21/04/2015

Abstentionnisme : faut-il rendre le vote obligatoire ?

images.jpgBien le bonjour,

En bon joueur, d'entrée de cause, je tiens à remercier mes électeurs et féliciter les élus.

Me concernant, j'ai perdu, mais ce n'est pas un dimanche noir car ce qui me perturbe moins réside dans le fait que je suis arrivé premier sur la liste de l'UDC-Carouge.

A cela, dire que je suis tout sourire serait un mensonge. Je suis humain.

Je reconnais très volontiers ma défaite et reconnaître sa défaite n'est pas un exercice facile mais je reste un bon joueur et non un mauvais perdant à en vouloir au tout Carouge.

Je ne minore pas l'échec, toutefois il est bien moindre que les graves problèmes de santé que j'ai eu ces dernières années. Je dirais que la santé est bien plus importante qu'un mandat politique.

Ainsi va la vie !

Evidemment, tous les gens qui m'aiment « trop » doivent se frotter les mains et se dire « on la eu le Velen ». Aujourd'hui, ces mêmes personnes sont-elle vraiment plus heureuses ou plus méchantes ?

Bla-bla-bla-bla-bla je pourrais palabrer des lignes et des lignes, cependant, je pars du principe qu'une « bataille » perdue n'est pas la perte d'une « guerre ».

Dans la mort, il y a le refus, la dénégation, et enfin l'acceptation.

Dans le cas présent, je vais droit à l'acceptation et me dire que dans 5 ans je serai à nouveau face aux électeurs.

Ce n'est absolument pas dans mon caractère de baisser les bras, bien au contraire j'avance la tête haute et l'air intelligent, n'en déplaise à d'aucuns.

Sur ce coup là, bien évidemment que je dois me remettre en question, toutefois, je pense que c'est aussi et en grande partie à mon parti d'analyser le pourquoi du comment de la soupe au chou.

Alors un désastre ?

Non, il est bien de tempérer et d'aller de l'avant.

Qui est la grande perdante de dimanche?

Avec plus de 40 % d'abstention, la grande perdante de ces dernières élections est la démocratie. On ne peut pas dire que le bourrage d'enveloppe a orchestré un grand dépouillement !

Au grand jour, le constat démontre clairement le désintérêt des Genevois pour la gestion des communes.

En effet, avec ce score de 60 %, et plus, de gens sans dynamique politique, on peut dire que l'exercice de la démocratie n'a une fois pas encore réussi sa grande entrée dans les urnes.

Face à cette abstention, encrée dans la tradition, nous devons tous réfléchir à la solution qui peut amener les gens à voter.

Est-ce que tout va bien dans les chaumières ?

Qu'est-ce qui fait qu'un bon citoyen accomplisse son devoir civique et d'autre le boude ou s'en foute ?

Est-ce que les gens bien installés dans leur fauteuil, une fois élus, se moquent ou manquent d'intérêt pour les 60 % de citoyens « lambda » ?

La liste peut s'allonger....

De mon avis, le jour où le vote deviendrait obligatoire, les arènes politiques deviendrait juste en termes de représentation, le corollaire étant de bonnes décisions démocratiques.

Qui aurait le courage de pénaliser d'une manière ou d'une autre le « boudeur » des urnes ?

Qui aurait l'outrecuidance citoyenne d'envoyer une amende de Frs 20,-- par vote loupé ? Les Autorités ? Que nenni !

Il est temps de ranger la partition de la « Bérézina électorale» dans le tiroir et sanctionner.

Ahahahahahahahah mais personne car personne n'aura le courage d'aller jusque là.

Les politiciens bien installés ne le feront jamais au non de la pseudo liberté de vote.

Et bien si je pouvais, je me permettrais de défendre l'amende démocratique.

Allez bonne journée !

 

12:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.