• Le PDC crucifie sa doctrine familiale !

    Imprimer

    les-opposants-au-mariage-pour-tous-et-a-l-adoption-homosexuelle-ont-porte-jusque-dans-la-rue-leur-refus-de-considerer-la-famille-autrement-qu-avec-un-pere-une-mere-des-enfants-photo-afp.jpgBien le bonjour,

    J'ai lu avec beaucoup d'attention l'article paru ce jour dans la TdG, page 19, « Le PDC dépoussière sa définition de la famille ».

    En tant que parti politique voulant défendre les valeurs chrétiennes, je suis surpris par cette prise de position.

    D'entrée de cause, je dirais que le PDC que j'ai connu il y a une quarantaine d'année n'est plus vraiment défenseur des valeurs judéo-chrétiennes de notre société.

    A cela, faut-il oublier le mot « Chrétien » si cher hier au PDC.

    En définitive, s'il dépoussière la notion fondamentale de la famille, il ne marche pas vraiment sur les couleurs «arc-en-ciel » de la paix judéo-chrétienne !

    Pourquoi ?

    Arguer que la famille c'est un ou plusieurs adultes, je peux être d'accord pour autant que se soit une femme et/ou un homme.

    Réflexion se faisant, bien que je défende les homos, puisqu'en principe ils n'ont pas demandé à Dieu de naître avec une pathologie différente et que par conséquent ils sont ainsi de par la nature, le fonds de mon esprit perçoit mal l'association du mot « famille » à celle de même sexe. Par contre, je ne suis pas opposé au partenariat, tout en ayant à l'esprit que ce n'est pas la piste de la famille au sens propre du terme.

    Si la société a changé, elle ne doit pas évoluer en balayant ou en acceptant tout et rien.

    Adopter un enfant par deux personnes de même sexe, acceptée par le PDC, n'est pas un crédo de « normalité ».

    En effet, sans être homophobe, un enfant ne peut être un objet que l'on élève au gré des sexualités en raison d'ouverture d'esprit absolument mise en pratique.

    N'est-ce pas ce glissement psycho-sexuel qui peut modifier le développement de l'enfant. Pour sa stabilité psychologique, pour son épanouissement dans une société « bourrée » d'histoire, de valeurs, de principes religieux, les enfants ont besoin de parents de sexe différent. Il en va de même pour l'adoption d'enfants.

    A cela, pour se construire l'enfant n'est pas un accessoire que l'on fait pour soit, mais bien pour son devenir dans une société en mutation constante.

    Il est bien clair de dire « quiconque veut « l'enfant » a droit à « l'enfant ». Mais pas un enfant pour un droit contraire aux richesses de la famille normalement constituée.

    Soyons honnête en invoquant l'amour partagé par une homme et une femme pour l'enfant; celui-ci reste et doit rster symboliquement généalogique.

    N'affectons pas cette imperfection voulue par une société trop libertine à mon goût, telle que celle prônée et défendue aujourd'hui par le PDC. Laissons tout naturellement la découverte inconsciente de l'enfant pour en faire des hommes et des femmes grandissants chaque année dans une société responsable sans être perturbé par des notions liées aux difficultés psychologiques des gens de même sexe.

    Gageons aussi que l'enfant ne doit pas être un symbole de la réussite d'adultes mais bien de pouvoir appeler ses représentants « Maman » et « Papa ».

    Quel homme doit-il appeler papa ou maman ?

    Quelle femme doit-il appeler maman ou papa ?

    Mais comment le PDC parti des Chrétiens peut-il en 2016 renier les fondements de la religion auxquels il a bâti sa doctrine ? Que doit penser les évêques, le Vatican.

    Sous prétexte que l'état doit poser un cadre juridique qui protège l'enfant, sans distinction d'homme ou de femme ?

    Non, je ne reconnais plus les valeurs doctrinaire duPDC. Elles sont tout simplement bafouées, voir « blasphémées ».

    J'en déduis que le PDC est OK avec Eric Dubreuil qui dit, je cite « Ce dont l'enfant a besoin, c'est d'amour, que ce soit deux hommes, deux femmes, un homme, peut importe ». Si on s'en tient à cette phrase, quelle histoire pour l'enfant ? Faut-il l'emprisonner dans une grande poussière psychologique voulu par les adultes ?

    Mon Dieu merci d'avoir dit à mon petit ange, va pratiquer la politique vers des gents défendeurs des valeurs humaines et mettant à l'abri « l'enfant ».

    Allez bonne journée !

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Vive et que vivent les musiques genevoises (campagne)

    Imprimer

    images.pngBien le bonjour,

    Lundi dernier a eu lieu l'assemblée générale des musiques genevoises (campagne), dont je suis le Président depuis une année.

    Quel plaisir de rencontrer les sociétés présentes et de pouvoir féliciter la musique de Vernier qui a gagné à la Fête fédérale des musiques de Montreux le 1er prix de la catégorie « divertissement ».

    A cette assemblée, le projet d'une unique Fédération de toutes les musiques genevoises a été évoqué et sera discuté en table ronde prochainement avec toutes les sociétés du canton.

