent pas de bonus à tomber par terre dans certains cas.

 

Et pis, il faut bien remplir la manne fiscale de l’hexagone. N’oublions pas que la France va supporter pour 2010 un déficit exorbitant, alors voilà taxer les bonus sera une aubaine !

 

Evidemment, ça ne va pas faire plaisir aux bénéficiaires de ces petits/gros plus annuels. Ça va râler dans les chaumières, il va y avoir des pleurs à la fin de l’année ! Ca ne les empêcheront pas de manger la dinde à Noël, d’offrir un beau bijou à Madame, partir en vacances d’hiver. Quoi, la vie ne va pas s’arrêter là, elle sera encore belle pour les receveurs de bonus.

 

Donc sur le fond, je suis certains que tant les British que les Français ont parfaitement raison de taper chez les chanceux des bonus.

 

Bravo les Français !

 

13:21 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

29/11/2009

Des quotas pour lutter contre le chômage ???

librecircul.png

Je rebondis sur le blog de Pascal Décaillet « Tiens revoici la Frontière…. ». Il est excellent !

 

En préambule du présent blog, voici un extrait des propos du journaliste :

 

… « Le Conseil fédéral a mal analysé la situation. Il a commis une erreur en renonçant à réintroduire des quotas dans la libre circulation des personnes avec l'Union européenne ». Livrés ce matin au SonntagsBlick et à la NZZ am Sonntag, ces propos vont faire couler de l’encre. De qui émanent-ils ? Blocher ? Mörgeli ? Stauffer ? Non. Il s’agit de la parole ministérielle de la responsable fédérale de l’économie, et aussi des questions d’emploi, la démocrate-chrétienne Doris Leuthard.

 

On aura beau me faire toutes les démonstrations du monde, j’ai peine à entrevoir en quoi l’aspiration protectionniste de ces propos diffère (sur le fond) du discours d’Eric Stauffer, à Genève. Ou de celui de Christoph Blocher, au niveau fédéral. Le chômage montant (4% en moyenne suisse, 7% à Genève), voilà qu’on commence à redécouvrir ce que la notion de frontière, qu’on croyait gisant aux orties, peut avoir comme avantages pour une communauté humaine. Évidemment pas pour l’enfermer, mais juste pour un minimum de régulation et de protection du marché intérieur de l’emploi.

J’entends encore François Longchamp, dans un débat, comparer les mouvements transfrontaliers venant de l’Ain et de la Haute-Savoie avec ceux des pendulaires vaudois ! Est-ce manquer d’amitié pour la France, ce pays que nous aimons et qui a nourri notre culture, que rappeler, très poliment, que le canton de Vaud se trouve être un compatriote, un Confédéré, que deux siècles de communauté de destin lie Genève ? C’est si vulgaire, Monsieur Longchamp, de rappeler l’appartenance de Genève à la Suisse ?

 

Partant de ces déclarations, les Autorités vont dans le sens contraire des traités signés avec la Communauté Européenne. Il en demeure la question de l’ouverture de nos frontières, à tout le moins de celles avec le canton de Vaud, ce qui est un gag puisque Canton Helvétique !

 

Le peuple a voté ces dogmes liés à la libre circulation. On ne va remettre en question le OUI des Suisses.

 

Il me semble que Genève ne peut au demeurant des décisions prises précédemment revenir en arrière et fixer des quotas.

 

Je trouve les propos de certains Conseillers fédéraux ainsi que d’autres Autorités graves et non respectueux de la volonté du peuple.

 

Ainsi, c’est donner sur le plan genevois du pain béni (ça tombe bien c’est dimanche !!!) à Eric Stauffer et son parti le MCG.

 

Que va-t-on inventer demain pour lutter contre le chômage ?

Conclusion : ce n'est pas que la locomotive qui déraille, c'est tout le train.....

11:54 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/11/2009

Les bourses bousculées !

Ca y est, les feuilles automnales sont presque toutes tombées, laissant un parterre jaune, rouge, beige. Ainsi va la vie, nous vivons les saisons avec leur ritournelle comme de courtes phrases musicales, avec leurs beautés, leur renouveau, leur joie de vivre, nous satisfaisant, nous apportons leurs lots de bien être.

