07/07/2016

Genève, déficit 2017 : Ca fait des années que l'UDC sonne le tocsin.

UDC blog.jpgBien le bonjour,

D'entrée de propos, rappelons que Genève est sans budget 2016 et que le canton fonctionne au douzième provisionnel. C'est moche !

En 2017, l'Etat présente un déficit d'environ 200 millions. C'est une charge supplémentaire de 2,5%.

Il semble que ce montant soit lié à des charges in-compressives.

Que la dette publique n'a de cesse de se creuser même si en 2015 une heureuse circonstance l'a faite diminuer de 750 millions. Aujourd'hui, elle s'élève à environ 14 milliards.

Qu'en 2017, sachant que le PIB cantonal sera selon des projections en baisse de 0,2 %, les rentrées fiscales risquent de souffrir.

Selon le ministre des finances, Genève table sur un déficit total 2017 d'environ 200 millions.

A cela, il ne faut pas oublier le projet de RIE III (imposition des sociétés de 13 % et plus au lieu de 24 %).La hachette débroussaillant la jungle des chiffres, les choix seront difficiles. Faudra-t-il dès lors bloquer encore une fois les mécanismes salariaux des fonctionnaires, ou couper dans le social, la médecine, et surtout l'asile qui coûte de plus en plus chère aux contribuables, ou tout simplement avoir l'outrecuidance d'augmenter les impôts. q

Rappelons que depuis 2007 les finances fondent comme neige au soleil.

Partant de ce constat, l'UDC Genève n'a eu de cesse depuis des années de dresser des cartons jaunes pour ne pas dire rouges sur certaines charges telle que celle de l'asile.

Depuis des lustres, ce même parti avertit le Conseil d'état qu'il ne peut pas, plus, vivre au dessus de ces moyens que des sacrifices doivent être envisagés.

Genève est financièrement aux soins intensifs et ça l'UDC, clairvoyante, l'a vu arrivé et la dit haut et fort aux « médecins » qui ne sont autre que les Conseillers d'état. Malgré des petites injections, la maladie gangrène.....

L'UDC veut, comme dans le canton de Vaud, des budgets équilibrés, une dette abyssale réduite au plus bas, des économies dans toute la structure étatique, une politique plus judicieuse en matière d'asile, une réduction de l'aide au développement, bref une politique courageuse, audacieuse, et responsable devant la population.

Comment le canton de Vaud y est arrivé et que Genève reste le plus mauvais élève. Le cancre de la Suisse.

L'UDC ne veut pas d'une valse à mille temps des millions mais bien une gestion globale et intelligente.

L'UDC met en avant la qualité de vie des contribuables et par là-même n'a de cesse de monter aux barricades pour dire NON à ceci, NON à cela, ce n'est pas viable pour le présent, demain et l'avenir.

Visionnaire, l'UDC Genève n'aura de cesse de continuer comme ces dernières années à sonner le tocsin est tout mettre en oeuvre pour être le pompier des foyers outrancièrement consumés par une très mauvaises politiques financières de la Genève internationale.

Genève meurt à petit feu, ceci l'UDC Genève ne le veut pas et ce dans l'intérêt des générations à venir.

A titre personnel, je fais pas proposition qui consiste à ce que chaque contribuable verse Frs 1,--dans un pot commun ce qui permettrait d'engager pendant une période déterminée le ministre des finances vaudois, Pascal Broulis, pour mettre à flot les comptes de Genève !

Wouais, Genève ne sait vraiment pas bâtir l'infrastructure financière du XXIème siècle.

Allez bonne journée !

 

15:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.