• Sécurité internet ? En faire plus qu'à sa porte !

    Imprimer

    images.jpg

    Bien le bonjour,

    D'entrée de cause, nous faisons plus confiance au virtuel qu'au réel !

    Pourquoi ?

    Réel ?

    Lorsque l'on sonne à notre porte et que nous nous trouvons face à un démarcheur nous pensons très souvent à un « malfrat » voulant repérer les lieux, voler, voire brigander. Réellement, on pense très vite au danger, la confiance ne demeure pas, le doute s'établi vite, bref, l'insécurité est à votre porte. On a plus vite peur de ce faire arnaquer, posséder, ou déposséder.

    A cela, nous invitons très vite la personne à présenter un titre de passage, une carte d'identité, voire de police.

    Par téléphone, il en va de même, on ne fait pas trop confiance en les données sollicitées ou les propositions d'achat-vente.

    Virtuel ?

    Par internet, il n'en va de même psychologiquement.

    Nous faisons bien plus confiance avec des commandes, des réservations de voyage, de paiements, de messagerie j'en passe et des meilleurs.

    On ne se pose pas trop de question quant à l'arnaque ou autre.

    C'est vrai on imagine pas que des hackers nous guettent.

    Pourtant, le piratage informatique est bien présent. Il est comme une maladie « blanche »; elle nous saisit au coeur même de l'ordinateur sans que nous nous en apercevions.

    Ce n'est seulement lorsque nous constatons que notre compte a été vidé, que le fournisseur n'existe pas, que la société n'est pas mentionnée dans google, etc., que nous comprenons que nous nous sommes royalement fait arnaquer.

    Par exemple, je possède un compte bancaire et régulièrement je reçois un mail de cette banque m'informant que mes données liée à mon compte ne sont pas à jour et qu'il y aurait lieu de remplir un formulaire annexé. Trouvant ceci troublant j'ai téléphoné à « ma » banque qui m'a dit de ne pas répondre, c'était des messages pièges pour s'infiltrer dans mon e-banking et me déposséder de mon argent.

    Vous voyez le truc, une personne faisant confiance et hop elle tombe dans le panneau, voilà son compte asséché.

    C'est dire que nous devons absolument faire encore plus attention à internet qu'au porte à porte, si ce n'est plus puisque pas d'interlocuteur vivant.

    Nécessité d'être super vigilant. Sécuriser les mots de passe, se connecter et se déconnecter régulièrement, bien choisir ses comptes, faire une recherche sur google,

    vérifier les paramètres, verrouiller l'écran, être prévenu si le nom apparaît sur le web, etc., etc. Une recherche sur la validité d'informations peuvent éviter le pire.

    L'insécurité informatique est égale à de la géométrie variable si toutes les sécurités de sont pas prises.

    Internet est un outil fabuleux pour explorer, chercher, pour créer, pour avoir des relations.

    Mais.......

    Sans conteste il faut bétonner ses sécurités en se procurant les meilleurs outils pour la faire face à de mauvaises farces.

    Comme à votre porte, ne faisons pas confiance à Internet !

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • FIFA ne doit pas laisser une sombre empreinte dans les dictionnaires.

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    FIFA

    Faillite

    Institutionnelle

    Franchir

    Au-delà

    Qu'est-ce ?

    Avec le carton rouge infligé à la FIFA, on peut dire que c'est la faillite de la confiance institutionnelle et qu'aujourd'hui, il est urgent de franchir le cap et aller au-delà de la justice en créant un nouvel avenir « blanc » du monde du football international.

    Avec ce qui a été diffusé dans tous les médias, il était temps de mettre de l'ordre et d'arrêter certaines dominations financières extérieures.

    Une fois de plus, d'aucuns ont acheté des pontes à des fins personnelles et surtout financières bien juteuses.Ceci doit être en effet dénoncé, jugé et puni.

    On ne peut pas dire que certains dirigeants de la FIFA méritent des félicitations en matière du respect de la charte étique du foot.

    Enfin, la justice commence à faire le ménage en prenant de lourdes mesures. A cela, avec ce séisme de nombreux signes nous encouragent à penser qu'il faut persévérer la notoriété du foot et mettre à plat le « binz » de saleté entachant le monde du foot afin qu'enfin la loyauté éthique règne à la FIFA.

    L'histoire a construit au cours des décennies un essaim de personnes voulant gérer légalement les affaires internationales du foot. A ce jour, force est de constater que l'argent est fois de + plus fort que la loyauté.

    C'est dire que le subtil équilibre entre gestion et confiance s'est progressivement frité laissant place à la gestion déloyale, aux intérêts personnelles, à son petit nombril.

    A ce sujet, on constate comme dans tous milieux dès qu'il y a de l'argent, les gens ne sont plus eux-mêmes et tombent dans la spiral de la corruption, des malversations, des faux, j'en passe et des meilleurs.

    Est-ce humain ? A ce stade, je sais que c'est juteux de malhonnêteté.

    Personnellement, je suis content de la résistance judiciaire à ces hommes et femmes qui ont péché en toute connaissance de cause. Qu'ils-elles soient punis-es.

    Maintenant, il faut encourager la FIFA à poursuivre la lutte contre la corruption, remettre l'église au milieu du village et continuer à conjurer le cauchemar « Fifavien » qui menace l'ensemble du monde du football.

    Les escrocs du foot doivent être déracinés et punis.

    A contrario, les consommateurs loyaux du foot doivent s'encourager à poursuivre le sport humain , sans ambitions financières, et faire figure de personnes préservant les fondements mêmes de la pratique du sport haut en couleur humaine.

    En agitant le boycott de la « bouse » nauséabonde, les activités sportives en sortiront grandies.

    L'histoire de la FIFA ne doit pas laisser une sombre empreinte dans les dictionnaires.

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • VVP : voie verte des privés

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    D'entrée de cause, au fond le projet n'est pas dénudé de bon sens. Il me fait penser à la voie de train de New York revisitée en chemin de plaisance pour piétons.

    A Genève, un mariage piétons-vélos- plaisir du chemin piétonnier, verdure, luminaires sympa, bancs, pourquoi pas, mais ..........

    De quoi je parle ?

    De la grande traversée de 22 klm entre Annemasse et St-Genis.

    (voir TdG « http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/verte-devenir/story/27849557 »

    Verra-t-elle plus vite le jour que la traversée du lac. Hmmmmm !

    Si on se réfère aux dires de l'Office fédéral des routes qui est loin d'inscrire la traversée de la rade, le projet « fou » d'une autoroute pour vélos et piétons couvrant en partie le CEVA se réalisée bien plus tôt.

    Cela constaté, avec toutes les genevoiseries le chemin ne sera pas une sinécure pour joindre l'est à l'ouest de Genève.

    A cela, combien coûtera ce projet certes intéressant et qui paiera ?

    Une manne fédérale ? Alors que Berne ne veut à ce jour pas mettre un sous dans la traversée de la rade, à qui reviendra ce lourd investissement ?

    Actuellement, 12,8 millions de francs sont conditionnés par Berne un lancement de chantier qui aurait débuter en 2014. A cette minute, le projet n'est que sur papier !

    Ce projet fait un peu peur.

    En effet, si on pense que la dette publique genevoise oscille à 14 milliards, si on réfléchit à la traversée de la rade, à la sur-densification et des ses implications collatérales de Genève, au nombre grandissant de gens dans le besoin, à l'Hospice général, au lourd financement attribué aux immigrants, je pense que l'idée de ce chemin « glamour » n'est pas envisageable pour l'instant tant les choix de l'avenir à court, moyen termes sont grands.

    Comment Genève va-t-elle faire face à ce « caprice heureux » dans une société en mouvance constante, où la spirale des augmentations n'a de cesse de plomber le pouvoir d'achat des ménages, où on ne peut concevoir une augmentation d'impôts ? OUI, à l'heure actuelle cette réalisation est contre la vie au quotidien.