    Aussi, le 120ème anniversaire de la Lyre de Chêne-Bougeries et le 125ème anniversaire de la Fédération des musiques genevoises (campagne) qui sera, avec l'accord et le soutien financier des Autorités Chênoises, en grande pompe en 2017.

    La partition de cette noble assemblée fut emplies de dièses avec la partition des trois Présidents d'honneur, Guy Desbaillet, Michel Favre et Bernard Boulens.

    Egalement la présence du Président de l'Association cantonale des musiques genevoises, Eric Kunz.

    Chemin faisant, voici humblement mon rapport évocateur :

    « Après une année de présidence, je suis heureux de pouvoir faire un rapport positif.

    En effet, j'ai eu la chance d'avoir un excellent comité et surtout de pouvoir bénéficier de l'appui « magique » de Bernard Boulens. De par sa large expérience cette année fut que du bonheur. Merci Bernard Boulens, merci les membres du Comité, notamment, Aurea Zoller qui prends les notes de comité, Pascal Rouit pour l'excellente tenu des comptes, Benjamin Burri et Jean-Claude Gallay pour leur étroite collaboration. L'équipe soyez remerciés vivement !

    Au cours des comités, nous avons reçu des Présidents de musique pour organiser le 125ème anniversaire. Celui-ci n'aura pas lieu comme il se devrait cette année, mais l'an prochain en même temps que le 120 ème anniversaire de la Lyre de Chêne-Bougeries. Un double anniversaire dont j'espère vous vivrez tous avec conviction, motivation et par la-même vous inscrirez au défilé et aux diverses production. Dimitri Bachmann vous en parlera plus largement tout à l'heure.

    Animé par ce projet très musical toutes les sociétés du canton marquerons notre emprunte sur la terre chênoise chère aux Genevois. Ensemble, c'est créer des idées, proposer des projets, être audacieux pour assurer la pérennité des sociétés de musique, garantir la prospérité des partitions, et par là-même honorer Dame Sainte Cécile, patronne de tous les musiciens.

    2015, en marge des séances de comité, j'ai pu assister à nombre de concerts, malheureusement pas tous en raison de blêmes de santé. Quel plaisir de venir écouter vos sociétés et ainsi constater que la musique fait indéniablement partie de la vie associative de nos communes. Si aux baptêmes, au communions, aux mariages, aux enterrements, les notes de musique raisonnent comme les cloches qui annoncent des bonnes et des mauvaises nouvelles, sur la places communales, dans les rues, vos sociétés apportent la joie de vivre, créent l'ambiance en sacrifiant du temps libre sans reculer devant le plaisir de jouer un instrument. En sacrifiant des moments avec sa famille, ses amis, d'autres loisirs, nous tous privilégions d'aller de l'avant dans ce que je trouve inévitable, je veux parler de la sociabilisation emplies de dièses.

    Chacune et Chacun contribue à bâtir l'avenir musical du canton de Genève; partant de ce constat, ceci est super gratifiant de pouvoir élargir le crédit de la vie associative genevoise surtout dans un monde en mutation constante.

    Pour toutes ces raisons, en un mot comme en cent : Merci ! »

    Ainsi les notes de musiques pleuvent, c'est à la mode ces temps tout naturellement, sur la Genève musicale et ce à l'aube de la Fête de la musique.

    Vive les musiques genevoises !

    Allez bonne journée.

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • HUG : Une "Genferei" ?

    Imprimer

    Unknown.pngBien le bonjour,

    Je ne pensais pas que l'administration des HUG était aussi généreuse.

    En quoi ?

    En marge des soins, bien évidemment, en envoi des factures !

    Je m'explique :

    Suite à une grave infection du pouce droite de ma main, et oui je suce encore mon pouce à mon « grand » âge !, dont j'ai subi trois interventions, les HUG m'ont administrés 5 semaines d'antibiotiques, dont 3 dans une de leur unité spécialisée en soins ambulatoires.

    En tout avec toutes les consultations en chirurgie de la main dans le service du « pape » dans cette discipline, le Docteur Jean-Yves Beaulieu, j'ai bien dû aller une cinquantaine de fois dans le monstre intelligent de la médecine.

    Depuis que j'ai terminé les traitements reçus pratiquement tous les jours que Dieu fait, je reçois une à trois copie de factures envoyées directement à mon assurance maladie.

    Oui Mesdames et Messieurs, chaque consultation quelque soit sa nature une facture est envoyée à mon assurance avec copie chez moi.

    Dingue les « kilos » de papiers !

    Au lieu de procéder comme dans le privé, soi une facture à la fin du traitement, soi un décompte mensuellement, non le mastodonte joue les spécialiste de la distribution à outrance de facture.

    Ave la masse de patients , imaginez l'investissement dans l'amortissement, le personnel, le bureau, l'informatique, le papier, l'affranchissement.

    Les plateaux de la balance liés à la gestion sont super pesants et représentent un lourd contribue en terme de coût.

    Quid des économies réelles ?

    Alors peut-on glisser cet événement enrichi de pragmatisme tant en temps d' efficience qu'en temps qu'économie dans les « Genferei » ?

    A vous de voir !

    Allez bonne journée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire