26/07/2016

Elus : retraite à 70 ans ?

 

retraite à 70 ans.jpgBien le bonjour,

La semaine dernière, je postais sur Facebook « les politiques à la retraite à 70 ans – en avant les jeunes ».

Cette petite déclaration gênant pour certains n'est pas anodine et devrait s'appliquer afin de pouvoir bénéficier des idées des jeunes, des expériences des quarantenaire, et de la sagesse des plus de cinquante ans.

Chemin se traçant dans l'esprit, je dirais que la politique n'est pas un droit acquis se pratiquant jusqu'à fin de vie. Il y a un temps pour tout et le moment de se reposer dès 70 ans serait un bien pour la paix des hommes et des femmes qui ont oeuvré avec conviction, motivation, fidélité, et amour de la patrie.

Ce n'est pas méchant de dire qu'enraciner des hommes et des femmes dans une hémicycle politique au delà de 70 ans, peut donner des images pas très rafraîchissantes pour la vivacité des dossiers touchant essentiellement les blêmes de société au goût du moment.

Le jeunisme n'est pas idiot !

Si l'on veut mettre en avant l'engagement des jeunes « 18 – 60 ans » (ensuite deux mandats et il auront 70 ans) en politique, c'est faire un pas en avant en reconnaissant, en valorisant, en encourageant les fers de lance de l'avenir.

D'aucuns pensent que le jeunisme sans ou peu d'expérience n'est pas bénéfique et constructif pour engager le pays dans les années à venir. A quel âge ces mêmes ont débuté et avec quel bagage ? Les jeunes ne sont pas idiots bien au contraire, il ont la jeunesse des artères pour faire du bon boulot dans un monde où les sociétés n'ont de cesse d'être en mouvances.

Ceux qui arguent qu'ils doivent continuer à être les gardiens des armoiries et de la constitution ne sont pas indispensables et doivent avoir la grande lucidité, l'honnêteté, la loyauté, et l'humilité de pouvoir sortir par la grande porte en ne laissant pas aux futures générations une toile poussiéreuse.

Que c'est beau de dire à 70 ans « j'ai tout donné, je veux laisser une belle image du travail accompli, je veux être un retraité heureux,je quitte mes fonctions pour laisser la place aux jeunes ». Cela serait une superbe image et un signe de grandeur intellectuelle.

Les septénaires pourraient ensuite à tout le moins parrainer un jeune, le conseiller, lui apprendre, bref lui transmettre honorablement le flambeau.

En conclusion, s'il doit y avoir conclusion, il ne s'agit pas de bousculer l'esprit des aînés, et de dire que le jeunisme est « con ». C'est trouver un juste équilibre à écrire dans la Constitution ou dans une loi d'application, voire un règlement.

Qu'on se le dise clairement, ce n'est simplement ne pas figer une évolution des sociétés par un système politique garni de 71 ans et plus. Admettre les nouvelles générations ne veut pas dire déraciner les « jeunes Vieux ». Déboulonner les « jeunes Vieux » n'est pas le but.

Amener les jeunes aux bancs de la politiques, c'est montrer une grandeur simplement, croyable et réaliste du système politique.

Allez bonne journée !

 

 

 

 

 

 

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/07/2016

Soyons UN pour lutter ENSEMBLE !

4-mains.jpgBien le bonjour,

Face aux attentats perpétués par les musulmans « radicalisés » contre nos sociétés, il devient urgent que tous les bords politiques s’asseyent à la même table pour se mettre d'accord sur stratégie unique pour éviter que notre civilisation de chrétiens frayent avec la mort.

En France et ailleurs, personne n'a la science infuse pour lutter radicalement contre le chemin de la mort.

Actuellement nous sommes face à une forme d'attentats nouvelle.

En effet, force est de constater que nous sommes en présence de loups solitaires opérant sous les couleurs de « DAECH », constituant indéniablement une insécurité. Celle-ci n'a de cesse de prendre l'ascenseur vers l'instabilité géo-politique.

Nul ne me contredira en affirmant que le tout un chacun réfléchit à sa sécurité.

Toutefois, il ne faut pas tomber dans la spirale de la trouille au ventre et se si dire qu'il faut composer psychologiquement avec ces terroristes.

D'aucuns, ne peut nier qu'il n'a pas penser un seul moment à se trouver là où sa sautera.

A contrario ne rien dire, c'est accorder le blanc sein d'une certaine victoire.