 

Il n’y a pas que les saisons naturelles, il y a aussi celles de la vie. Tenez, j’en prends une qui revient toujours à pareille époque, je veux parler des bourses. L’an passé en raison d’une économie désastreuse au States, les bourses ont joué, méchamment, au yoyo. Heureusement, que les administrations telle que celle des Etats-Unis  a volé au secours des banques et autres. Sinon la situation aurait été encore pire que celle de 1929.

 

Aujourd’hui, ces grands portefeuilles aux multiples transactions vivent à nouveau mal. Les Bourses, encore elles ! Elles souffrent, peut être aussi de la grippe. Si la dégringolade se poursuit, elles vont rejoindre pour la unième fois les soins intensifs.

 

Cette fois-ci le vent nous vient de Dubaï. Cette région « bourrée », si j’ose m’exprimer ainsi, de fric, enfin c’est ce que l’on veut bien nous faire croire, est aussi frappée de plein fouet par les dettes publiques. Le corollaire ne s’est pas fait attendre les autres places financières prennent l’ascenseur vers le bas. Ça sent à nouveau les urgences.

 

Si les émirats souffrent, c’est la terre entière qui souffre, car c’est là-bas que le pétrole fait vivre l’économie mondiale.

 

Et si ça va mal, qui va trinquer ? Je vous le donne dans le mille, les classes moyennes.

 

Une nouvelle période automnale agitée qui va nous projeter contre le mur de glace, pour autant que l’hiver soit froid et clin d’œil, qu’enfin la neige arrive.

 

Bon après midi.

07:05 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

22/10/2009

La honte des BONUS !

argent_bonus_469_300_8128b.jpg

 

La honte des bonus. Je dis ça, le pensant fortement, car celles et ceux qui nous ont mis l’an passé dans une situation économiquement difficile vont cette année toucher leurs bonus, alors que sur le principe de la solidarité il ne devrait pas. J’aurais pu dire retoucher, mais non car d’une année à l’autre, ils n’ont pas été supprimés ou diminués. J’espère que celles et ceux qui ont fait trembler le monde de la finance sont conscients que rien ne s’est améliorer que nous traversons certainement la pire crise depuis 1929.

 

L’Institut britannique de la finance prévoit donc une augmentation de 50 % des bonus par rapport à janvier dernier et vont de fait passer de 4 milliards à 6 milliards de livres.

monopoly-pass-go-bonus-board.gif

J’ai lu : "Les profits des banques ont fortement progressé cette année, traduisant un manque de compétition sur le marché", a déclaré le directeur général du CEBR, Douglas McWilliams.

Le CEBR relève toutefois qu'on ne s'attend pas retrouver avant cinq ans des niveaux comparables à ceux datant d'avant la crise où, ainsi en 2007, 10,2 milliards de livres de bonus avaient été versés.

Douglas McWilliams estime cependant que toute tentative de limiter les bonus "était susceptible soit d'être vouée à l'échec soit d'être très dommageable".

Vous en conviendrez il est indécent de nous avoir cassé le moral avant les fêtes de fin d’année 2008. Si les banquiers toucheront des bonus dans des draps neufs, il n’en demeure pas que la crise est toujours présente, que la classe moyenne trinque toujours autant.

Au total, se sont plus de 10 milliards de bonus qui vont être distribués, de quoi faire rugir tous les lions de la jungle.

Pour les banquiers ont peu dire qu’en définitive le nuage a passé très rapidement, un nuage et non une tornade. Y a-t-il plu ? Certainement, toutefois, l’arrosée a vite séché ! Mais au fait, se ne sont pas les employés qui rigolent, mais bien les gros bonnets de la finance car se sont eux qui vont toucher les bonus.

Ainsi, le pouvoir d’achat est sauvé pour partie. Je ne râle donc pas sur le montant, mais bien et bel sur le principe de ces distributions.

Merci le G20 des bonnes nouvelles au sujet des bonus !

Joyeux Noël les banquiers et leurs institutions !

