09/02/2017

Médias ? Ne chassons pas tout sur le "fumier" !

Médias.jpgBien le bonjour,

Sur internet, après tout ce déballage médiatique au sujet d'hommes ou de femmes politiques, on peut se poser la question si la presse écrite n'arrive pas aux extrêmes de leur existence.

On s'aperçoit en effet que la presse écrite n'a plus le monopole de la communication et que les réseaux sociaux laissent un temps totalement libre à la parole virtuelle. Une parole virtuelle au demeurant fausse, erronée, bousculant l'information instantanée manquant de rigueur.

Sur internet vous pouvez à tout moment intervenir avec un tweet, un post, un blog, une photo, une vidéo directe, etc. En définitive, le tout un chacun peut s'approprier le titre de  journaliste  !

Dès lors, la passerelle intellectuelle entre le journaliste et le papier perd malheureusement en attractivité faisant place à des angles mal sain sur le net, tels que propos haineux, mauvaise humeur, lessive, salves de contradictions, informations élitistes, marketing politique, largesse anti-démocratique, débâcle du débat, et autres. Mais aussi de bonnes choses comme des présentations de news intelligentes et ludiques.

Avouons volontiers que la mission des journalistes est mise sous pression pour annoncer les premiers le « scoop ».

C'est une vrai course au buzz d'une violence incroyable que de transmettre le premier.

Le triste constat veut que nous sommes dans une société où le professionnalisme perd de sa valeur et ceci est bien dommage.

La profession demandant un certain nombre d'années d'étude prend du recul.

Pourtant le rôle de la presse écrite est de préserver la vraie démocratie, l'intérêt de toutes et de tous.

Ceux qui veulent inverser la tendance dans l'interêt d'exister comme « journalistes  citoyens » à un rythme de fausses mesures transformées en quart de mesure, font sourciller les professionnels et créent l'instabilité des valeurs enracinées de la presse écrite.

A tout ceci, je pense que les journalistes de la presse écrite ne doivent pas tomber dans le piège du large système d'internet et se transformer ainsi en fossoyeurs du papier.

Alors comment différencier le vrai journalisme du spectacle du net ?

Qui a la solution magique pour pérenniser la presse écrite ?

Peut être se nantir de propos moins partiaux, prendre moins position, nourrir la démocratie d'informations n'assassinant les femmes et les hommes, respecter mieux la vie privée des gens, être plus neutre du relativisme, repousser les fausses informations, et de rappeler la profondeur historique du journalisme .

C'est vraiment moche d'exister au jour d'aujourd'hui en mettant au tapis des personnes, une idée, un projet. Pourquoi ? Pour concurrencer le net.

En conclusion, si conclusion il doit y avoir, la forte évolution d'internet fait perdre du terrain dans tous les domaines, mais ici plus spécifiquement la presse écrite car la concurrence est rude.

Qu'en sera-t-il dans 20, 30 ans ?

Qui a ce scoop pour sauver nos quotidiens et autres ?!

Il faut vire avec son temps, certes, toutefois ne chassons pas tout sur le « fumier » !

Allez bonne journée !

 

11:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.