Bref, nous sommes en guerre face à de nouvelles stratégies et que le basique sécuritaire n'existe pas ou plus.

D'où la nécessité que les hommes politiques quelque soit leur appartenance doivent mettre impérativement de côté leur idéologie, leur dogme, pour lutter d'une seule voix contre ces « sans âme , sans coeur ».

C'est ensemble que les pire moments peuvent être surmontés, qui plus est politiquement.

Alors tête d'épingle que je suis dans ce bas monde, je demande à toutes les politiques d'arrêter de se monter les uns contre les autres, comme en France, et de se mettre à table pour qu'à l'évidence la guerre déclarée aux Chrétiens cesse.

Nous ne pouvons nous laisser envahir par ces attaques préparées délibérément.

Il est nécessaire de répliquer intelligemment sans regarder ses propres intérêts, mais bien l'intérêt d'une paix durable.

N'ayons pas peur des mots.

Tous ensemble ayons le courage d'appeler un chat un chat et par là-même soyons UN devant ces opérations terroristes qui n'ont que pour but de tuer un maximum de monde.

Ensemble ne laissons pas cette haine réciproque monter, agissons et vite.

Arrêtons d'être des « bisounours » et allons de l'avant sur la même voie et d'une même voix vers le démantèlement de toute forme de nuisance humaine, culturelle, intellectuelle, et surtout géo-politique.

Sans tomber dans les travers de la haine, du racisme ou de la xénophobie. Il y a des musulmans très respectables !

En conclusion, s'il doit y avoir une conclusion aux tristes réalités, marchons ensemble sur le chemin du « juste » et ne laissons pas la chrétienté se faire « bouffer ».

Cet appel peut paraître enfantin, toutefois il a le mérite de faire un clin d'oeil aux grands de ce monde.

Si tous nous lançons un signe, un appel, sans haine et intelligemment ............

Allez bonne journée !

 

 

12:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/07/2016

Genève, déficit 2017 : Ca fait des années que l'UDC sonne le tocsin.

UDC blog.jpgBien le bonjour,

D'entrée de propos, rappelons que Genève est sans budget 2016 et que le canton fonctionne au douzième provisionnel. C'est moche !

En 2017, l'Etat présente un déficit d'environ 200 millions. C'est une charge supplémentaire de 2,5%.

Il semble que ce montant soit lié à des charges in-compressives.

Que la dette publique n'a de cesse de se creuser même si en 2015 une heureuse circonstance l'a faite diminuer de 750 millions. Aujourd'hui, elle s'élève à environ 14 milliards.

Qu'en 2017, sachant que le PIB cantonal sera selon des projections en baisse de 0,2 %, les rentrées fiscales risquent de souffrir.

Selon le ministre des finances, Genève table sur un déficit total 2017 d'environ 200 millions.

A cela, il ne faut pas oublier le projet de RIE III (imposition des sociétés de 13 % et plus au lieu de 24 %).La hachette débroussaillant la jungle des chiffres, les choix seront difficiles. Faudra-t-il dès lors bloquer encore une fois les mécanismes salariaux des fonctionnaires, ou couper dans le social, la médecine, et surtout l'asile qui coûte de plus en plus chère aux contribuables, ou tout simplement avoir l'outrecuidance d'augmenter les impôts. q

Rappelons que depuis 2007 les finances fondent comme neige au soleil.

Partant de ce constat, l'UDC Genève n'a eu de cesse depuis des années de dresser des cartons jaunes pour ne pas dire rouges sur certaines charges telle que celle de l'asile.

Depuis des lustres, ce même parti avertit le Conseil d'état qu'il ne peut pas, plus, vivre au dessus de ces moyens que des sacrifices doivent être envisagés.

Genève est financièrement aux soins intensifs et ça l'UDC, clairvoyante, l'a vu arrivé et la dit haut et fort aux « médecins » qui ne sont autre que les Conseillers d'état. Malgré des petites injections, la maladie gangrène.....

L'UDC veut, comme dans le canton de Vaud, des budgets équilibrés, une dette abyssale réduite au plus bas, des économies dans toute la structure étatique, une politique plus judicieuse en matière d'asile, une réduction de l'aide au développement, bref une politique courageuse, audacieuse, et responsable devant la population.

Comment le canton de Vaud y est arrivé et que Genève reste le plus mauvais élève. Le cancre de la Suisse.