07:02 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/10/2009

Bonus plein les poches. De plus bel !

Demain, je parlerai des bonus. Ils sont écoeurants pour la classe moyenne !

bonus-bluepoint.png

En attendant, bonne soirée à toues et à tous

15:12 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

01/09/2009

Infidelités bancaires ?

 

 

Secret bancaire :

GP1RJOCADMZFMQCAOIO2U2CAN6H9WDCAEVP60GCAHVNZSZCABVMLS9CA4ZX8HMCA10ZFFTCARFDO79CASU88C6CAKSF5XHCAJHN7HTCAXS6Z59CAR0PN2PCA0YOM2SCA92R2K8CAV018SUCAE1C2HM.jpg

 

Pendant ce week end, nous avons pris connaissance que 3 banques Suisse avaient livré à la France une liste de 3000 noms. Il semblerait  que la Suisse a fait des infidélités bancaires. Mais alors, notre secret bancaire ? 

 

En marge de nos beaux paysages, notre force bancaire s’effrite. N'était ce pas notre capital envers les fortunes extérieures. En ouvrant le coffre contenant notre discrétion nous nous mettons or danger de se trouver des lustres sur la liste grise. Est-ce vraiment gagnant pour les revenus liés à l'impôt ancitipé.

 

Nous avons cédé sous la pression sinon c’était la liste noire. Le Conseil fédéral s’est trouvé coincé et a dû se résoudre de piège de la fraude fiscale et se sortir de l'harcèlements des autres pays.

 

Secret bancaire :

images.jpg

Le secret bancaire suisse protège la sphère privée des clients des banques. Il n’est toutefois pas absolu: il est levé en cas d’activités criminelles, telles que terrorisme, crime organisé, blanchiment d’argent ou fraude fiscale. Les autorités peuvent alors avoir accès aux informations bancaires.

Dans les accords contre la double imposition nouvellement conclus, la Suisse s'engage, au cas par cas et en réponse à des demandes concrètes et justifiées, à fournir aux Etats partenaires des informations à des fins fiscales, indépendamment de l'existence d'un délit fiscal.

L'évasion fiscale est également combattue par un impôt anticipé de 35% et par d’autres mesures (par ex. dans le cadre de la procédure d’estimation fiscale). Le taux de cet impôt à la source est le plus élevé de tous ceux prélevés dans les Etats membres de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE). L’accord sur la fiscalité de l’épargne conclu avec l’Union européenne (UE) comble une lacune: il introduit une retenue d’impôt sur tous les intérêts de source étrangère versés à des personnes physiques ayant leur domicile fiscal dans un Etat membre de l’UE.

Il n’existe pas de comptes anonymes en Suisse. La banque est tenue de connaître le titulaire du compte et, le cas échéant, son ayant droit économique.


08:55 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/08/2009

LIBYE : L'ESPOIR S'EST ENVOLE

L’avion posé a tripoli est rentré bredouille.

 

Comment incriminer le colonel Kadhafi. Il respecte le calendrier à savoir le retour des otages le 1er septembre prochain.

 

Pour l’instant on ne peut douter de l’accord signé entre notre Président de la Confédération que certain on nommé le « petit clown » et la Libye.

 

Attendons mardi prochain minuit. Cette date butoir échue nous pourrons alors douter de l’efficacité de Monsieur MERZ.

 

Patiente, patiente.

 

Ceci dit, souffrons-nous de la crise ?

images.jpg

 

Je ne suis pas économiste et de fait je me base sur des constations éditées par les masses média.

 

L’Etat de Genève dégage des excédents inespérés, 280 millions au lieu de 15. Cet incomparable surplus fait sauter les caisses. Le Conseil d’Etat n’est pas dans le faux en créant une réserve de 744 millions avec le cumul des dépassements verts des années dernières et de 2009. Cette clairvoyance est louable. Aussi, il est salutaire que le Canton ait ramené la dette à 10,8 milliards.

Mais alors, est-ce que l’Etat souffre de la crise. A voir les chiffres réjouissants que nenni.

Pour l’instant, les finances se portent bien. Bravo le Conseil d'Etat !

