04/09/2016

A Carouge, tu répares ou tu jettes ?

CA Carouge.jpgBien le bonjour,

D'entrée de cause, je n'ai pas du tout envie de rentrer véhément dans le cadre du Conseil administratif de la Ville de Carouge, contrairement à un autre parti.

A cela, malgré mon appartenance à l'UDC, le corollaire étant de droite dans l'opposition à Carouge, je dois reconnaître que le Conseil administratif ne fait pas tout faux, ce que d'aucuns peut démentir.

Ca me ronge de l'admettre mais bon dans la vie il faut savoir être honnête et reconnaissant même si une idée vient de l'autre bord.

Pourquoi ?

D'une part, dernièrement Anne Hiltpold, annonçait l'ouverture d'une crèche inter-générationnelle à Pinchat. Un bâtiment abritant des jeunes étudiants et une annexe pour les enfants en bas âges. Un joli « mariage » qui ne peut être que bénéfique pour la compréhension des couches sociétales.

D'autre part, on apprend que Nicolas Walder veut réparer plutôt que de jeter le matériel.

De quoi s'agit-il ?

La Commune délivrera un bon de Frs 50,-- aux autochtones pour les encourager à ne pas jeter leurs appareils défectueux.

Ceci au nom de l'obsolescence.

Chemin faisant, les Autorités veulent inciter en effet les Carougeois à lutter contre la consommation à outrance en favorisant la réparation.

C'est dire qu'au lieu de jeter purement et simplement son grill pain sans l'avoir fait ausculter, la Mairie délivre un bon de Frs 50,-- valables dans neuf commerçants de la Cité Sarde, pour voir si remise en état.

Il est vrai qu'au lieu de collectionner ou de jeter des tonnes d'appareils aux fonctions douteuses, et de racheter sans se poser la question d'une éventuelle réparation, alors qu'ils sont tout à fait réparables, il y a de quoi se poser des questions quant au choix.

Toutefois, le choix reste parfois réservé car cela peut coûter cher à la demande d''un devis de réparation. Celui-ci peut osciller entre Frs 50,-- et Frs 200,--. Deux choses l'une, où je jette, où je rachète au même prix.

Alors offrir un bon de Frs 50,-- peut encourager vivement les citoyens à faire valoir à leur appareil le droit d'être révisé.

Entre société de consommation et société conservatrice, le pas n'est pas très long.

Le coeur ou la raison ?!

Voilà en deux mots la politique menée par Nicolas Walder.

Cette philosophie soutenue tant à droite qu'à gauche ne peut être que salutaire pour la sauvegarde non seulement des objets mais aussi de notre porte monnaie.

Si la réparation est inférieure au rachat neuf pourquoi abuser du bons sens.

En définitive, j'achète cette philosophie tant elle pourra lutter contre la sur-consommation.

Voilà une bonne proposition.

Après Anne Hiltpold, Nicolas Walder, je me demande ce que Stéphanie Lammar va sortir de son chapeau.

Ca me ronge de l'admettre mais bon dans la vie il faut savoir être honnête et reconnaissant même si une idée vient de l'autre bord.

Bien que saluant ces initiatives que je cautionne pleinement, n'en demeure pas moins que le Conseil administratif de gauche Nicolas et Stéphanie font beaucoup trop de social à Carouge. J'aimerais bien connaître le montant total au frais des gentils contribuables. Les Carougeois comptent beaucoup sur Anne Hiltpold pour freiner les ardeurs gaucho-caviar de ses deux collègues !

Vive Carouge !

Allez belle soirée !

 

 

 

18:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.