    N'étant pas refroidi au point de ranger cette ambition visionnaire dans le tiroir, il conviendrait de vendre à des sociétés implantées à Genève chaque mètre, ou chaque centaine de mètres, voire chaque kilomètre. Une plaque au nom de L'UBS ou du Crédit Suisse, ou de la Banque Raiffeisen, ou Rolex, ou Patek Philippe, ou Protec Gambel, ou du commun des mortels.

    L'appétit de la grande voie verte des privés, on ne pourrait pas s'en priver tout de même, faut-il vouloir vendre.

    Subsidiairement, pendant qu'on y est soyons fous jusqu'au bout et parlons d'un grand téléphérique entre le Salève et le Jura !

    Allez bonne journée !

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Grütli : Depuis 1291, la sobriété et notre meilleure marque de fabrique !

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    Pour la première fois je suis allé sur la prairie du Grütli. 

    En bateau, le pèlerin ou le touriste découvre une simplicité exemplaire dès le début de la montée à la prairie. Pas de chichi, un simple débarcadère en bois sans signe distinctif si ce n'est une girouette surmontée des trois fondateurs de la Suisse, Arnold de Melchtal, Walter Fürst et Werner Stauffacher.

    Puis vous arpentez le chemin monté de marches, puis de gravier. Là aussi, pas un signe distinctif, rien ne prétend conduire sur la terre d'Uri, Schwytz et Unterwald.

    Enfin, vous arrivez sur la prairie. Là vous vous attendiez à voir un immense monument à l'image de la Croix de Lorraine avec un musée et des magasins de souvenirs.

    RIEN !

    Trois blocs de rocher-banc, un grand mas en bois sur lequel flotte le drapeau de la Suisse.

    RIEN D'AUTRE !

    Le seul emblème c'est le drapeau, rien d'autre.

    En effet, c'est sans décorum ostentatoire comme dans n'importe quel site dit mémorial où des oeuvres sont évoquées à outrance.

    En rien un chemin de « croix » !

    Si on on ne connaît pas l'histoire de ce site, on ne peut pas deviner que trois hommes ont juré au nom du Seigneur de faire alliance contre tout agresseur.

    Alors quelle image ?

    Une image digne de la Suisse qui a su protéger l'intégration et le dialogue des cantons.

    C'est la « crèche de la confédération ».

    C'est une lieu de tradition humanitaire qui veille sur le bon peuple Suisse.

    C'est un lieu certes symbolique mais oh combien important pour la cohésion de la société Suisse.

    Là où le pacte défensif fut signé, l'avenir doit respecter les valeurs de la Suisse, ses autochtones, ses visiteurs, ses terres et ses limites et ses réfugiés politiques dans une certaine limite.

    En définitif, l'alliance devenue de tous les cantons est un lieu de terre où il fait bon vivre, c'est pourquoi nul besoin de s'ouvrir comme aujourd'hui pour des raisons strictement économiques.

    Si nous ne préservons pas la valeur du pacte et la grande simplicité de 1291 tel que le voulait les trois fondateurs nous irons vers une généralisation des problèmes des voisins.

    Ici, il faut bien l'avouer que sans le patriotisme et le respect des valeurs, la Suisse aurait depuis 1992 fait sauter le pouvoir et tous les efforts des ancêtres. Encore aujourd'hui ceci ne peut être louable et jouable.

    LA SIMPLICITE DU GRUTLI EST CELLE DE LA SUISSE DANS UN MONDE EN MUTATION CONSTANTE.

    Ne rougissons pas en voulant préserver cette Suisse tant enviée d'aucuns.

    Depuis 1291, la sobriété et notre meilleure marque de fabrique !

    Suissesses et Suisses soyons humbles devant les richesses de notre pays.

    Vive la Suisse.

    Allez bonne soirée !

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • l'opus des CFF : 10'000 nouveaux psy !

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    Le dernier opus des CFF est dont de sauver les personnes tentées de se suicider.

    Woua, les bons petits anges !

    C'est clair que les dégâts psychologiques d'un chauffeur face à un suicide sont une souffrance.

    A cela, le traumatisme peut être grand et s'interprète et se soigne
    au coup par coup et selon les mécaniciens-chauffeurs. Là, je pense en effet qu'une aide psy est nécessaire.

    Non, cela ne suffit pas et les CFF veulent faire rouler le wagon du bon samaritain psy.

    En effet, leur nouvelle révélation angélique consiste à diminuer les tentés de la mort en complétant la mission de 10'000 collaborateurs avec des séminaires de sensibilisation.

    . Formation de patrouille pour décourager la personne tentée de se donner la mort,

    . Renforcement de la sécurité sur les voies,

    . Une large communication,

    . etc.,

    Dissuader une personne au bout du rouleau est un long chemin.

    Pourquoi, en arriver à se donner la mort ?

    Par ce qu'en amont les services idoines n'ont peut être pas administrés les bonnes méthodes, n'ont pas compris, n'ont rien vu venir. Ou alors la personne a vraiment décidé de quitter nos sociétés malgré toute la machine psy.

    Se donner volontairement la mort appartient presque à la science fiction tellement l'acte permet une multitude de questions sans réponse.

    Bien évidemment il faut faire de la prévention, toutefois, elle ne se fait pas au moment de passer à l'acte.

    Je pense que l'opus des CFF est agréable à entendre cependant elle ne rassure pas pour autant.

    Si une être humain a décidé de se donner la mort par ras le bol, si je puis dire ainsi, ont ne pourra l'en empêcher.

    Est-ce la mission des CFF ?

    Les CFF n'ont pas la maîtrise des nombreux kilomètres de voies.

    Comment dissuader un déprimé-total de se jeter sous le train entre Saxon et Martigny ?

    Un employé des CFF à chaque kilomètre ?

    La personne qui veut tourner le dos à notre bonne vieille terre le fera de toute manière.

    Rappelons-nous Mike Brant !

    Non, il ne faut pas se réjouir de cette opus.

    De tout les suicidés, seuls 8 % se jettent sur les voies, partant, cette nouvelle mission psychologique se veut-elle rassurante pour les employés des CFF ou sont-ce les CFF qui veulent se donner bonne conscience.

    La fibre sociale de la grande « régie » est louable mais fait sourire.

    Au fait combien ça coûtera ?

    Est-ce l'emprunt de 160 millions qui pour partie couvrira les frais de formation ?

    Les CFF feraient mieux d'investir purement et simplement dans le rail et donner encore plus de satisfaction au nombreux utilisateurs du train.

    En conclusion, les CFF ne devraient pas avoir pour vocation de se substituer à la grande machine psy Suisse.

    Bientôt dans notre société tout humain sera le psy de son prochain.

    Un jour, arriverons-nous à une société d'assistés ?

    A chacun sa place et les vaches seront bien gardées !

    Allez bonne journée.

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • HUG : Polémique ou réalité ?

    Imprimer

    images.jpgBien le bonjour,

    D'entrée de blog, je tiens à préciser que ma plume se manifeste à titre privé.

    Les HUG ?

    Ce matin la presse se faisait l'écho de vives critiques dirigées contre la maternité.

    Encore un dysfonctionnement ?

    Ces derniers temps à tous les niveaux, il semble que les HUG soient la cible d'attaques des syndicats, du partie du corps médical et des patients.

    Dernièrement c'est l'engagement du patron de la clinique d'orthopédie qui a heurté d'aucuns. Au lieu de choisir le No 2, le professeur bien de chez nous, non les HUG ont préféré un libanais installé à Paris.

    Certes, aux dires de tous les témoignages accablants, il semblerait qu'un grand malaise gangrène le mastodonte.

    Sur la base des bavures est-ce que les patients risquent un dommage médical.

    Bertrand Levrat, Directeur des HUG, affirme qu'il n'y aucun danger pour les malades.

    Vrai ou pas vrai, bonne question qui mérite une bonne réponse d'experts.

    La parole du Directeur et de son important staff ne suffit pas à convaincre.

    Si le but médical n'est pas atteint, par contre, est-ce que la politique menée aux HUG est satisfaisante ou y a-t-il vraiment des problèmes de fonds qui méritent d'être analysés, solutionnés et traités

    Les HUG souffrent-ils et le cas échéant quels remèdes ?

    La première question qui vient à l'esprit consiste à se demander s'il n'existe pas un fossé entre administration et la médecine. Gestion n'est pas médical, vice et versa.

    Que faire pour détecter les maux qui rongent la bonne gestion.

    Une bonne radiographie, un scanner, une IRM, et s'il le faut vraiment opérer voire injecter de la chimiothérapie.

    Des amputations au sein de l'organisation même de cette grosse machine médicale

    Que faire pour guérir ?

    Je sais ce que la facture serait salée, mais un audit général ?

    La Cour des comptes ?

    Où alors un regard d'un centre hospitalier outre Sarine.

    Les Genevois veulent savoir ce qu'il se passe au fond.

    Ils ont droit d'être rassurés tant sur le domaine médical que celui de la gestion des derniers publics.

    Alors HUG : polémique ou réalité ?

    En dernier ressort la parole est à Mauro Poggia qui devra s'expliquer sur le stress au quotidien des HUG. Les Genevois veulent savoir !

    Un coup de baguette magique suffira-t-il pour guérir les plaies ?

    Allez bonne soirée.

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Intempéries : MERCI "Aide catastrophe" !

    Imprimer

    Arve2.jpgBien le bonjour,

    Genève victime de plein fouet des caprices de la nature.

    Météo Genève a placé en alerte plusieurs sites, surtout ceux au bord de l'Arve.

    Les pluies diluviennes et l'apport d'eau tumultueuse s'écoulant depuis le Mont Blanc nécessitent un suivi tout particulier du fait de l'intensité et de la persistance sur plusieurs jours de mauvais temps.

    Il pleut depuis 48 heures, les rivières sont limites, des ponts, des quais, et des routes sont fermés.

    Semble-t-il à l'heure ou j'écris ce blog (12 h 26), il semblerait que l'Arve va à nouveau montrer qu'elle est là et bien là.

    Le pont du Val d'Arve (Bout du monde) et certainement celui des Acacias seront fermés demain jusqu'à 19 heures (source Protection civile).

    Que faire si ce n'est accepter purement et simplement cet épisode naturel et éviter de se prendre le « chou » et de râler. On ne peut rien faire si ce n'est prier le bon Dieu pour que la situation de se dégrade pas encore plus.

    Vous imaginez les villages inondés, les ponts qui se fracturent, les gens sans abris, j'en passe et des meilleurs. Heureusement ici nous sommes loin de scénario catastrophique.

    Merci « Aide catastrophe » !

    12 h 34 ma plume écrit encore ......

    Face à la montée des eaux, des hommes et des femmes n'ont de cesse d'intensifier leurs efforts pour sécuriser les périmètres en danger.

    C'est en effet dans cette « catastrophe » naturelle liée au climat que pompiers, polices, sauveteurs auxiliaires, protection civile, météorologues, Autorités, etc., ont une approche toute particulière pour éviter les inondations.

    Ce sont eux qui font de la prévention et en cas de dégradation sonneront l'alarme, évacueront, prodigueront les premiers soins.

    Cette mobilisation est sécurisante.

    A ceci, en ces quelques lignes, je voudrais remercier toutes ces personnes qui sont là pour protéger la population et les biens.

    Ils font beaucoup pour éviter ou parer au pire.

    La panification de la gestion de cette crise préventive inondation est parfaite et mérite toute notre reconnaissance.

    A vous : MERCI !

    Alors merci à toutes et à tous pour vos efforts consentis en ces moments et surtout l'élan de solidarité qui a permis à Genève de vivre des heures bien mouillées.

    J'espère bien que les Autorités vous remercieront et que les médias sauront traduire dans leurs pages liées à ce triste événement le MERCI de la population.

    En conclusion, si conclusion il devrait y avoir, merci d'avoir anticipé, organisé, prévu, agi.

    Cette esprit de bon « Samaritains » voire de « Saint-Bernard » démontre qu'en cas d'aléas naturels la solidarité fait face aux petits soucis quotidiens parfois bien périphériques.

    MERCI !

    Allez bonne journée !

    Lien permanent 0 commentaire