David Hiler détient la baguette magique qui fait surgir des impôts fructueux et dorent le porte monnaie cantonale. Bravo le Conseil d’Etat pour sa politique économique.

 

Question, que compte faire l’Etat pour les familles aux bas revenus. A oui, baisser les impôts de 11 %. Ce projet est salutaire. Avec les augmentations des salaires, le pouvoir d’achat des consommateurs sera à la hausse, le corollaire une économie renforcée.

 

images.jpg

 

Chez les consommateurs, ce n’est pas la fin des haricots. Je fréquente assez souvent la Migros et la COOP pour le constater. Aux caisses visés les paniers des consommateurs, ils sont la plus part du temps plein. Je suis allé en ville deux fois, quel monde avec à la main des achats. Et les vacances, autour de moi, tout le monde s'évade, moins loin il est vrai.

 

La crise à Genève ?

 

Les seules qui souffrent de la crise sont les entreprises. Hier, j’ai lu sur internet des licenciements dans 3 sociétés. C’est grave de remerciés des employés. Est-ce que l’Etat ne devrait pas développer une politique d’entraide provisoire et remboursable en cas de meilleure fortune.

 

Genève sourit. Mais attention prudence sur l’avenir. Nécessité est d’être prudent et attentifs aux rentrées fiscales, nous risquons de sentir les effets de la crise dans les prochaines années.

 

Bonne journée.

 

09:35 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/08/2009

Obama à la conquête des bques Suisses !

Doux Jésus, c’est humain ce que font les States, en prenant leur bâton pour aller à la conquête d'impôts détournés. En Suisse, Nous aurions fait idem. C’est humain.

 

Dans le fond, la pugnacité des Etats-Unis, concernant l’évasion fiscale est conforme à la loi y-relative. Elle est payante, puisque les banques, notamment l’UBS, délient leur langue.

 

La chasse est ouverte, la traque a commencé, les millions vont garnir les caisses de l’Administration Obama.

 

Pour ceux qui ont de l’argent placé, les riches, les nouveaux riches, c’est agréable, bénéfique de  pas ou peu payer le moins possible d’impôts sur la fortune. J’irais jusqu’à dire que ce genre d’élément réactionnel est humain.

 

Ce sont des millions qui échappent aux caisses de l’Etat. C’est un manque à gagner que paient les contribuables honnêtes. Dans son programme électorale Barack Obama avait fait de cet état de fait un de ses chevaux de bataille. Gentiment et sûrement, il frôle la réussite.

 

Attention, j’imagine qu’aux termes des fruits de cette chasse, les « richtos » vont quitter le paradis fiscal et déposer leurs fonds de l’autre côté de l’Antlantique. Ils n’ont plus d’intérêt à rester, leurs (fonds) étant déclarés, sur la terre d’accueil des banques Suisses.

 

Pour le paradis fiscal, c’est une manne importante, non négligeable qui rapporte. En Suisse, l’Etat ponctionne le 35 % au titre d’impôts anticipés. Avec les millions cachés chez nous, le bénéfice pour la Confédération n’est pas des moindre.

 

Bonhomme de chemin, le fisc fait son beurre.

 

Pour les banques c’est important pour leurs gestions internes et pour les investissements.

 

Avec le Démocrate Obama, partie des fraudes fiscales sont terminées

 

Blablablabla, les uns gagnent, les autres perdent. Ce sont les règles du jeu le monopoly.

 

Bonne soirée.

07:20 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/08/2009

Accord pour l'UBS !

Enfin, enfin l’UBS est entrain de se mettre à jour avec le fisc américain.

 

Suite à un accord extrajudiciaire, la banque évite ainsi le procès.

 

Vous imaginez l’image de marque de l’établissement bancaire si des juges devraient prononcer un verdict.

 

Il est vrai que notre secret bancaire est quelque peu égrainé, puisque l’UBS va livrer un certain nombre de comptes au fisc.

 

Il va s’en dire que de clients doivent avoir peur de se voir déclarer dorénavant au fisc leurs avoirs

 

Cela dit, de quelle manière le tri sera opéré et de quelle sorte la divulgation sera communiquée à qui de droit. Attendons les termes de l’accord.

 

Du côté Suisse la banque devra certainement rendre des comptes à la Confédération prêteuse de fonds

sur le dos des contribuables.

De ce retrait du procès, la place financière Helvétique ne s'en portera que mieux.

 

Obama que j'aime bien et qui a mon plein respect et mes plus hautes considérations à gagné !

 

Pourrions-nous dire dès maintenant DONT ACTE !

 

Bonne soirée

 

16:23 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/08/2009

L'UBS aux soins intensifs !

L’UBS entre les mains du Conseil fédéral.

images.jpg

 

Faudra-t-il que le contribuable casque encore une fois envers la première banque de Suisse.

 

Première banque, je dirais celle qui devrait être en cellule. Toutefois, étant malade elle se trouve actuellement aux soins intensifs.

 

Démontre-t-elle encore une bonne image et surtout inspire-t-elle encore la confiance.

 

Je reste dubitatif sur ces thèmes.

 

Cela dit, avec la divulgation de comptes au fisc américain, nous pourrions nous poser la question de savoir si notre secret bancaire n'est pas entaché.     

 

Actuellement, les yeux des clients de l’UBS visent la BCGe et la Banque Raiffeisen. Les clients de l’UBS n’ont pas tout tort et c’est là en quelque sorte que ce n’est pas bon pour elle. A tout le moins, cette dernière pourrait envoyer une lettre à tous ses clients pour les rassurer et faire en sorte que leur(s) comptes ne quitte pas le navire.

 

En marge de la fuite de clients, cette banque mériterait une bonne leçon ! Une « engueulée » de la part du Conseil fédéral.

 

Que le meilleur soit entrepris avant le pire !

 

12:58 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

04/08/2009

Augmentations de salaires ???

Bonjour.

 

Et voilà ! Les syndicats se pointent !

 

En pleine crise on nous parle de hausses de salaires. Pour qui spécifiquement ? Les secteurs publics, le service public et certains segments de l’industrie. Qui sont ces derniers ?

 

Pour les autres, ça se discuterait syndicats et entreprises par entreprises. Au coup par coup !

 

L’augmentation de certains salaires pourrait atteindre 2 %. Est-ce que les syndicats voient juste ?

 

Le constat immédiat aux déclarations des syndicats consiste à dire que les fonctionnaires, que j’étais, vont pouvoir dépenser plus, ce qui donnerait du baume à l’économie. A tout le moins, celles-ci et ceux-ci compteraient peut être moins ? Et bien c’est tant mieux.

 

Je pense que les syndicats ont raison. Il faudrait augmenter les salaires pour donner plus de chances aux Suissesses et Suisses d’ouvrir plus souvent leur porte-monnaie.

 

Est-ce que augmenter les salaires pourrait créer des licenciements à cause d’une charge de fonctionnement plus élevée, des recettes stables, voire en difficultés ?

 

Oui-Non ? La priorité va au maintien des emplois ? Augmenter le pouvoir d’achat, lequel renforcerait l’économie, serait une bonne chose pour toutes et pour tous. Je ne suis pas économiste, toutefois  basique ment le maintien de l’économie, maintien des emplois seraient-ils bénéfique dans cette crise ?

 

Bref, dans cette crise qui devrait voir le jour dès 2010, pensons-nous aux familles qui vivent modestement, aux gens endettés, à contrario celles et ceux qui s’en mettent plein les poches, aux chômeurs, j’en passe et des meilleures. Un coup de pouce, soit par des augmentations de salaires, soit par une baisse du fisc, soit par un miracle immédiat, ne serait pas négligeable.

 

Personnellement, je dirais en conclusion que je ne détesterais pas économiquement parlant une hausse des salaires pour toutes et pour tous, via une relance économique. Toutefois, la réflexion étant gagnante, elle me pousse à dire qu'il nen sera peut être pas ainsi. Pour les convaincus, nécessité est de mettre l'accent sur cet aspect, cette facette salariale. Qu'en pensez-vous ?

 

Bonne journée.

07:00 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook