27/04/2015

Stop au laboratoire européen ? OUI !

images.jpgBien le bonjour,

Immigration massive : Stop au laboratoire européen ? OUI !

D'entrée de cause, je dirais que les personnes dont la vie à été arrachée en mer est terrible et provoque indéniablement une grande émotion. Je suis ému, mais.......je suis réaliste.

Les flux migratoires ne datent pas d'aujourd'hui, le corollaire étant que l'arrivée massive de personnes venues des quatre coins du monde n'ont eu de cesse d'augmenter les populations, notamment et certainement en Europe, créant ainsi de nombreux débats, souvent à l'encontre de l'émotion humanitaire. Ces mouvances créent l'instabilité à plus d'un prix.

Certes......

Aujourd'hui, au delà du côté émotionnel, subsiste toute la réalité de milliers de gens qui rentrent en Europe.

Selon les droits humains, l'Europe est contrainte de les accueillir.

Mais à quel prix ?

Tant sur le fond que sur la forme, les discussions, les grandes idées, les voyances, les moyens financiers, la logistique, fusent à outrance sans que vraiment de solutions soient trouvées. L'Europe est impuissante pour des raisons humanitaire, trop humanitaire.

Que faire ?

Quelle décision ?

Quel meilleur pour eux et pour nous ?

« Stop au laboratoire européen ».

Nous nous trouvons en effet comme dans un laboratoire où tout est analysé dans l'espoir de trouver rapidement un antibiotique.

Des analyses ?

En Suisse ce qui me dérange fortement réside en l'attitude du Conseil fédéral enclin à accueillir plus de 30 000 personnes et imposant la plus grande charge financière aux cantons. Que Berne assure pleinement tous les coûts de l'immigration. Après tout, le Conseil fédéral doit être responsable de sa politique en la matière.

Alors que Genève connaît une dette de 14 milliards, alors que le social explose, alors que nous n'avons pratiquement plus les moyens pour entretenir nos routes, nos bâtiments, nos écoles, j'en passe et des meilleurs, les Genevois doivent consacrer une partie de leurs impôts pour la qualité de vie des immigrants. Financièrement quelle garantie de ne pas augmenter les impôts ?

Alors que Genève est déjà saturée, vous voulez une ville de 800 000 habitants ?

En effet, aujourd'hui 30 000, demain avec les mariages, les enfants, et ce qui va rentrer en Suisse ces prochaines années, combien d'habitants, notamment à Genève, dans 30 ans ?

On voit que Berne a stoppé net le plan directeur cantonal 2030 du Conseil d'état; où allons-nous mettre tout ce monde ?

Enfin, combien de Djihadiste, soit des musulmans, s'introduisent et vont s'introduire pour faire « exploser » l'Europe. Sachez que notre sécurité est en danger; nous sommes en guerre.

Voulons-nous accueillir encore des musulmans aux nombreuses facettes culturelles différentes des nôtres ?

On ne peut pas être plus éloquent quant aux nombreux désavantages de l'immigration.

Je suis Chrétien toutefois je ne suis pas crétin et je m'interroge sur le meilleur remède.

Je suis certain, que l'on ne peut pas, et que l'on ne pourra plus, accueillir chaleureusement ces gens, à moins de vouloir faire exploser la démographie, notamment celle de Genève.

Non, la réalité est bien là et partant, il faut repartir sur le chemin du NON à l'immigration massive.

Comment ?

Genève, notamment nos Conseillers nationaux (ABE), doit mettre en garde Berne et dire non pour les motifs exposés ci-dessus.
Le débat et une action majeure contre l'immigration de masse doivent être relancés.

Et comme dit justement François Fillon, les frontières doivent être rétablies au plus vite.

Et pourquoi pas lancer une initiative demandant l'abolition de la loi sur l'asile, devenue obsolète aujourd'hui, et proposer une nouvelle loi traitant l'immigration extra-européenne.

Mes chers Amis, pour l'avenir de vos enfants ne réagissez pas avec l'émotion du coeur, mais bien avec la tête.

La Suisse est envahie, ce n'est pas possible. Nous ne pouvons mettre en péril nos terres pour des raisons humanitaires à outrance.

STOP AU LABORATOIRE EUROPEEN !

Allez bonne journée.

11:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.