L'UDC ne veut pas d'une valse à mille temps des millions mais bien une gestion globale et intelligente.

L'UDC met en avant la qualité de vie des contribuables et par là-même n'a de cesse de monter aux barricades pour dire NON à ceci, NON à cela, ce n'est pas viable pour le présent, demain et l'avenir.

Visionnaire, l'UDC Genève n'aura de cesse de continuer comme ces dernières années à sonner le tocsin est tout mettre en oeuvre pour être le pompier des foyers outrancièrement consumés par une très mauvaises politiques financières de la Genève internationale.

Genève meurt à petit feu, ceci l'UDC Genève ne le veut pas et ce dans l'intérêt des générations à venir.

A titre personnel, je fais pas proposition qui consiste à ce que chaque contribuable verse Frs 1,--dans un pot commun ce qui permettrait d'engager pendant une période déterminée le ministre des finances vaudois, Pascal Broulis, pour mettre à flot les comptes de Genève !

Wouais, Genève ne sait vraiment pas bâtir l'infrastructure financière du XXIème siècle.

Allez bonne journée !

 

15:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/07/2016

Vernier "vote" UDC ! Elle dit NON au diktat de l'Etat.

UDC blog.jpgBien le bonjour,

Je voulais réagir sur le vif à un article de la TdG paru hier, « Un centre pour jeunes migrants fâche Vernier ». Le temps appartenant au temps, je préfère m'exprimer à froid après une bonne nuit chez Morphée.

Cette fois-ci je vais être clair sur la politique cantonal en matière d'hébergement des réfugiés et l'UDC.

C'est donc NON au projet de 300 places, au lieu des 120 places prévues initialement. Les Verniolans ont parfaitement raison.

On comprend ce refus de Vernier, tout comme Corsier et d'autres communes genevoises, dans la mesure ou les réfugiés peuvent déranger les voisinage et surtout laisser planer un danger sécuritaire, surtout avec des mineurs vifs d'esprit dans tout le sens du terme.

Certes, deux constats.

Le 1er constat me fait dire que la politique de l'UDC est indirectement mises en avant. En effet, tout ce que l'UDC a prédit, dit, voit dans l'avenir, se réalise. Une majorité de la population commence à parler, à sa sauce, le même langage que l'UDC. Dire non serait faux. L'ère UDC est bien vivante.

A cela, bien que la reconnaissance ne soit pas reconnue officiellement, le canton de Genève devient UDC.

Reconnaissons sincèrement, honnêtement, loyalement, que l'UDC n'est pas sotte, que ses prédictions « 1992 » marchent sur le chemin de la réalité, et surtout la population commence à parler le même langage que l'UDC. Etonnant ? NON !

Le 2ème constat, le Conseil d'état genevois n'a de cesse de dicter sa politique, veut absolument suivre le dictat de la Berne fédérale, veut imposer aux communes; dès lors la tentation est trop grande pour dire que l'Etat devient « dictateur » sur le sujet des réfugiés. A Vernier, tant la population que les Autorités montent à l'arbre pour couper la pointe.

A toutes fins réalistes, la commune à le courage, tout comme l'UDC, de dire non au dictat de l'Etat.

L'Etat n'a pas le monopole et se fait fustiger à juste titre.

Je pense que l'Etat doit en premier lieu s'ouvrir à une authentique politique courageuse, tout comme l'UDC le prône, et monter à Berne pour dire NON, ça suffit.

Nous voulons des solutions viables pour la Genève internationale.

Enfin, de rajouter pour finir, le bricolage de l'Etat de Genève nuit au canton et par là-même donne du pain « bénit » à l'UDC.

Tout comme l'UDC le dit haut et fort, à juste titre dans la sauvegarde du pays, l'Etat de Genève doit sévir contre les réfugiés économiques qui n'ont pas le statut de réfugié et les renvoyer.

Et osons le dire, celles et ceux qui favorisent l'immigration illégale devraient être punis car ils enfreignent la loi.

L'Etat de Genève est entrain de franchir la ligne rouge !

Alors, rendons à l'UDC ce qui appartient à une authentique politique clairvoyante et responsable.

Subsidiairement, je ne serais pas étonné que la TdG ne retienne pas ce blog dans ses favoris, toutefois, ce dernier à la qualité d'honorer le sur-saut de la population qui veut préserver l'environnement pour les générations futures et dire NON au diktat de l'Etat.

Allez bonne journée !

 

 

10:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook