Embellie, les milliards pleuvent !

Imprimer

Milliards.jpgBien le bonjour,

Au soleil dans un coin tranquille dans le Valais, je lis les articles, j'écoute les news, les émissions liées au Coronavirus. C'est une avalanche de mots alignés derrière les autres, en bien, en mal, en faux, en vrai. Parfois, ceci peut être presque irritable et demande de s'isoler, c'est le cas de dire, dans son terrier, sans aucun bruit, sans une ombre de paroles. De là, réfléchir, se remettre en question, refaire le monde, sa vie, voir l'avenir, penser aux siens malades, d'autres ayant quitter cette bonne vieille terre. Tout ceci est humain et fait partie de l'humanité depuis sa création.

Ceci authentiquement dit, je suis ébahi par les annonces liées à l'économie. Que de milliards débloqués pour sauver l'économie, de la plus petite à la plus grande entreprise quelque soit son but. C'est une constellation de milliards qui vient assécher les risques de faillites, les manques de liquidités, que sais-je. Je ne sais où cela va conduire les budgets, les comptes-rendu des nations touchées par le virus.

Cette embellie, louable soit-elle, me laisse pensif, je pense que vous aussi, je subodore que le monde aussi. Lorsqu'il y a péril en la demeure dans les pays pauvres, sous-développés, en manque de tout, là où la mort se fait sentir au coin de rues, on ne met pas le monde économique en émois. Mis à part des chansons interprétées par les vedettes du monde artistique aux fins de récolter le maximum d'argent, que font vraiment les pays qui ne sont pas touchés, où la vie est presque parfaite. Les restos du coeur, la chaîne du bonheur, la loterie romande, la ligue de ceci, la ligue de cela, les ONG très actives, j'en passe et des meilleurs, ne réussissent pas à déferler les milliards alors que le Coronavirus en fait des pluies diluviennes. 

Je connaissais le dicton, "ne touche pas à mon pot", maintenant, "ne touche pas à notre économie".

Enfin de compte, il est très facile de mettre en marche la planche à billets pour sauver ses petites fesses, il l'est moins lorsque les terres sont sèches, les gens sont touchés par les aléas de la nature, par les inepties humaines.

Une dernière petite constatation vécue en France, en combien de minutes après le départ du feu, la Cathédrale Notre Dame de Paris a réuni les millions.

Je ne cautionne pas les dogmes de la politique de gauche, toutefois, sur ce coup là je suis d'avis que cette farandole de milliards mérite et pose des questions.

En conclusion, je ne crache pas sur cette pluie de milliards pour le bon sens, pour nous sauver économiquement, non, ce qui me choque se sont les mêmes bonnes intentions et attentions ne puissant être vécues pour les autres en détresse naturelle qui tombent comme des mouches. Notre planète aux deux sphères, oui cela existe.

Allez bonne journée !

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.