17/02/2016

Reconnaissance envers les HUG : MERCI !

HUG.jpgBien le bonjour,

Je viens ici exprimer publiquement, car ils le méritent, ma reconnaissance aux HUG.

Pourquoi ?

Il y a un peu plus d'un mois, le pouce de ma main gauche est atteint d'un simple panaris.

Voyant couler un liquide blanc, du pus, je file aux urgences d'une clinique genevoise.

Là, je suis consulté rapidement.

A cela, un chirurgien venu du bloc opératoire me dit qu'il devait mettre le bistouris sous anesthésie complète vu mes antécédents survenus à mon genou droite.......

Le lendemain j'entre à cette clinique pour être « opéré » le jour même.

Le pouce infecté impose l'injection d'antibiotiques par voie veineuse durant 3 jours.

Le chirurgien m'annonce que des staphylocoques et entérocoques ont pris leur quartier dans le pouce. Merci à eux !

Sorti de la clinique surplombant les HUG, je continue les soins chez le chirurgien installé en face de l'entrée du service de radiothérapie des HUG.

A domicile, je prends des antibiotiques par voie bucale.

Durant quelques jours, il constate que ça va mieux, puis l'infection repart de plus belle.

Nouvelle hospitalisation, nouvelle intervention chirurgicale, un lavage.

Dehors après 24 heures de l'établissement privé, le nettoyage portait ses fruits.

Toutefois, au bout d'une semaine l'infection n'a de cesse de persister et là surprise de chez surprise, le chirurgien m'annonce qu'il ne comprend pas, qu'il lui manque des éléments, qu'il ne peut plus rien faire et qu'il faut aller derechef aux urgences des HUG.

Subsidiairement, il m'annonce que ce genre de chose peut mener à une amputation.

Vraiment, quelle surprise d'entendre ses mots. Woua un chirurgien, spécialiste de la main, passe le flambeau à la grande maison, car il est devant un mur.

Je suis parti de chez lui en me tenant les pouces (!) pour que les HUG me sorte de ce mal.

Aux urgences, vu la gravité j'ai été pris en charge très rapidement.

Une (jolie) doctoresse constate la gravité de l'infection et m'annonce qu'il fallait remettre le bistouris le soir même.

Son patron, éminent chef de la chirurgie de la main, confirme, il faut opérer rapidement avant que l'infection monte plus haut.

A 19 heures, via le bloc opératoire.

S'ensuit une hospitalisation 5 jours au 9ème.

Depuis, le médecin s'occupe de manière sérieuse de mon pouce. J'avoue qu'en grattant dans la plaie je passe des ¼ d'heure nourris de larmes......

Prise en charge aux HUG

J'avoue très volontiers que j'ai été sans conteste bien mieux soigné aux HUG que par le chirurgien de la clinique.

Accueil, prise en charge du médecin de garde, intervention du patron, examens, traitements, consultations spécialisées, surveillance, soins, chambre, repas, je n'ai rien à redire.

Aujourd'hui, l'infection est tarie, les nuages laissent la place au soleil. Cela dit, je me permets de dire vulgairement, excusé moi Mesdames, j'en ai ch......

Voilà, je tenais à dire MERCI publiquement aux HUG pour ses soins, au demeurant plus sérieux que ceux administrés par le chirurgien de la clinique qui va accueillir fin de la semaine un ancien ténor du barreau de Genève (!).

Au fait, très personnellement, je délivre un carton jaune à ce chirurgien !

Allez bonne journée !

 

08:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.